Aubrac 2 - Rochers et burons -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

Ces montagnes sont-elles belles ?

 

Je ne sais pas trop.

 

D'où vient leur pouvoir sur l'esprit ?

 

Non de leur hauteur.

 

Rien de prodigieux, de vertigineux, de grandiose, d'inaccessible.

 

De leur ampleur peut-être...

de leur dépouillement.... ?

 

Prairies d'altitude qui déroulent leurs draperies jusqu'à l'horizon,

qui descendent dans les vallées,

ou montent entre  des rochers isolés,

entre des morceaux de forêt,

parfois interrompues par des falaises basaltiques qui, en s'effondrant,

ont créé des pierriers, des éboulis de roches....

 

Impression parfois d'être sur une autre planète,

ainsi près de Nasbinals, en ce lieu nommé "la lune".

 

 

 

                 aubrac2011-3-la-lune.jpg

 

 

 

Impression que ce ne sont pas de vraies montagnes.

Plutôt une plaine bouleversée,

égarée pour une raison mystérieuse,

propulsée dans le ciel,

plus proche de l'espace que de notre planète.

 

 

Tout n'est pas volcanique dans ce paysage.

On trouve aussi du granit :

vestiges de l'ancien socle  hercynien.

 

Par exemple ici, dans cette zone dite "la lune",

où les glaciers quaternaires ont raboté les rocs,

en ont adouci les formes,

leur donnant l'aspect d'un immense troupeau de moutons.

 

Que ces prairies, disons plutôt ces zones herbues,

plutôt maigres et austères en général,

malmenées par les vents,criblées de rochers,

parsemées de tourbières où officient les plantes carnivores,

drosères, grassettes,

et où les sphaignes font des prodiges pour retenir l'eau,

 

que ces zones soient devenues des pâturages

où de gros animaux mènent une vie totalement sauvage

pendant 5 mois chaque année,

ajoute sans doute une touche de mystère à la région. 

 

Ces troupeaux, en apparence paisibles,

mais il ne faut pas trop s'y fier,

évoquent pour  nous, visiteurs occasionnels,

d'une façon symbolique,

une autre façon de vivre.

 

Une façon de vivre qui serait centrée sur des gestes simples,

dans une ambiance de repos, de silence, de contemplation.

 

C'est tout à fait subjectif, mais on pourrait même imaginer

que ce mode de vie génère une certaine jouissance d'être,

tout simplement.

 

Les burons, isolés,  nombreux, répartis sur tout le territoire,

mais ayant tous cessé d'être utilisés selon leur vocation primitive,

la fabrication de la fourme,

font désormais partie de l'histoire.

 

Un seul semble-t-il tente de perpétuer la tradition :

traite des vaches, fabrication du fromage,

et culture de la pomme de terre,

la réunion finale de ces deux éléments

aboutissant à la confection de l'aligot.

 

L e voici, "protégé" par son arbre. 

Plus loin, le troupeau qu'il faudra aller chercher pour la traite.

 

 

 

 

                   aubrac2011-4-buron.jpg

 

 

 

 

 

Les normes hygiéniques modernes ont fait disparaître cette pratique.

Mais pas seulement :

la vie des "buronniers" était particulièrement rude.

Ces temps sont bien révolus.

 

Les troupeaux ne sont plus traits.

Les veaux s'en chargent.

Et la production est maintenant centrée sur la viande.

 

 

Commenter cet article

Pascale 04/08/2011 15:53



Eh non je ne connais pas ! c'est mon père et mon frère qui connaissent bien et je leur fait confiance !



kasimir, dit pinson déplumé 04/08/2011 21:43



tu es une sage


et oui, nous sommes ben obligé de partager le plaisir des découvertes faites par les autres.


Nous ne pouvons tout voir.


Et c'est même l'intérêt du partage entre nous.


Nous participons réellement aux explorations réalisées par les autres, les plongeurs sous marins,les spéléologues, les
cosmonautes....



Pascale 30/07/2011 20:19



Coucou, je reviens de vacances, je ne te dis pas le nombre de mails que j'ai en non lus dans ma messagerie ! J'espère que tu vas bien, en tout cas ce bel article le laisse supposer. Ah l'Aubrac !
certainement une des plus belles régions de notre beau (et pas grand) pays !
Bises



kasimir, dit pinson déplumé 31/07/2011 22:56



Alors tu connais l'Aubrac ?


Dans quel coin as-tu été ?



