- Conte breton - Katula Le douanier -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

Katula Le douanier

(Conte breton)

 

Il y a longtemps, en Bretagne, vivait un douanier très redouté.

 

Les contrebandiers l’avaient en horreur

à cause de tous les mauvais tours qu’ils leurs avait joués.

 

Mais aussi tous les gens le craignaient car,

dès qu’il rencontrait quelqu'un la nuit, il lui sautait dessus en criant :

 

« Qu’as-tu là ? »,

 

et c’est pourquoi on l’appelait Katula.

 

 

Une nuit d’hiver,

alors que Katula faisait sa tournée,

 

il rencontra un homme d’allure sinistre. 

 

  

katula1.JPG

 

 

 

 

Avant qu’il ait eu le temps de lui demander « Qu’as-tu là ? »

 

 l’autre lui avait crié:

 

« Bonne nuit, Katula, où cours-tu si vite ? ».

 

Katula était vexé car surpris :

en général c’est lui qui surprenait les gens.

 

Cette fois c’est lui qui voudrait se sauver, aussi il répond : 

 

« Je suis pressé » et il s’éloigne.

 

Mais l’inconnu riposte : « Moi aussi ! » et il lui emboîte le pas.

 

Le douanier marche plus vite, espérant le semer.

 

Impossible, l’autre le suit de près.

 

Katula saute une haie

et s’arrête au détour d’un chemin creux,

l’autre est toujours là.

 

Et il avait une drôle de tête :

 

des yeux brillants,

un visage aussi maigre qu’une vieille épave,

une bouche grimaçante.

Comment faire pour s’en débarrasser ?

 

 

Katula veut s’allumer une pipe,

cherche dans ses poches,

 

et s’aperçoit qu’il a oublié son tabac.

 

« Vous n’avez pas de tabac, dit l’autre, qu’à cela ne tienne,

voici ma blague, elle est pleine de tabac de fraude ».

 

Le douanier croit devenir fou de colère,

mais bourre quand même sa pipe.

L’autre fait de même,

puis pose son doigt sur le tabac, aspire,

et tout de suite sa pipe est allumée.

 

Katula commence à être très effrayé,

mais comme il a aussi oublié ses allumettes,

il doit accepter que l’autre lui allume sa pipe en y posant le doigt.

 

C’est alors que Katula comprend :

cet inconnu, c’est le diable !

 

 

Katula se remet à marcher.

L’autre le suit.

 

Sur le chemin ils rencontrent un paysan qui se débat avec un énorme cochon.

Le paysan veut le faire aller d’un côté, le cochon veut aller de l’autre.

 

« Mauvais cochon, crie le paysan, tu me fais damner !

Que le diable t’emporte ! ».

 

Katula se dit que c’est une bonne occasion de se débarrasser du diable :

 

« Vous entendez ?

Il vous fait cadeau de son cochon, prenez-le donc !

 

– Non, je n’en veux pas,

ce n’est pas de bon cœur qu’il me le donne.

 

– Mais c’est bon, du lard avec des choux.

 

– Non, non, j’espère trouver mieux. »

 

Ils marchent encore et arrivent  dans un village.

 

Ils entendent les cris d’un enfant,

et de sa mère qui se fâche : 

 

« Petit monstre ! Que le diable t’emporte !

– Vous entendez, dit Katula, elle vous donne son enfant, prenez le donc !

– Non, répond le diable, cet enfant n’est pas donné de bon cœur,

 j’espère trouver mieux ».

 

Ils continuent à marcher et longent maintenant le bord de la mer.

Au détour d’un chemin, ils se trouvent face à face avec trois contrebandiers.

 

Les contebandiers aperçoivent Katula.

 

L’un crie : 

« C’est Katula ! Sauvons-nous ! »

– Les autres crient : 

« Encore lui ! Ah le gredin, que le diable l’emporte ! ».

 

Alors le diable saisit katula en lui disant : 

 

« Cette fois, le cadeau est fait de bon cœur ! Je l’accepte ! ».

