Le nuage amoureux *6* - conte de NH - Les larmes d'Aïcha -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

 

 

Alors le vent a commencé à manquer de souffle et à s'éloigner. 
Le nuage s'est transformé en oeil et a versé des larmes.

                " Pourquoi pleures-tu ? "
                  demanda la colombe. 


                " Parce que je vais vous quitter "
                   a dit le nuage.

Alors la pluie a commencé ,
puis elle est tombée à verse.

Dans le jardin, les fleurs se sont redressées.
L'homme à la barbe noire était trempé jusqu'aux os.
Sa barbe était pleine d'eau,
il claquait des dents de rage.

Pendant ce temps la colombe était partie à la recherche du vent.
Elle l'a rattrapé au sommet de la montagne.

       " Frère vent, 
       l'homme à la barbe noire t'a tourné en ridicule
       en voulant se servir de toi pour une cause injuste.
       Viens maintenant nous aider à chasser cet homme méchant "

Le vent est revenu avec la colombe,
a soulevé la poussière du chemin,
l'a jetée dans les yeux de l'homme à la barbe noire.

Alors il s'est sauvé sur son cheval gris
suivi du chardon-serpent-corde-sangsue
et depuis ce jour ....
on ne les a plus jamais revus.



                              

 

***

 



Le jardin d'Aïcha, lui, était tout en fleurs.


Aïcha se tenait au bord du bassin,
la colombe perchée sur son épaule gauche,
le lièvre assis à ses pieds.


Le ciel était bleu.
Tous étaient heureux.


Tous ... sauf Aïcha.

"Pourquoi es-tu si triste , Ma petite Aïcha ? "
demanda la colombe.

 
"Parce que le nuage nous a tous sauvés,
mais il a disparu, il s'est sacrifié pour nous."



    Et des larmes ont coulé de ses yeux.
    Des larmes belles comme des perles.
    Elles sont tombées dans le bassin.


    Or le bassin était rempli d'eau de pluie.

    Alors une vapeur bleue
    s'est élevée au-dessus du bassin,
    et le nuage s'est reformé dans le ciel,
    a pris la forme d'une bouche
    qui faisait comme un grand sourire
    au-dessus de la maison d'Aïcha.

 

 

 

 



                         nuage-6-le-petite-maison.JPG


            

 

 

 

 C'est alors le derviche s'est levé

  et il est rentré chez lui.

 


  Et moi aussi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans conte

Commenter cet article

sittelle 25/04/2012 18:50


C'est déjà fini ? je te dirais bien comme P'tit Ange : "encore" ! 

kasimir, dit pinson déplumé 25/04/2012 20:30



ok, je vais en chercher un autre


mais demain je parle de l'auteur



héléne 25/04/2012 17:11


Je m'excuse pour mon ignorance, je n'avais pas pensé à la finalité mythologique de ce conte,


je n'en ai vu que la tournure naïve des vers...Il faut que je complète mon éducation littéraire...


Belle soirée


hélène

kasimir, dit pinson déplumé 25/04/2012 17:41



Mais c'est là toute l'astuce des contes.


Ils mettent en scène, par exemple un héron emmanché d'un long cou


qui néplige les mets quelqconques, et ne veut pour sa noblesse que le meilleur du meilleur


et à la fin il se retrouve insatisfait, affamé !


Mais La Fontaine pensait sans doute à ces gens qui ne savent pas reconnaître la richesse des moments ordinaires, et se retrouvent bientôt dans le
dénuement affectif, quand bien même ils auraient de l'or plein leur cave.


Le conte vise toujours bien plus loin que ce qu'il raconte.


C'est un langage symbolique.


Bonne soirée LN !



Jackie 25/04/2012 17:05


Heureuse fin... C'est un conte... Et un très beau conte.


Merci Pinson.


Passe une très bonne soirée.

kasimir, dit pinson déplumé 25/04/2012 17:31



Oui Jackie


c'est un conte qui nous montre ce que nous ne voyons pas


mais qui pourtant existe : la marche du monde  vers une victoire des forces de vie.


Cela suppose une vision que l'on pourrait dire être celle d'un "croyant",


d'un "croyant" dans la réalité des forces de l'amour, ce qui ne semble pas toujours évident quand on regarde l'actualité.


