- Bonheur - Malheur - 1 - Qui l'emporte ? - Le conte de Pauvre JO -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

 

Qu'est-ce qui l'emporte dans une vie ?

 

Dans la mienne... dans la vôtre.

 

Le bonheur ou le malheur ?

 

Les peines ou les joies ?

 

Comment faire le bilan ?

 

 

 

Connaissez-vous le conte du pauvre JO ?

 

 

 

Pauvre Jo.

 

Jo était pauvre.

 

Il n’avait qu'un cheval.

 

Ses voisins venaient le voir et disaient :

« Pauvre Jo, tu n’as q’un cheval !

Tu n’as vraiment pas de chance !».

 

Et lui répondait :     « Bof Bof, on verra bien ».

 

Un jour son cheval est parti.

Il n’avait plus de cheval du tout.

 

Les gens sont venus le voir et lui on dit :

«Pauvre Jo,  ton cheval est parti !

Tu n’as vraiment pas de chance ! ».

 

Et lui répondait :     « Bof Bof, on verra bien ».

 

 

Un jour son cheval est revenu

et il ramenait cent chevaux sauvages derrière lui,

qui sont rentrés dans la cour.

 

Les gens sont venus le voir et lui on dit :

 « Et bien Jo, tu as beaucoup de chance ! ».



Lui a répondu : « Bof Bof, on verra bien ».

 

Jo avait un fils.

 

Lui et son fils ont dressé les cent chevaux,

et ils sont devenus riches.

 

Les gens sont venus et ont dit :

« Et bien dis donc Jo, tu as vraiment beaucoup de chance ! ».

 

Et lui a répondu :      « Bof Bof, on verra bien ».

 

 

Un jour, en dressant les chevaux,

son fils s’est cassé une jambe.

Et après, il boitait.

 

Les gens sont venus le voir et lui ont dit :

 

« Pauvre Jo, tu n’as vraiment pas de chance ! 

Tu n’as qu'un fils, et maintenant il boite

et ne peut même plus monter à cheval ».

 

Et lui répondit :       « Bof Bof, on verra bien ».

 

Un jour la guerre a éclaté : Boum !

Boum Boum et Boum !!!! 

 

Tous les jeunes hommes du village sont partis à la guerre.

 

Seul le fils de Jo est resté au village.,

On n’avait pas voulu de lui.

 

Les gens sont venus et ont dit à Jo :

 

« Et bien dis donc, Jo, tu as vraiment beaucoup de chance !

Tous nos fils sont partis,

et le tien est resté ! ».

 

Jo a répondu :                « Bof Bof, on verra bien ».  

 

 

 

 

 

 

                             bonheur-malheur.jpg

 

 

 

Bon, chacun de vous peut continuer cette histoire...

 

car c'est un peu celle de chacun de nous.

 

Mais si vous voulez, je puis vous raconter une histoire vraie.

 

C'est celle d'un bien beau jeune homme.

 

Appelons-le Xavier.

 

Intelligent, joyeux, aimant la vie.

 

Toutes les filles étaient folles de lui

 

et ma foi... bon, je peux pas tout vous raconter !

 

A l'âge de 22 ans, un beau jour d'été...

il quitta la capitale pour descendre sur la Côte d'Azur.

En voiture : la voiture sport de son cousin.

 

Ah les belles vacances en perspective ! 

Arrivés sur la Côte...

il ne restait plus que quelques kilomètres à faire...

le cousin conduisait...

il a raté un virage.

 

La voiture  est descendue dans un petit ravin.

Oh pas très profond.

Un petit accident en fait.

 

Seulement Xavier... ne pouvait plus bouger ses jambes.

 

Section de la moelle lombaire.

Paraplégie.

Définitive.

Fauteuil roulant.

 

Il n'y avait pas que les jambes qui ne bougeaient plus.

 

Avec les filles... ce n'était plus pareil non plus.

 

Ce qui n'empêche pas l'amour.

 

Xavier ne se découragea pas.

 

Il apprit à conduire une voiture.

