Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

- Sète - 16 - Présence du volcanisme près de Sète : Balaruc, Maguelone -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

 

Nous avons vu, à Agde,

c'est-à dire à moins de 20 km  à l'Ouest de Sète,

une très importante série d'évènements volcaniques,

relativement récents (ils ont commencé il y a un million d'années)

qui se sont déroulés pendant 250.000 ans, et même plus

si on y ajoute la montée silencieuse et invisible du magma

qui ne s'est révélée que plus tard

quand l'érosion marine (qui se poursuit) a dégagé les dykes. 

 

C'est donc dans un paysage comparable à celui ci

que tout a commencé à Agde.

 

 


      2013_0923fabricolageseptembre0074.JPG

 

     

 

 

Un paysage de lagunes, 

d'étangs côtiers séparés de la mer par des cordons littoraux.

 

Le Golfe du Lion, entre Agde et la Camargue,

est entièrement bordé d'étangs de ce type.

 

 

 


 

sete-agde-maguelone.jpg

 

 

 

Si, partant de Sète, nous allons maintenant vers l'Est,

à moins de 20 km nous trouvons un autre site volcanique :

Maguelone.

 

      C'est une petite île volcanique qui a surgi dans un étang côtier,

l'étang de Melgueil,

à l'occasion d'un éruption surtseyenne

et nous savons désormais ce que c'est.

 

La création de cette île volcanique

est très antérieure aux événements d'Agde.

Il y a eu deux phases éruptives :

la première il y a 5 millions d'années,

la seconde il y a 3,8 millions d'années.

 

Ces éruptions se sont produites en plein milieu de l'étang.

 

Il en est résulté la formation d'une petite île,

uniquement formée de tuf volcanique,

sans aucune présence de basalte.

 

(C'est donc une histoire beaucoup plus simple qu'à Agde.)

 


 

Cette île a très tôt été habitée par les hommes,

car c'était un site facile à défendre.

Les Wisigoths y ont fondé une cité.

 

 

Jusqu'au XI me siècle, pour accéder à cette île,

il fallait  prendre une barque et traverser l'étang.


Mais à cette époque le cordon littoral a reculé

et de ce fait l'île s'est trouvée rattachée à ce cordon littoral

et par lui au continent..

 

 

Au XII me siècle y fut construite une église :

une église forteresse.

 

 

 

2013_0923fabricolageseptembre0082.JPG

 

 

 

 

Elle fut le siège d'un évéché pendant plusieurs siècles

puis abandonnée, pillée, mutilée, privée de ses tours, ruinée.

 

 

 

2013_0923fabricolageseptembre0084.JPG

 

 

 

Elle a depuis été réinvestie par le culte (partiellement ?).

 

 

 

 

2013_0923fabricolageseptembre0086.JPG

 

 

 

 

 

 

C'est la cathédrale St Pierre St Paul :

un immense vaisseau de pierre, assez impressionnant.

 

 

 

 

2013_0923fabricolageseptembre0083.JPG

 

 

 

Ce n'est que plus tard que fut construite, sur le continent

la ville de Villeneuve-Lès-Maguelone,

dont Maguelone est maintenant un lieu dit.

 

 

 

Le Site attire quelques touristes.


On peut venir de Palavas, en suivant le cordon littoral.


On peut venir depuis Villeneuve-Lès-Maguelone 

et cette fois en partie en voiture

par une petite route surélévée qui traverse l'étang,

puis il faut, laissant la voiture, continuer à pied,  

franchir sur une passerelle le canal du Rhône à Sète...

 

 

2013 0923fabricolageseptembre0075

 

 

et marcher un peu...

 

 

 

2013_0923fabricolageseptembre0081.JPG

 

 

      

 

Si l'on dépasse l'îlot sur lequel se dresse la cathédrale,

pas grave : on rejoint la mer.

 


 

 

maguelone-plage-soir.JPG

 

 

 

Ah... les touristes sont rentrés chez eux !

 

 

 

 

***

 


 

Si donc maintenant nous réfléchissons    

nous nous rendons compte que Séte,

au centre d'une région dont la largeur est de l'ordre de 30 km

 se trouve située à égale distance de deux volcans.