C'est un peu ce que tu fais lorsque tu te promènes dans un chemin tout ordinaire, que tout le monde néglige, comme si ce qui brille de tous ses néons et
qui fait un pétard du diable était la seule chose attractive de nos jours.


Toi tu nous montres une coccinelle sur un brin d'herbe...


et c'est l'aurore d'une évidence : il y a là plus de beauté et plus d'intelligence  que dans tous les brouhahas médiatiques.


Bonne soirée à toi aussi, Aïcha d'Aubrac.



Domm 25/04/2012 14:35


Merci pour votre visite....pour ne plus vous perdre de vue, je m'inscris à votre blog, c'est plus sûr!!!


Bon après midi

kasimir, dit pinson déplumé 25/04/2012 16:20



merci à vous Domm


à bientôt



Marc 25/04/2012 13:37


Un joli conte qui fait du bien à lire par le temps actuel!

kasimir, dit pinson déplumé 25/04/2012 17:17



Qui est (hélas !) toujours d'actualité


car les puissants, les voraces, les despotes....


sont toujours à l'oeuvre.



fan 25/04/2012 12:09


... fin du joli conte! Suis un peut trise, j'ai cru naïvement, que le nuage souriant se transformait en un prince charmant, celui avec une grande âme et brillant et tout, que nenni!


Alors, enfin "glücklicher Buchfink, ich wünsche Dir eine lange und schöne Reise in das Land der grünen Prärien"... je m'arête là... :-)


Belle journée, cher Kasimir!

kasimir, dit pinson déplumé 25/04/2012 17:14



et non Fan !


le poète ne pensait pas (je crois) à une aventure d'amour individuel


il me semble qu'il a incarné en AÏCHA l'humanité elle même,


qui cherche la voie de la paix , de la fraternité,


qui trouve son épanoissement dans le fait simplement d'exister


sans cette volonté de " posséder " le monde pour soi tout seul.


Jouissance d'être, ou volonté de toute puissance : c'est le conflit humain essentiel.


Bonne soirée Fan.   



annielamarmotte 25/04/2012 09:51


pffffffffffffffff.... pourquoi faut il toujours qu'un voile de tristesse vienne toujours faire de l'ombre au bonheur......'

kasimir, dit pinson déplumé 25/04/2012 17:07



bien involontairement je me repose cette question le 28,


et ensuite


car croyant dire une bricole, je suis, comme Alice, tombée dans un puits qui n'avait pas de fond !



héléne 25/04/2012 09:19


Qu'il est agréable de commencer la journée avec ce si beau sourire, qu'il se répande autour de nous et chasse les nuages gris importuns.


 


Belle fin comme je la connaissais....


Et que devient AICHA???le sais-tu????


 


Bises de l'aube hélène

kasimir, dit pinson déplumé 25/04/2012 16:54



Qui est AÏCHA  ?


Demain je dis quelques mots de l'auteur.


Je crois que pour lui, AÏCHA, c'est nous, le peuple des gens qui veulent vivre non pour posséder les autres et le monde, mais seulement vivre pour
aimer.


Ce qu'il a décrit dans ce conte est un combat mythologique.



telos 25/04/2012 09:12


envoie-moi la clef de cette petite cabane...j'en ai une dans ma tête dans le larzac entourée de papillons bleus..je m'y réfugie souvent..j'y suis.

kasimir, dit pinson déplumé 25/04/2012 16:50



Dans la journée, inch Allah !


je traverserai le larzac, que je ne connais pas, allant de Millau à Nîmes.


Je prendrai tout mon temps et rechercherai ta petite cabane entourée de papillons bleus.


Je chercherai et trouverai la clef, et je te l'enverrai, promis.


Tu pourras y aller pour de vrai et te nourrir de bons petits fromages.



erato:0059: 25/04/2012 09:12


Une belle histoire avec une fin qui fait chaud au coeur . Un conte espoir ou souhait....si la vie était ainsi ! Je pense que l'auteur , dans sa souffrance, a voulu nous montrer les côtés positifs
de la vie que l'on ne voit pas toujours. Bonne journée, bisous Pinson

kasimir, dit pinson déplumé 25/04/2012 16:45



La vie EST ainsi !


