- Oniricolage 16 - Solitude 2 - Le rêve : perdu ! -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

 

 La Loire a quelque chose d'inquiétant.

 

Elle n'est qu'une des manifestations de l'eau,

 

liquide vital certes, mais qui, dans sa simplicité cosmique,

 

manifeste une sorte de brutalité  implacable.

 

 

 

 

 

 

 DSCF3074.JPG 

 

 

 

S'approcher d'elle,

 

comme s'approcher de toute rivière,

 

même la plus petite,  même en apparence insignifiante,

 

c'est s'approcher d'un mystère,

 

du mystère du monde physique,

 

qui demeure sauvage et intraitable.

 

 

 

 

Sur ses berges,

 

l'apparition d'étranges personnages nous le rappelle.

 

Ils ne semblent pas  se préoccuper de nous.

 

 

 

 

 

DSCF3072.JPG

 

 

 

Alors mieux vaut se faire discret.

 

Nous ne sommes pas les maîtres de ce monde.

 

 

 

 

Et quand vient le soir,

 

et que les couleurs se retirent,

 

il faut quitter ces lieux

 

et "rentrer" dans un abri : ici  le mystère est trop grand.

 

 

 

 

DSCF3073.JPG

 

 

 

 

Je suis donc rentré, ce soir là......

 

solitaire.

 

 

 

 

Quand on vit  "avec quelqu'un",

 

ce "quelqu'un" joue le rôle d' "alter-ego" : d'un " autre moi ".

 

On n'est pas seul, croit-on :

 

 on vit avec une sorte de double de soi.

 

Et on ne se pose pas de question.

 

 

 

Enfin... si, peut-être......

 

 

 

 

 

Quand on vit seul, la question se pose.

 

Elle "s'impose".

 

 

 

 

Je poursuis donc mon récit

 

en vous racontant le rêve qui est venu cette nuit là.

 

 

 

 

*****

 

 

 

 

J'étais dans une ville , une grande ville,

 

mais qui m'était totalement inconnue.

 

J'en ignorais le nom.

 

Elle n'avait rien d'hostile envers moi

 

mais je ne savais pas ce que je faisais là.

 

Je cherchais à comprendre... mais à comprendre quoi ?

 

 

 

 

Et soudain je me suis aperçu  que j'avais perdu mon portefeuille.

 

C'est-à-dire tous mes "papiers" :

 

tous ces documents qui disent qui je suis , où j'habite,

 

ma profession, ma situation sociale, mes numéros de ceci et de cela...

 

 

 

Une profonde angoisse m'a alors envahi.

 

 

 

Les gens autour de moi n'étaient  pas hostiles, bien au contraire.

 

Ils ont deviné ma détresse et se sont approchés de moi.

 

M'ont interrogé, cherchant eux mêmes à comprendre...

 

cherchant comment ils pourraient m'aider.

 

 

Je ne me souviens pas de leurs paroles,

 

pas d'avantage des miennes.

 

 

 

D'ailleurs s'ils m'avaient demandé mon nom, ou mon adresse...

 

je n'aurais peut-être pas su  leur répondre.

 

Savais-je mon nom ?

 

Savais-je même encore parler ?

 

Ce n'est pas sûr.

 

 

Comment retrouver mes repères ?

 

 

 

 

Alors j'ai fait quelque chose d'insensé :

 

je suis parti en exploration de cette ville.

 

 

 

Elle était propre et riche,

 

De belles rues, de belles maisons, de beaux commerces,

 

une circulation aisée des voitures.

 

 

 

Mais décidément , je ne la connaissais pas,

 

 

et  j'ai réalisé que j'étais même incapable de retrouver ces gens aimables

 

qui m'avaient entouré de leur bienveillance.

 

 

 

 

Car désormais plus personne ne me regardait.

 

On ne faisait  plus du tout attention à moi.

 

 

 

Là se produisit une chose curieuse.

 

Je me suis réveillé.

 

J'ai mis l'ordi en route.