 

Manifestement la croûte terrestre est plus faible dans cette zone.


Y a-t-il d'autres signes qui confirment ce fait ?

La réponse est oui.

Et c'est la remontée d'eaux chaudes.

Elle traduit la proximité de poches magmatiques.

 


 

Cette remontée se produit, à Balaruc, en plusieurs points,

grâce à des failles profondes dans le sol.

 

 

plage-chiens-balaruc-bains.jpg

il est bien  difficile de trouver maintenant un petit coin sauvage comme celui-ci

sur la presqu'île occupée par Balaruc-les-Bains  !!

L'urbanisation les a presque tous fait disparaître.....

 

 

 

Ces eaux chaudes sont connues depuis fort longtemps :

Phéniciens, Carthaginois et Romains sont venus,

et se sont installés sur la presqu'île

pour utiliser les vertus de ces eaux dites "thermales"

(ce qui veut simplement dire "chaudes").

 

Elles sont toujours utilisées pour les mêmes raisons :

surtout pour les douleurs articulaires.

 

Je dirai un jour tout le bien que je pense de ces eaux.

Elles ont des pouvoirs bien plus larges que ceux qu'on leur attribue

et qui sont très loin d'être pris en compte.

 

Mais je poursuis.

 

La montée de ces eaux chaudes ne  se produit-elle qu'à Balaruc ?

Bien sûr que non.

 

Il est probable que des sources d'eaux chaudes

débouchent directement dans l'étang de Thau,

ce qui contribue à la richesse de la flore et de la faune de celui ci.

 

Mais aussi autour de l'île de Sète.

Elles ne sont pas utilisées.

 

Une de ces sources révèle son existence en hiver.

Elle se situe dans le petit canal qui sépare l'île de Thau de l'île de Sète.

En effet cette arrivée d'eaux chaudes trahit sa présence 

par des vapeurs qui se forment là où elles émergent.

 

Signe modeste certes.

Mais éloquent.

 

Il nous dit :

" moi, le magma, je ne suis pas loin de vous "

 

Menace ou promesse ?

 

Les deux mon capitaine.

 

 

***

 

 

 

Voilà :

c'est sur ce message venu des profondeurs de la terre

que je vais clôturer  (provisoirement ?) cette série d'articles 

consacrés à Sète et à sa région.

 

Région au charme étrange

où vous apercevrez peut-être ces merveilleux Flamants roses :

 

 

 

 

 

 

2013_0923fabricolageseptembre0088.JPG

 

 

 

***

 

 

 


Publié dans Sète

Partager cet article

Repost 0

- Sète - 15* - Présence du volcanisme près de Sète : le spot de plongée des Grandes Tables -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

 

 

sar-commun.png

 

 

 

 

      Etes-vous plongeur ?

Alors vous connaissez ce qui va suivre sans doute mieux que moi.

Vous ne l'êtes pas ?

Alors rêvons ensemble.

 

Car le spectacle se poursuit en mer au large de la Grande Conque.

 

Les déferlantes basales ont projeté jusque là leurs tufs

en épaisses couches

et plus tard sont parvenues jusque là les coulées basaltiques

venant du Mont St Loup...

 

 

Résultat : 

à 300 mètres au large de la Grande Conque

on trouve des sortes de langues volcaniques sous marines ,

dalles irrégulières, creusées de failles,  

 présentant divers plateaux entre 3 et 10 mètres de profondeur.

qui sont bordées de grands "tombants" ( falaises sous-marines),

ces tombants étant formés par l'épaisseur des coulées de lave,

lesquelles, telles des boucliers,

ont préservé les couches de tuf qu'elles recouvraient.


 

 

 

tata.JPG-1.jpg

 

 

 

Cette structure complexe crée un milieu exceptionnel

qui abrite une faune abondante et variée.    

 

 

Aussi ce lieu est-il mondialement connu des plongeurs 

 sous le nom de

"Spot de plongée des Grandes Tables",

et c'est la gloire du littoral agathois ! 

