- « Le jour où je me suis aimé.. » selon Chaplin -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

 

« Le jour où je me suis aimé.. »

 

 

Texte écrit par Charlie Chaplin,

que j'ai reçu dans un PPS

mais que j’ai librement retranscrit

en le simplifiant souvent

et en modifiant souvent les temps. .

 

 

 

 

 

                                                              charlie-chap.jpg

 

 

 

 

« Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

 

J’ai compris qu’en toutes circonstances

j'étais à la bonne place et au bon moment.

 

J’ai perçu que mon anxiété, que ma souffrance émotionnelle,

n’était qu’un signal lorsque j'allais à l’encontre de mes convictions.

 

J’ai cessé de vouloir une vie différente.

 

J’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrivait

contribuait à ma croissance personnelle.

 

J’ai compris qu’il ne servait à rien

de vouloir forcer une situation ou une personne,

dans le seul but d’obtenir ce que je voulais,

car si la personne, ou moi-même, n'étions pas prêts,

ce n’était pas le bon moment.

 

J’ai commencé à me libérer de tout ce qui ne m’était pas salutaire,

personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie.

 

J’ai cessé d’avoir peur du temps libre

et de faire des projets pour le futur.

 

 

 

 

Aujourd’hui je fais ce qui est correct ,

ce que j’aime,

quand ça me plaît,

et à mon rythme.

 

J’ai cessé de chercher à avoir toujours raison

et je me suis rendu compte que je me suis souvent trompé.

 

J’ai cessé de revivre le passé

et de me préoccuper de l’avenir.

 

Aujourd’hui, je vis au présent,

là ou toute ma vie se passe.

 

Aujourd’hui je vis une seule journée à la fois,

et c’est cela la plénitude.

 

Je n’ai plus peur de vivre.

 

Du chaos naissent les étoiles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Textes de Sagesse

Commenter cet article

cagou 12/06/2012 19:04


alors !!!!!


tu as allumé le calumet de la paix!!!!


sans ,aucun faute!!!!


bisousssss charlot

kasimir, dit pinson déplumé 12/06/2012 21:04



si , il y en a une


la tradition est respectée !!!


je serais donc Charlie Lapin ?



Mari jo 12/06/2012 15:30


J'ai hésité à lire cet article car je n'aime pas Charlie Chaplin. Après avoir passé deux fois et être revenue sur l'article, je l'ai quand même lu. Je me demande à quel âge il a écrit ses
phrases. Car je pense et trouve que c'est  lorsque l'on a passé une certaine partie de sa vie que l'on pense ainsi. En quelque sorte lorsque l'on fait le bilan de sa vie. Je me
trompe?

Bonne journée pinson déplumé et bise à toi.

kasimir, dit pinson déplumé 12/06/2012 16:20



oui, certainement


comme toi j'ai eu d'abord un réflexe négatif en lisant ce texte.


C'est trop facile d'écrire des belles paroles...


surtout quand on est devenu très riche.


Le Chaplin de la fin était bien loin du Charlot du début.


En fait je ne connais pas du tout sa vie


et l'on m'a dit qu'il a eu beaucoup de malheurs...


bon, peu importe, je n'ai pas trop envie de le savoir.


Mais en relisant son texte, je me suis aperçu que je pouvais faire mien certains propos,


et peut-être les mettre en application dans ma vie.


C'est ce qui m'a donné envie de le mettre sur le blog.


Et comme j'ai eu une réaction très positive (de R) je me suis dis que j'ai eu raison.


Mais bien sûr, il faut en prendre et en laisser.


Notre vie, c'est un bateau, et c'est nous le capitaine.


Le capitaine est maître à bord !!!!


bises, Marie JO



eMmA 12/06/2012 07:55


 


J'avais un ami qui pour détendre une atmosphère un peu plombée, faisait plein de bisous sur sa main, et prenait sa voix de stentor pour déclarer "Oh que je m'aime, que je m'aime !"


Inévitablement, nous éclations tous de rire et tout allait mieux...


