Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

- La loire, fleuve sauvage - 2 : Sully - Quel est cet oiseau ? -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

Hier, petite balade à la Loire.

 

Mais cette fois à Sully sur Loire, pour changer.

 

Je gare Pistache non loin du château ,

 

où se pressent de nombreux visiteurs,

 

mais je gagne le bord du fleuve.... où il n'y a plus personne !

 

 

 

 

2012_08092012aoutfabricolages0034.JPG

 

 

 

 

Ce sont les bords de l'eau qui m'attirent.

 

 

 

 

2012_08092012aoutfabricolages0019.JPG

 

 

 

Je ne compte pas rencontrer d'oiseaux.

 

Ils quittent les lieux dès qu'on s'approche.

 

Et pourtant... que fait celui-là ?

 

 

 

2012_08092012aoutfabricolages0020.JPG

 

 

 

Il ne se sauve pas.

 

Il fouille la vase avec persévérance.

 

Il me permet même de m'approcher un peu.

 

 

2012_08092012aoutfabricolages0023.JPG

 

 

 

 

Quel est cet oiseau ?

 

 

Je l'observe longtemps, puis poursuis mon chemin.

 

Marcher pieds nus dans l'eau est un grand plaisir.

 

 

 

 

2012_08092012aoutfabricolages0026.JPG

 

 

 

 

Impossible de voir les poissons.

 

Ils sont pourtant nombreux et gros, tout près du rivage.

 

Mais dès que j'approche, ils s'enfuient soudain, comme des torpilles.  

 

 

Me voici assez loin maintenant, et l'heure a tourné.

 

Il serait temps de revenir sur mes pas.

 

 

2012_08092012aoutfabricolages0027.JPG

 

 

 

Tiens...

 

le petit échassier est encore là.

 

 

 

Il est comme moi à la recherche de ce qu'il pourrait trouver.

 

 

 

 

 

 2012_08092012aoutfabricolages0030.JPG

 

 

 

 

J'approche à moins de 6 mètres de lui.

 

Il me fait un petit air de danse.

 

 

 

A  moins qu'il ne me tende la patte pour me dire "au revoir".

 

 

2012-ZOZIAU-BIS.JPG

 

 

 

Au revoir, zoziau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans promenades nature

Partager cet article

Repost 0

- La loire, fleuve sauvage - 1 : des plantes inconnues -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

 

 

 

Gazelle Bondissante me joue quelque fois des tours.

 

J'avais envie de prendre l'air et suis monté dans sa nacelle.

 

Mais aujourd'hui je l'ai laissée aller où elle voulait

 

J'espérais qu'elle allait  retourner à Onirikou.

 

Et bien pas du tout, elle m'a emmené à la Loire.

 

 

 

 

En ce moment les eaux sont basses

 

ce qui veut dire qu'en certains lieux , ceux que je préfère,

 

et Gazelle les connaît bien,

 

le fleuve est difficile d'accès : une zone immense l'entoure,

 

zone où la végétation se développe à une vitesse incroyable

 

sur les vastes bancs de sable que les crues hivernales ont constitués.

 

 

 

                         DSCF2973.JPG

 

 

 

 

Et d'une année sur l'autre, les lieux changent d'aspect.

 

Aujourd'hui j'ai longtemps cherché un passage possible pour retrouver le lit du fleuve.

 

Plusieurs fois je me suis véritablement perdu dans un labyrinthe touffu,

 

parvenant dans des impasses où des poches d'eau marécageuses me barraient le chemin.

 

 

 

 

                   DSCF2972.JPG

 

 

 

 

 

Avec de l'obstination, je suis tout de même arrivé au lit estival de la Loire.

 

 

 

 

                 DSCF2974.JPG

 

 

 

 

Ces lieux sont étrangements déserts.

 

Les oiseaux peuvent s'y croire au bout du monde.

 

Les plantes aussi.

 

Dans les sortes de lagons qui  se maintiennent, j'aime marcher à pieds nus.

 

Et mes yeux se rassasient  !

 

Une plante m'a spécialement intriguée.

 

 

 

 

 

               DSCF2290.JPG

 

 

 

Elle semble coloniser à toute vitesse ces grandes flaques d'eau surchauffées par le soleil.

 

J'ignore leur nom.

 

 

 

 

 

                 DSCF2289.JPG

 

 

 

 

La tige qui s'avance développe de nombreuses racines qui se dirigent vers la vase sableuse.