 

Il vécu avec une femme un grand amour.

 

Ils désirèrent avoir un enfant.

 

Ils voulaient une fille, qu' ils auraient appelée Anna.

 

Mais voilà...

 

les petites graines, têtues, restaient dans leurs tabernacles.

 

Impossible de les en faire sortir.

 

Même en leur chantant :

 

ah tu sortiras, biquette biquette ...!

 

 

 

On leur parla d'une possibilité :

 

faire  pour eux un peu ce que les insectes font pour les fleurs.

 

Mais ils n'osaient pas.

 

Une nuit il fit un rêve : il participait à une fête juive

 

et la foule n'arrêtait pas de chanter :

 

Hosanna, Hosanna !

 

Xavier compris qu'on lui criait : Ose Anna ! Ose Anna !

 

Le lendemain, il dit à son amie : on y va !  

 

Ils firent le nécessaireet vint une fille.

 

Et ce fut Anna

 

qui devint la plus jolie des petites filles !

 

 

**************

 

 

Bon... pourquoi je vous raconte tout ça ?

 

Parce que je ne sais comment le dire.

 

Mais le bonheur et le malheur, ça ne se comptabilise pas .

 

Il y a bien sûr des évènements terribles qui peuvent survenir...

 

et nul ne peut les minimiser.

 

Mais au delà de ces drames, la question reste posée.

 

Même frappés par de grands malheurs,

 

certains d'entre nous garderons un élan, un foi dans la vie...

 

on pourrait dire une joie de vivre.

 

Même s'ils sont crucifiés par la vie.

 

D'autres, avec ou sans grands "malheurs",

 

se lamenteront, se jugeront irrémédiablement malheureux.

 

Seront d'une humeur de charbon.

 

 

 

Pardon d'avoir abordé un tel thème, bien trop profond.

 

Mais voilà, c'est fait...

 

Alors je m'éclipse.

 

 

 

 

                                        atomes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

.

 

Publié dans conte

Commenter cet article

Mari jo 12/06/2012 15:13


Bonjour pinson déplumé,

La vie avec ses p'tits bonheurs et ses grands malheurs. Je connais. Dans les bons moments, on a de la chance et dans les moins bon pas de bol. Alors Jo répond toujours 'on verra bien'; moi, je me
disais 'ben profite de ce bon moment car le mauvais ne va pas tarder à venir et quand le mauvais moment était là et bien je me disais 'Ne désepère pas il finira pas partir, attends qu'il s'en
aille' et voilà et je pense que j'ai tenu par ces petites réflexions.

Depuis ma pré-préretraite, je vis dans mon petit trou, tranquille et vit de ce que l'on a juste besoin. Remarque vu notre âge (mon mari 69 et moi 56) a-t-on besoin de beaucoup de choses? pour
nous non. Et quand mon mari me dit 'que veux-tu on est pauvre' je lui ai toujours répondu 'c'est pas grave' et je peux te dire pinson que dans certains moments oui on était pauvre et alors
! le bonheur tient à si peu de chose.

Une bien jolie hisoire que celle de Jo. Merci de nous en faire profiter.

Bonne journée et bise à toi pinson déplumé.

kasimir, dit pinson déplumé 12/06/2012 15:56



vu notre âge, a-t-on besoin de  beaucoup  de choses ?


matérielles... non


mais de sagesse : beaucoup


qu'elle demeure chez vous, toujours abondante !



eMmA 10/06/2012 10:50


Ta réponse est extraordianire, imagée pour que nous comprenions bien.


Tu nous es super nécessaire, Kasimir !


 


Bon diMAnche à toi, à tous.


eMmA


 

kasimir, dit pinson déplumé 11/06/2012 11:48



merci eMmA


nous sommes tous nécessaires les uns aux autres


bonne journée et bonne semaine aMie eMmA



Jackie 10/06/2012 10:04


Notre vie est faite de souffrances et de joies, mais il me semble que les souffrances nous marquent davantage, elles ont plus d'impact, plus de poid, Nous ne sommes plus les mêmes après une
grande peine... Oserais-je dire que nos blessures sont formatrices  ??? L'éducation des enfants ne passe-t-elle pas par la frustration ???


