- Le domaine immense du Rêve - 2 - Le dernier jour de Lydie et d'Ophélie : le 24.08.79 -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

 

 

Lydie et Ophélie.   

 

 

 

 

 

 

 

Qu'elle est donc brève notre vie ! 

 

Pourquoi si vite s'écoule le temps ?

 

 

Qu'il est doux d'avoir des amis.

 

De les quitter, quel déchirement !

 

 

 

 

 

 

La toute jeune esclave Lydie  s'était sentie, en se levant,

 

 aussi joyeuse qu'une alouette qui va s'envoler dans le vent.

 

 

Car Ophélie, sa riche maîtresse, qui l'aimait comme  son propre enfant

 

l'avait emmenée avec elle , dans sa belle maison des champs

  

 

 

 

  

Dans sa villa de Pompéi

  

où tout était luxe et beauté. 

 

 

 

  

Elles étaient, la veille, arrivées

  

( Depuis Rome c'est un grand voyage !)

  

en ce paradis parfumé,

  

en ce merveilleux paysage,

 

dans la baie de Naples enchantée. 

 

 

 

 

 

 

 

 

vesuve-2-.jpg 

 

 

  

 

 

Le ciel était d'un jour de fête

  

sans le moindre petit nuage.

 

Du Vésuve l'élégante silhouette

 

d'un pur bonheur semblait le gage.

 

 

 

 

 

 

Mais quand son regard se porta

 

sur la montagne familière,

 

une colonne  sombre s'éleva

  

monta, puissante, dans le ciel clair.

 

 

 

 

 

 

 

 

vesuve.jpg

 

 

 

 

 

 

Comme le tronc d'un pin géant

 

qui écarte sa frondaison, 

 

plus haut qu'un cèdre du Liban 

 

du ciel il prit possession.

 

 

 

 

 

Lydie réveilla Ophélie.

 

Elles furent toutes deux fascinées

 

par ce spectacle inouï

 

que le vieux Pline vint admirer.

 

 

 

 

   

 

  paon pompéi-copie-3

 

 

 

 

 

Tout le monde n'a pas le bonheur

 

pour le dernier jour de sa vie

 

de voir une telle splendeur.

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

Publié dans fiction

Commenter cet article

lylytop 18/07/2012 10:18


j'aimerai voir un volcan en éruption, oui j'aimerai mais être assez loin pour ne rien risquer


je n'ose imaginer ce que les gens on ressentis au dernier moment de leur vie, la fascination d'un volcan qui s'éveille ou la peur qui les a surpris a ce moment


bises


lyly

kasimir, dit pinson déplumé 18/07/2012 20:47



et oui, on espère toujoiurs pouvoir se carapater à temps.


ce n'est pas toujours possible


je pense à ces alpinistes qui sont morts en montant u Mont Blanc.


BZ la normande



Anne6329 18/07/2012 08:33


Ah que j'aime ces dessins naïfs ! Ils illustrent parfaitement cette merveilleuse baie mais cette oiseau noir qui a fait tant de mal ! C'est un beau rêve ! Perso je rêve toujours d'aller voir
cette baie de près ... Un jour peut-être ! Ta version de la cata est très poètique en effet !  Je ne suis pas sûre que ce spectacle ait été un bonheur pour ceux qui l'ont vécu ! Mais j'aime
beaucoup cette vision optimiste et poètique de la scène !


Pour l'instant je rêve devant l'immensité de la baie de Douarnenez avec cette multitude d'oiseaux aux ailes multicolores ... un rassemblement grandiose de vieux gréements (ces oiseaux) et voilà
que je vais devenir poète à mon tour mais sans grand talent mesuré à toi ! Mais c'est vrai cela pourrait être le sujet d'un rêve éveillé !


Un gros bisou Kasimir ! Je suis un peu absente en ce moment mais beaucoup  à voir en ce moment ici !

kasimir, dit pinson déplumé 18/07/2012 08:55



normal !


profite des ces plages et rochers, du ciel plein d'oiseaux...


connais-tu un village qui s'appelle Kersiguenou ?


