- La Joie - 2 - Nous vient-elle de l'extérieur ? -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

La joie, ses causes sont-elles extérieures ?

 

Apparemment oui.

 

 

Ce matin, grand soleil...

Ha ! Je me sens le coeur en fête !

 

Impression inverse si le ciel est couvert, gris,

s'il fait humide et froid.

 

Même le bulletin météo cherche à nous rendre tristes :

il nous dit que le temps se "détériore"

et si il annonce que le soleil va revenir,

il affirme que ce sera le retour du "beau temps",

même si la nature crève de sécheresse.

 

 

J'ai joué au loto et j'ai gagné cent millions d'euros.

Ha, quelle joie !

 

Ou bien j'ai un bon job, je suis riche.

 

Je viens de passer un examen, et je suis reçu !

 

J'ai ouvert un commerce, et les gens font la queue pour y entrer !

 

J'ai été à la pêche, et je reviens avec une énorme brochet.

   

J'ai une jolie femme, follement amoureuse (de moi !!!!)

 

J'ai de beaux enfants, intelligents, pleins d'affection.

 

Des amis qui me font en permanence des compliments.

 

J'ai une grande télé, aussi large que le mur,

et j'y regarde, allongé dans un fauteuil profond et moelleux,

un programme super divertissant,

des pitres qui rigolent comme des fous,

ou des femmes habillées de deux brins de dentelle...

 

Bref, je nage dans le bonheur !

 

 

Bon....

 

tous ces bonheurs là sont réels,

provoquent en nous de la joie (enfin... peuvent)

 

Pourquoi ne nous laisserions -nous pas aller à ces petits bonheurs ?

 

 

 

 

 

                                 joie-danse.jpg   

 

 

Oui mais voilà....

 

Comme tout cela est fragile !

 

 

La joie causée par des causes extérieures est bien réelle.

 

Mais elle est d'une extrême fragilité.

 

Elle est dépendante.

 

Totalement dépendante.

 

Plus fragile qu'une bulle de savon, miroitant au soleil.

 

Relisez l'histoire de Job, si vous avez le temps.

je l'ai résumée ici :

                                 

 http://lachenaie.over-blog.fr/article-le-pauvre-job-pour-la-belle-mima-47677542.html

 

 

Laissez tomber le débat avec dieu,

bien trop long, trop filandreux.

 

Mais ce qui est drôle, dans le récit biblique de Job

c'est le tableau caricatural d'une joie débordante,

liée à des causes extérieures,

à des réussites incroyables,

et la survenue soudaine, non moins caricaturale,

d'une avalanche de malheurs.

 

 

Dans nos vies, plus ordinaires,

nous connaissons aussi de grands bonheurs,

soudain brisés par un évènement... terrible.

 

Aussi soudain que la foudre.

 

Tout va bien.

On se prépare à aller à un réveillon.

On a la main sur la poignée de la porte.

On va fermer cette porte et partir.

 

Déjà, dans notre coeur léger,

porté par l'anticipation, 

ravi de tant de bonheur,

les bulles du champagne éclatent  !

 

Nous avons envie de chanter.

 

Ah.... le téléphone sonne.

 

On rentre un instant.

 

Il n'y en a que pour 5 secondes,

et on y va, à la fête

où nous sommes attendus.

 

Comme on va bien s'amuser ce soir !

 

Allo ?

 

Vous êtes M... ?

 

Oui.

 

.....

 

!!!!  

 

On vous a annoncé que

votre frère

vient de se tuer dans un accident de voiture.

 

C'est tout : quelques mots.

 

En une demie seconde, le monde s'est écroulé.

 

Où est donc passée la joie ?

 

 

à suivre....

Commenter cet article

lenez o vent 09/12/2011 21:03


vivre l' instant heureux ,


accepter les moins bons


le sopleil reparait toujours


bisous pinson

kasimir, dit pinson déplumé 09/12/2011 22:44



non seulement les accepter,


mais les vivre aussi, intensément


remarque que j'ai été chez le dentiste cet apm


et si j'avais pu m'en passer....



Catherine D 09/12/2011 12:41


J'ai connu ça, le monde qui s'est écroulé en une seconde...pas facile de remettre les pierres l'une sur l'autre, de reconstruire quemlque chose avant de partir...


Mais je vais dessiner, il pleut, bon après-midi !

kasimir, dit pinson déplumé 09/12/2011 13:40



l'expérience est d'une grande brutalité


un douloureux contact avec la terrible réalité


dessine, Catherine, crée un monde apaisé.