Notre capacité à rebondir après une grande douleur dépend sans doute beaucoup de ce que nous avons reçu durant notre enfance et nous ne sommes pas tous égaux face à la douleur.


Le désespoir peut nous anéantir... Pourtant il suffit parfois d'un rien, (un sourire une main tendue) pour que notre blessure devienne supportable et peut-être (comme l'histoire que tu racontes),
se transforme en soleil ????


Pas facile ce sujet...J'espère n'avoir pas été trop obscure.


Je te souhaite un très bon dimanche et t'embrasse Pinson.

kasimir, dit pinson déplumé 10/06/2012 10:59



merci merci !!!!


je vais reprendre tout ça dans un N° 2 (mardi)


bises



Alexandrine 10/06/2012 08:43


Tu as changé d'avis, finalement.


 


C'est surement préférable.


 


Be happy.

kasimir, dit pinson déplumé 10/06/2012 10:57



?????????????????


mais si c'est bien, alors c'est bien


bonne route



eMmA 10/06/2012 00:47


 


Pourquoi cette inégalité ?


Sans doute, grâce ou à cause de son histoire, son éducation, les événements qui nous ont construits, nos guides et nos modèles...


C'est pour moi un peu inexplicable et j'ai le sentiment que, en tout cas pour moi, ce sont toujours les mêmes schémas qui se mettent en place.


Si je sombre tout au fond de la piscine, il y a toujours un moment -que je ne maîtrise pas- où je vais pousser très fort sur mes pieds pour remonter à la surface.


Ce doit être une sorte de réflexe de vie qui montre que l'on m'a offert les armes pour résister...


 

kasimir, dit pinson déplumé 10/06/2012 10:40



les mêmes schémas qui se mettent en place...


un réflexe qui montre que l'on m'a offert les armes pour résister....


c'est absolument ça : et nous en avons comme l'écho dans nos ordinateurs.


Pour faire quelque chose, par exemple résister aux "virus",


ou lire tel ou tel document, il faut avoir le bon logiciel.


Si on ne l'a pas... on ne peut pas


de même pour les jambes : si on n'en a pas, on ne peut pas marcher.


si nous n'avons pas reçu dans notre petite enfance tous les bons logiciels nécessaires, il va falloir essayer de nous les procurer, de les téléchargr en
nous, ou de les ... proxicharger.


Echangeons nos logiciels.


Les copies sont gratuites !



Danielle 09/06/2012 21:19


Oui, il serait peut-être intéressant que tu développes la notion de bonheur et de malheur car il est vrai que l'on n'imagine pas le bonheur de la même façon qu'après avoir connu le malheur, dans
toute sa tragédie. C'est là que l'on prends vraiment conscience ... Bisous pinson. Danielle

kasimir, dit pinson déplumé 09/06/2012 21:29



je vais essayer


après avoir ressenti ce premier aticle comme un échec de ma part (dans ma tentative d'explication) il m'est venu une idée, en lisant les comm



ramon 09/06/2012 20:32


Très bel article,


plein de sagesse, d'humanité.


Poignant aussi.


Curieux...


Je viens de terminer un article sur la "résilience"...


Y aurait-il eu transmission de pensée?


Passe un bon week end.

kasimir, dit pinson déplumé 09/06/2012 22:44



bien possible Ramon


je vais aller voir chez toi



erato:0059: 09/06/2012 19:44


C'est bien que tu aies abordé ce thème .C'est l'éternel facette des Hommes .Cela me fait penser aux masques Jean qui rit et Jean qui pleure.


Je n'ai rien à ajouter à ton billet qui est parfait . Ta conclusion est très réaliste .Et je ne pense pas que l'on puisse changer les gens , chacun a ses arguments pour rester ce qu'il est .C'est
regrettable pour les " tristes" .