Il fait partie de mes rêves.


bon séjour sur la fin de la terre



annielamarmotte 17/07/2012 23:16


whaaaaaaaaaaa les dessins...... magnifique le rêve..... la chute moins.... mais Pompéi ne serait pas Pompéi autrement....

kasimir, dit pinson déplumé 18/07/2012 08:46



oui, la chute moins


c'est bien trop rapide, je le réalise maintenant


cette fin serait supportable si j'avais, à ces personnages imaginaires, donné le temps de vivre, de jouir des lieux pendant un temps suffisant.


Scusi



erato:0059: 17/07/2012 21:13


J'attendais la suite des glaïeuls , mais non.


Une catastrophe naturelle  comme il y en a en ce moment . Mais ces gens sont morts dans leur sommeil , une mort instantanée qui n'a aucune souffrance morale ou physique. Une mort" idéale" .


J'aime beaucoup tes peintures.


Ta dernière phrase est peu cynique .Les femmes ne savaient pas que c'était le dernier jour de leur vie , donc , elles pouvaient admirer en toute quiétude.


Belle soirée, bises Pinson

kasimir, dit pinson déplumé 17/07/2012 23:02



Sait-on jamais quand est le dernier jour ?


Telle que j'imagine la scène (mais c'est purement imaginaire) il me semble qu'elles n'étaient pas dans un état de quiétude, mais au contraire dans un état
de bouleversement intense, fait d'admiration, de stupéfaction devant l'énormité du phénomène, donc une sorte de jubilation , et en même temps d'une réelle peur, tellement la situation était
dangereuse, tant étaient disproportionnées leurs forces avec celle que manifestait la nature.


Est-ce un idéal de mourir sans le savoir ?


Je me demande....


je te dirai le jour où j'aurai expérimenter la chose.


C'est comme une éruption volcanique... je voudrais savoir, voir (ça voir)  !


bises, Andrée.


ps :


c'est vrai que j'avais imaginé que ces femmes allaient visiter leurs champs de glaïeuls,


et peut-être même travailler dedans,


préparer des bouquets qui leurs auraient été commnandés par de hatitants de Pompéi


pour fleurir leurs belles demeures.


Et j'avais pensé raconter cela  avant de raconter la survenue de l'éruoton.


Et puis c'est passé à la trappe.


De ce fait ce récit est trop court, trop brutal,


il s'interromp alors même qu'il vient seulement de commencer !


Bon c'est tout à reprendre !



Mari jo 17/07/2012 21:02


Bonsoir pinson déplumé,


En général toutes les belles histoires finissent bien. Mais celle-ci je me demande si je dois dire qu'elle finit bien ou mal.


Elle se termine mal par la mort mais elle s'achève bien par la splendeur que Lydie et Ophélie ont pu admirer un temps. Même si peu soit-il. D'ailleurs ton
récit le dit bien car tu écris 'Tout le monde n'a pas le bonheur pour le dernier jour de sa vie de voir une telle splendeur'.


Il faut bien se dire que nous aussi, notre planète un jour finira par exploser et mourir mais après quelque million d'années une autre ou peut-être la même se
reformera et la vie réapparaîtra. Du moins c'est ce que je pense.


J'aime beaucoup la phrase : qu'elle est donc brève notre vie !


Pour moi la vie ne dure que le temps d'un battement de cil. Il m'est souvent arrivé de m’asseoir sur un banc ou autre et de regarder autour de moi les gens, les
voitures, les oiseaux, de lever le nez au ciel et de regarder, de scruter. J'ai regardé et parfois, il me semblait que nous n'étions pas dans la réalité. Alors, je regardais encore les gens, leur
façon de marcher, leur geste et tout le reste et plus je regardais, plus j'avais l'impression que nous n'existions pas et tout le reste aussi. C'était comme si nous étions dans un rêve;
dans un autre monde. Une sensation étrange, bizarre mais que j'aime beaucoup lorsqu'elle revient. Et, c'est pour cela que je me dis qu'en fait, la vie n'est pas. Qu'elle ne dure que le temps d'un
battement de cil.


