- Conte de la Cigogne Jaune : 3 me édition ! -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

Ce conte, je l'avais réédité le 3 janvier 2010

spécialement pour Agathe,

qui aime tant la Chine, et y a voyagé. . 

 

J'ai rencontré hier, dimanche 8 janvier 2012,

une femme sculptrice, dans son atelier.

Je parlerai bientôt d'elle,

mais comme elle aime les contes, et la Chine aussi,

                                           
(c'est pourquoi j'ai fait sa connaissance,

 et grâce à ce conte précisément ) 

  

je le replace ici.

  

 N'est-il pas vrai que, lorsqu'on aime un conte,

on peut le redire de nombreuses fois ?

  

 Or c'est bien le cas pour celui ci.

  

  

  

  

         La cigogne Jaune.

  

 


 

Il était une fois un étudiant très pauvre
qui vivait dans une lointaine contrée de Chine.

 

Il avait comme seul trésor
un petit bout de craie jaune 
qu'il gardait au fond de sa poche rapiécée.


Il habitait une auberge,
et l'aubergiste voulait bien lui faire crédit.

 

Un jour l'étudiant lui dit :

Voilà, je dois partir, 
et je n'ai toujours pas un sou pour vous payer, 
mais je vais vous  faire un cadeau qui a bien plus de prix
que  tout  l'argent que je vous dois.
 
 

 


L'étudiant sortit la craie jaune de sa poche
et se mit à dessiner sur le mur blanc de l'auberge
une cigogne aux pattes fines, au cou allongé.  

 

 

 

 

 

 

                       cgj.jpg         

    
          

 

 Et il dit à l'aubergiste : 

 

 


 Chaque fois que vous aurez du monde à l'auberge, 
 demandez aux convives de frapper trois fois dans leurs mains, 
  la cigogne dansera, et vous deviendrez riche. 


  Mais n'oubliez pas : 
  jamais la cigogne ne dansera pour un homme seul.

 

 

 


L'aubergiste, étonné, laissa partir l'étudiant,
car il avait de l'amitié pour lui.

 

Le soir même, quelques voyageurs vinrent à l'auberge.
Ils prirent leur repas dans la grande salle.

L'aubergiste leur demanda de frapper trois fois dans leurs mains.

     
Alors la cigogne jaune bougea une patte,
puis l'autre,
pencha la tête,
déplia ses ailes,
et finalement se détacha du mur,
sauta entre les tables et se mit à danser ,
à exécuter mille cabrioles,
avec une telle légèreté, avec une telle grâce,
que les clients de l'auberge étaient émerveillés. 

 

A partir de ce jour, l'auberge fut toujours pleine,
car on venait de partout pour voir le prodige.

                   
Et l'aubergiste devint riche comme l'étudiant l'avait prédit.



                              ****

  

 

 

Un soir un riche marchand arriva à l'auberge
et il dit à l'aubergiste : 

 


Je veux être seul à goûter le spectacle.
Faites sortir tous ceux qui sont là ! 
   



L'aubergiste, se rappelant ce qu'avait dit l'étudiant, refusa.

 

Mais le riche marchand lui donna beaucoup d'or,

si bien que l'aubergiste finit par accepter

et il renvoya tous ses autres clients.

 

Le riche marchand, installé seul à sa table,

frappa trois fois dans ses mains.

La cigogne jaune bougea une patte,
puis l'autre,
pencha la tête,
déplia ses ailes,
et finalement sauta au milieu de la pièce,
et se mit à danser.

                                  
Mais sa danse était si lente, si triste,
qu'elle donnait envie de pleurer.


 

C'est alors qu'on entendit frapper doucement au carreau.

Au carreau d'une fenêtre qui était entrouverte.

C'était l'étudiant qui était de retour.

La cigogne le regarda,
avança vers lui,
sauta par la fenêtre.


Puis ils s'éloignèrent tous les deux dans la nuit
et on ne les revit plus jamais.

 



                                              cgj.jpg

 

 

 



  

Ce à quoi me fait penser ce conte,
c'est au plaisir que nous procure

tout ce que nous mettons en commun.

                    

 

"frapper dans ses mains, tous en,semble"

pour faire danser la cigogne jaune,

cela me fait  aussi penser à la marche de Radetzky

qui fait applaudir  en même temps beaucoup d'européens,

tous en même temps, au premier janvier de chaque année.

 

Cette marche mériterait de devenir un des hymnes de l'Europe,

cette Europe de l'amitié que nous appelons de nos voeux,

au même titre que l'hymne à la joie de la neuvième symphonie.