Ce n'est pas parce qu'on " sourit" à la vie , que l'on n'a pas eu notre dose de malheurs.


J'aime ton dessin qui est très symbolique.


Je te souhaite une belle soirée , bises Pinson


PS ton gribouillis de la fin , veut-il dire quelque chose? 

kasimir, dit pinson déplumé 09/06/2012 22:24



en effet, pas question de "changer " les autres


la seule chose que l'on puisse essayer de faire, c'est de se changer soi même


et c'est loin d'être facile


pour les autres on peut au mieux les aider


par notre patience


et parfois aussi par les limites de notre patience


faire savoir à l'autre que tout n'est pas possible.


Mon griboullis...?


non, i ne veut rien dire !!!


mais fan pense à un chantier archéologique...


ma foi, l'idée ne me déplait pas !!!!!


bises du soir , Andrée.



telos 09/06/2012 19:01


rebondir quand ça ne va pas et avancer toujours..la capacité de goûter le bonheur est en nous nul ne peut nous aider.. mais bon prendre la vie comme ma chanson en dérision c'est un peu ma
façon...ah ah je ne renie pas ce choix!!!


bonsoir

kasimir, dit pinson déplumé 09/06/2012 21:31



nous n'avons pas tous cette capacité, Telos.


Explique moi pourquoi


et je te tresse une couronne de laurier !



Esclarmonde 09/06/2012 18:26


Sagesse pour le premier, combativité pour le second. Sans doute différentes recettes pour affronter les grandes épreuves de nos vies... Bises et bon week-end

kasimir, dit pinson déplumé 09/06/2012 21:25



pourquoi certains parviennent-ils à se battre et à reconstruire leur vie autrement ?


je t'assure que c'est pour mol une énigme.


Et ce n'est pas en rapport avec la gravité objective de ce qui est survenu.


bises, amie.



Danielle 09/06/2012 17:42


Parfois le bonheur, une vie sereine peuvent devenir malheur en quelques heures ou en quelques secondes même. Des drames terribles peuvent survenir brutalement et tout se brise, tout s'écroule ...
c'est le gouffre. Et là, quelquefois une petite lumière survit, ressurgit et aide à continuer le chemin. Au-delà de terribles épreuves on peut retrouver l'envie de vivre, de sourire et d'aimer.
On n'oublie pas mais on essaie de voir le positif possible, la vie est belle malgré tout et je crois qu'il ne faut pas l'ignorer, de petits bonheurs sont encore possibles, la nature est là pour
nous aider à reprendre espoir et l'apaisement, une main qui se tend, un regard ... les peines et les joies ne peuvent pas s'équilibrer et je crois qu'il faut essayer de saisir le bonheur quand il
passe pour compenser les jours sombres, la balance ne sera jamais stable, hélas ! J'aime bien ton dessin et surtout le phare qui se dresse au bout de la jetée et la mer, le bateau qui passe
et ce sympathique petit nuage qui veille sur la balance de la vie ... joli symbole ! Gros bisous pinson, bonne soirée. Danielle

kasimir, dit pinson déplumé 09/06/2012 21:11



nous savons que nous sommes très fragiles


mais nous pensons que les grands malheurs, ça n'arrive qu'aux autres.


Et un jour ça arrive, " en quelqes heures, en quelques secondes même"


et là tout bascule, la vie n'est plus la même et on ne peut repartir en arrière.


C'est alors que se pose ce problème, et cette question : c'est quoi, vivre ?


C'est quoi ce qu'on appelle "le bonheur" ?


Peut-être pas ce que l'on imaginait avant (une vie sans drame, une succession ininterrompue de chances)


J'ai bien envie de reprendre ce thème (qui me "travaille")


car j'ai l'impression d'avoir été particulièrement confus


mes 2 histoires viennent là comme par hasard


bisous du soir, Danielle.



eMmA 09/06/2012 16:33


 


Tu as bien raison et pour certains, l'élan de vie demeure le plur fort, même quand ils sont tombés très très bas. C'est une chance sûrement car ils attirent demain...

kasimir, dit pinson déplumé 09/06/2012 21:03



oui, une chance


 mais pourquoi cette inégalité entre nous ?


