- La plus belle image de la paix - Conte anonyme -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

 

La plus belle image de la paix.

 

 

 

 

Un jour, on voulut offrir un prix

pour la plus belle image de la paix.

 

Plusieurs peintres essayèrent.

 

Deux peintures furent retenues.

 

On demanda à un vieux sage de choisir.

 

Il hésita un moment.

 

Le premier tableau représentait un lac calme.

 

Le lac était un miroir parfait pour les majestueuses montagnes autour.

Au-dessus, il y avait un ciel bleu avec quelques nuages blancs.

 

 

 

 

 

                    

 

 

                        montagne-paix.jpg

 

 

 

Tous ceux qui virent cette peinture

pensèrent que c'était l'image parfaite de la paix.

 

L'autre peinture avait aussi des montagnes.

Mais elles étaient abruptes, rocheuses et sans arbre au sommet.

Au-dessus, il y avait un ciel orageux avec de la pluie et des éclairs.

A côté de la montagne, il y avait une grosse chute d'eau.

 

Cela ne ressemblait en rien à la paix.

 

Mais quand le sage regarda…

il vit derrière la chute…

un petit buisson qui avait poussé sur le rocher.

 

Dans le buisson, une maman oiseau avait bâti son nid.

 

Là, au milieu des remous,

était assise la maman oiseau sur son nid...

en parfaite paix.

 

D'après vous, quelle image a-t-il choisi ?

 

Il a choisi la seconde.

 

 

 

 

 

 

 

                                                   montagne-paix-orage.jpg

 

 

 

Parce que, expliqua-t-il, être en paix

ne veut pas dire être à un endroit

où il n'y a ni bruit, ni trouble ni gros travaux.

 

Etre en paix, c'est bien plus souvent

être au milieu de difficultés et de désagréments

mais être toujours calme dans son cœur.

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans conte

Commenter cet article

lenez o vent 09/03/2012 19:59


comme il avait raison


bisous Pinson

kasimir, dit pinson déplumé 10/03/2012 09:07



bisous, Nez



erato:0059: 05/03/2012 18:27


J'aime tes trois dernières phrases , j'y adhère mais parfois les difficultés apportent un mal être qu'il est difficile de chasser ou de raisonner. Ton conte est joli et tes dessins l'accompagnent
bien.Bises Kasimir

kasimir, dit pinson déplumé 05/03/2012 20:29



oui, parfois difficile


et même très difficile


c'est peut-être même la principale chose à faire dans sa vie


bisou, Andrée



rosinda 04/03/2012 20:49


Ton histoire est trop belle et tes illustrations une petite merveille. Oui c'est vrai que le deuxième tableau est un bon choix. On s'imagine que la paix c'est mettre fin au tumulte qui nous
entoure mais au contraire, c'est peut être aussi donner un sens à ce tumulte car sans lui nous n'avancerions pas sur le chemin du calme et des résoltutions.


Bisous mon ami


régine

kasimir, dit pinson déplumé 05/03/2012 16:49



oui Régine


bien sûr ce chemin là est (souvent) difficile.


Espérons qu'il y aura aussi des périodes de calme tranquille


quelle jouissannce intense ce sera de les vivre :


simplement marcher dans un chemin, dans une forêt, sur une plage, contempler la nature dans son repos...


que cela nous soit donné : c'est mon souhait


Je t'embrasse Régine.



rejane 04/03/2012 20:39


être en paix avec soi-même est déjà tout un art....


mais la paix a besoin d'un endroit paisible pour s'installer, tel ce nid douillet qu'a su construire cet oiseau.... la fureur des éléments n'est pas un obstacle, mais qu'en est-il de la fureur
des hommes dans certains endroits de ce monde... la paix individuelle est sans doute plus facile à installer que la paix "globale"....


et pourtant j'aurais moi aussi, choisi le second dessin....


heureuse d'avoir passé un peu de temps sur ton blog kasimir


bisous et à bientôt....


 

kasimir, dit pinson déplumé 05/03/2012 16:38



et moi donc...


heureux de te retrouver


j'espère que tu es bien installée


dans un petit coin tranquille et sécurisé de la montagne des jours.


à l'abri de la folie des hommes


à bientôt Réjane



Harmonie37 04/03/2012 19:30


J'aime bien ce conte moi.


C'est comme quoi je dis qu'être en harmonie c'est savoir faire avec ces hauts et ces bas. Rien n'est réellement constant.


 


Ca me fait pensée aussi à cet extrait


http://www.youtube.com/watch?v=CX3vcjH1-48&feature=fvst


"Il me demande d'être calme, d'être comme l'eau...


Mais la rivière est loin d'être calme".


 


Bisous Pinson

kasimir, dit pinson déplumé 05/03/2012 16:08



ta remarque est judicieuse


aucun fleuve n'est tranquille en permanence


il passe toujours par des gorges resserrées, il saute des rochers, et parfois même traverse des parcours souterrains.


et si j'en juge par la vidéo que tu indiques, même l'amour risque de provoquer quelques... remous


est-ce pour cela que Pocahountas choisit de partir à droite ?????



hélène 04/03/2012 18:23


Oui le deuxième dessin, est mon préféré..Quelle douceur et quelle paix de retrouver son nid, même tout petit, quand on a traversé des cieux agités. Trop beau le lac tranquille, mais j'aime le
dessin...pour un autre jour....


 


Bises  au sage...dessinateur.


Hélène

kasimir, dit pinson déplumé 05/03/2012 15:59



Le second dessin représente la connaissance du caractère tragique de la vie.