 

Mais cette année encore j'ai oublié d'écouter le fameux concert !

 

Publié dans conte

Commenter cet article

Pascale 16/01/2012 09:39


J'aime beaucoup ce conte, plein de sagesse bien sûr mais en plus facile à lire, pas trop long, comme j'aime.
Tu veux écouter la marche Radetzky ? Je suis sûre que tu te rappelles que je l'ai mise dans mon article de "bonne année" ! ---->  http://lescontesdeyolie.over-blog.com/article-bonne-annee-95825354.html

Bises

kasimir, dit pinson déplumé 16/01/2012 20:51



ah merci !


ça fait du bien de temps en temps :


ça recharge les accumulateurs !



lenez o vent 15/01/2012 07:48


merci pour ce joli conte


bisous

kasimir, dit pinson déplumé 15/01/2012 17:08



bisous aux parfums d'Alizés



Catherine D 10/01/2012 22:49


http://videos.arte.tv/fr/videos/beethoven_au_japon-6298368.html


 

kasimir, dit pinson déplumé 11/01/2012 00:36



un grand merci


je regarde cette merveille demain



Catherine D 10/01/2012 22:44


Non Kasimir, je n'étais pas seule mais avec une amie passionnée de photo elle aussi, et lorsque je vois de beaux cieux, je pense à ailleurs, au-delà...mon mari et mon fils adoraient regader le
ciel...Y a-t-il un au-delà? je n'y crois pas trop, mais nl'esprit ou l'âme, comme on veut,  s'élève quand l'horizon est immense. J'essaie de te retrouver le lien des japonais beethoveniens !


 

kasimir, dit pinson déplumé 11/01/2012 00:35



Y a-t-il un au-delà ?


cette question, on ne peut pas ne pas se la poser


quand on a perdu un enfant, un mari, une épouse, une personne aimée.


Alors on lève les yeux vers le ciel.


Où se cache t'il, ou t'elle ?


On imagine : loin.


Et si... tiens, je ne vais pas poursuivre ce ... raisonnement !


Je vais chercher un conte !


mais demain


Bisous Catherine.


Je ne tiens plus, je vais aller me coucher.



ramon 10/01/2012 19:49


La magie des cigognes est sans limites!


Bonne soirée l'ami,


Amitiés

kasimir, dit pinson déplumé 10/01/2012 21:47



est-ce que les cigognes s'arrêtent chez toi dans leurs migrations ?


moi je n'en ai vu ici qu'une fois, et c'était une noire.



telos 10/01/2012 15:20


merci de me répondre aussi longuement.peut être pas disponible à...pas envie de réfléchir.. de me poser de questions..mais tu commences à me connaître maintenant..


.je t'embrasse

kasimir, dit pinson déplumé 10/01/2012 17:39



pas envie de réfléchir....?


oh je ne te crois pas !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


mais je le reconnais : c'est difficile de dire ce qu'on pense


peut-être même impossible


on peut seulement essayer


essayer de commencer, enfin si l'on veut.


Moi aussi je t'embrasse , Telos



ALN 10/01/2012 15:02


Et dans le Loiret, la cigogne , dans les contes, est remplacée par le Pinson....Allez , frappons dans nos mains pour faire danser tous les oiseaux unis dans une même joie et Amitié.Biz Amikas

kasimir, dit pinson déplumé 10/01/2012 17:34



Dans mon terrain, j'ai un deuxième coin d'eau qui fait 83 M2


un jour j'y ai vu une ... je me demandais ce que c'était


ça ressembait à une cigogne, mais cet oiseau était tout noir.


Il s'est envolé.  


J'ai cherché dans mes bouquins (je n'avais pas d'ordi alors)


et j'ai découvert qu'il existait une espèce de cigognes noires.


Cet animal est revenu, pendant 8 jours.


Sans doute faisait-il une migration et il avait besoin de repos.


Je n'ai jamais réussi à le photographier, je l'ai seulement dessiné.


Ah ça aurait été chouette de le voir venir vers moi et manger dans ma main.


Snifff


nous vivons côte à côte sur cette planète,


mais ces animaux demeurent des êtres très distants de nous.


Bisous, ALN



Jackie 10/01/2012 14:58


Ta cigogne parait songeuse et hésitante...


Belle soirée Pinson


Bises

kasimir, dit pinson déplumé 10/01/2012 16:52



Ha oui,  elle doit être là telle qu'en la présence  de l'homme accapareur.