 

Ce spot possède donc une grande richesse

et de la faune et de la flore,

et une biodiversité remarquable.

 

 

 

 

tata.JPG-2.jpg

 

 

 

 

Là peuvent s'observer, à une faible profondeur (moins 5 mètres)

des espèces que l'on ne peut observer dans d'autres sites

qu'en descendant à au moins 20 mètres.

 

Certaines espèces étant, de plus, spécifiques au Cap d'Agde.


De nombreux poissons viennent du large.

 

Des Sars :

 

sar-commun.png

sar commun

 

 

 

 

 

sar-tete-noire.jpg

      sar à tête noire

 

 

 

 

 

sar-tambour.jpg

sar  tambour    

 

 

 

 

 

 

des Mandoules : 

 

 

 

mandoule.jpg

 

 

 

des oblades :

 

 

 

oblade-2.jpg  

 

 

 

      des congres :

 

 

agde-congre.jpg

 

 

 

 

 

des saupes :


agde-saupe-toxique-600x289.jpg

 

 

 

 

des mostelles :

 

 

agde-mini-046-mostelle.jpg

 

 

 

des rougets :

 

 

agde-rouget.jpg

 

 

 

 

des bogues :

 

 

agde-bogue.jpg

 

 

 

 

 

des daurades :

 

 

agde-Daurade1.jpg

 

 

 

 



Sont présents également de nombreux invertébrés :

 

éponges multicolores :

 

 

éponges

 

 

 

 

des gorgones blanches et jaunes

(ce sont de petites limaces de mer, très colorées)

 

 

 

de nombreuses familles d'anémones de mer (actinies)

 

dont  les anémones bijoux :

 

 

anemone-bijou.JPG

 

 

 

 

 

 

des étoiles de mer :

 

 

 

 

 

etoile-de-mer.jpg

 

 

 

 

 

  des langoustes :

 

 

agde-langouste.jpg

 

 

 

 

 

des poulpes :

 

agde-poulpes.jpg

 

 

 

 

 

 

 

bon, je m'arrête

car je sens que vous n'y tenez plus

et que vous allez vous ouvrir une boîte de sardines !!!

 

 

 

***

 

inutile de le préciser :

pas une seule de ces photos n'a été prise par moi !

je n'ai jamais plongé.


De plus je ne suis pas sûr qu'elles aient été toutes prises à Agde.

 

Mais je ne voulais pas quitter le volcanisme agathois

sans évoquer cette richesse sous-marine.

 

 

***

 

 

 

 

Il me reste, avant de refermer, provisoirement j'espère,

le dossier Sète et le dossier volcan,

à vous parler de Balaruc et de Maguelone.

 

Ce sera pour mercredi.

 

 

***

 

 

Portez-vous bien !

 

 

***

 

 

 


 

 

 

 

 


Publié dans Sète

Partager cet article

Repost 0

- Sète - 14 - Présence du volcanisme près de Sète - Complexe volcanique d' Agde : l'épisode filonien -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

Aprés la phase strombolienne

qui se termine il y a 750.000 ans

et qui a vu se dresser 3 cônes voisins

 

(lesquels ont fait presque totalement disparaître

l'anneau de tuf qui entourait  le cratère du maar)

 

après cette phase strombolienne donc,

va survenir, il y a 500.000 ans, une phase  dite " filonienne "

 

Qu'est-ce que cela veut dire ?

 

 

Ceci : 

que le magma a cherché à nouveau à monter .

Il n'a réussi que partiellement

en ce sens  qu'il n'a pas pu s'extérioriser.


Ce qui a eu une conéquence importante :

il est resté compact,

et que, refroidissant dans le sol même,

il est devenu une roche très dure.

 

Ce qui s'est formé dans le sol , ce sont des "filons" de basalte"

d'où le nom de cette phase.

 

 

      Ces filons de basalte sont de deux types :

les dykes et les sills.

 

Pour les dykes : le magma monte dans le sol à la verticale.

Pour les sills, il dévie (ayant peut-être rencontré des obstacles)

et progresse à l'horizontale, comme le rhizome d'un sceau de Salomon.