Il pleut chez moi aussi : impossible d'aller au jardin ce jour


mais cet apm, ... je dois aller au dentiste...


j'aimerais mieux faire un dessin  !



erato:0059: 07/12/2011 09:22


La joie peut venir d'éléments extérieurs , mais si elle a une résonnance en nous en tant que telle c'est que notre moi intime est prêt pour l'accueillir ainsi. La joie matérielle est éphémère
peut-être mais elle laisse un souvenir de joie qui apporte autant de bonheur. Je ne pense pas que la joie s'apparente à notre condition sociale mais plutôt à notre moi intérieur qui est libre de
toute contrainte. C'est ce qui fait que la joie n'a pas la même connotation chez les êtres. Il faut savoir sortir du moule de la société pour avoir la joie d'être nous-mêmes. Un petit mot de
quatre lettres qui fait beaucoup parler de lui. Belle journée , bises Pinson

kasimir, dit pinson déplumé 07/12/2011 10:26



c'est un point important :


ces joies passagères peuvent-elles laisser une trace durable en nous ?


Notre joie intérieure est-elle fondée sur les joies venues de l'extérieur ?


Y a-t-il une source interne à la joie ?


Ouyouyouille !


Il ya encore du travail !


bonne journée, muse ardéchoise.



ramon 06/12/2011 22:24


Malheureusement, tout peut s'effondrer d'un coup. C'est vrai.


Que dire, que faire? Je ne sais pas.


Rien, sans doute.


Au au contraire tirer sur le mors?

kasimir, dit pinson déplumé 07/12/2011 11:06



Que dire, que faire ?


Rien, mais le savoir.


Et ne pas faire trop de bêtises.



telos 06/12/2011 18:22


tu crois que la sagesse est plus en l'homme gras nanti dit civilisé..il ya des sages dans toutes les civilisations .. des sages même j'oserai dire surtout;chez les hommes qui ont faim ou moins
gâtés et pourris que nous.la sagesse africaine, indienne..etc...ils en ont que plus de mérite..nous ne sommes pas tous au même niveau d'éveil personnel.; pourquoi, je n'en cherche pas la
réponse.; c'est ainsi..mais surtout pas proportionnel à notre confort de vie..


l'ange et la génèse .. cela ne m'intéresse pas.je suis athée.; sans même me poser ainsi de questions..


l'inégalité est.. et sera encore des millénaires.


 je n'oserai pas dire j'ai gagné ce combat ce serait prétentieux..j'avance.. parfois je recule..je suis en chemin comme chacun..


 je pense qu'un homme sur le chemin d'une résilience avancera plus facilement sur le chemin de la sagesse de l'équilibre personnel .


 je ne suis pas sage..loin de là...mais j'ai avancé. un peu..


l'escargot...

kasimir, dit pinson déplumé 07/12/2011 11:04



oh non !


je ne crois pas que la sagesse soit l'apanage de l'homme nanti dit civilisé


et en plus "gras" !


la sagesse a-t-elle plus de chance d'apparaître chez les hommes qui ont faim,


 sont mois "gâtés", "pourris" par le confort ... ?


la réponse est presque déjà dans la question !!!!


J'ai bien l'intention d'aborder cet aspect  là.


Qu'est-ce que " l'éveil "  personnel ? 


Tu vois, il nous reste une forêt de questions.


Tu dis que tu ne cherches pas les réponses.


Moi si.


Que tu ne t'intéresses pas aux images proposées par la bible


(cet ensemble de livres qui nous rapporte des réflexions humaines datant de plusieurs milliers d'années).


Moi si.


Je suis tout aussi intéressé par la Bagavadgita que par la bible,


ou par le récit (encore plus ancien) de Gilgamesh (passionnant !)


Tiens, voici encore un texte dont je voudrais parler sur mon blog.


Mais décidément il y en a trop.


Quant au combat que nous avons à mener contre les forces négatives qui sont en nous,


il est bien évident qu'il est toujours en cours.


notre "victoire" n'est jamais que partielle, comme notre "sagesse" !


Nous sommes chacun sur le chemin,


mais  c'est bien de pouvoir nous faire un petit coucou de temps en temps.



Rosaria 06/12/2011 18:21


Cher Kasimir


Au moment ou l'on décroche ce téléphonne et on vous annonce la triste nouvelle,la joie de réveilloner  a subitement disparue,  et le chagrin a pris sa place, la joie reviendra c'est
certain mais la veille de Noël est là pour nous rappeler ce triste événement et la mélancolie et la tristesse se sont  de nouveau installées .  Merci Kasimir


Bises


Rosaria


 

kasimir, dit pinson déplumé 07/12/2011 10:39



que puis-je te dire, Rosaria ?


rien, seulement que je t'écoute,


que j'imagine ta douleur,


et que je me tais,


je te fais une bise



telos 06/12/2011 16:54


la sagesse n'est pas un don c'est le fruit d'un combat avec soi même.

kasimir, dit pinson déplumé 06/12/2011 17:52



D'accord TELOS


Ce n'est pas un don au sens où il y aurait un donateur 


(genre fée penchée sur un berceau)


et qu'il faudrait remercier, lui sacrifier des veaux gras au milieu de nuages d'encens.


Et nous aplatir devant lui.