C'est bien ce que je disais : ce dessin n'est pas bien bon.



hélène 10/01/2012 10:06


La cigogne, ce conte délicieux et  tendre nous fait bien comprendre...ce que nous savons déja, la Joie ne vient que par le partage, la chaine de l'amitié aussi, que chacun de nos amis ait
une part de nous-même, partager est un mot ancré dans ma tête, pas d'égoïsme, et l'amitié qui nous unit durera longtemps...longtemps....


hélène

kasimir, dit pinson déplumé 10/01/2012 16:06



Et vois-tu, Hélène, cela rejoint parfaitement ton article sur la liberté !


Il faut être absolument libre (asservi en rien par l'autre) pour povoir partager !


Le partage n'est vrai et total que s'il est libre, et reste libre.


Si le don que je fais, ou que l'autre me fait, cesse d'être un don pour devenir un dû,


alors il n'y a plus partage avec l'autre  mais possession de l'autre.


C'est-à-dire esclavage !


C'est le drame du mariage (légalisé ou pas).


Tu me tiens, je te tiens, par la barbichette....


Le mariage est un grand danger pour l'amour !


Paradoxe : on ne peut s'unir totalement en amour à l'autre


qu'en ne le possédant pas !


C'est, il faut le reconnaître, presque impossible à réussir !!!!!



gazou 10/01/2012 09:25


Ta cigogne est bien belle et le conte aussi et il méritait bien que tu nous le redonnes...Oui, partageons nos trouvailles, nous n'en aurons que plus de bonheur

kasimir, dit pinson déplumé 10/01/2012 15:16



merci


cette cigogne, je l'ai dessinée il y a ... 4 années,


et je la trouve mastoc, mais je n'ai qu'à motié envie de la refaire


je ferai peut-être mieux de faire autre chose.



telos 10/01/2012 07:57


juste un petit bonjour plein de sympathie; je ne lis pas les contes;. tu m'en excuseras.mais cet oiseau a l'élégance de ton trait..

kasimir, dit pinson déplumé 10/01/2012 15:09



Je n'ai à t'excuser de rien du tout !


par contre, comme je suis très curieux, je me demande pourquoi tu ne lis pas les contes....


Contrairement aux fables , ils ne propsent aucune morale,


et ils ne portent aucun jugement, en tout cas pas explicite.


C 'est simplement un petit tableau, comme un dessin à la Daumier,


ou à la manière d'un dessinateur moderne.


Ensuite, si ce "tableau" est bien fait, même si ses images sont allégoriques,


cela provoque chez le lecteur, ou l'auditeur, une sorte d'écho.


Notre esprit est comme formé de diverses vallées, tissées les unes dans les autres,


toutes interconnectées.


Cet écho se répercute de vallée en vallée, et va toucher des points insoupçonnés.


Le récit du conte, souvent très éloigné, concrètement, de notre vie réelle,


va en fait être reconnu dans notre inconscient comme décrivant notre ve même !


C'est là tout l'intérêt du conte (traditionnel).


Il parle de nous !


Il est très différent des écrits de psychologie modernes,


qui eux se veulent froidement scientifiques, et objectifs. 


Le conte utilise un langage symbolique.


Il faut décoder.


Mais ça, l'inconscient sais très bien le faire.


Je vais publier un autre conte... extraordinaire, en plusieurs sens,


et en fait extrêment proche de nos expériences de vie.


J'espère que tu oseras le lire.



lylytop 10/01/2012 07:19


interessant les contes il y a toujours une morale


bises


lyly

kasimir, dit pinson déplumé 10/01/2012 14:31



il y a toujours de nombreux enseignements à tirer


car les contes nous parlent toujours de nous mêmes.


Bisous, la... Normande !



erato:0059: 10/01/2012 00:20


Un conte magnifique sur le partage d'un bonheur que l'on veut offrir aux autres gratuitement et la cupidité , vouloir gagner plus et enfin de compte tout perdre. Il en est de même avec l'amour ou
l'amitié .A vouloir posséder l'autre , on le perd. Douce nuit, bisous Pinson


 

kasimir, dit pinson déplumé 10/01/2012 14:23



Partager le bonheur, et non posséder.


C'est absolument ça.


Et c'est vrai aussi dans le couple, bien sûr.


Bisous,  Andrée.



annielamarmotte 09/01/2012 23:41


je l'ai enregistré..... si tu le veux....


je ne le rate jamais depuis loin loin dans ma mémoire il a toujours été ce concert le fond musical de la préparation du repas du nouvel an......et cet air qui le cloture est un vrai bonheur de
gaieté et de partage.....

kasimir, dit pinson déplumé 10/01/2012 11:59



je n'ose te dire oui !


c'est Lulu qui était accro à ce concert et me le rappelait chaque année pour qu'on ne le rate pas.