 

J'ai consulté ma messagerie et les commentaires.

 

Puis, au bout d'un certain temps, j'ai décidé de me recoucher.

 

 

 

 

Ce qui est étrange c'est que, une fois à nouveau endormi,

 

je  me suis retrouvé dans cette même grande ville inconnue,

 

et exactement dans la même situation !

 

Comme si mon rêve n'avait pas du tout été interrompu.

 

 

 

 

J'étais donc à nouveau dans cette même situation angoissante,

 

et dans l'incapacité de retrouver ces gens sympathiques qui me parlaient,

 

et qui, même s'ils m'étaient inconnus,

 

constituaient quand même une sorte de sécurité pour moi.

 

 

 

Je ne me souviens pas d'avoir ressenti cela déjà.

 

Une telle perte de mes repères, pas seulement géographiques,

 

mais relationnels, et même identitaires.

 

 

 

Je pensais à ces gens qui semblaient très sincères dans leur désir de m'aider.

 

Ils devaient se demander pourquoi j'étais ainsi parti,

 

et ils étaient  eux même  dans l'incapacité de me retrouver.

 

 

 

C'est alors que ....

 

 

 

à suivre !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans fabricolages

Commenter cet article

annielamarmotte 03/09/2012 08:42


à suivre donc......

kasimir, dit pinson déplumé 03/09/2012 18:54



 


                                                   
 !!!!



Esclarmonde 31/08/2012 09:32


Non, je ne suis pas née en Ariège et j'y suis venue pour la première fois en 2009. J'y suis restée en tout et pour tout deux semaines... Mais ces deux courts séjours ont pris une allure de voyage
initiatique à chaque fois à croire que les âmes des Cathares m'ont concocté quelques surprises... Jamais deux sans trois ? On verra. J'espère y faire un petit tout l'année prochaine. Passe un bon
vendredi


Esclarmonde

kasimir, dit pinson déplumé 31/08/2012 11:17



...ah ah ah !


j'avais cru comprendre en effet, dans ton blog,


que les Cathares t'avaient fortement marquée.


Il faudra que j'aille dans ce coin ....


(Montségur ????)


Mais pour l'instant, ils me font un peu peur !


Bonne journée Esclarmonde.


 



telos 31/08/2012 06:23


quand on se recouche à la même place dans la même position on reprend souvent le même rêve.l'autre c'est parfois le mur.

kasimir, dit pinson déplumé 31/08/2012 10:17



L'autre, c'est parfois un mur, dis tu.


Yes.


C'est en tout cas une énigme.


Nous mêmes, pour nous mêmes, nous sommes une énigme.


Tu as intitulé ton blog : "à la recherche de moi même".


C'est donc bien que tu es pour toi même comme un continent à explorer,


un puzzle à rassembler,


une partition à déchiffrer,


un texte hiérogliphique à traduire.


Alors comprendre l'autre, c'est encore plus ardu comme  entreprise.


Le comprendre... un peu


et pouvoir communiquer avec lui : joie suprême !


Cerise sur le gâteau.



Mari jo 30/08/2012 22:47


Bonsoir pinson déplumé,


Magnifiques photographies.


Tu as raison concernant la Loire. Moi aussi, je l'ai toujours trouvé un peu étrange, mystérieuse et parfois même inquiétante dans certains endroits et ses
abords surtout le soir lors du coucher de soleil, à la tombée de la nuit et la nuit elle est encore plus mystérieuse. Elle chavire dans une autre vie. Du moins c'est ce que je ressentais.
J'aimais beaucoup.


Ta dernière photographie nous le montre très bien.


Quant au rêve, il m'est arrivé souvent de rêver, me lever, me recoucher et replonger dans ce même rêve.


Parfois étrange mais je dois dire que j'aime quand ça se produit car je voudrai comprendre . Je cherche mais n'y arrive pas. Tout comme ces deux rêves qui
me reviennent depuis des décennies dont un depuis que je suis gamine. Je le fais encore.