C'est en tout cas la foi de ce poète.


Est-il un naïf ou un visionnaire ?


Le naïf n'est-il pas plutôt celui qui prend la réalité présente pour le réel,


alors que cette réaité va disparaître dans les heures (ou années) qui viennent ?


Qu'est-ce qui est réel ?


Ce qui passe, se transforme incessament, comme le nuage,


ou bien ce qui se préoare en secret ?


Ce qui est réel, est-ce la chenille, ou le papillon ?


Bise à toi, notre grammairienne.



gazou 25/04/2012 08:53


Ce conte est d'une richesse infinie;


Nous vivons des morts et des naissances successives comme le nuage et ceux qui s'en vont ne sont pas séparés de nous puisque nous faisons partie d'un Grand Tout...Ressentir cela est très
vivifiant et apaisant

kasimir, dit pinson déplumé 25/04/2012 16:37



absolument !


notre séparation en "vivants" et "morts" est du domaine de l'apparence,


du domaine d'une réalité très provisoire.


C'est comme si nous avions le bout du nez collé sur la carreau


et ne pouvions voir que la buée qui est dessus.


La "réalité" est autrement plus vaste que nous l'imaginons.



Mari jo 25/04/2012 05:32


Merci pinson déplumé pour ce superbe récit.


Je me doutais qu'il y aurait une transformation mais je ne la voyais pas si belle. Toujours de magnifiques illustrations tout au long de ce
suspense.


Bon sang qu'il est beau ce conte et il est vrai que la misère, la tristesse, la peine font toujours de jolis récits. Le bonheur est autre chose...


Merci de nous avoir fait découvrir ce superbe conte et de nous avoir tenu en suspense tout au long.


Ce récit exprime beaucoup de choses effectivement.


Bonne journée et bise à toi pinson déplumé.

kasimir, dit pinson déplumé 25/04/2012 16:33



le bonheur ,  c'est autre chose


mais c'est quoi ?


Une question que l'on se pose tous les jours, enfin... parfois


le 28, j'aborde sans même l'avoir voulu cette question (implicite)


bise


                                    



Pascale 27/03/2010 18:29




C'est vraiment un conte très très joli, qui réchauffe le coeur. Et tes dessins sont toujours aussi réussis. Merci pour ces précieux moments de lecture.
Bisou !


kasimir, dit pinson déplumé 27/03/2010 20:24



Bisou, oui !
ça fait longtemps que l'on ne s'en était pas fait !



Pascale 27/03/2010 18:28




C'est vraiment un conte très très joli, qui réchauffe le coeur. Et tes dessins sont toujours aussi réussis. Merci pour ces précieux moments de lecture.
Bisou !


kasimir, dit pinson déplumé 27/03/2010 20:22



je suis ravi d'avoir réchauffé ton coeur
et NH le serait aussi
il souhaitait sans doute que son message ait une portée universelle.
Ce texte m'a fait penser un peu au Petit Prince.



mima 22/03/2010 06:32


eh j'te le dis, entre nous, je serais bien en peine de franchir à toute vitesse une ouverture  de cette taille  et bonjour les dégâts pour la porte du garage  !!!
Et pour la voiture kasimir, ce n'est pas grave, c'est si beau le spectacle ! quand je l'ai vue hier soir, cette hirondelle, je pensais au long voyage qu'elle venait d'accomplir ! un tel trajet pour
un si petit animal !
bonne journée kas,
bises 


kasimir, dit pinson déplumé 22/03/2010 09:09



Ah oui, c'est beau !
Quand j'arrive dans le garage, au moment où les petits sont nés, ils croient que c'est un parent qui arrive, et ils se dressent en piaillant,
ouvrent un bec immense, attendant l'insecte.
Quel appetit !
Quel entrain !
Quelle envie de vivre !