En 2009 elle devait commencer à... perdre un peu la mémoire et ne m'a pas rappelé que...


et moi je n'y pensais pas spécialement .


Agathe, apprenant cela, m'a envoyé un CD, et je l'ai écouté pendant des mois dans la Twingo !


J'ai pris un autre CD ensuite, mais j'ai toujours celui d'Agathe.


C'est pourquoi je n'ose pas te dire oui !


Les concerts sont-ils toujours les mêmes d'une année sur l'autre ?


Agathe, Annie : la même première lettre !


bises à toutes les deux.



ozymandias 09/01/2012 21:48


c'est un joli conte que je ne connaissais pas Pinson


instructif.. car seul on n'est pas grand chose..


et je n'ai meme pas pensé à enregistrer le concert non plus... j'étais crevée et le lendemain bureau


bisous bisous mon Pinson

kasimir, dit pinson déplumé 10/01/2012 11:48



Seul, on n'est rien, on n'existe même pas.


Pour "être", nous cherchons d'abord à dévorer l'autre.


Une fois l'autre dévoré, on se retrouve seul, et il faut chercher d'autres proies.


Tout l'apprentissage de l'amour consiste à... ne plus dévorer l'autre,


mais à le préserver en tant qu'autre.


Un autre avec qui je vais pouvoir entrer en relation.


La forme adulte de l'amour, c'est la relation, pas la dévoration.


La relation, donc le partage.


Alors l' ÊTRE s'épanouit dans ce que nous ressentons comme le bonheur.



ALN 09/01/2012 20:39


Quelle belle aventure!Je suis ravie pour toi et la cigogne et j'espére que cette cigogne portera bonheur à Madame Rimlinger ainsi qu'à toi, Amikas

kasimir, dit pinson déplumé 10/01/2012 11:27



Nathalie Rimlinger a fait des recherches et a découvert que ce conte n'existe pas en Chine sous cette forme :


la cigogne y est remplacée par un héron.



Catherine D 09/01/2012 20:18


Joli conte ! ben oui, tu as raison, l'union fait la force, mais...


Et as-tu vu les video des japonais qui font venir des milliers de choristes, (Osaka je crois) pour la 5ème de Beethoven...

kasimir, dit pinson déplumé 10/01/2012 11:24



je n'ai pas vu cette vidéo, elle doit être spectaculaire !


On doit se sentir emporté dans un élan unanime .


Dans ce conte, c'est je crois la jouissance égoïste qui est stigmatisée,


cette volonté d'avoir tout pour soi tout seul. Cela tue en fait toute joie.


Plaisir, joie et jouissance esthétique n'ont de sens que dans le partage avec les autres.


Ce sont des instruments qui nous rassemblent.


On pourrait même dire que c'est la mise en relation avec l'autre, l'échange, le partage d'être,


qui fait naître la joie comme le plaisir.


Le repli égoïste sur soit provoque logiquement le tarrissement de la source.


Notre joie d'être naît de ce que notre être est en relation.


Quand tu as pris la photo de la plage toute grise, si belle, si apaisante,


tu étais peut-être seule.


Mais dans ton coeur tu n'étais pas seule :


tu partageais déjà avec nous ta jouissance devant la beauté du monde.


Bises.


 



Nathalie-Noëlle Rimlinger 06/01/2011 22:45



C'est bizarre mais je reçois tellement d'énergie depuis que j'ai redécouvert le conte oublié que je me suis mise à sculpter l'histoire sous la forme d'une femme et de la cigogne. Un ami chinois a
gravé pour moi en mandarin le titre mais au lieu d'écrire "la cigogne jaune", il a préféré "la cigogne dorée" en pensant qu'il y avait sûrement une erreur dans la traduction... C'est le propre
des contes d'être évolutifs (comme nous) et ils en sont la preuve... C'est pourquoi votre auteur ne doit pas s'indigner. Quand les sculptures seront terminées, je vous en enverrai les photos...
Mais danseront-elles comme la cigogne ? On va essayer... A bientôt.


Nathalie-Noëlle



kasimir, dit pinson déplumé 06/01/2011 23:47



Oh merci Nathalie-Noelle !


