- Promenades philosophiques - 20 - Être et Exister, est-ce la même chose ?

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

 

 

 

 

 Si je vous ai parlé des Aryens

 

c'était seulement pour ne pas vous dire sèchement

 

que notre verbe ÊTRE avait une racine indo-européenne.

 

 

Une telle affirmation ne permet pas de se rendre compte

 

que derrière elle se cache une histoire humaine bien concrète

 

qui a duré des millénaires.

 

 

 

Une racine, ou plutôt des racines ....

 

 

L'une d'elle est    " ES "   :  elle signifie :  se trouver,  résider.

 

L'autre est   " STA "  :  elle signifie  :  être debout.

 

 

Nous allons retrouver dans nos langues le prolongement de ces racines sanscrites.

 

 

Ainsi   en ancien français nous avons ESTER : se tenir debout, rester, demeurer.

Il indique l'état, , la situation, la localisation.

 

Dans le français actuel subsiste l'expression : " ester en justice " .

Elle signifie : se tenir devant le tribunal, pour soutenir une action en justice.

 

 

 

En latin nous avons  STARE  :  se tenir debout

 

et  SISTERE :  être placé.

 

 

 

En grec,  nous avons le mot  " STASIS "

 

(d'où nous viendront  :  STATIQUE, état, étable, établir, stable, station, et beaucoup d'autres mots).

 

 

 

" Être debout " 

 

se dit en Allemand " Stehen ",

 

et en Anglais   " To stand ".

 

 

 

Nous sommes bien dans une même  "famille" de mots.

 

 

 

Mais revenons au français.

 

 

 

Notre verbe  ÊTRE  vient de là : je suis, tu es, il est, était....

 

(pour être plus complet,

mais je le mets en jaune, car cela peut n'être pas lu

par qui penserait que c'est trop compliqué,

notre verbe être (qui est bien complexe, il faut l'avouer !)

utilise encore une autre racine indo-européenne,

ainsi pour  "je fus"

suivant en cela le latin, dans "fui".)

 

 

 

 

Mais notre intention était de comparer

le verbe  ÊTRE 

avec le verbe   EXISTER.

 

 

Et cette comparaison va nous révéler la beauté du verbe  ÊTRE,

 

et finalement ce que signifie profondément  ÊTRE  !

 

 

 

 

 

promenades-phi-33.jpg

 

 

 

 

 

Regarder bien le mot    EXISTER.

 

Il est fait du mot ESTER

 

(ou ISTER, mais c'est pareil : les mots sont construits sur les consonnes,

pas sur les voyelles.

Les consonnes en sont l'armature, la structure, le squelette, 

les voyelles ne sont que des couleurs, variables, ou la chair, où le vêtement qui habille.)

 

Il est donc fait du mot  ESTER, se tenir debout.

 

Comparer le avec    "   ÊTRE "

 

 

 

(le S a disparu 

mais sa trace demeure sous la forme de l'accent circonflexe,

comme dans le mot HÔPITAL...

le S réapparaissant dans le mot HOSPITALISATION)

 

ou si vous préférez :  SISTERE, être placé.

 

 

Mais ces mots essentiels sont là précédés du petit mot  "  EX  "

 

qui signifie  " au dehors ".

 

Et là, ça change tout !!!!!

 

 

 

 

EXISTER signifie " se manifester, se montrer " = être au dehors.

 

Nous plongeons là directement au coeur de la philosophie

 

pour ne pas dire de la métaphysique !

 

 

 

Dieu existe-t-il ?

 

 

 

Bien sûr que non !

 

Et par définition même.

 

Si dieu il y a, il  EST ,

 

mais il n' EX - ISTE pas !!!!

 

 

 

Nous, nous  EX - ISTONS.

 

Enfin , au moins le temps que dure notre vie.

 

Le temps que dure notre  " EXISTENCE " .

 

Après notre mort, nous n' EX - ISTONS  plus.

 

Mais sommes-nous encore ?

 

 

La réponse du matérialiste est non.