ALN 27/07/2011 09:24



Aubrac-Symphonie, super!



kasimir, dit pinson déplumé 27/07/2011 21:53



ah tu connais !


c'est ça que je vais indiquer sur mon blog



ALN 27/07/2011 09:22



Je pense que oui....Mais planter 4pointes dans une bobine de fil vide en bois, je sais faire....Le plus dur, trouver la bobine en bois!!!!Bisous



kasimir, dit pinson déplumé 27/07/2011 21:52



tu m'as donné l'envie d'aller voir sur le net


OK:  c'est une solution pour tricoter, mais il faut un fil de laine.


Mon problème c'est de transformer la laine brute en fil.


Alors là, je compte sur toi !



lenez o vent 26/07/2011 21:15



le chantre de l' Aubrac des temps modernes


bisous pinson



kasimir, dit pinson déplumé 26/07/2011 23:07



oh ce titre n'est pas mérité !


je n'ai eu avec ce pays qu'un contact absolument partiel.


et bref.


C'est le souvenir que j'en ai tiré : rien de plus.


Si tu veux entendre un véritable chantre de l'Aubrac, essaie d'aller sur ce lien.


http://www.aubrac-symphonie.com/


si ça marche tu vas entendre la voix d'un conteur extraordinaire : Amédée
Besset. 


Lui est le chantre de l'Aubrac, et il a édité un superbe livre....


un magnifique cadeau à faire.  


 



Aln 26/07/2011 17:09



Jeanne d'Arc.....c'est une partie de l'histoire de France que j'ai souvent traitée à ma façon 


La laine de tes moutons, j'en ferai du tricotin...j'aimais bien cela quand j'étais môme..



kasimir, dit pinson déplumé 26/07/2011 22:50



ah mais ça c'est une super idée !!!!


                                                            


ça se vend encore les tricotins ?


                                                    



ALN 26/07/2011 08:50






j'ai vraiment ri à l'idée que tu puisses m'imaginer un instant en bergére à la quenouille!



kasimir, dit pinson déplumé 26/07/2011 15:48



tu as ri ?


hélas, moi j'étais sérieux,


et j'espérais que tu allais me demander la laine de mes moutons pour t'exercer


c'est vrai que depuis l'histoire de Jeanne (d'Arc) il vaut mieux être prudent....



L@urence 25/07/2011 21:25



j'aime ces cailloux, j'aime ce côté sauvage de cette région


mais je ne pourrais pas m'y adapter pour y vivre ...


bisous kasi, et bonne nuit



kasimir, dit pinson déplumé 26/07/2011 08:32



moi non plus, Laurence !


Déjà le matin il faisait plutôt frais (un matin chute à 3°)


mais l'hiver y est particulièrement long et rude...


vive la Limagne !



ALN 25/07/2011 17:21



OK.je lirai sous un arbre car je faisais le désespoir de mes parents en m'intértessant  si peu à la ferme.bisous



kasimir, dit pinson déplumé 26/07/2011 07:53



sous un arbre ?


ah mais c'est un excellent endroit pour filer la laine de mes moutons !



gazou 25/07/2011 13:30



J'aime ces paysages épurés où, comme le dit Jackie, l'indicible peut se dire et l'invisible apparaître


Y a t-il une ressemblance entre ce paysage et toi ? Je ne sais pas..toi seul peut le dire...Fie toi à ton ressenti et , si tu veux, raconte nous



kasimir, dit pinson déplumé 25/07/2011 17:10



Mon ressenti ?


Je ne crois pas que ce soit  une ressemblance entre moi et ce paysage.


Et pourtant, quand on s'y immerge, c'est un peu comme si on était dépouillé de soi même,


et que l'on se trouve comme déshabillé de ce que l'on croyait être notre moi.


En fait mon expérience a été beaucoup trop courte pour que je puisse en parler réellement.


Mais c'est exactement ce qui se passe pour celui qui se retire dans le désert.


Face à ce paysage "épuré", c'est en effet cela :


tous les "vêtements" de notre"moi" tombent un à un.


Il reste quoi ?


L'indicible.


Bon... c'est peut-être pas très clair....


Alors je m'envole avec le chant de l'alouette : seul psaume digne du ciel de l'Aubrac.



ALN 24/07/2011 19:33



Kas, tu viens d'une autre planéte et c'est là que tu as eu ta période glaciaire...L'Aubrac , Le cantal sont des régions magiques....Mais j'aurais beaucoup de difficultés à y vivre en hiver.


les agriculteurs ne sont plus des buronniers, mais ils ont encore VACHEMENT de boulot et je n'échangerai pas ma vie contre la leur car pour fuguer en vacances,pas si facile que cela pour eux.