 



fan 09/06/2012 13:04


... très amusant la vue depuis le nuage rose, qui resemble à un lion couché, et les éclipses ont l'air d'un site archéologique, lieu de vacances? Pour le reste... trop profond pour moi,
aujourd'hui...


je t'embrasse Kasimir "glücklicher" (?) Buchfink!

kasimir, dit pinson déplumé 09/06/2012 21:01



j'aime ton point d'interrogation après "glücklicher"


je suis d'accord avec toi, ce sujet est trop profond


et j'ai l'impression que je n'ai pas su dire ce que je voulais


comme quelqu'un qui veut ouvrir une porte et ne trouve pas la bonne clé.


Pas impossible que je fasse une nouvelle tentative...


oui, je sais, je suis aussi entêté qu'une mule !


Bisous, Fan.



hélène 09/06/2012 12:51


QSuel mystère que la destinée...


Je citerai ces quelques mots de Lan-Tseu.....qui le résume  ainsi;


"Tout homme porte sur son dos l'obscurité


Et serre dans ses bras la lumière"


Je t'embrasse , sage penseur


hélène


 


 


 

kasimir, dit pinson déplumé 09/06/2012 20:55



total mystère !


la lumière dans nos bras, nos mains ????


comme pour nous guider sur la route ?



Viviane 09/06/2012 10:56


Juste un petit coucou rapide !
La vie, notre vie est ce qu'elle est ! parfois décevante et parfois magnifique.
la seule chose qui en est l'inconnue c'est : "demain" !
Bisou et bon dimanche.
Viviane 

kasimir, dit pinson déplumé 09/06/2012 20:53



l'inconnu de demain


c'est le sel du désir, de l'espoir, de la curiosité.


demain, je vais justement rencontrer des personnes que je n'ai pas encore vus.


Emotion contenue...


j'espère que tu passes toi aussi un heureux WE


 



telos 09/06/2012 09:33


je n'ai pas pris le temps de lire ton article je repasserai ce soir là pas le temps juste repris les 2 premiers mots.. bye

kasimir, dit pinson déplumé 09/06/2012 20:45



pas le temps...


peut-on faire quelque chose pour toi ?


une quête : chacun te donnerait quelques minutes,


plus ou moins selon son coeur ....



telos 09/06/2012 09:29


http://www.youtube.com/watch?v=evb3RMZouTI


le splendide la salsa du démon


 


 ah ah ça j'adore......scuse kasimir de ma différence... bisou/pote

kasimir, dit pinson déplumé 09/06/2012 20:43



ah... je viens d'écouter la "Salsa du démon" sur you tube


et je comprends mieux maintenant ton comm !


ta différence ?


mais je n'ai rien à excuser : on s'ennuierait si on ne t'avait pas !


bisou, potesse !



telos 09/06/2012 08:21


horreur malheur..je suis belzébuth..lalal je suis en rut;. tu connais la chanson;..bise pas le temps;..

kasimir, dit pinson déplumé 09/06/2012 09:25



oulala, tu serais le dieu des mouches, et en rut, et surbookée ????


alors là....


je ne connais pas du tout la chanson


je crois que je vais prendre pour de vrai quelques vacances !



Éric G. Delfosse 09/06/2012 02:12


Sinon, à part ça, on verra bien...

kasimir, dit pinson déplumé 09/06/2012 09:15



wait and see



Josiane 09/06/2012 00:18


Voir le verre à moitè vide ou à moitè plein! chacun sa façon de réagir aux leçons de la vie!!


Bonne fin de semaine.

kasimir, dit pinson déplumé 09/06/2012 09:14



l'image du verre à moitié plein/vide est bien intéressante


va-t-on se réjouir de ce qu'on a à boire


ou se lamenter de ce que l'on a pas ?


Le choix va donner des "vies" bien différentes.