 

Car il ne croit qu'à ce qu'il voit, qu'à ce qui se manifeste,

qu'à ce que ce qui est "en dehors".

 

 

 

Je ne suis pas matérialiste,  je réponds donc : oui.

 

 

 

 

Et là je reviens à Parménide  :

 

à la conclusion de son poème :

 

l' ÊTRE  EST .

 

 

 

Regardez comme ça va loin.

 

 

Nos religions,

 

qui étaient les premières tentatives de philosopher,

 

ont  abordé ce problème.

 

 

Le christianisme.

 

" Je suis ", disait Jésus.

 

Et les pharisiens, qui savaient ce que cela signifiait, ne le supportaient pas !!!!

 

 

 

Quand au SINAÏ dieu dit son nom à Moïse, il  lui dit 4 consonnes

 

- iod - hé - wav - hé -

 

qui, traduites en français , peuvent signifier :

 

"Je suis qui je suis"

 

ou  "je suis celui qui est "

 

ou  " je suis qui je serai".

 

(car les "temps" de l'hébreu ne recoupent pas les nôtres)

 

Mais dans tous les cas, il s'agit du verbe ÊTRE.  

 

 

 

 

 

Le veux conclure plus légèrement.

 

La vie du corps, dans lequel nous nous  manifestons  " à l'extérieur "

,

peut bien être détruite par la mort.

 

 

 

 

 

La vie de l'esprit : NON .

 

 

 

 

 

 

 

 

promenades-phi-32.jpg

 

 

 

 

 

 

Notre vie est une  manifestation  passagère de l'  ÊTRE.

 

La mort met un terme à l' EX - ISTENCE,

 

c'est-à-dire à cette manifestation  ( à l'extérieur) de l' ÊTRE.

 

 

 

Mais la mort ne saurait atteindre   l'  ÊTRE.

 

 

 

C'était, je crois le message de PARMENIDE.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Philo

Commenter cet article

Mari jo 09/12/2012 19:23


Et comment ça me dit la plus vieille histoire du monde, j'ai hâte. Bise à toi et bonne soirée
pinson déplumé.

kasimir, dit pinson déplumé 10/12/2012 12:16



Alors je vais la rechercher !


Et la préparer : la mettre sur le blog, c'est un peu comme préparer un satellitte avant de le lancer en orbite autour de la terre.


BZMJ !



Mari jo 08/12/2012 16:34


Bonsoir pinson déplumé,


Une grande et intéressante leçon que tu nous fais. J'aime beaucoup.


Comme je te l'ai déjà écrit, pour moi, j'ai l'impression d'être dans un rêve. La réalité n'existe pas. Je ne suis pas, le
monde n'est pas, n'existe pas. Il est vrai que l'on vit et meurt. Mais si tout est comme je le pense : qu'un rêve ; il n'y a donc pas de vie réelle.


Souvent lorsque je m'assieds et regarde autour de moi, ou bien que je lève le nez au
ciel, tout me semble tellement irréel. C'est comme lorsque je rentre dans un tableau. Je rentre dans un monde virtuel. Ce n'est pas un sentiment mais c'est ce que je ressens depuis bien
longtemps. Mais il m'est difficile de définir ce ressentiment. Bien sûr, si l'on ne prend pas le temps de regarder autour de soi, d'observer on y pense pas, on ne se pose pas de
question.


Si l'on prend Dame Nature qui est toujours aussi belle bien que très malade qui a fait en sorte que tout ce qu'elle fait,
est à la perfection. Alors que la perfection n'existe pas. Seule Dame Nature a ce privilège. Du moins pour moi. Bon, tu vas te dire que pour Mari jo rien n'existe. Je suis étonnée de voir les
fleurs de l'érable qui sont faites comme des hélices et qui s'en vont semer ailleurs ou comme les cosses de Glycine qui éclatent pour envoyer à des mètres la graine qu'elles contiennent. Tout
comme les graines d'Acanthes. Les animaux aussi sont à la perfection.