 

Or dykes et sills existent ici, à Agde,

car c'est au niveau de la plage de la Grande Conque

que ce volcanisme filonien s'est produit, il y a 500.000 ans.

 

Nous ne verrons pas les sills ici : ils demeurent souterrains.

 

Nous verrons par contre leur effet sur le côté Est de la plage :

ils ont redressé le feuilletage des tufs

(lequel feuilletage descendait régulièrement vers la mer)

par endroit jusqu'à 45 ° :

 

 

 

agde falaise à la G C

 

 

 

Les dykes, eux, sont visibles

dans la mesure où l'érosion marine les a dégagés. 

 

Voyez : on dirait des  têtes de dragons :

 

 

 

 

agde dykes

 

 

 

 On voit bien sur cette image la différence

entre le basalte dense, compact, solide, qui constitue le dyke

et la falaise de tuf, feuilletée,

dont on devine, visuellement, le caractère friable.

 

      La mise en place de ce système filonien

a eu une conséquence importante.

 

Il a constitué un bouclier de protection

pour certaines parties  des dépôts de tuf.

 

Ce tuf est friable, facile à pulvériser.

Il nous semble que la mer, gentille,

joue avec

comme un enfant sur la plage, avec le sable :

 

 

 

 

 

Agde la grande conque

 

 

 

C'est ignorer la puissance des vagues qui peuvent surgir :

 

 

 

agde la G C table-volcanique-

 

 

et souvent d'une façon encore bien plus violente.

 

Rien ne peut résister longtemps à ses assauts.

 

Mais voici que, pour certaines zones,

se dressent des dykes sauveurs, de véritables brise-lames !

 

A l'Est, ce sont les sills qui ont joué le rôle de blindage.

 

 

 

agde grande conque partie Est

 

 

 

 

A l'Ouest, ce sont les dykes.

 

 

 

agde les deux-frêres

 

 

Impressionnants !

Majestueux ! 

 

 

Entre ces deux lieux fortifiés, pas de protection.

Et la mer a creusé librement le rivage,

détruisant le tuf, 

formant cette anse concave 

qui continue à se creuser inexorablement.

 

 

 

agde gande conque vue

 

 

 

 

A l'Ouest, la falaise prend l'aspect d'un crocodile géant,

dont le  nez, basaltique, est un dyke protecteur.

 

 

 

 

2012_1002fabricolageseptembre0118.JPG

 

 

 


Il semble, ce crocodile, au nez de buffle,

se tapir derrière deux dykes : 

les rochers des Deux Frères.

 

 


 

      2012 1002fabricolageseptembre0130

 

 

 

 

 

A l'Est, pas de basalte visible,

mais les dépôts de tuf, soulevés, défient la mer,

et dressent face à elle comme des visages moqueurs

qui semblent dire :

Ah Ah ! redressés comme nous sommes, tu ne peux rien contre nous !

 

 

 

 


agde gande conque visages

 

 

 

Ils résistent.

Mais pour combien de temps ?

Qui gagnera ? 

 

 

 

 

Le jour béni où je suis descendu sur cette plage,

j'ai bien cherché à faire le tour de la falaise Est,

mais la mer m'a interdit le passage ! 

 

J'ai dû renoncer. 

 

 

 

2012_1002fabricolageseptembre0127.JPG

 

 


 

Que faire contre l'avancée de la mer ?    

 

Un barrage comme l'imaginait Marguerite Duras ?


Elle attaque les falaises à leur base, affouille leurs fondations;

menace de les faire s'effondrer par pans entiers.

 

Construire des murs là où l'attaque est la plus violente ?

Couler du Béton dans les fissures qui apparaissent à leur sommet ?

Ces deux possibilités sont étudiées.

 

Il est vrai que les maisons ne sont pas loin,

 

 

Agde plage de la conque les hauts de baldy

 

 

 

et que des promeneurs passent au bord des falaises.

 

 

 

agde-falaise-chemin.jpg 

 

 

 

 

Oh, je vous avais promis de vous parler du sixième diatrème.