De plus quand il m'est arrivé de n'observer que les gens qui passaient devant moi ou un peu au loin, je regardais leur façon de marcher, de s'activer et en
fait, ils me faisaient penser à des fourmis. Car les fourmis courent dans tout les sens et là aussi, je me suis dit que l'on était vraiment peu de chose.


Nous, les êtres humains sommes grands par rapport aux animaux, insectes etc...mais je n'ai pas l'impression que nous les dominons. Je pense que nous sommes,
nous aussi dominés par quelque chose et qu'en fait nous ne sommes que des p'tites bêtes dans une fosse septique. Tu vas me dire quelle drôle d'idée ou de comparaison.  Quand, il
m'est arrivé de dire cette petite phrase, j'ai vu parfois certains se vriller l'index sur la tempe et me dire que j'étais folle.


Je me demande pourquoi vit-on ? A quoi sert la vie ? Nous naissons et mourons tous. Alors ?


Mais on se dit puissant, parfois c'est vrai. Il n'y a qu'à regarder l'électronique le pas qu'il prend sur notre société, l'avancé de chaque année. C'est beau,
il faut bien se l'avouer. Nous sommes heureux de s'écrire par Email, d'échanger des photographies qui arrivent dans les secondes qui suivent (chic, plus besoin des services minables de la poste.
Qu'elle économie) etc..mais nous sommes tellement puissants et intelligents que l'on a quand même réussi à ficher la planète en l'air en l'espace de 80 ans. Elle qui a mit des milliers
d'années à se faire, se perfectionner.


Vaste sujet mais bien intéressant.Et, je me demande si je ne me suis pas écartée du sujet.


Tes dessins sont magnifiques.


Je te souhaite une bonne soirée et bise à toi pinson déplumé.


 


 

kasimir, dit pinson déplumé 17/07/2012 22:44



il n'y a qu'un sujet : cest la vie, et tu es en plein dedans.


Tes pensées sont folles selon les courants de pensées... habituels.


J'aime bien la façon  (mystique) que tu as d'expliquer comment tu ressens la vie, ce qu'on appelle "la vie".


je te suis à 100 pour 100.


bises de pinson.



sittelle 17/07/2012 20:16


Tu nous racontes ce qui te plait, au contraire; on ne vit pas au pays de Oui-Oui et la mort, la souffrance, tout cela fait partie de nos vies et de nos réflexions; et connaissances : je croyais
d'après un téléfilm l'an dernier, que les gens avaient étouffé à Pompéï.  Cela me rappelle tes articles sur la géologie, il y a trois ans, j'aimais bien ! Bisous, Pinson, bonne soirée;
j'essaie de récupérer un peu, un peu de soleil a fait du bien !

kasimir, dit pinson déplumé 17/07/2012 21:19



Ecoute, j'ai peut-être dit des bêtises


Il faudrait pour bien faire tout reprendre dans le détail et tout vérifier


mais là je n'ai pas eu le temps.


Tu m'inquiétes quand tu dis que tu "essaies" de récupérer...


es-tu à ce point fatiguée ?


J'espère que tu vas faire plus qu'essayer.


Bisous, bonne Sittelle.



Danielle 17/07/2012 19:22


Je voulais te poser une question puis j'ai oublié : lorsque tu dis "ce spectacle inouï que le vieux Pline vint admirer". Qui est ce vieux Pline, une personnage qui a survécu ? Y a t-il eu des
survivants ? On a dit que certains corps ont été retrouvés comme momifiés, comme enveloppés dans des carapaces des centaines d'années après, est-ce possible, est-ce que c'est une légende ou bien
la vérité ? Je sais que tu es passionné par les  volcans, c'est pour ça que tu les rêves ... et tu nous expliques, c'est bien ! Mais il parait que la ville de Pompéi avait été totalement
recouverte sous une épaisseur extraordinaire de cendres, alors ce vieux Pline m'intrigue ! Tu peux me répondre ? Ou alors si c'est un survivant, il devait être sur un point très élevé et assez
loin du Vésuve ? Je sais ... je suis une ignorante (!). Merci, bisous à toi. Danielle

kasimir, dit pinson déplumé 17/07/2012 21:13



C'est bien la vérité !


la mort des personnes a été si soudaine 


que même les traits du visage, à cet instant là, ont été conservés,


comme par un flash photographique.