Le voyage astral : il m'est arrivé de le faire et de voir des visages d'un autre temps. Alors est-ce que ces
personnes ont vécues ou vivent-elles ailleurs ? Y-a-t-il d'autres vies que la nôtre ?


C'est étrange la vie, la mort. L'esprit dis-tu. Je pense que le corps a trois 'parties' si l'on peut dire ainsi car je ne
trouve pas le mot exact. La vie (puisque tout le monde y croit), la mort et ce qu'il reste après la mort : l'âme ou l'esprit. Deux très jolis mots qui sont synonymes mais comme je les aime
tout les deux, parfois je ne sais lequel employer. Alors pour qu'ils ne soient pas jaloux l'un de l'autre, ce soir, je les emploie les deux.


Là, aussi, je crois en l'esprit. Par ce que j'ai vu. Tu me diras que la vie, je la vois tout les jours alors pourquoi
n'existerait-elle pas ?


La mort : pourtant, je crois à la mort. Alors pourquoi ne pas croire en la vie ? Peut-être est-ce parce que je n'ai pas envie de croire à
l'existence ? Tout comme je ne crois pas en Dieu mais je crois à Satan. L'esprit du bien et celui du mal. Tout cela est bien compliqué. Mais bon, ça n'est pas le sujet.


Être : mais que sommes-nous au juste ? Nous savons depuis peu de temps d'où nous venons.


Beaucoup de questions, d'interrogations, et aujourd'hui encore, je me demande ce que nous faisons sur notre petite planète. Pourquoi sommes-nous là ? En
fait, rêve ou réalité le but est le même et nous ne faisons que passer. Comme tout ce qui est sur ce petit caillou qu'est notre planète. Les plantes, les
arbres, les insectes, animaux, l'herbe etc...tout vit, s'étiole et meurt.


Mais c'est idiot car je n'arrive pas à m'exprimer comme je le voudrai. Ah ! Il est vrai que je ne suis pas trop intelligente alors dans ces bons sujets
difficile de s'exprimer.


J'aime retourner en arrière comme tu le fais avec cet article. Être une bien joli verbe, qui veut dire beaucoup de chose.
D'ailleurs tu l'expliques bien.


Depuis que tu as parlé de Parménide, ça m'a rappelé et lorsque j'ai quelques instants bien rares, je me replonge dans son histoire.


Je te souhaite une bonne fin de journée et bise à toi pinson déplumé.

kasimir, dit pinson déplumé 08/12/2012 18:48



oulala ....


le monde est-il réel ?


mais cela pose une autre question : c'est quoi la réalité ?


et qu'est-ce que ça peut être, la "réalité" ?


et encore :  si le monde est irréel, c'est quoi l'irréalité ?



Je pense que le monde "existe" bien,


mais il change sans cesse, comme le font les nuages dans le ciel,


et c'est ça qui est troublant.


Tu ne crois pas en Dieu, mais tu crois en Satan....


hummm...


ça revient au même !


Mais tu sais, j'aime bien les incessantes questions que tu te poses !


Cela démontre ta curiosité, et c'est pour moi une qualité essentielle de l'esprit.


Een t'entendant parler de Parménide, il m'est venu une idée:


mettre bientôt sur mon blog la plus vieille histoire du monde (à ce que je sais).


ça te dirait ?


Bise, Mari Jo.



L@urence 07/12/2012 13:34


tu es génial car tu nous obliges toi, à la lecture de tes articles, à prendre conscience tout ce que tu écris et je trouve ça vraiment enrichissant.


tu m'ouvres les yeux sur des choses qui pourtant devraient être automatiques mais qui sont loin de l'etre


si tout le monde savait réfléchir comme tu le fais à tout ça, ça ferait surement avancer les choses et peut etre meme qu'il y aurait moins de dépressifs ? Des pensées philosophiques
psychologiques ... c'est super important


la neige n'est pas loin mais n'est pas arrivée jusqu'à chez moi ... meme si quelques flocons virvolaient ce matin.


gros bisous Kas


 

kasimir, dit pinson déplumé 07/12/2012 18:47



waou !


nous avons donc eu de la neige avant l'Auvergne !