Tu idéalises vraiment la vie des agriculteurs!Il te faudrait un stage d'un mois dans plusieurs fermes; Aubrac, Cantal , Bourbonnais (1 trimestre).je ne t'envoie pas en Limagne car là plus de
vaches!!!!Ensuite, tu trouveras jolies ces régions mais moins poétique leur boulot.


Bravo à Kas pour ses dessins et ses écrits et bravoà tous les paysans des temps anciens ou modernes.bisous à tous



kasimir, dit pinson déplumé 25/07/2011 16:59



oui : O K, trouve moi un stage


Promis, hein...


tu pourras même t'inscrire en même temps que moi !



telos 24/07/2011 15:31



je suis dans l'inconnaissabilité......


Nietzsche ma star...hihi!! a dit :


" Le demi savoir triomphe plus facilement que le savoir complet; il voit les choses plus simples qu'elles ne sont et par là en donne des idées plus compréhensibles et plus convaincantes. "


çà tu vois quand tu es c.. enfin nulle comme moi çà fait du bien ....


bise



kasimir, dit pinson déplumé 25/07/2011 16:57



il y a un paradoxe, qui n'est pas que formel


et si tu me permets je soulignerai une petite erreur de ta star Nietzche


il parle bien à tort du savoir complet : celui-ci n'existe pas.


C'est une fiction.  


Le "triomphe" du demi savoir est purement illusoire lui aussi :


en sachant peu, on croit qu'on sait.


En sachant plus, on découvre qu'on ne sais presque rien,


et plus on "sait", plus le mystère se dilate,


 un peu comme un ciel étoilé:


plus on est capable de l'explorer,


 plus il se révèle dépasser la mesure de nos petites pensées.


Les idées que permettent un demi savoir sont peut-être convaincantes,


mais elle nous enfoncent dans l'illusion.


J'aime bien Nietzche, mais il n'a pas été jusqu'au bout de sa logique.


Alors tu n'es ni c... ni nulle,


et cependant tu es dans l'inconnaissabilité, ça oui !


Plus on connait quelqu'un, et plus cette certitude devient évidente, incontournable.


Et ça c'est proprement admirable, autant que la profondeur d'un ciel pein d'étoiles.


Le mystère est vers les deux pôles de l'univers, l'infiniment grand et l'infiniment grand; mais il est aussi en direction du trosième pôle, celui
de l'âme humaine, qui est le domaine de l'infiniment complexe.



ozymandias 23/07/2011 21:19



et voici le chant du Pinson


 tres joli, je les entends dans les arbres de mon jardin le matin...


bisous à toi  écoute bien mon Pïnson


http://www.youtube.com/watch?v=TBJmRP4EENA&feature=related


joelle



kasimir, dit pinson déplumé 25/07/2011 16:37



Ohohoh !


je ne crois pas que je chante aussi bien !!!!


bonne balade Joelle



nono 23/07/2011 21:14



Bonjour Kasimir,


Oui c'est vrai sur l'Aubrac  il est tombé une pluie de cailloux !!!!!!!!!!!!!


Un plateau magique !


Bonne soirée.


Nono



kasimir, dit pinson déplumé 25/07/2011 16:27



 


bonne semaine Nono.



mamiekeke 23/07/2011 19:36



 


Bah moi je ne trouve pas du tout que ce coin soit beau , je  crois surtout


que pour aimer il faut être du coin , mais le joli dessin en bas d' article


alors là oui j' adore , mais je ne sais pas s' il représente AUBRAC ....?


 


Bisous mon Kasimir de ton petit lookum marseillais .


RENEE (mamiekéké).







kasimir, dit pinson déplumé 25/07/2011 16:25



le petit dessin représente un buron en Aubrac.


Les pommes de terre poussent encore devant, et dans ce bâtiment


on fait encore du fromage.


Mais c'est une exeption qui souligne que cette pratique est totalement abandonnée.


Eh ... petit loukoum marseillais, veux-tu la fin d'Aladin ?


Il semble que plus personne ne le lit.



cagou 23/07/2011 11:28



la façon dont tu parles de l'aubrac ,ces magique plein de lumiere!


mieux que le cantal que tu decris d'une grande tristesse comme ton dessin...


reste sur la lune au pays du rire!


tous le monde ,devrais avoir droit ,a un morceau de soleil dans sa vie!


 



kasimir, dit pinson déplumé 23/07/2011 23:48



je ne ressens pas le Cantal comme triste !


Mais il est vrai que le dessin que j'ai fait, imaginairement, du Puy Mary, est triste.


Sans doute avais-je en tête en le faisant la dure condition de vie que l'histoire des burons évoque, et pas l'agrément d'une sympathique
balade au soleil d'été par une belle apm !