Je tiens toujours mes promesses

(sauf quand je les oublie !).

 

Et bien, il se trouve assez loin du complexe strombolien du Mont St Loup,

en dehors des 5 autres.

Il se situe à 30 km du Cap d'Agde

donc immergé au large.


Ce qui laisse penser que la manlfestation toute initiale

du volcanisme en ces lieux

a été, tenez vous bien,

une explosion " surtseyenne"

 

Vous savez que j'adore ces mots, pleins de poèsie,

et qui font voyager gratis !

 

Surtsey est un île volcanique au sud de la côte de l'Islande. 

Elle a jailli en 4 jours, du 10 au 14 novembre 1963. 

Il y a 50 ans à un mois près ! 

 

 

 

agde-volcan-surtseyen.jpg

 

 

 

On dit aussi qu'il s'agit d'une explosion " cypressoïde "

car le panache volcanique  fait penser à des cyprès.

 

Une telle explosion se produit quand la lave jaillit à fleur d'eau.

 

Avouez, franchement,

que la vulcanologie, c'est drôlement chouette !

 

 

***

 


Le problème, par contre, c'est de retrouver cette putain de plage !

 

En 2013, honte, nous avons échoué.

Il est vrai qu'Anilou et Nono, nos guides indigènes,

n'étaient pas avec nous.

 

Alors j'ai imprimé une petite carte,

pour une future tentative ! 

 

 


agde carte simple

 

 

 

 

 

 

 

Demain...

on plonge !

 

***

 

 

      Voici l'itinéraire que propose ALN

pour se rendre facilement à la plage de la Grande Conque.

Merci ALN !

 

 

agde-l-itineraire-G-C-de-ALN.JPG 

 

 

***

 

 

 

Publié dans Sète

Partager cet article

Repost 0

- Sète - 13 - Présence du volcanisme près de Sète : ce qui s'est passé à Agde durant 250 mille ans -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

 

maar.jpg

 

 

 

 

Je reprends ces 2 photos (de 2012) :

qui me fascinent :


 

2012_1002fabricolageseptembre0112.JPG

 

 

 

 

On connait bien maintenant la succession des évènements

qui ont conduit à la formation de cette étrange plage,

plage concave de sable noir, fait de débris basaltique.  

 

 

 

 

 

2012_1002fabricolageseptembre0115.JPG

 

 

 

 

 

Je vais vous conter ces évènements dramatiques

avec une certaine... partialité.


 

Les vulcanologues hésitent sur des points de détails

entre plusieurs scénarios possibles. 

Je vais en choisir un qui ne sera pas trop compliqué

tout en étant hautement probable.

J'espère que vous ne m'en voudrez pas trop !

 

 

      ***

 

 

 

Cric crac, plongeons dans le passé !

 

 

 

Voici un million d'années

juste avant les évènements que je vais vous relater

cette région était une lagune

comme il en existe tant tout le long du Golfe du Lion.

 

Avec une tranche d'eau de faible épaisseur :

ce fait est certain et explique ce qui s'est passé. 

 

Par une des fêlures qui fragilisent la croûte terrestre en ce lieu

  le magma est monté 

et a fait irruption dans cette mince lame d'eau.


S'est produite alors une très violente explosion,

dite "phréato-magmatique"

(comme il s'en est produit beaucoup en Auvergne

et que l'on appelle un " MAAR ").

 

 

 

 

maar.jpg

 

 

 

Ce type d'explosion est d'une extrème violence !


Elle projette des matériaux solides à plusieurs kilomètres de haut

au sein d'un énorme panache de framents solides et de vapeur.

 

Elle projette aussi horizontalement ce qu'on appelle des 

"déferlantes basales"

qui détruisent tout sur leur passage

et recouvrent le sol  d'une épaisse couche de matériaux

(que l'on appelle le "matériel volcanique")

matériaux que nous allons justement observer ici.

 

La photographie ci dessus n'est pas celle de l'explosion,

je suis arrivé, excusez-moi, une heure après, sniff,

et je n'ai pu saisir que le panache de vapeur, bien plus réduit,

qui a succédé à celui de l'explosion.