Être "déprimé" ?


Une image me vient : celle d'une boussole.


Une boussole dont la petite aiguille cherche le Nord n'est évidemment pas déprimée.


Elle est tendue dans une direction


comme un chien de chasse qui suit la trace odorante d'un gibier.


ëtre déprimé, c'est être sans désir, avoir perdu l'envie de vivre.


Alors si on a la passion de comprendre, d'essayer de comprendre,


on devient comme la petite aiguille de la boussole.


Bisous pour toi, Laurence.


Je sens que nous allons bientôt avoir de belles photos de glaces !



L@urence 06/12/2012 21:58


ben c'est drôlement puissant tout ça dis donc !


je ne m'étais jamais posé la question de tout ça !


trés intéressant


bisous Kas et bonne nuit

kasimir, dit pinson déplumé 07/12/2012 11:18



tu ne t'étais jamais posé ces questions.....


il est vrai que dans le torrent de notre vie, un évènement poussant l'autre, nous ne prenons pas toujours le temps de nous asseoir et de ré-fléchir
:


c'est-à-dire de regarder notre vie avec recul, comme si elle n'était pas la nôtre, mais que nous l'examinions simplement, comme un objet d'étude, pour
essayer de comprendre ce qui s'est passé ....


le premier effet est de sortir de l'angoisse que peut générer le présent.


Et peu à peu, le calme rvenant, notre capacité de "voir", de comprendre, augmente.


Peu à peu apparaissent les causes et les effets.


et les choses reprennent leur juste place.


Prends ce temps: il ne sera pas du temps perdu.


Bisous Laurence.


L'hiver arrive : tu vas prendre de superbes photos.



Jackie 06/12/2012 17:12


Selon Kierkegaard: Être, c’est rester identique à soi, c’est rester le même.  Seul Dieu est, toujours le même. L’homme lui, n’est pas, il évolue, il devient, il existe. Exister, c’est
devenir, changer, se transformer, se chercher. L’homme existe, Dieu n’existe pas, Dieu est.


Je te dis bonne soirée...


 

kasimir, dit pinson déplumé 06/12/2012 19:17



Kierkegaard.... chapeau !


Dieu EST ....... ou l'Être est,


(si l'on veut ne pas uitiliser ce mot de dieu, trop "connotté" de relents déplaisants)


et l'homme "existe" = évolue, change sans cesse,


comme les mouvantes draperies des aurores boréales. 


C'est effectivement le thème de ce que je disais.


Mais c'est drôle, en te lisant, je me dis que ça ne colle pas !!!!!!!!!


Dans les écrits juifs, toutes les hypothèses possibles


(sur "dieu"... mot jamais prononcé !!!!)


sont émises.


Quand Moïse monte sur l'Horeb, et demande à dieu son nom,


 le tétragramme  lui est transmis


et il est très intéressant


Malheureusement je ne puis écrire ici les lettres hébraïques.


En hébreu biblique, les temps passés, présents, futurs... n'exisent pas


(ils existent je suppose dans l'hébreu moderne !)


Les verbes bibliques distinguent seulement l'accompli et l'inaccompli.


Or le tétragramme est à l'inaccompli.


On peut le traduire au présent  (je suis qui je suis)


mais plus vraissemblablement au futur (je suis qui je serai)


ce qui semble affirmer cette chose folle que dieu... devient  !


Pourrait-on  dire qu'il change ?


Comment se représenter que l'invariant... est en état de devenir ?


La bible juive ouvre là un abîme de réflexion !


Jésus, qui est incontestablement un juif (même si  hérétique !)


développe cette façon de penser.


Il est homme, et devient


Mais il " est " , et ose dire : moi et le père, nous sommes un.


Comment cette fois concevoir que l'être humain toi, moi....


à la la fois évolue, change


et à la fois est déjà dans l'Être (immuable, indestructible) ?????


Je sais pas
Alors je vais aller faire chauffer ma soupe.


Bonne soirée à toi aussi.