Cette cigogne là dansera certainement dans mon coeur.



rimlinger 03/01/2011 18:53



Bonjour,


Je suis très émue d'avoir retrouvé ce conte. Ma mère me le passait en 45 tours quand j'étais très petite. Il était accompagné d'une musique asiatique et je ne me souvenais que de l'image du petit
album carré représentant un paysage chinois et bien évidemment la cigogne. Je suis devenue sculpteur et depuis très longtemps, je cherchais sporadiquement à représenter un oiseau mais sans jamais
réussir. C'est-à-dire que mes oiseaux avaient l'air plutôt égorgés... Récemment je suis allée exposer en Chine et j'ai vu d'une colline un paysage qui m'a rappelé l'image mystérieuse de l'album
et aujourd'hui, incroyablement j'ai sculpté deux oiseaux plutôt vivants. Quand je suis sortie de ce travail (qui se passait dans un hôpital où je travaille avec des enfants malades), j'ai eu
subitement envie de me souvenir de l'histoire de l'album dont je me souvenais du titre et voilà, j'ai tapé la cigogne jaune sur google et le conte m'est arrivé. Mais maintenant, j'aimerais bien
l'entendre à nouveau, avec cette musique. Est-ce quelqu'un connait cette version sonore (et ancienne)... Bon, mais c'est déjà tellement d'avoir retrouvé l'histoire (que je vais méditer car elle
doit comporter une clé importante pour moi) et qui coïncide avec l'apparition de mes oiseaux vivants... Il était temps ! Merci beaucoup.



kasimir, dit pinson déplumé 06/01/2011 17:48



Comme je suis ému de votre commentaire !


De votre récit.


Je comprends que pour vous un lien très fort se soit fait avec la musique (asiatique !!!)


qui accompagnait les paroles entendues.


Je ne connais pas cette musique, mais quelqu'un va peut-être vous la retrouver.


Je suis d'autant plus ému que je viens de provoquer une tempête du fait d'un conte que j'ai publié (les trois oranges) et l'auteur d'une
version  de ce conte vient de me faire d'amers reproches.


Cette personne est revenue sur cette affaire (car ça devient une affaire !) sur mon article "amour et chasteté, il ne faut pas
confondre".


Je suis tellement perturbé par ces reproches que j'ai pensé que j'allais peut-être arrêter mon blog, ou au moins cesser d'y publier des
contes.


Et voici que vous me remerciez de le faire...


Que la vie est compliquée !!!!


 



ALN 05/01/2010 18:16


Ta cigogne jaune est revenue nous voir et je l'ai accueillie avec plaisir....Quelle volière chez Pinson ! Le frigo est-il rempli avant la neige? n'as-tu pas oublié les graines du Pinson , de la
cigogne.bonne soirée


kasimir, dit pinson déplumé 05/01/2010 19:05



ça y est le frigo s'est renplumé,
et si la neige nous bloque, on pourra tenir un vrai siège.
J'ai cependant oublié d'acheter des graines de tournesol pour les mésanges
(et les sittelles... quant aux rouge-gorge, ils se contentent de miettes de pain, de grains de semoule, et parfois picorent un peu la graisse... je parle des rouge-gorge à plumes, bien
sûr !)
Il faut aussi que j'achète un peu de foin pour les deux brebis,
 qui elles aussi ont besoin d'un petit... soutien !
mais le moulin où je me le procure était fermé aujourd'hui.

          Les pinsons, un peu le même régime que les rouge-gorge.
Bien curieux ce peit monde !



Aziyadé 04/01/2010 21:54



Tu as fais encore un hilare de plus ce soir, j'avais transféré "la pièce de théâtre anglaise" à mon mari et je l'entends sur SON PC  qui se fend la pèche
(c'est un bon client de la rigolade) alors encore merci Kas.
pour toute cette bonne humeur ambiante.
Bisous et bonne nuit  Chantal



kasimir, dit pinson déplumé 04/01/2010 22:31



Alors je vais penser à ton mari la prochaine fois que j'envoie des blagues
et si elles sont trop osées, je ne les enverrai qu'à lui !



lenez o vent 04/01/2010 18:39


excellent!
bonne soirée  Kazimir


kasimir, dit pinson déplumé 04/01/2010 21:47



Bonne soirée à toi aussi,
 petit cerf volant !



sittelle 04/01/2010 17:30


On peut voir aussi les choses comme cela,
mais ça va casser l'ambiance !!!

Conte du XXI°, ère de Sarkonic :
"... Comme l'aubergiste avait un coeur d'or,
il avait de nombreuses créances en souffrance.