Ensuite la cendre pénétrant les maisons, elle s'est déposée sur les corps,


et les a comme momifiés,


mais avec une performance bien supérieure à ce qu'obtenaient les pauvres égyptiens.


Ensuite c'est la ville elle même qui a été ensevelie


et a disparu,


non seulement du paysage, mais aussi des mémoires.


Ce sont des ouvriers qui, lors de travaux en Campanie, ont trouvé des objets, des plaques de marbre, ce qui a révélé qu'il y avait... quelque chose à
chercher à cet endroit.


C'était vers 1600, preque 15 siècles après !


Pline l'ancien était le père de Pline l'écrivain.


Il était lui même écrivain et scientifique (naturaliste ?)


Quand il a appris que le Vésuve était en éruption, il a voulu aller voir, et il a aussitôt affrété un bateau et s'est rendu dans la baie de Naples.


mais si près qu'il y a perdu la vie.


Mais on a retrouvé le carnet de notes où il décrivait le phénomène.


Mais là peut-être que je fabule....


je m'imagine un peu à sa place !!!!


Je crois qu'il était encore sur son bateau quand la mort l'a saisi.


mais là, il faudrait que je revois ça de plus près !


Bisous, Danielle.


 


 



sittelle 17/07/2012 14:48


Mais c'est bien triste... les cendres ont étouffé tout doucement les gens, les plus pauvres; les autres ont fui en bateau; c'est un cauchemar, Kasimir ! mais quels dessins... bisous

kasimir, dit pinson déplumé 17/07/2012 19:06



Riches ou pas, je pense que personne n'a pu fuir


ou presque personne


il aurait fallu partir avant le début


et les gens n'ont pas été étouffé lentement par les cendres, c'est une certitude.


C'est une nuée ardente qui tué presque instantanément toute la population de Pompéi, , c'est à dire une masse de gaz  d'une température de 500°,
descendant à une vitesse de 300 km/h de la montagne.


C'est exactement ce qui est arrivé à Maurice et Katia Kraft qui s'étaient rapprochés du mont Unzen au japon  (comme l'a fait Pline l'ancien pour le
Vésuve).


Ce n'est que dans un second temps que la ville a été ensevelie sous une énorme masse de cendres, au point
de disparaître et d'être oubliée ... pendant plusieurs siècles !


Pourtant, tu sais, je me sens un peu coupable


de mettre sur mon blog des choses de ce genre.


Tu crois que je ne devrais pas ?


Bisous Sittelle.



Danielle 17/07/2012 11:26


Bonjour pinson, du rêve on passe au cauchemar aujourd'hui ! La douche froide (enfin si on peut appeler ça froide !). J'étais partie avec la jeune Lydie et Ophélie vers la baie de Naples et ses
merveilleux paysages. La beauté, les parfums de ces lieux me faisaient rêver, surtout que la maitresse aimait son esclave, je pensais à un séjour agréable ... et fleuri, tout y était pour un
séjour enchanteur et paisible, parmi les glaïeuls et la douceur, la pureté du ciel. Le bonheur a été bref : l'éruption du Vésuve et la fin, même dans un superbe spectacle, une fin atroce : la
lave, les cendres... c'est dur. Tes aquarelles sont magnifiques, elles méritaient bien ça ces deux pauvres jeunes femmes, leur fascination a du être de courte durée quand même ! (en lisant ton
titre, je n'avais pas compris qu'il s'agissait en fait de "l'an 79"). Ton récit est beau mais tu aurais pu leur laisser quelques jours de bonheur entre leur arrivée et ... leur fin ! Enfin, tu es
pardonné ... Bonne journée et des bisous. Danielle

kasimir, dit pinson déplumé 17/07/2012 18:50



Pardon Danielle.