 


 


 



nadia-vraie 05/12/2012 23:06


Bonjour kasimir, contente de venir te voir.


Tu m'as fait me concenrer avec ton article qui est plein de bon sens.


J'ai failli ne plus exister mais je suis toujours là.


Un gros merci pour toutes tes visites pendant mon absence, j'ai apprécié beaucoup et tu as mis un sourire dans mon visage quelques fois.


je reviendrai te répondre sur tes quelques commentaires car je les revois tous. celui de la brosse à dents, comme tu vis seul, il n'y a pas de danger de te faire jouer ce tour de l'histoire.


À bientôt Kasimir.

kasimir, dit pinson déplumé 06/12/2012 18:42



Quoi ,


tu  as failli ne plus exister ?


je me disais bien aussi qu'il devait y avoir quelque chose qui ne tournait pas rond...


je suis content si j'ai pu te faire sourire un peu


c'est peut-être ce qui peut me réjouir le plus.


Par contre... je ne me souviens pas du coup de la brosse à dents


mais Adam devait avoir une belle brosse si il ne se rasait pas.


J'espère te relire bientôt


et que tu vas aller très bien maintenant.



Florentin 05/12/2012 21:32


"Cogito, ergo sum", écrivait Descartes, qui parlait un latin sûrement plus catholique que celui de monsieur le curé préchant à sa "gentille et naïve troupe de croyants". J'ai dû
disserter sur cette citation quand j'éais en secondaire. Mon argumentation d'alors ? Je ne m'en souviens évidemment pas. A mon sens, exister, on ne peut l'éviter quand on nous a donné la vie.
Etre, c'est une autre père de manche, ça demande de l'effort, celui de donner sens à sa vie. Je sais, je navigue encore dans la morale, je suis incorriigible, s'pas. A plus Florentin.

kasimir, dit pinson déplumé 06/12/2012 18:36



Pourquoi voudrais-tu éviter d'exister ?


Ce n'est pas toi qui décide d'exister


pas plus qu'une fusée de feu d'artifice décide d'être lancée et d'exploser dans le ciel.


Comme tu le dis, on nous a "donné" la vie.


Faut-il ensuite faire un effort


pour "donner" un sens à sa vie, pour " être "  ?????


Oh je ne crois pas !


D'ailleurs ton effort serait vain.


Tu ne peux pas plus "donner" un sens à ta vie


que de promouvoir l'Être en toi.


Dans le langage du croyant que tu es,  c'est Dieu seul qui donne un sens à ta vie, pas toi !


Tu as seulement à accueillir le don de Dieu en toi.


Tout est grâce disait je ne sais plus qui : tout est don reçu.


Nous avons seulement à dire merci,


et à être dans la joie et la reconnaissance.


Ne fais pas d'effort : tu te fatiguerais en vain.


Relis  le psaume 125-126 :


... il comble son bien-aimé qui dort !!!!!!!!!!!!!


Salut, Florentin.



erato:0059: 05/12/2012 21:24


Etre et exister , deux situations différentes qui n'ont pas la même puissance dans leur sens. Je pense qu'après la mort notre " être" ne peut se manifester que dans et grâce au souvenir des
vivants.


Si nous " sommes " seulement sans exister , que valons nous? C'est notre existence qui donne de la valeur à notre être.


Je te souhaite une belle soirée, bises Pinson

kasimir, dit pinson déplumé 06/12/2012 18:21



Je lis attentivement chacune de tes phrases.


Je bute sur la quatrième :


Si nous " sommes " seulement sans exister , que valons nous?


C'est notre existence qui donne de la valeur à notre être.


Hummm....


La première pose une question


La seconde y répond.


Et je ne te suis pas.


Je dirais plutôt l'inverse : la manifestation  révèle l'Être


mis ce n'est pas cette manifestation qui donne sa valeur à l'Être !


C'est l'Être  qui donne de la valeur à cette manifestation.


Prenons un exemple.


Tu vois un splendide coucher de soleil,


et tu en es touchée jusqu'au plus profond de toi.


Pourquoi ?