      Il y a eu  6 explosions successives :

6 fois le magma est monté, en des points voisins mais distincts,

et a rencontré l'eau,

la transformant à chaque fois instantanément en vapeur,

et ces explosions, se succédant,

ressemblaient à une monstrueuse quinte de toux.

 

Pourquoi la montée de la lave s'est-elle faite en six points différents ?

Parce que chaque explosion, par sa puissance inouïe,

obturait hermétiquement la cheminée par laquelle le magma montait, 

par un "bouchon" violemment enfoncé que l'on appelle un "diatrème",

et on a , par des méthodes magnétiques, localisé six diatrèmes.

 

 

 

Pourquoi ces explosions furent-elles si violentes ?

Cela tient au fait que le volume d'eau présent

ne dépassait pas le volume de la lave qui surgissait.

 

Retenez cela si vous voulez reproduire ce phénomène :

 ne mettez pas trop d'eau, 

sinon ça pétera moins fort.

Ou même pas du tout


et c'est (pour les curieux) ce qui se passe en permanance au fond des océans :

la lave qui jaillit forme gentiment des "coussins" : "pillow-lavas"

(Ceux d'entre vous qui iront en Slcile pourront observer  des pillow-lavas

au nord de Catane, à Aci Castello)

 

 

Mais revenons à Agde.

Ces explosions ont été très violentes

et ont déposé un "matériel" typique de ce genre d'explosion :

du  " tuf jaune ".

 

(pour les curieux : pourquoi est-il jaune ?

du fait que se produit alors une altération des verres volcaniques en palagonite)


Et justement nous observons des tufs jaunes

dans les falaises de la grande Conque :

voyez ce millefeuille : il contient des couches de tuf jaune

(et d'autres... que nous allons voir).

 


 

2012_1002fabricolageseptembre0126.JPG

 

 

On imagine, en voyant ces dépôts ( pourtant très érodés),

quelle pouvait être la puissance  des "déferlantes basales" ! 

Mieux valait ce jour là n'être pas sur la plage.

 

 

Ces explosions gigantesques  ont fini   (très vite)

par combler la lagune

enfin... presque.

Donc la quantité d'eau a fortement diminué

et les explosions qui se sont produites ensuite 

(car la lave continuait à monter) ont été moins violentes.


De ce fait le tuf produit a changé d'aspect :

il est devenu un tuf gris.

 

(Pour les curieux uniquement :

Dans ce tuf gris, le verre volcanique ne se transforme pas en palagonite)

 

Sur la photo précédente, ou bien sur la suivante,

vous pouvez observer un empilement alterné de tuf jaune et de tuf gris. 

 

      Qu'est ce que cela signifie ?

 

(Soulignons que le tuf, qu'il soit jaune ou gris,

ne se produit qu'en présence d'eau,

c'est à dire uniquement lors d'une explosion phréato-magmatique.) 

 

 


 

2012_1002fabricolageseptembre0123.JPG

 

 

 

Cette alternance signifie que la quantité d'eau présente variait ! 

Tantôt il y en avait plus, tantôt il y en avait moins. 

De là à imaginer que la mer, furieuse, a dit son mot,

il n'y a qu'un pas.

On peut imaginer que d'énormes vagues  montaient parfois 

et se mêlaient au jaillissement du feu de la terre.

Quel spectacle dantesque ce devait être !


 

 


 

2012_1002fabricolageseptembre0121.JPG

 

 

 

      Quoiqu'il en soit, 

de par l'accumulation des matériaux comblant la lagune,

l'éruption volcanique s'est progressivement isolée de la phase aqueuse,

et a donc changé de type.

 

On dit (cela fait savant !) que s'est instauré

un "dynamisme strombolien". 


Ce qui signife que les explosions phréato-magmatiques ont cessé

et ont été remplacées par un fonctionnement analogue à celui

que nous observons de nos jours sur le Stromboli

 

 

 

 

Stromboli-20040928-1230x800.jpg

 

 

 

Comment fonctionne le Stromboli ? 