Oui, tu as raison : nous avons tous besoin d'entrer en contact avec la joie du monde,


avec ce qui dans le monde met de la joie en nous.


Tout est donc à représenter : les différents aspects du monde.


Joie et souffrance.



Jackie 23/07/2011 08:15



La magie de l'Aubrac, c'est je crois la lumière : Partout elle vous enveloppe. Terre en plein ciel, rien de tapageur, le silence est partout présent, la roche affleure partout, mais une
roche  fleurie de lichens....Paysage épuré et profond...C'est dans des lieux comme celui-ci que l'on approche de lindicible, de l'invisible. C'est du moins mon ressenti....



kasimir, dit pinson déplumé 23/07/2011 23:33



Paysage épuré...


oui, c'est cela,


et de ce fait inondé de lumière



telos 23/07/2011 07:46



tu nous la racontes bien..j'ai souvenir de chaleur et de papillons bleus..



kasimir, dit pinson déplumé 23/07/2011 23:30



c'est un peu ça :


simplification du monde


sa réduction à quelques éléments essentiels.


C'est ce qui permet à l'esprit de s'envoler, comme l'alouette.



Jackie Coccy 23/07/2011 01:15



Bonjour Pinson ... le décalage horaire oblige. La vie devait être bien difficile mais le paysage semble effectivement venir d'une autre planète. La lune dis-tu ? Etrange ! Ca ne te
ressemble pas.  Demain je vais au pays du rire. Bises  


 



kasimir, dit pinson déplumé 23/07/2011 23:24



L'étrangeté des paysages tient peut-être à la diversité des influences qui les ont modelés.


Là, dans ce lieu dit "la lune", on a peine à se représenter qu'il fut recouvert par une énorme calotte de glace, qui, par son lent mouvement de
rabot, a transformé ces blocs de granit en un troupeau de moutons, puis qui a ,  par sa fusion, généré des torrents furieux qui ont déblayé tous les éléments les plus
friables.


A quoi je ressemble moi-même ?


J'aimerais qu'on me le dise


car moi même, je ne le sais pas trop :


devant un tel paysage, j'ai eu  l'impression de ressembler moi même à ce paysage si étrange


ce qui m'a plongé dans une certaine paix, mais aussi dans une certaine perplexité....


J'en arrive à me poser des questions aussi absurdes que celle-ci :


dans ma vie, quand donc ai-je connu une période glaciaire ? 



Aziyadé 22/07/2011 21:27



Et oui bon Kasimir, les temps changent, il parait que ça s'appelle l'évolution ! Même si tu es sur la Lune, tu n'es pas dans la Lune petit pinson et très
vite tu vas constater qu'il n'y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas


Bonne nuit l'ami


Chantal



kasimir, dit pinson déplumé 23/07/2011 23:10



Les montagnes en effet ne se rencontrent pas : elles montent jusqu'à tutoyer les nuages,


 puis les nuages se vengent et les arrosent tellement qu'ils les font disparaître,


ce qui est presque incroyable !


Mais alors... pour le reste.... je reste dans l'interrogation !



Andrée 22/07/2011 21:25



Bonsoir Kasimir,


Une belle description de cette région et de son mode de vie , maintenant du domaine du souvenir . Je m'émerveille de ceux qui tentent à tout prix de garder les traditions. Les temps évoluent ...
est-ce pour le mieux ? Tes aquarelles sont très belles . Bonne soirée, bisous



kasimir, dit pinson déplumé 24/07/2011 00:08



C'est sans doute le but des musées


mais il est vrai que de les conserver d'une façon vivante, c'est encore mieux.


Tant de techniques (artisanales) se perdent.



La curieuse 22/07/2011 18:54



Bonjour Mr pinson Déplumé.


S'il n'y a plus de buronniers, que sont devenus les maisons des 7 nains ? Y avez-vous rencontré Blanche-neige vous qui fréquentez Blanche de Castille ?


Bonne soirée.



kasimir, dit pinson déplumé 23/07/2011 22:58



Il est vrai que les burons étaient, et sont encore, des constructions basses,


et on pourrait penser qu'elles étaient habitées par des nains.


En fait seulement par des travailleurs qui vivaient dans des conditions très précaires, avec un confort plus que limité.


Mais ces burons étaient construits d'une façon tellement solide que beaucoup sont, au moins extérieurement, presque intacts.


Non, je n'y ai pas rencontré Blanche Neige, encore que, d'une certaine façon, si.


Cette dernière réponse... c'est pour ne pas tarir votre curiosité !