Parce que tu as vu du jaune et du rouge ?


Bof....et en plus ça n'a duré  que quelques minutes.


Si ce n'était que ça, ce ne serait qu'une vision passagère, et totalement illusoire.


Des apparences sans cesse changeantes, dont il ne restera rien.


Cette fantasmagorie nous trompe....


Mes brebis voient la même chose que moi, et jamais elles ne s'émeuvent.


Moi, parfois, ça me fait presque pleurer !


Et toi aussi tu as été profondément touchée, émue....


Je me dis donc que ton "enthousiasme"


est le signe que tu as perçu une présence derrière ce cinéma,


la présence de l'Être, de l'invariant,


de ce qui relie ces aspects mobiles du monde , sans cesse changeants,


pour en faire comme un unique collier.


La beauté du monde révèle l'Être.


Bien sûr nous, nous avons besoin de ces manifestations


pour découvrir la présence de l'Être.


Mais la valeur, c'est l'Être


et l'Être en nous :


c'est pourquoi nous vibrons devant le coucher de soleil :


nous entrons en résonnance


comme deux cordes  du piano " qui s'accordent "


quand une est frappée, l'autre entre en vibration


c'est l'Être qui est en nous


qui reconnaît le langage que porte le spectacle de l'astre qui se couche.


Hummm...


je ne sais si je suis clair ?


Belle soirée pour toi aussi, Andrée,


toi qui chasse la beauté avec ton appareil photo.



Ramon 05/12/2012 20:17


Sittelle a raison: comme en espagnol "ser" et "estar"...


En tout cas, merci pour ce cours de philologie, linguistique, philosophie...


Je me suis "régalé" à te lire et... à te relire car, avouons-le, tu jongles avec l'être et l'exister, mais nous, on est des niailles, alors on doit s'y prendre à deux fois pour comprendre! Mais
une fois qu'on a compris, oui, c'est un régal!


Bonne soirée l'ami.

kasimir, dit pinson déplumé 06/12/2012 17:47



ha là... tu touche un manque dans mon savoir


et je n'ai pas de mômes dans mon entourage immédiat pour me mettre au parfum


c'et quoi un niaille ?


ça n'a pas du tout l'air espagnol


J'ai vu que ton livre (le roman de l'an Mil) va être promu par France Loisir


et je me dis que tu vas bientôt être reconnu comme un grand romancier moderne


et un maître du suspens.


Tu sais que nous allons être fiers de toi !



Danielle 05/12/2012 16:42


J'aime bien ton explication sur la construction des mots, sur le rôle des consonnes et des voyelles, l'armature et l'habillement. Donc exister, c'est être à l'extérieur, c'est ce qui se montre,
qui est "hors de ...", qui se voit. Notre existence c'est notre vie réelle, concrète, la  présence, elle finit avec la mort. Quant à l'esprit, comment avoir une certitude, qui peut répondre
à ces interrogations, on ne peut qu'imaginer, supposer ... et je m'arrête avant de parler de l'influence, de la dépendance même des religions ... c'est préférable ! Je préfère conclure en
résumant : "Etre", c'est intérieur, "Exister" c'est extérieur. Oh que c'est maladroit mais je laisse ! Il y a encore le soleil sur l'étang, il décline et ça donne des teintes superbes. Ces
couleurs je les partage avec toi et avec nos aminautes qui ont moins de chance. Et pour toi de gros bisous. Danielle

kasimir, dit pinson déplumé 05/12/2012 18:12



Un jour peut-être (incha allah!) nous parlerons des voyelles et des consonnes.


C'est terriblement concret, anatomique même


et en même temps ça débouche en plein spirituel.


C'est de la science,  et c'est de l'art.


C'est aussi frisé que nos hémisphères cérébraux,


c'est aussi simple qu'un jeu de cubes pour un tout petit enfant.


 


L'influence des religions, bien sûr elle est énorme


et pour les "non croyants" tout autant que pour les "croyants".


Remarque bien  que cette influence est bénéfque


car elle nous impose le travail de nous en libérer,


et c'est par ce travail même que l'être se construit.