Il émet une lave basaltique suffisamment fluide

pour qu'elle ne s'accumule pas au point de sortie, 

mais forme des fontaines de lave

et des coulées qui peuvent se poursuivre sur des kilomètres.

 

Il se produit parfois des explosions,

qui projettent de la lave déchiquettée dans l'atmosphère,

mais elles sont rares.

Le Stromboli, et donc les autres volcans dits "stromboliens", 

sont des volcans " effusifs " (ou volcans "rouges") 

 

      tels ceux de la Réunion ou d'Hawaï

 

 

agde-volcan-rouge-.jpg

 

 

 


bien différents des terribles volcans "gris"

qui eux sont " explosifs "

(comme le Vésuve ou la Montagne Pelée de la Martinique). 

 

 

Nous arrivons donc, pour Agde, dans la troisième phase

après la phase de tuf jaune puis la phase de tuf gris )


Le cratère du maar primitif est alors totalement rempli de lave, 

et le volcan, complètement isolé de l'eau, 

poursuit son activité autrement,

en édifiant, par la répétition de ses coulées,

un cône basaltique caractéristique. 

 

Et ce sera le Mont Saint Loup.

D'une altitude faible , il est vrai : 113 mètres. 

 

 

 

 

agde-Entre_Marseillan_ville_et_M._Plage.JPG

(Le Mont Saint Loup vu de Marseillan)

 

 


 

 

 

Au sommet du Mont Saint Loup

on peut observer des " bombes volcaniques".

 

 

 

 

agde Mont Saint Loup bombe volcanique

 

 

 

Bombes "en fuseau"

qui montrent que l'on est près du point d'émission.

 

 

 

Mais aussi, sur ses pentes,

on trouve des restes de coulées basaltiques :

 

 

agde--Mont-Saint-Loup-carriere-stand-de-tir-.jpg

 

 

 

Celle-ci a été transformée en carrière...

et en dépôt d'ordures.

 

 

Le cône du Mont Saint Loup n'est pas resté seul. 

Deux autres cônes stromboliens se sont édifiés près de lui,

le tout formant un "complexe volcanique" !

 

 

 

 

agde-complexe-volcanique.png

 

 

 

 

 

 

les pointillés indiquent l'emplacement  de l'initial cratère de maar,

et les points rouges l'emplacement des diatrèmes repérés..

(je parlerai plus tard du sixième).

 

 

 

Le volcan Petit Pioc'h faisait initialement 80 mètres

mais il a été exploité pour en extraire de la pouzzolane  

(exploitation à ciel ouvert, comme, en Auvergne, 

le volcan Lemptégy dans la chaîne des Puys)

et il ne fait plus que 68 mètres.

 

 

 

 

agde-Petit_Pioch_facies_coeur_de_cone_et_coulee_de_basalte.jpg


 

 

 

Le Mont Saint Martin est encore plus petit : 55 mètres.

Il a complètement disparu,

recouvert par l'urbanisation.

 

 

L'histoire du complexe volcanique du Mont Saint Loup

ne s'arrête pas là.

 

Nous la poursuivrons demain.

 

 

***

 

Publié dans Sète

Partager cet article

Repost 0

- Sète - 12 - Présence du volcanisme près de Sète : " le Rift Ouest Européen " -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

 

 

 

 

      Regardez !

 

Ouvrez grands vos yeux !

 

Vous avez devant vous un spectacle unique en France.

Si vous voulez voir quelque chose de comparable, 

il vous faudra aller aux îles Galapagos,

ou sur d'autres îles volcaniques dans le monde

ou à Onirikou

 

 

Nous sommes ici simplement au cap d'Agde,

plus précisément au sommet de la falaise

qui borde à L'ouest la plage de la Grande Conque.

 

 

 

 

 

      2012 1002fabricolageseptembre0112

 

 

 

Là, nos regards sont dirigés vers le sud, vers le large.

 

Si nous nous tournons maintenant sur notre gauche

et donc dirigeons nos regards vers l'Est,

la plage de la Grande Conque nous apparait :

 

 

 

2012_1002fabricolageseptembre0115.JPG

     

 

 

 

 Prodigieux ! 