Toi bien sûr ne passerais pas par cette ouverture (permanente, à leur seul unsage)
et en plus tu ne ferais pas tes petits au plafond !



mima 21/03/2010 19:04


bonsoir kasimir,
il y a une demi-heure je viens de voir la première hirondelle  ! c'est pas réjouissant ça ?!
bisous pinson


kasimir, dit pinson déplumé 21/03/2010 21:22


Oh ....Tu me fais penser à la vigie d'un navire, qui crie : Terre !
Alors je vais " ouvrir " la porte du garage, ou plutôt sa petite fenêtre que je ferme l'hiver avec du papier.
Car nous avons chaque année 2 ou 3 nids d'hirondelles dans le garage, et elles rentrent à pleine vitesse dans ce garage par cette petite ouverture (20 sur 40 environ). 
L'ennui c'est que pour le nid au dessus de la voiture.... bonjour la décoration. 
Mais elles sont si belles, ces petites MIMAS !!!!


lenez o vent 21/03/2010 18:48


le conte se termine bien,
apprendre sur l' auteur est aussi un plaisir

bonne soirée dominicale, bisous K


kasimir, dit pinson déplumé 21/03/2010 19:27


Et c'est pour moi un plaisir de partager tout cela avec toi.
Bonne semaine amie.


Aziyadé 21/03/2010 16:47


Malheureusement je ne sais que les mots d'usage basic turc du quotidien pour me débrouiller en politesse...au grand dame du Pasha et de sa famille (heureusement que
certains connaissent le français sur place, mais pas tous et quand je vais là-bas mon cerveau se repose sur ses lauriers et pratique le lachez-prise, de vraies vacances!!!) mais je serai bien
obligée un jour (qui se raproche) d'en apprendre plus si je veux demeurer plus là-bas qu'ici.
Ceci dit je ne connais pas l'arabe et comme l'écriture en ai déjà compliqué ça me semble difficile, alors que le Turc s'écrit comme chez nous hormis 3/4 lettres qui se prononcent différemment mais
c'est facile, et la grammaire est plus pratique que chez nous - genre un nom commun et puis en rajoutant des suffixes et préfixes - ça te donne la déclinaison du verbe, du temps, de l'article, du
métier, etc...Ainsi une petit mot de 4 lettres fini par devenir immense. Mais il est super complet dans sa compréhension. Et la lecture est phonétique encore plus simple ex : chez eux c'est KUAFÖR
= notre coiffeur de service. Ils ont plein de mots venant du français.
Pour ma part le plus difficile c'est de "retenir le vocabulaire" à mon âge on imprime bcp moins bien. Je pense que je progresserai en étant immergée dans le quotidien.
 Déjà la musique de la langue me fait reconnaître le sujet d'une conversation et de son sens. voilà si je te dis "çok güzel" ça se prononce tchoc guzel et ça veut dire TRES BIEN ou très bon
aussi.
Ils ont cette écriture depuis la naissance de la République laïque instaurée par Atatürk (Mustafa Kemal) en 1923. Il a tenu en premier lieu a généraliser l'alphabétisation de tout son peuple. Sinon
avant à l'époque des Sultans c'était l'écriture arabe d'ailleurs qu'on peut voir encore sur la plupart des monuments historiques.
Ma chance c'est que mon Pasha a fait ces études chez les Jésuites en internat français à Istanbul et ses études finales à Cambridge en Angleterre. Donc je me repose sur ses multilangues pour nos
différents voyages ! la facilité en quelque sorte.
Tu sais tout ou à peu prêt cher Kas.
Bisous
Chantal la tite française bien de chez elle !


kasimir, dit pinson déplumé 21/03/2010 19:25


Ah merci, bonne Chantal.
Et bien je n'étais pas à la page !
Je m'imaginais que le turc s'écrivait encore avec l'alaphabet arabe  !
En fait je me rends compte que je ne sais rien de la Turquie, et que j'utilise des clichés qui ne correspondent pas à la réalité.
Merci de cette première leçon de ta langue adoptive.
Bonne soirée, bonne semaine.
Je t'embrasse.