 

 

 

 

 

             DSCF2288.JPG

 

 

 

 

Dans la même zone fleurissent de magnifiques ails (?)

 

 

 

 

 

                    DSCF2292.JPG

 

 

 

 

Je crois que je passerais des heures en ce lieu !

 

 

 

 

Le ciel est  variable.

 

Il est maintenant très chargé.

 

Le vent s'est levé et fait frissonner  l'eau.

 

 

 

Je contemple, étonné, les gros rochers que le flot a apportées l'hiver dernier.

 

 

Quelle puissance a ce fleuve quand il se gonfle

 

et prend son élan vers l'océan....

 

 

 

              DSCF2976.JPG

 

 

 

 

 

Bon, il faut que je rentre.

 

Car ce soir je vais me faire un velouté de petits pois : potage froid.

 

 

Le gaspacho était si bon que je vais essayer d'autres choses, dans le même genre.

 

 

 

 

Je regagne donc Gazelle,

 

en traversant à nouveau cette curieuse lande,

 

où fleurissent des onagres, des saponaires, des vipérines,

 

de magnifiques ambroisies, des séneçons Jacobé,

 

une multitude de petites fleurs blanches qui me font penser à des asparagus,

 

et les menthes pouliot ( je m'en cueille une petite poignée pour ce soir ).

 

 

 

Pourquoi viens-je si peu souvent à la Loire ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans promenades nature

Partager cet article

Repost 0

- Le jardin de chacun -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

Toujours à la recherche du temps,

qui n'est certes pas perdu,

mais qui s'écoule comme un ruisseau,

je cherche dans mes archives.

 

Voici un texte que j'ai écrit au printemps 2009.

Ma femme était encore là.

 

Pour le reste, la situation n'a pas vraiment changé.

 

Alors je le republie, sans y rien changer,

sauf un peu la forme (police).

 

ce qui va me permettre de vous faire un petit coucou.

 

 

 

 

 

                animaux-aspic.jpg

 

 

 

 

 

Chacun de nos jardins est unique.
Il ne ressemble à aucun autre.

Quand un PSY veut comprendre un enfant,

il lui donne une feuille de papier, des crayons, et lui dit :

"Veux-tu me faire un dessin ?".

 

Très souvent ce dessin va être très "parlant",

exprimer des choses que l'enfant ne pourrait pas dire,

et même celles qui ne sont pas encore très claires dans sa tête,

mais qui le préoccupent.

Un jardin, c'est un peu pareil.
Il traduit la personnalité du jardinier.


Et en ce qui me concerne, ce n'est pas très rassurant ....
Mon jardin est un vrai fouillis !
C'est une jungle !
Les pieds de pomme de terre se font une place entre les consoudes et les ronces.
 
Vous pouvez y rencontrer une vieille cabane à lapin

dans laquelle un couple de canards sauvages a fait son nid :

s'il vous plaît, ne pas déranger la couveuse !

 

Dans quelques jours elle sortira de là,

suivie d'une ribambelle de canetons, 

pour rejoindre le petit étang où circulent de  grandes couleuvres à collier.

Une autre fois, dans un autre coin,

vous allez vous trouver nez à nez avec une ruche.

 
Là, vous n'avez pas intérêt à trop vous attarder,

sinon vous allez vous faire repérer par les sentinelles,

et gare à vous !

Elles vont vous planter quelques cuisantes banderilles

sur votre front, votre cou, vos tendres mollets.


Il peut même arriver qu'elles vous trouvent

avant que vous ayez seulement perçu le danger.


Vous n'aurez plus qu'à quitter les lieux au plus vite,

rentrer à la maison, et chercher la bouteille de vinaigre

pour soigner vos petites bosses pleines d'acide formique !

 

 



J'y ai même construit de petites montagnes de pierres,

avec des zones creuses à l'intérieur,

pour que les vipères Aspic viennent s'y reproduire en toute tranquillité.

 

Tous mes voisins les haïssent et les pourchassent à coup de bêche.

 

Moi, je leur donne du lait !

 

 


Des hérissons cohabitent avec ces sympathiques et antiques animaux

et tous se promènent à leur guise.

 

 



"Il est midi ! " me crie ma femme !
Alors je vous laisse...
à bientôt !

 

 

 

 

 

 

Publié dans promenades nature

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2