 


Ton Charlot est une vraie réussite. Bravo, Kasi.


eMmA


 

kasimir, dit pinson déplumé 12/06/2012 11:40



ton ami était un génie à sa façon


mais c'est vrai que nous nous aimons !


regarde, quand tu te laves, t'habilles, te nourris...


tu fais le meilleur possible pour toi


et tu ne pourrais pas vivre sans cela.


Oh, comme je m'aime !


Et de quelle façon est-ce que je m'aime ?


De la façon que ma mère et mon père m'aimaient.


M'aimer, c'est continuer à me donner à moi même ce que mes parents me donnaient.


Je m'aime... écrivons cela autrement :


JE aime ME.


ME, c'est moi


JE, c'est ... moi aussi, mais c'est aussi ma mère et mon père en moi.


Je suis JE      et je suis  ME.


Et entre JE et ME : l'amour circule, et il est la vie.


Bonne journée eMmA, très bonne journée


où tu vas aimer, et t'aimer.



hélène 12/06/2012 00:29


Je tiens à te rassurer...ma tête tient bien sur mon cou...Je peux réfléchir sans douleur et formuler des idées assez cohérentes! et je suis en paix avec moi-même,malgré qq erreurs de parcours
dûes à ma manière de fonctionner....


comme j'ai lu qque part que tu t'adorais, je ferme la parenthèse et point final pour ce soir.


Nuit étoilée.....


Hélène


 


 

kasimir, dit pinson déplumé 12/06/2012 11:25



J'espère que tu as bien dormi...


sous ton aile de laine, Hélène.


Bonne journée, bisous de pinson.



annielamarmotte 11/06/2012 22:39


tip top ...... tiens je vais m'endormir sur ce texte et ce sera fort bien..... bisousssssssssssssssss

kasimir, dit pinson déplumé 12/06/2012 11:23



Oh oui !


c'est super de s'endormir en étant content de soi, de sa journée, de sa vie.


En étant en paix avec soi même et avec le monde.


Et les marmottes, pour dormir... ce sont des spécialistes !!!!


Bisous de pinson.



réjane 11/06/2012 22:20


bonjour kasimir...


quelle belle philosophie de vie... j'ai toujours beaucoup aimé Charlot...et là, je comprends encore mieux pourquoi, ce texte tombe bien, demain je rencontre une thérapeute qui travaille avec
l'auto-hypnose, les énergies, la relaxation... et là, ce texte de Chaplin, son titre surtout, m'éclaire sur ce qu'il y a d'important... comment aimer et comprendre les autres, si l'on ne s'aime
pas soi-même... bien sûr je ne parle pas de cet amour qu'ont certains de leur personne, imbus d'eux-même, et qui ne voient que leur nombril, non, là je parle de simplicité, s'aimer soi-même avec
ses défauts et ses qualités...


je viens de comprendre que je ne m'aime pas, car vois-tu je ne "suis" que dans mon passé, comment vivre le présent, si l'on n'a pas accepté qu'un passé à fait ce que l'on est... 


l'on a besoin de projets, mais ne vivre que pour eux, c'est oublié de vivre tout simplement...


l'on croit toujours que notre temps est fait d'une ligne... passé, présent, avenir...et pourtant, à peine le présent est-il passé, que déjà il appartient au passé... c'est logique et absurde,
j'aime la philosophie de Chaplin et de vivre chaque jour en entier... sans avoir décider de tout par avance... même si l'on ne peut pas le faire pour tout...


je sais ce que je dois travailler avec ma thérapeute, apprendre à m'aimer, à aimer et accepter mon passé, pour vivre "l'aujourd'hui..."


c'est étonnant de tomber sur cet article de toi, ce jour où justement, je viens te rendre ta visite... je pense qu'il n'y a pas de hasards...


à bientôt kasimir, je t'embrasse...

kasimir, dit pinson déplumé 12/06/2012 11:17



S'aimer, aimer : indissociable en effet


c'est comme une pièce de monnaie : tu as forcément pile et face


si on a pas l'un, on a pas l'autre.