Il faudrait pouvoir représenter avec plus de clarté le nid de bonheur ou la mère oiseu abrite ses petits.


C'est nettement plus difficile.


J'ai simplifié un peu la scène !!!


Sage moi ???? 


Oh hélas non, même pas un peu.


Je prends quand même les bises


et t'en fais aussi.



Danielle 04/03/2012 17:08


Si je comprends tout à fait le choix du sage pour ce qu'il a de symbolique, j'aurais quand même choisi ton premier dessin, celui qui incarne pour moi la parfaite image de la paix, cette peinture
est superbe, elle incarne la sérénité, la vie qui s'écoule paisiblement, le silence, tout y est si paisible que je ressens la quiétude entrer en moi et qu'elle me procure une douce paix
intérieure, comme un souffle nouveau, une sensation de bien-être total. Je sais que ce n'est que mon regard qui fait pénétrer en moi cette perception de paix,  c'est une impression
instinctive et profonde à la fois, une sorte de recueillement devant la douceur et la perfection de la nature. Bien sûr le sage lui voit la vie qui nait malgré les désagréments extérieurs,
il voit l'espoir au milieu des difficultés, des remous, mais moi je vois les montagnes abruptes, sombres et dénudées, le ciel orageux, les éclairs, le vacarme ... il est vrai que je n'ai pas sa
sagesse ... ni sa philosophie ! Etre toujours calme dans son coeur, pas facile ! Bisous pinson, passe une douce soirée. Danielle

kasimir, dit pinson déplumé 05/03/2012 15:52



Je ferais le même choix que toi pour décorer ma salle de séjour !


Le choix du sage est d'inspiration philosophique.


Le choix du premier tableau est instintif.


Je songe à quelque chose qui va peut-être heurter quelques personnes.


Mais étant enfant, je suivais ma mère et ma soeur à la messe et aux cérémonies diverses du vendredi saint, et je voyais ma mère pleurer devant les
souffrances du christ mises en scènes de la façon traditionnelle.


Et j'étais désemparé devant cette ... manifestation, sans trop savoir ce que je devais en penser.


Ce n'est que beaucoup plus tard que je me suis violemment rebellé contre cette attiude, que j'ai fini par considérer comme gravement pathologique.


Cette manie de s'accrocher au cou le corps d'un supplicié se tordant de douleur...  c'est quoi ?


Une perversion !


Imagine que ton père se soit pendu, ou qu'on l'ait assassiné en le pendant, accrocherais-tu à ton cou un statuette représentant un peudu ?


C'est impensable.


Bon, j'ai dévié un petit peu.


Ce que je voulais dire, c'est que, tout en comprenant que les souffrances de la vie sont incontournables, mon goût perso va vers des tableaux genre du
premier.


Bisous Danielle.


Laisse toi imprégner par le parfum et la couleur des mimosas !!!!



Jackie 04/03/2012 17:06


La véritable paix est me semble -t-il  intérieure, c'est garder son coeur ouvert et plein d'Amour quoi qu'il arrive autour de soi. Relativement facile  lorsqu'on est entouré et comblé
d'Amour, mais beaucoup plus difficile face à des êtres pleins de peurs ou négatifs...


Très belles tes peintures ami.


Merci

kasimir, dit pinson déplumé 05/03/2012 15:14



C'est vrai, deux obstacles sur lesquels se heurte violemment cette "paix":


les échecs de nos projets, la non réalisation de nos désirs


mais aussi tout ce qui vient blesser ceux que nous aimons


leur souffrance devient notre souffrance


et nous sommes encore plus impuissants que dans notre propre cas.


Que faire alors ?


Rien : c'est alors que l'amour lui même devient souffrance, nous ne pouvons y échapper.


Comment trouver la paix au sein même de cette souffrance ?


ça c'est le grand défi.



sounick 04/03/2012 14:50


La vie n'est pas un long fleuve tranquille ... je ne sais plus qui a dit ça ! Mais comme le sage j'aurais également choisi la deuxième ! Car seul la paix du coeur et de l'âme est importante ....
Bien faire et laisser dire .... ainsi la conscience est tranquille ! Pour moi c'est ça la paix malgré toutes les difficultés de la vie ! Quelques fois difficile d'arriver à cet zénitude ! Que de
montagnes acerbes nous entourent et  heureux celui qui peut dire .... tout est plat et doux autour de moi ! En définitive un paysage trop fade à mon avis ! Trop d'aseptie tue .... Comme les
antibio ... faut pas en abuser n'est-ce pas Docteur ! Faut savoir affronter les tourments ... c'est ainsi que l'on devient fort et sommes en Paix ! Bisous Kasimir et bonne fin de dimanche !!!
Chez nous le ciel est gris  ... hier il était bleu ! Faut faire avec !!!!

kasimir, dit pinson déplumé 05/03/2012 15:01



Qui l'a dit ?


Mais toi !


en tout cas tu viens de le dire.


Si l'on imagine un monde sans difficultés, sans échecs, sans souffrances, sans frustrations, sans déceptions, évidemment on se berce d'illusions.


Ce peut être vrai durant un tout petit espace de temps.


Mais la réalité nous rejoint très vite.


 Y a-t-il un enseignement à tirer de ce fait ? Sûrement oui.
Nous avons besoin de satisfactions pour vivre


mais pour grandir et évoluer, nous avons besoin de nos échecs, et cela est étonnant.


Ce sont nos blessures qui nous définissent, bien plus que nos réussites.


Ciel bleu, ciel gris, comme tu dis, il faut faire avec les deux.