Parfois quand cela fait un certain temps que je ne les ai pas fait, j'essaie de m'endormir de façon à les faire venir. Hélas, ça ne marche pas.


Étranges sont les rêves et quel dommage de ne pas pouvoir ce les expliquer.


Je te souhaite une bonne soirée et p'tite bise pinson déplumé.

kasimir, dit pinson déplumé 31/08/2012 09:49



Nos rêves nous donnent accès à un monde... qui est en nous,


et qui cependant est plus vaste que nous, 


que nous ne contrôlons pas,


et nous nous promenons comme des étrangers.


Ces villes ou villages inconnus où nous errons certaines nuit


sont une image de ce monde.


Une image de notre propre mental !


Quand tu veux retrouver tes rêves,


tu veux retourner continuer l'exploration de ton monde interne.


Et comprendre.


Comme toi je veux comprendre !


Et peu à peu nous progressons dans la connaissance de nous mêmes,


donc aussi des autres, de la vie.


très bonne journée, amie.



erato:0059: 30/08/2012 22:39


Tes photos sont magiques.Je pense que je serais restée , là , assise sur les galets , à contempler le soir venir dans un silence apaisant.


Souvent les rêves sont le reflet de souci ou inquiétude de la journée qui continuent d'une forme plus imagée à nous hanter.


J'espère que ton rêve de cette nuit sera réconfortant.


Douce soirée, bises Pinson

kasimir, dit pinson déplumé 31/08/2012 09:39



Mais oui Andrée


mon rêve s'est très bien terminé !


bises pour toi aussi


et bonne journée.



Esclarmonde 30/08/2012 22:13


J'adore ta description, fleuve que je n'ai pas vu depuis un bon moment. Le Rhône a un air plus civilisé mais ses crues sont terribles... Bref, je préfère être perchée dans ma montagne même si
j'adore voir ces grands fleuves. Etranges ces rêves qui reviennent tout le temps. Mois pendant plus d'un an, je rêvais toujours que j'étais dans un gros village la nuit avec de belles rues
pavées. Toujours beaucoup de monde et un monde qui m'ignorait. Bizarrement, ces rêves se sont terminés depuis que je suis retournée en Ariège... mais je vois toujours pas le rapport. Notre propre
univers mental nous échappe complétement en fait... Bises et passe une bonne nuit !

kasimir, dit pinson déplumé 31/08/2012 09:24



Le Rhône... quelle puissance !


C'est un énorme torrent.


Nos rêves....


ces villes ou villages où nous errons la nuit, qui nous deviennent presque familiers,


mais où nous nous perdons...oui, comme ils sont étranges.


On se croirait dans un monde de science-fiction.


Notre univers mental est à leur image (ou l'inverse)


Nous nous y promenons, cherchons à nous y repérer.


Mais rien n'y est stable.


Un simple voyage en Ariège, et , plitttt,


voici ce monde interne qui se réorganise autrement...


 


Es-tu née en Ariège ?


Bonne journée, amie.


 



hélène 30/08/2012 18:02


Oui, tu décris fort bien l'étrangeté de la Loire, car...sur un aspect  tranquille elle semble réceler un mystère, lequel? Tu vois le >Lot, il coule toujours, d'un flot constant, pas
d'étendues immobiles, il vit...


 


Et ton rêve, que de similitudes avec ceux qu'il m'arrive de faire. Curieux, vers 4h du matin, je me promène dans une ville en ruines, sans personne pour me renseigner, on dirait Pompéï aprés
l'éruption, des pans de murs partout, des cratères, et puis soudain l'angoisse me prend, je me lève.....et comme toi, je me dirige vers l'ordinateur, pourquoi??? Aprés un moment, recouchage, et
reprise, mais là dans un espace différent, de la lumière partout et des gens qui m'aident à retrouver mon cheminet puis connait-on la signification des rêves????????


 


Je t'embrasse  en attente du 2e épisode aussi poétique que le premier.