C'est comme les deux jambes : pour marcher c'est franchement plus commode.


(pardon pour les unijambistes !


peut-être qu'ils arrivent à se débrouiller )


S'aimer..; oui, bien sûr, avec ses défauts, ses limites, ses erreurs dans le passé


et ce que l'on a subi = avec ce passé qui nous a fait ce que nous sommes aujourd'hui.


C'est vrai, nous nous faisons de notre vie une image linéaire :


le passé en arrière, un présent punctiforme que nous n'arrivons pas à saisir


(peut-on s'asseoir sur la pointe d'une aiguille ?)


et un avenir... qui est une carotte suspendue au bout d'une ficelle que l'âne que nous sommes ne parvient jamais à croquer, à savourer .


Alors nous nous sentons pris dans un torrent temporel où nous ne sommes qu'angoisse, vide, peur, béance.


cette image de notre vie est, comme tu le dis, logique (semble logique) mais absurde.


Notre vie ne s'étire pas sur une ligne infinie


qui viendrait dont ne sait où et qui se dirigerait vers le néant.


Absurde !


Notre vie est toute entière ici , dans l'instant présent,


comme une nichée d'oisillons dans un nid de duvet.


Là dans notre présent, aussi vaste que l'univers, tout est présent :


tout notre passé : notre mère, notre père, notre enfance, ses jeux et ses larmes, les genoux écorchés, les heures passées à l'école, nos premiers émois
amoureux qui nous plongeaient dans le plus grand trouble, nos réussites, nos échecs, nos espoirs.....


S'aimer, c'est aimer ce nid qu'est le présent, avec tout ce qu'il contient.


Ce n'est pas rêver de retourner en arrière, dans le passé,


sur cette ligne imaginaire "passé présent avenir" : elle n'existe pas.


Seul le présent existe.


Ce n'est pas la pointe d'une aiguille


c'est une plage, c'est un monde... c'est LE MONDE.


Ce que j'appelle mon passé, ce sont les cartes que j'ai dans mes mes mains.


Je n'en ai pas d'autres.


Je vais faire avec mes cartes (la "donne" que j'ai reçu).


Et vous allez voir ce que vous allez voir !


Je vais, avec ces cartes , faire des merveilles.


Et nous allons rire tous ensemble, avec chacun nos cartes,


rire comme des joueurs de belotte.


Belotte et rebelotte !!!!!


Bonne journée Réjane, je t'embrasse.


 



erato:0059: 11/06/2012 21:16


" Je vis au présent " c'est vrai que c'est le meilleur moyen de s'épanouir . Il faut s'en convaincre mais pas toujours évident . Il est sage de reconnaitre que l'on est heureux malgré les " chaos
" de l'existence ...J'aime ta dernière phrase.


Adorable Charlot


Belle soirée, bises Pinson

kasimir, dit pinson déplumé 12/06/2012 10:17



"c'est vrai... mais pas toujours évident"


de fait, mais alors pourquoi ?


aucun raisonnement logique ne peut nous permettre de vivre selon cet autre mode


(que nous appelons "vivre au présent")


c'est peut-être que le passé n'est pas si passé que cela


ou plutôt qu'il tient en nous une place essentielle, il nous construit,


mais pour qu'il ne nous écrase pas, il nous faut, non pas le supprimer


(ce serait scier la branche sur laquelle nous sommes perchés)


mais le digérer, lui donner une autre fonction.


C'est comme le repas : si nous ne le digérons pas, il nous encombre


et cet embarras digestif nous rend lourd, et même malade.


Une fois digéré, il nous fournit ce qu'il nous faut pour vivre.


Notre passé, c'est pareil.


Nous n'avons pas à lutter contre, ni à l'oublier (quelle horreur !)


mais à le digérer, à le comprendre, et à l'aimer


pour en extraire tout le bien qui s'y trouvait,


même s'il était caché sous les horripeaux des frustrations, des insatisfactions, des déceptions, des attentes vaines.