Il venait de recevoir son relevé d'annuel de TVA, ses cotisations trimestrielles sociales, d'Assurance Maladie et Vieillesse;
un reliquat de T.P. et de T.H., les taxes Métiers et Commerce et les factures d'énergies...
Le banquier avait  juste coupé son découvert à 16 %...
 et son épouse étant partie, épuisée...
Il a craqué... et l'ingrat étudiant est reparti sans même dire merci... "
... aie, la baffe arrive !



kasimir, dit pinson déplumé 04/01/2010 19:20



C'est bien : tu prends la défense de l'aubergiste !
Oh tu sais, les contes, c'est caricatural.
Il y a les bons, il y a les méchants.
La vie est plus modulée que ça, je le sais bien.
Mais si on tenait conte des complexités humaines, de nos ambivalences,
on changerait de domaine et on passerait du conte à la psychologie.
De Perraut à Proust !

Je vais défendre ce conte cependant.
L'aubergiste a gagné beaucoup d'argent pendant une bonne période, avec ses tables qui ne désemplissaient pas. Il devait donc avoir facilement réglé ses cotisations sociales.
On peut penser (ce n'est qu'une hypothèse) que cet afflux subit d'argent lui a un peu monté la tête, et qu'une fois la mécanique de l'envie (de gagner toujours plus) s'est mise en route, il s'est
dit  : pourquoi pas encore plus.
L'étudiant ingrat ?
Il prend je crois une dimension presque mythique à la fin, l'équivalent du destin, ou de la logique.

La baffe ? Je n'ai jamais eu envie de t'en donner, seulement des baisers.
Et je sais ce que je te dois : je l'expliciterai un jour sur le blog.
Et peut-être même bientôt !



Jackie 04/01/2010 16:42


Le bonheur a besoin d'être partagé...Je ressens cela avec la peinture, un tableau n'existe que si on le regarde... Une personne n'existe vraiment que si elle est regardée ... et si
elle est regardée avec Amour pour ce qu'elle est...c'est le bonheur partagé. L'être humain n'est vraiment pas fait pour vivre seul !
Ce conte est magnifique , que de  méditations, réflexions possibles .
Très bonne soirée 
Kasimir
Jackie 


kasimir, dit pinson déplumé 04/01/2010 21:35



On peut prendre le problème de plusieurs ponts de vue
mais nous sommes toujours nés de l'amour
même s'il a comporté bien des entraves, bien des claudications.
Même au niveau cellulaire, la chose est inscrite à jamais !
Cette réalité de départ ne cesse de se décliner ensuite de toutes les façons possibles.
Il n'est donc pas étonnant que notre être psychique ne se maintienne
 que dans la relation aux autres.
Merci Jackie.
Que de beaux rêves t'emportent cette nuit dons les divins parvis de l'amour.



Dany58 04/01/2010 14:58


Quelle étrange histoire !
Tu vas pouvoir frapper dans tes mains parce qu'on aime ton blog où on trouve toujours des surprises, alors on va être de plus en plus nombreux.
Bonne journée.
Bisous.


kasimir, dit pinson déplumé 04/01/2010 21:23




Alors je ne ferai pas comme l'aubergiste !
Je vous garde tous, et nous frapperons tous ensemble pour applaudir la cigogne.



Aziyadé 04/01/2010 14:39



Coucou petit pinson - ta charmante cigogne jaune m'a emporté vers les cieux d'Agathe et c'est avec tout le monde que j'ai eu envie d'applaudir en cadence sur la
musique de Vienne. L'émotion de ton conte au son de celui de cette amie a été un moment délicieux. Comment fais-tu pour nous toutnebouler la tête a chacun de nos passages chez toi ? on en ressort
jamais avec la même humeur qu'en y arrivant. C'est magique. Bisous  Chantal



kasimir, dit pinson déplumé 04/01/2010 21:20



Comment je te tourneboule le tête ?
Un peu comme le moulin à vent écrase les grains :
parce que le vent fait tourner mes ailes.
Agathe et Radetzky, la cigocne jaune, et le reste , vient ne vient de moi, vrai.
Et je me souviens encore de cette fabuleuse balade dans le char du Père Noël à Paris !!!
Je t'embrasse ma bonne Chantal.



viens 04/01/2010 14:06


Oups, je trouve que la cigogne ressemble à un pinson (lol)
Tu sais que tu m'as fait rougir ?....!!!!
Bisous


kasimir, dit pinson déplumé 04/01/2010 14:16



Oh non !!!!
à la rigueur un pinson pourrait ressembler à une gogne
mais à six, non !