C'est la seule plage volcanique en France métropolitaine.

 

 

Je vais essayer de vous expliquer ce qui s'est passé ici. 

Pour cela il faut nous reculer (dans le temps).

 

***

 

 

Il y a 65 millions d'années, le socle de l'Europe

(comme un tissu qui commence à se rompre,

ou comme une vieille, très vieille assiette)

s'est fissuré du Nord au Sud

selon une ligne qui allait de la Mer du Nord jusqu'à l'Etang de Thau.


On a appelé cette longue fissure

le Rift Ouest Européen ".

 

 

S'il s'était ouvert, un fossé océanique s'y serait formé,

comparable à la Mer Rouge,

puis une grande partie Ouest de la France

serait partie en direction de l'Amérique,

séparée de la partie Est par un océan..


       Vous imaginez ce fossé s'élargissant entre Bordeaux et Lyon ? 

 

 

MerRouge.jpg

 

 

 

Ce "Rift" ne s'est pas complété.

Il en est resté à l'état d'ébauche :

un peu comme les pointillés dans une feuille de timbres,

ou plutôt comme une vieille pièce de tissus qui lâche,

mais tient encore..


Ce qu'on observe sur le terrain, ce sont donc plusieurs rifts

répartis sur un axe Nord/Est-Sud/Ouest.

 

Je vous les ai représentés grossièrement sur cette carte

(un peu ratatinée !)

par des plages jaunes (zones d'effondrement).

Les petits traits jaunes étant simplement des cisaillements

sans encore d'effondrement.

 

 

 

 

 rift-europeen.jpg

 

 

 

 

 Je ne vais pas détailler cette (horrible) carte !


Mais remarquez qu'à cette série de fossés d'effondrements

correspond  le sillon houiller, avec, du Sud au Nord : 


- le bassin houiller des Cévennes (dont Alès est la "capitale"),

les bassins houillers d'Auvergne, jusqu'à St Eloy-les-Mines,

- le bassin du Creusot,

- beaucoup plus haut le bassin houiller allemand...

 

Et surtout (c'est ce qui nous intéresse aujourd'hui)

ce rift (à l'état de projet) correspondant

à un amincissement de la croûte terrestre,

c'est dans cette zone fragilisée que va monter le magma.

 

 

 

Nous avons en effet , du Nord vers le sud :

- Les volcans d'Allemagne  +++ ( Eifel - Vogelsberg...)

(certains très dangereux)

- Le fossé rhénan (effondrement qui sépare Vosges et Forêt Noire)

- le fossé de la Bresse

- Le fossé d''effondrement de la Limagne 

- Les volcans d'Auvergne +++

(un jour j'en parlerai)

et... c'est là où je voulais en venir  aujourd'hui (!!!)

les nombreuses manifestations volcaniques plus au sud

dans les Causses, 

l'Escandorgue

le lodévois

...le languedoc,

en particulier la basse vallée de l 'Hérault.

 

Dans la carte suivante les taches jaunes

sont des manifestations volcaniqes dans l'Hérault :


 

volcanismeen-Herault.JPG

 

 

dans celle-ci, elles sont en bleu foncé.

 

 

 

carte-geolo-de-l-herault-copie-1.JPG

 

 

 

J'abrège, j'abrège ...

 

Les volcans d'Agde représentent donc l'ultime manifestation

vers le sud de ce grand axe volcanique Nord-Sud.

 

Nous y voici !

 


 

 carte-plge-de-la-conque.JPG

 

 

 

La prochaine fois, j'essaierai de vous expliquer

ce qui s'est passé en ce lieu

voici un million d'années

et qui a duré environ (ne chipotons pas !)

250.000 ans.

 

 

 

***

 

      Noël approchant à grand pas,

je vais mettre rapidement les prochains articles concernant ce sujet.

 

Ensuite je ferai roue libre avec des choses plus légères !

 

 

***

 

 

 

 

 

Publié dans Sète

Partager cet article

Repost 0