C'est un long travail sans doute, mais vital.


Comme le murissement d'un fruit, ou d'un vin plein de tanin.


Bises, bonne journée Andrée.



Jackie 11/06/2012 20:28


C'est beau et sans doute exceptionnel de pouvoir dire tout ça...


Bonne soirée


 

kasimir, dit pinson déplumé 11/06/2012 23:40



c'est ça devenir sage


arriver à se pardonner, à ne plus se haïr pour ses erreurs, ses manques, ses ratages,


à aimer notre vie telle qu'elle est, même si elle est loin de tous les accomplissements dont nous avons rêvé.


Amour (de soi et des autres) marchant de pair avec humour.


bonne nuit la provinciale !



fan 11/06/2012 19:09


... je n'arrive pas toujours à m'aimer, mais avec le temps, je me rèconcillie avec moi-mêmeet peut-être faire un jour ce qui me plait...


Ton dessin est super vraiment. Chaplin vivait à Corssier-sur-Vevey, et était fan du cirque nationale suisse "Knie". Chaque année il descendait avec toute sa famille à Vevey sur la place où le
cirque avait dressait son chapitaux. Ses enfants suivent cette tradition encore aujourd'hui.

kasimir, dit pinson déplumé 11/06/2012 23:19



en fait se réconcilier avec soi-même,


c'est-à-dire s'aimer,


n'est pas si facile


c'est peut-être même l'oeuvre de toute une vie


et peut-être aussi ce qu'on peut appeler la sagesse


qui va avec " humour " et avec " amour "


alors Chaplin était presque ton voisin ?



hélène 11/06/2012 18:02


Si je réunis dans un même sonnet toutes les citations  que tu proposes...je m'aperçois que sans doute, "je m'aime" comme je suis et comme j'agis. ....Maintenant le regaed des autres est
certainement différent et ils ont raison, car pour appliquer tous ces préceptes....dur...dur....


Le cou va mieux.......merci au pinson fraternel.....Bises


hélène


 

kasimir, dit pinson déplumé 11/06/2012 23:00



le cou va mieux : c'est "capital"


car c'est le cou qui tient notre tête !!!!!!!


faire ce qu'on aime, c'est important pour être en paix avec soi même,


et c'est cela s'aimer


cela aussi est "capital"


bonne nuit Hélène



Danielle 11/06/2012 17:52


euh "je fais ce que j'aime, quand ça me plait et à mon rythme" !!! Faudrait-il pouvoir en avoir la possibilité ... pas toujours évident !


Il y a de belles phrases dans ce texte, d'autres sont plus difficiles à mettre  en pratique. Bonne soirée pinson, ton dessin est superbe. Danielle

kasimir, dit pinson déplumé 11/06/2012 22:49



***** je suppose que ce que l'on peut sortir de ce texte c'est qu'il n'est pas souhaitable d'agir sous la contrainte or ce serait une contrainte de faire
certaines choses uniquement pour ne pas déplaire à quelqu'un, alors que cette chose que nous ferions ne nous plairait pas à nous mêmes



Esclarmonde 11/06/2012 08:53


On a tous quelque chose à faire sur cette terre. Chaplin l'a compris pour notre plus grand plaisir ! J'adore la dernière phrase" du chaos naissent les étoiles"... Bises et belle semaine

kasimir, dit pinson déplumé 11/06/2012 16:17



des étoiles qui...


esclare le monde !!!!!



telos 11/06/2012 07:24


l'instant .je m'aime.


et toi tu t'aimes?

kasimir, dit pinson déplumé 11/06/2012 16:15



moi ?


j'm'adore !!!!


parfois je m'énerve contre moi, mais à bien réfléchir, je n'ai jamais trouvé personne qui ait montré avec moi autant de patience que moi même....


et quand je me représente le temps durant lequel je me suis supporté,


je suis admiratif, et presque incrédule.


ah ah ah !!!!