Je n'aurais pas dû.


Mon rêve m'a joué un tour.


En fait ce rêve n'était pas ... triste.


Il m'a emmené, sans mon consentement, presque 2000 ans en arrière


et j'ai vu ce qui est arrivé.


Car cela est arrivé !


Ces vies étaient belles, et elles ont été arrêtées brutalement. C'est terrible.


Mais notre sort à tous, si nous restons dans cette façon de voir , est terrible.


Car un jour nous allons mourir.


Et franchement ça n'est jamais un évènement folichon.


L'âge change-t-il la nature de cet évènement ?


Dans l'immédiat d'une situation concrète, oui.


Dans l'absolu, non.


Ces gens ont-ils beaucoup souffert ?


Je ne pense pas, en tout cas pas très longtemps.


Je pense à Tabarli.


Combien de temps a-t-il survécu une fois éjecté de son bateau ?


Pas très longtemps.


C'est tout de même terrible.


Mais c'est le passage qui est terrible,


et c'est nous qui le revivons pour eux,


et qui, pour nous-même, prolongeons la douleur et l'angoisse.


Pour "eux"


(et tu comprends bien que  ce eux représentent bien des êtres)


 pour eux, le temps de la souffrance est fini.


Alors nous pouvons nous aussi changer notre vision,


au lieu de rester dans cet angoissant passage.


Eux ont fait ce passage,  ils n'y sont plus.


Alors ne restons pas, pous, pétrifiés pas l'angoisse !


Ils vivent en nous, alors réjouissons-nous avec eux


de tout ce qui fut beauté et joie dans leur vie.


Mais pardon tout de même de t'avoir bousculée.


Si j'avais le temps, j'écrirais un petit roman, qui décrirait leur vie heureuse,


pendant une longue période, dans cette belle campagne d'Italie que j'imagine...


ô qu'elle doit être belle et douce !


Merci de me pardonner.


Bisous Danielle.



hélène 17/07/2012 09:58


Joli volcan, joli oiseau, belles aquarelles. A bientôt


 


Bonne journée


hélène

kasimir, dit pinson déplumé 17/07/2012 18:26



Les images te plaisent...


mais...


je devine...


bonne soirée Hélène.



Esclarmonde 17/07/2012 08:31


Des vies quand même arrêtées bien hâtivement pour certains ! je m'attend un jour à un remake de cette célèbre catastrophe... Bises et belle journée

kasimir, dit pinson déplumé 17/07/2012 18:17



oui, c'est vrai


un tel évènement (qui se renouvelera, c'est une certitude)


peut-être vu de deux façons.


Une douleur infinie, et c'est vrai.


Mais avec le recul, une autre vision se dessine.


Je pense à la mort de Maurice et Katia Kraft


avec du recul, ce fut une belle fin pour ces deux vulcanologues,


partis ensemble dans une expédition qui les passionnaient,


et unis par leur passion commune.


J'oserai même dire que c'est un privilège !


Bon , d'accord, j'axagère....


Oh que ce sujet est difficile !


Bises, pour me faire pardonner.



telos 17/07/2012 07:37


ta première aquarelle porte à rêver.. pour moi juste un instant..lol.. belle belle

kasimir, dit pinson déplumé 17/07/2012 18:14



tu étais sur le point de rêver ?


Mais... Telos, c'est presque un miracle !!!!!!!!!!!!!!



Jackie 17/07/2012 07:05


Une bien belle mort...


Tes gouaches sont superbes.


Belle journée Pinson


Bises

kasimir, dit pinson déplumé 17/07/2012 18:13



merci de cette premier commentaire positif


je craignais le pire !