Aziyadé 21/03/2010 10:29


Bon dimanche petit pinson qui connait les Poètes...et moi qui apprend à les connaître.
Bisous

Si j'étais platane si je me reposais à son ombre
si j'étais livre
que je lirais sans ennui dans mes nuits d'insomnie
crayon, je ne voudrais pas l'être
même pas entre mes propres doigts
si j'étais porte
je m'ouvrirais aux bons je me fermerais aux méchants
si j'étais fenêtre
une fenêtre sans rideaux grande ouverte
si j'étais verbe
si je vous appelais au beau au juste au vrai
si j'étais parole
[je dirais] mon amour doucement, tout doucement (10)

Nazim Hikmet (un passionné exhilé - prix nobel de la paix et surtout grand poète Turc)


kasimir, dit pinson déplumé 21/03/2010 15:40


Merci Aziyadé ! Nous allons avoir une belle collection ce ses vers.
Lis-tu et écris-tu le turc ?
Est-ce aussi difficile que l'arabe ?
Je t'embrasse aussi, Porte de l'Orient !


marie pierre 20/03/2010 22:38


bonsoir Kasimir !

trop joli ce petit conte ...
bienheureuse Aïcha,
quels beaux cadeaux son derviche lui fait !
d'abord la vie,
puis ce merveilleux jardin de fleurs
dont elle s'occupe,
un lièvre et une colombe qu'elle chérit
et puis délicatement, du bout de ses doigts
tout SIMPLEMENT, ce joli nuage qui n'attendait
que d'être charmé ...

trop beau pour durer ...
ce paradis au milieu du désert
fait des envieux
alors la lutte entre le bien et le mal
entre la jolie Aïcha, ses bienveillants alliés de la nature
et le monstrueux homme à barbe-noire ( a-t-il tenté de s'y cacher derrière sa barbe ? ) et son complice le serpent corde traître ...

j'imagine que partout dans le monde où un jardin pousse au milieu du désert, il y a des tas d'hommes à barbe noire et des serpents ...

la fin du conte est heureuse ... ouf
normal, c'est un conte,
mais dans la réalité cher Kasimir,
qu'en a-t-il été du jardin de l'auteur ?

je vous embrasse ...
MP


kasimir, dit pinson déplumé 20/03/2010 22:55



C'est vrai, Marie Pierre, sa vie a été dévastée !
Il faut une solide foi en l'être humain pour demeurer dans cette vision du bonheur possible pour tous.
Notre époque n'a pas été avare en horreurs.
Mais à bien y réfléchir ... le problème n'est peut-être pas tellement différent avec les malheurs individuels, même s'ils n'ont pas une cause humaine.
Un tel malheur, dû à une maladie, ne va peut-être toucher, directement, qu'une seule personne, ou qu'un tout petit nombre de personnes.
Mais qu'en est-il de la vie des personnes qui voient ainsi leur vie détruite, la privation de l'être qu'elles aimaient ...?
Comment peut-on être encore heureux, heureuse, après , croire au bonheur ?
C'est une question qui me paraît presque insondable.
Seule, je crois, notre fraternité aimante est une réponse.
Ce n'est pas une réponse intellectuelle, rationnelle, mais c'est la seule chose qui puisse atténuer la souffrance, et rendre la vie encore possible, tendue vers de nouveaux bonheurs.
Je vous embrasse, Marie Pierre.



Jackie 20/03/2010 21:44


S'il pouvait en être ainsi dans la vie !!!
Merci , je vais m'endormir en rêvant de nuages, je les aime tant.
Bises
Jackie


kasimir, dit pinson déplumé 20/03/2010 22:37



Dors bien :
une harpe va venir bercer ton sommeil
et un lièvre est couché près de toi.



Aziyadé 20/03/2010 19:42


Tout ce que j'aime, une happy end, si seulement je pouvais vivre dans le monde des Bisounours, j'en serai bien heureuse ! merci petit pinson, je t'ai aperçu toi
aussi te refraichir au bord de la fontaine...Pas belle la vie. Il faut s'en persuader !
Chantal


kasimir, dit pinson déplumé 20/03/2010 22:22



Elle a des ombres et des lumières.
Réjouissons nous de ses lumières.
Connaissais-tu Nazim Hikmet ?



mima 20/03/2010 19:31


c'est une super belle histoire kasimir, merci
bisous


kasimir, dit pinson déplumé 20/03/2010 22:19



Merci Mima
je suis heureux que tu sois contente !
Car c'est tout de ta faute !