Rougir toi ?
en Auvergne j'ai déjà un rouge-gorge (femelle)
si tu rougis, tu va devenir un flamant rose !



solyzaan 04/01/2010 12:40


ce qu'elle est belle cette cigogne jaune lorsqu'elle danse au milieu des rires et des chan,ts !!! oui tu as bien raison, même le plus infime des bonheurs est bien plus beau lorsqu'il
est partagé


kasimir, dit pinson déplumé 04/01/2010 14:09



Merci Solyzaan de me le dire, ce qui est un des éléments du partage
et me comble de bonheur.
Un conte qui ne serait jamais conté ne serait pas un conte
et n'existerait même pas.
Qui a le plus grand plaisir, le conteur, ou celui qui écoute le conte ?
En fait le plaisir de l'un n'est pas différent du plaisir de l'autre. 
Cela me fait penser à ce koan zen, qui est une question :
 
quand on frappe des deux mains, on entend un bruit d'applaudissement
mais si on frappe d'une seule main, quel bruit ça fait ?
Un conteur sans auditeur, c'est pareil.
Mais celui qui a entendu le conte
 devient conteur à son tour : c'est inévitable.



. . . 04/01/2010 11:27



je suis désolée
pour le " toux " ceux qui passent chez vous
je ne me relis pas et voilà ce que cela donne

non je n'ai pas voulu dire qu'ils devaient  tous se faire vacciner
même si on ne sait plus quoi faire de ces fameux vaccins
belle journée
agathe



kasimir, dit pinson déplumé 04/01/2010 12:47



Tu ne te relis pas, et moi je lis vite
comme une hirondelle glissant  au dessus de la rivière,
si bien que je n'avais pas remarqué "toux".

Pour ce qui est des vaccins, ils devraient changer de slogan
à la place de "protégez-vous", il devrait dire :
 "faites une bonne action, aidez-nous à écouler nos stocks !
et achetez aussi des masques, ça vous servira pour le carnaval."



annielamarmotte 04/01/2010 10:40


c'était avec Georges Prêtre .....


kasimir, dit pinson déplumé 04/01/2010 12:39



Alors c'était la messe du jour de l'an !
Saint Georges, priez-pour nous.



Jonathan Livingston 04/01/2010 09:43


Quel conte magnifique, encore une fois !

Et la moral est tellement vrai ! Les choses (même les plus petites choses de la vie, comme tout simplement voir un enfant sourire à sa maman, etc.) sont bien plus belles lorsqu'on les partage avec
les autres !

Encore merci, Kasimir, pour ce "nouveau" conte (nouveau pour moi, car à l'époque, je ne te connaissais pas...).

J'en ai profité pour aller faire un tour de côté de chez... Agathe. Magnifique, ce qu'elle écrit sur cette marche !
Je lui ai dit que j'étais venue de ta part 

Bonne journée.
Bisous

P.S. : pour ma part, j'ai aussi un "petit" problème (j'ai mis des guillemets à petit, car ce n'est vraiment pas grave par rapport au tien) : lorsqu'on écrit un commentaire, on nous demande
d'indiquer notre nom, notre e-mail et notre site, et on nous propose de "se souvenir de ces informations". Je clique toujours pour qu'OB se souvienne de mes informations (je suis très fainéante) et
bien à chaque fois, je dois tout retaper ! ça vous le fait aussi, à vous ?


kasimir, dit pinson déplumé 04/01/2010 11:22



ça dépend
Pour certains blogs, les renseignements sont conservés, et c'est bien commode
pour d'autres, il n'y a plus rien (bien que la case "se souvenir" soit cochée)
pour d'autres enfin, la conservation des données est partielle.
La raison de ces variations est mystérieuse, mais il y a sans doute encore bien des progrès à faire, et peut-être que dans un an, tous ces petits problèmes seront oubliés.

Agathe va être ravie de te connaître.
Oui, le partage d'un plaisir l'amplifie considérablement.
C'est comme si alors notre être de dilatait,
 que nous nous augmentions de la personne même de l'autre.
Alors nous sortons de nous même.
 Cela est vrai pour tous les plaisirs, même (et surtout ?) les plus grands.
Mais c'est vrai aussi du plaisir, comment dire, esthétique...
Si je vois un beau coucher de soleil, je suis heureux, mais quelque chose manque si je suis seul.
Si je puis appeler ma femme et le regarder avec elle, c'est beaucoup mieux.
Comment comprendre cela ?

Merci Jonathan. Je te souhaite une très bonne journée.