 

Alors le diable a emporté le douanier sous son bras,

et on ne l’a plus jamais revu.

 

 

 

         katula2.JPG

       


 

Publié dans conte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marie pierre 05/06/2010 22:20



chacun récolte ce qu'il sème


toi, petit pinson, tu as les graines de la tolérance, la bonté, la sagesse


et tu récoltes l'amour


alors je te fais un énome bizou !



kasimir, dit pinson déplumé 06/06/2010 00:49



Il va me falloir un gros tracteur pour le transporter alors !


Demande à ton voisin s'il me prête le sien


Pour toi pleins de petits, maman crapale.



Danielle 05/06/2010 09:51



A force de s'acharner à faire du mal aux autres, à distiller la haine et la méchanceté, Katula n'était pas mieux que le Diable et finalement, il n'a eu que ce qu'il mérite. C'est un peu comme les
policiers où tous ceux qui ont le pouvoir de la loi, certains font leur travail et c'est très bien, d'autres profitent pour abuser et tyraniser les gens. Finalement, le Diable n'a pas plus de
haine en lui que le douanier, puisqu'il refuse de prendre l'enfant ou le cochon. Dans ce conte, il rencontre quelqu'un aussi mauvais que lui et il l'emporte. Très bien !!! Pas charitable
aujourd'hui, pourtant il fait un merveilleux soleil, l'eau est magnifique, c'est le bien-être (sourires). Un temps à mettre de la chaleur dans le coeur. La chaleur, c'est Katula qui va la
ressentir ... Gros bisous ensoleillés. Danielle



kasimir, dit pinson déplumé 05/06/2010 11:45



Elle est terrible ma Danielle,ce matin !


Tu as mangé du kangourou, ou quoi ?


Pour le rapprochement avec les policiers (qui peuvent abuser de leurs pouvoirs et devenir des bourreaux, je n'ai pas osé le dire, mais j'y ai
pensé)


Bisous, pour t'apaiser !



helene 05/06/2010 09:36



Bonjou rKasimir, merci, merci mille fois de me donner ce bonheur de lire des contes comme autrefois, je me replonge dans mon enfance où petite fille je dévorais tous les contes qui me tombaient
sous la main, les contes sont souvent des leçons de vie, quand on grandit on en comprend souvent tout le sens!


Bisous et bonne journée ensoleillée, helene


 



kasimir, dit pinson déplumé 05/06/2010 11:40



Bisous Hélène.


J'aime beaucoup ce que tu écris sur ton blog :


nous sommes absolument sur la même longueur d'onde.



lenez o vent 05/06/2010 09:23



merci conteur, une douceur bretonne ou pas..


bisous, bonne journée



kasimir, dit pinson déplumé 05/06/2010 11:29



La douceur vient de Bretagne


par le vents d'Ouest


une chance que notre planète tourne dans ce sens !



eMmA 05/06/2010 08:46



Nous sommes parfaitement sur la même longueur d'ondes, cher Kasimir (j'entends, les ondes positives, naturellement).


Il fait très beau, le ciel est tout bleu, aucun nuages.


Le bonheur tout simple...


Encore merci d'être notre ami.


Des gros bisous à toi, à Lulu, à tous ceux qui passent chez toi.


eMmA



kasimir, dit pinson déplumé 05/06/2010 11:27



Que ces paroles là sont suaves à entendre !


Bon dimanche à toi et à tous


Joie !



gazou 05/06/2010 08:39



j'aime bien l'explication que tu donnes du diable dans tes réponses...merci Kasimir et bonne journée!



kasimir, dit pinson déplumé 05/06/2010 11:21



bonne journée, Gazou,


fine observatrice du mystère de l'être



sandrasbz 05/06/2010 08:23



Bonjour,


 


Une merveille d'espièglerie pour commencer la journée ! J'adore les contes bretons, ils ont toujours une saveur particulière. Les diableries en tous genres y tiennent une belle place ! 