Est-ce le résultat d'un combat ?


Un étrange combat : un combat avec soi même, dis-tu..


En quoi consiste-t-il, ce combat avec soi même ?


Si le cadre étroit de la réponse à ton commentaire ne me limitait pas,


je relirais avec toi le chapitre 32 de la genèse, du verset 23 au verset 32 :


c'est ce combat qui y est décrit,


 et cela  a été écrit voici presque 3000 ans.


En quoi consiste ce combat :


à modifier ... disons quelque chose à l'intérieur de nous,


quelque chose qui nous juge en permanence.


A réussir à ce que ce personnage interne nous "bénisse",


à être plus fort que lui.


Autrement dit à devenir le capitaine du bateau que nous sommes.


A sortir complètement de ce monde morbide de la culpabilité.


C'est cette victoire qui nous libère des vieilles peurs.


D'accord, ce n'est pas un don,


 mais c'est tout de même une chance inouïe


que nous ayons eu la possibilité d'engager ce combat


et de l'emporter (contre l'ange !).


Beaucoup échouent dans ce combat.


Ils ne manquent pas forcément de courage.


Mais ils échouent parce qu'ils n'ont pas reçu assez, avant.


C'est en ce sens  que c'est un don. D'être en mesure de l'emporter.


C'est une chose qui m'apparaît de plus en plus :


nous n'avons pas tous eu les mêmes chances pour affronter ce grand combat.


Certains, des milliers de gens, des millions mêmes,


n'ont même pas la chance de manger à leur faim.


Comment seraient-ils vainqueurs dans le combat avec l'ange ?


Voilà ce que je me dis maintenant, et je ne comprends pas pourquoi c'est ainsi.



Viviane 06/12/2011 12:54


Tout ce que tu énumères peut sans aucun doute procurer de la joie durant un moment, mais tout ce qui est "matériel" est périssable...
Il y a souvent le "petit truc" qui fait que le ressort  lâche... et là... comme nous ne sommes que des humains, nous réagissons en humain !
Passe un bon après-midi, ici, temps gris et tristounet.
Bisou
Viviane

kasimir, dit pinson déplumé 06/12/2011 15:07



Notre "budget" psychique est subtil, et fragile.


Les plus petits trucs peuvent avoir de grandes conséquences


comme les clics  malencontreux qu'il m'arrive de faire sur le clavier de l'ordi....


Bisous, appaméenne !



canelle56 06/12/2011 11:42


Vivre intensement  le moment prévu  et de toutes ces forces


bises kasimir

kasimir, dit pinson déplumé 06/12/2011 14:58



Pour cela, il faut, comme le dis Telos, lâcher prise,


c'est-à-dire se détacher du passé.


Sinon nos forces psychiques (et elles sont en "quantité" limitée )


sont occupées à faire revivre le passé


soit il a été très gratifiant , et on ne se console pas de l'avoir perdu,


soit il a été très frustrant, catastrophique


on cherche alors à y retourner, dans le but de le revivre,


cette fois ci, avec succès


(mais c'est un voeu irréalisble)


dans les deux cas, c'est un échec : toutes nos forces ne sont misées sur le présent.


Bise, petite écorce brune.



telos 06/12/2011 11:07


être sage c'est être capable de rester dans le sentiment de plénitude même dans l'adversité.. peu sont sages..


mais si tu n'as pas la joie en toi tu ne peux lâcher prise pour goûter les petits riens de l'éxtérieur..


 et hop lala french cancan..la vie  elle balance au rythme qu'on lui propose


 bonne journée Kasimir


 joli dessin

kasimir, dit pinson déplumé 06/12/2011 14:45



Ce qui peut paraître comme une injustice


être sage est comme un don immérité


et un cercle vicieux semble condamner ceux qui n'ont pas reçu ce don :


ils ne peuvent goûter à ces petits riens , ce qui les comblerait.


Comme si on donnait à ceux qui ont déjà.


Alors ils ne peuvent lâcher prise, et se crispent (en vain) sur leur manque fondamental.


Comment rompre ce cercle vicieux qui condamne le démuni ?


Celui qui a eu l'enfance la plus difficile ?


C'est le big problem !



Coccy 06/12/2011 10:46


 Et bien ! Tu as des raccourcis de chemins d'écoliers en ce moment mon Pinson ! Ta tête est bien pleine et
c'est le principal. Tu as tellement raison dans ta démonstration. Passe une bonne djournée. Bisous.

kasimir, dit pinson déplumé 06/12/2011 14:30



heu...


pourquoi tu dis ça ?


tu veux dire que je tourne autour du pot ?


Mais la raison est que j'ai du mal à préciser ma cible.


Tu vois, les mots simples et courants, comme joie, amour, vérité, liberté...


il nous semble savoir évidemment ce que c'est.


Mais quand on essaie de les définir, le concept nous glisse des mains,


comme une truite dans le courant.