* * * 04/01/2010 09:37



merci de tout coeur Kasimir
il est joli ce conte de Chine
en le lisant j'étais partie loin , là bas dans cette chine que j'aime tant
il m'a fait oublier que chez moi tout est blanc
tout est gris
parce que en auvergne quand il a neigé le ciel n'est jamais bleu
il reste gris pendant des jours et des jours
je peux vous envoyer une copie de mon cd de vienne cela ne me dérange pas du tout
à Vienne quand il neige c'est beau, il y a des musiciens dans les rues
c'est toute une ambiance différente et joyeuse
belle journée à vous et à toux ceux qui passent chez vous
agathe



kasimir, dit pinson déplumé 04/01/2010 11:05



Vous feriez ça ?
Ce serait ... extraordinaire !
Ma femme est Auvergnate et tout au long de notre vie parisienne nous avons toujours été en vacances dans cette verte province. Mais assez rarement et jamais très longtemps en hiver.
Ici, dans le Loiret, c'est tout aussi gris d'ailleurs,
 et même pas de hauteurs où l'on pourrait apercevoir la neige.
Nous n'avons été qu'une fois en Autriche, tirant une caravane, car nous étions sept (5 enfants).
 Mais je me suis arrêté à Seefeld,
car je n'ai pas osé descendre la route très pentue descendant à Innsbrück.
Nous ne connaissons donc pas Vienne ,
 mais je suppose que cette ville doit laisser un souvenir ineffaçable.
Bonne journée Agathe.




eMmA 04/01/2010 08:47


J'ai frappé dans mes mains devant l'écran, en admirant ta cigogne jaune, pour applaudir ce beau billet.
Je l'ai imaginée dansant, mais c'est sûr, elle a refusé de danser, puisque j'étais toute seule...  Rire jaune...
Dis, cette cigogne jaune, est-ce qu'elle est aussi porteuse de petits bébés chinois ?
Bisou


kasimir, dit pinson déplumé 04/01/2010 10:51



Mais voilà !
Je n'avais pas réalisé.
Mais c'est pour ça que les asiatiques sont jaunes :
c'est parce que, là bas, les cigognes sont jaunes.

Demain à midi, la cigogne va danser pour vous deux.
Et nous, nous allons penser à vous.



gazou 04/01/2010 08:11


très joli conte ..Je l'avais oublié et je suis contente que tu nous le rappelles...Merci kasimir!


kasimir, dit pinson déplumé 04/01/2010 10:46



C'est ce qui est bien avec les contes :
on peut les raconter plusieurs fois.
Et peut-être en améliorer la forme, la présentation.
Les comprendre mieux aussi.
 La remarque de Cricket m'a aidé à percevoir que ce conte présente deux sortes d'avidité.

Celle de l'homme riche qui, parce qu'il a beaucoup d'or, peut se permettre d'éjecter tout le monde pour être le seul à accéder à la jouissance.
Et cela fait penser à ces sommes faramineuses que gagnent certains, ce qui leur permet d'acheter d'immenses et de nombreuses propriétés, et de foutre dehors, de leur domicile, de
leur maison, de leur travail,  une masse de gens qui n'ont plus où habiter et plus rien à manger.

L'autre est celle de l'aubergiste,
 qui pourtant au départ avait de la sympathie pour cet étudiant et lui faisait crédit.
Mais la vue de l'or, la perspective de devenir "riche" l'a fait basculer :
 il est devenu avide.



annielamarmotte 04/01/2010 08:10


je ne manque jamais le concert du nouvel an........  elle est bien belle ta cigogne


kasimir, dit pinson déplumé 04/01/2010 10:30



Sniff !
Nous, nous l'avons manqué cette année !



cricket1513 04/01/2010 01:06


merveilleuse histoire avec une morale qui effectivement prône de se soucier de son prochain et de vivre ensemble et non d'être égoïste car seuls les gens de coeurs sont heureux ...
les autres peuvent avoir autant d'argent qu'ils le souhaitent et de piques assiettes se disant leurs amis ils seront toujours seuls car ils sont en réalité comme ce marchand qui souhaite être seul
.. ils sont entourés de "vide" "de gens avides " et non "d'amis solides"

amicalement

cricket1513


kasimir, dit pinson déplumé 04/01/2010 10:29



J'aime bien ton jeu de mot : avide-vide
mais tu as raison, et c'est bien plus qu'un jeu de mot.
Si bien que ton commentaire m'aide à creuser cette question.

Pour être comblé, il faut ceconnaître que l'on est vide
et qu'on a toujours besoin de l'autre, des autres, de la personne des autres.
La seule richesse dont on puisse jouir, c'est la présence des autres.
Si on a pour pour but la possession de l'argent, ou du pouvoir que donne l'argent, que sont les autres par rapport à nous ? Pas des personnes, mais seulement une occasion de s'enrichir.
Et donc on est seul : les autres n'existent pas vraiment.
C'est ce qui est merveilleux dans les blogs : ce n'est que relation avec des personnes.