Je te souhaite une bonne journée.


Bisous ensoleillés,


 


Sandra



kasimir, dit pinson déplumé 05/06/2010 11:12



merci Sandra


je viens de prendre un bain de frissons dans ton blog


la façon dont tu passes du monde des fantasmes au monde (en apparence) ordinaire, est stupéfiante !


Quand tournes-tu un film (un thriller,bien entendu) ?



Dany58 04/06/2010 23:50



Amusant, j'ai l'impression que l'auteur ne portait pas les douaniers dans son coeur


Bonne soirée.


Bisous.



kasimir, dit pinson déplumé 05/06/2010 02:03



Pas vraiment...


Mais il y peut-être de bons douaniers.



Andrée 04/06/2010 23:38



Si j'ai bien compris le conte , il faut faire attention à ses paroles qui peuvent être exaucées! Mais elle n'a pas de morale cette histoire , car le douanier , même laid au vu de ton dessin ,
était un bon professionnel , je le plains ce pauvre Katula! Merci Kasimir de nous régaler de rêve et de douceur .Bonne soirée , bisous Andrée



kasimir, dit pinson déplumé 05/06/2010 02:00



Je ne me suis peut-être pas bien  fait comprendre


Le dessin voulait représenter le diable, et pas Katula.


En fait, comme je l'explique à Littorine, je pense que le diable, c'est l'image de ce qu'est devenu
Katula au fil des ans, son image dans le miroir magique qu'est le conte, son double en quelque sorte.


On peut plaindre en effet ce pauvre Katula, car il s'est enfoncé lui même dans le malheur.


Un peu comme si, à force d'être méchant avec les gens, il avait fini par ne plus être aimé par
personne, et à la fin, quand il entend le contrebandier le vouer au diable, s'est comme s'il se disait qu'en effet il n'y a pas d'autre issue pour lui.


Il se jette lui même dans le néant de sa haine.


Oui, plaignons ce pauvre Katula !!!!


et toi je te bise.



eMmA 04/06/2010 22:37



Bien pris qui croyait prendre... L'arroseur arrosé.


Je ne saurais trop te remercier, Kasi, pour tous tes récents contes s précieux. Ah lire tes lignes, lire entre les lignes, admirer tes dessins, remarquer que toutes les paraboles que tu nous
livres n'ont vraiment rien d'anondin !


Tu es notre ami POUR TOUJOURS.


Moi, je te remercie du fond du coeur.


eMmA  



kasimir, dit pinson déplumé 05/06/2010 01:42



Exactement ça : l'arroseur arrosé


mais cela sur le plan psychologique


retour des oiseaux noirs à leur créateur



sittelle 04/06/2010 20:54



Alors le Diable punit ceux qui font trop bien leur boulot? pourtant  ce douanier travaillait plus, car avait bien écouté le P'tit Nico; il va falloir que ce dernier fasse
bien attention, le soir, au fond du parc de l'Elysée ...



kasimir, dit pinson déplumé 05/06/2010 01:37



Le faisait-il bien , son boulot ?


Ou s'en servait-il comme d'un prétexte pour assouvir son délire de puissance, son besoin de nuisance ?



cagou 04/06/2010 20:28



ton katula ,tes sur qu'il est breton???


il a pas la tete d'un breton,


drole d'histoire; drole de breton ...


bisous bisous breton..



kasimir, dit pinson déplumé 05/06/2010 01:09



Ha... toi aussi tu as des doutes...


comment c'est, la tête d'un breton ?



mima 04/06/2010 19:40



bonsoir kasimir,


Je viens de rentrer et j'ai lu le conte très, très vite...T'es sûr que c'est un conte breton ?


bon, je repasserai plus tard...


bisous



kasimir, dit pinson déplumé 05/06/2010 01:06



Il y a très longtemps que je l'ai noté,


 je ne peux pas te l'affirmer.