L.N.

kasimir, dit pinson déplumé 31/08/2012 09:10



La Loire n'est sans doute pas la seule à être mystérieuse.


J'en parle parce que j'en suis proche.


Le Lot, que j'ai brièvement vu à Cahors en mai, m'a également fait une forte impression.


C'était immédiatement en aval du fameux pont de Valentré. .


Je me suis arrêté près d'un pêcheur et je l'ai observé un long moment,


et ai observé le flot de cette rivière.


De fait il ne cesse de couler activement.


Et au bout d'un temps cet incessant bouillonement m'a réellement fait peur.


Un volcan en éruption ne m'aurait pas plus impressionné.


La force de la nature est magnifique, mais terrifiante aussi.


C'est ce que j'éprouve de plus en plus  : poussière que je suis emportée dans un torrent.


Alors, emportés que nous sommes dans ce courant,


notre "identité" (repères sociaux) est réellement peu de chose !


Un habillage provisoire de notre être, qui s'évaporera bientôt.


Notre monde, que nous voudrions immuable à jamais, et nous dedans,


notre monde va tomber en ruines, de toute façon.


Ton rêve est celui de chacun et ne traduit que la réalité.


Comme un nageur qui reviendrait sur la rive, nous nous raccrochons alors à ce qui définit notre être actuellement : notre travail si nous sommes
encore actifs (c'est rassurant), notre ordi, nos amis.


C'est bien d'être conscient de cela, et de pouvoir en parler entre nous.


Alors... bonne journée Hélène.


La vie est belle !



Danielle 30/08/2012 16:09


J'aime beaucoup ta description de la Loire, de ses mystères, et il y a quelque chose d'un peu troublant,  d'un peu surnaturel dans la dernière photo. Puis ce rêve étrange, seul dans une
ville inconnue, ayant perdu tes papiers, tes repères, quelle angoisse. Ne pas savoir où l'on est ni même qui l'on est, quelle anxiété, de quoi paniquer ... mais bien entendu au lieu de
rester avec ces gens bienveillants tu es parti explorer la ville, ça c'est tout toi !!! Vite, la suite, rassure nous pinson indocile (!). En attendant le deuxième chapitre, je te fais de gros
bisous. Danielle

kasimir, dit pinson déplumé 30/08/2012 18:27



La dernière photo...


 ce moment là, quand soudain la lumière baisse....


oui c'est inquiétant...


le monde bascule dans autre chose.


Enfin... on ressent cela dans certaines conditions :


si on n'est pas chez soi, si on est seul,


si on n'est pas (professionnellement par exemple)


occupé à un travail particulier.


 


Pourquoi cette angoisse s'est-elle mise en forme dans ce rêve cette nuit là... faut voir.


 


Mais non, je n'ai pas exploré la ville par curiosité, comme un touriste.


J'ai cru un instant que c'était me donner l'occasion de retrouver mon lieu naturel.


D'ailleurs, je dis que je ne connais pas cette ville...


c'est en partie faux.


Je la connaîs même très bien, car ce n'est pas la première fois que je m'y rends, en rêve.


Je reconnais les places, les carrefours, l'ambiance....


Mais toujours je m'y perds, et alors toujours naît l'angoisse.


Bisous du soir Danielle.



gazou 30/08/2012 11:22


ton rêve m'intéresse beaucoup car cette perte de repères, c'est une de mes plus grandes angoisses...Bonne journée Kas.

kasimir, dit pinson déplumé 30/08/2012 18:13



Mais ce n'est pas un truc particulier qui t'arrive


c'est le fond de l'angoisse que ressent tout être humain.


Enfin... s'il regarde au fond de lui même.


En général d'autres choses sont ressenties comme causes de l'angoisse


mais c'est un paravent pour cacher ce qu'on ne veut surtout pas voir.


Une façon de ne pas se poser cette question :


qui suis-je,  que suis-je ?


Bonne soirée Gazou.