Jackie 04/06/2010 19:32



 Attention aux formules toutes faites...De tous ceux qui disent " qu'il aille au diable " Seuls les contrebandiers le désirent vraiment. Pour les autres ce n'est qu'une expression parmi tant
d'autres...


Bises
Jackie



kasimir, dit pinson déplumé 05/06/2010 01:04



C'est ça : c'est une façon de s'exprimer, une expression banalisée.


Mais elle ne porte pas car elle dite "comme ça ".



canelle56 04/06/2010 17:51



Tu es sur que c'est un conte breton?? la morale de ton histoire est ou? que le diable n'emporte que ce qui est donné de bon coeur...hummm...bon je suis sure que tu vas m 'expliquer


bises  kasimir



kasimir, dit pinson déplumé 05/06/2010 00:59



Le terme "donné de bon coeur" ne convient pas tellement ....


Quand la mère dit ces mots, vers son enfant "va au diable" en fait elle ne les pense pas, et son enfant reste son chéri !


Le diable (incarnation imaginaire de la haine,) n'est pas présent : elle ne hait pas son enfant !


Les paroles ne sont mortifères que si elles sont porteuses d'un sentiment réel de haine.



Littorine 04/06/2010 17:48



Kasimir, j'aime bien les contes, tu le sais...un conte Breton ne peut que m'émouvoir...mais ce que j'aime aussi c'est quand tu le "dé-conte" c'est à dire que tu nous livre ton sentiment, la
"morale de l'histoire" ...je vais pas te demander de me dessiner un mouton (quoique ! ) mais je crois que j'ai pas tout compris, peut-être la fatique, le besoin d'une bonne sieste... Je conte sur
toi, pardon je compte sur toi l'ami pinson. Je t'embrasse.



kasimir, dit pinson déplumé 05/06/2010 00:48



Ce n'est pas vraiment une morale...


Plutôt une description des faits psychologiques, une façon de décrire comment fonctionne notre âme.


Qu'un douanier fasse son métier de douanier, c'est normal.


Mais celui-ci le faisait avec un zèle excessif, et en fait il l'exerçait  avec une sorte de méchanceté contre les gens. Il aimait faire peur, et en tirait une sorte de plaisir pervers.


C'est pourquoi il n'était pas aimé par les gens , mais redouté.


Lui se complaisait dans ce rôle de méchant.


il surprenanit les gens, leur sautait dessus.


Reprends le conte des oiseaux blancs et noirs.


Lui n'envoyait que des oiseaux noirs.


A force, ils sont tous revenus vers lui et l'ont détruit lui même.


Le diable, Littorine, n'existe pas.


Mais si nous secrètons la haine dans notre coeur


et la répandons autour de nous,


elle finira par revenir vers nous, et c'est ça "le diable".


Le diable qui emporte Katula, c'est sa propre haine.


Le diable, c'est nous, une image de nous, si nous laissons la haine envahir notre coeur.


Tu vois, c'est pas une morale, c'est une constatation.



RCD 04/06/2010 16:56



finalement on a toujours la fin que l'on mérite non ?


Les mauvaises actions ont un retour...


J'aime cette histoire...


Cela me permet de penser qu'il y a quand même une justice sur terre...


merci pour ce joli conte


gros bisous


régine 



kasimir, dit pinson déplumé 05/06/2010 00:26



Oui... enfin ....  la justice rendue par le diable...


Pas terrible !


Si on reprenait le conte de la chèvre, celui-ci serait plutôt un vol croisé d'oiseaux
noirs....


je vais tâcher de te trouver un conte où il y aura un peu plus d'amour, quand même.



Arlette 04/06/2010 16:12



Bah dit donc Kasimir c'est une sacrée histoire


En plus Katula à une mine à faire peur


Je me régale chez toi !


Bisous


 



kasimir, dit pinson déplumé 05/06/2010 00:16



Non : c'est le diable  qui t'as fait peur !


Mais Katula  ne valait guère mieux !