Tiens, une comparaison :


 l'air s'oppose à l'avancement de l'avion à hélice


mais c'est cette même résistance de l'air qui permet à l'avion d'avancer et qui le porte.


Le combat n'est pas négatif  : il fortifie le guerrier.


Ou il le tue (cela arrive aussi !).


Mais là encore, c'est un autre sujet... donc pour une autre fois.


 


Tu dis :


Notre existence c'est notre vie réelle, concrète,


la  présence, elle finit avec la mort.


Je tique un peu...


Qu'est-ce que tu appelles vie réelle ?


Je ne dirais pas cela.


C'est  notre vie en tant que nous pouvons l'oserver, la décrire.


C'est la portion de la réalité qui est constatable.


Mais la "réalité" dépasse infiniment ce que nous pouvons observer,


et peut-être comprendre.


La présence finit-elle avec la mort ?


La présence physique de l'autre, oui.


Mais c'est là tout le problème : il y a une autre présence, bien plus profonde,


impossible à décrire, mais bien plus "réelle", et tu le sais bien.


Je reconnais là qu'on entre dans le domaine de la foi,


foi en la vie, foi en l'amour.


Ou l'on pourrait dire : foi en l'ÊTRE.


Vois-tu maintenant  pourquoi j'ai mis ce (difficile) poème de Parménide ?  


 


Les teintes merveilleuses de l'étang au soleil couchant....


ça fait  partie des apparences sans cesse changeantes de ce monde qui " existe ".


Ton émerveillement te fait entrer dans un autre monde, celui d'une autre réalité,


une réalité qui appartient à l'ÊTRE.


L'étang, le soleil, et toi, et nous tous : nous sommes dans l'ÊTRE.


Alors merci de nous faire partager le spectacle qui est devant tes yeux.


Bisous, Danielle.



hélène 05/12/2012 15:48


Merci Kas...c'est la réponse que j'attendais..respect...avant tout!


A quand une poésie légère...légère...?????pour illuminer nos neurones????


 


 


Bises


Hélène


 

kasimir, dit pinson déplumé 05/12/2012 16:17



à quand la cavalerie légère ?


(il y a une belle zique qui porte ce nom )


non : je voulais dire, à quand une poésie légère ?


Humm....


il y en a une programmée pour vendredi matin


mais je suis pas sûr que tu la trouveras  légère...


on va voir !



sittelle 05/12/2012 14:44


En espagnol aussi, ser et estar. On en revient aux nécessités d'avoir ses besoins primaires vitaux assurés pour être vraiment; pas encore le cas de tous en France... bon après-midi Pinson, il
fait bien gris...

kasimir, dit pinson déplumé 05/12/2012 15:37



ah oui,


j'avais oublié !


Je suis malade


et je suis un pinson


en Espagnol, ce n'est pas le même verbe être.


Oulala, ça mériterait une très minutieuse étude !


Oui , gris, et j'entends la pluie sur le vélux qui est presque au dessus de ma tête.


J'attends qu'elle s'arrête pour faire un petit tour dehors.


Toi aussi, reste à l'abri !



ALN 05/12/2012 14:13


http://www.emmacollages.com/article-celui-qui-ouvre-une-porte-d-ecole-ferme-une-prison-victoir-hugo-107623487.html


Je me suis permis de capturer " Avoir et Etre", cette belle chanson, chez ton Amie et Coautrice Emma.Chut, on ne lui dira pas


Groses bises à Emma et à toi.


Nicole

kasimir, dit pinson déplumé 05/12/2012 15:32



O K,


on ne lui dira rien !



Aln 05/12/2012 13:53


Voir ta messagerie perso car trop long pour ton blog!


nicole

kasimir, dit pinson déplumé 05/12/2012 15:31



Oui, j'ai aperçu !


il y en a un gros paquet !



hélène 05/12/2012 13:29


Trés satisfaite de ta réponse calme à ma question, mais note bien que je ne pense pas à trucider ceux qui pensent autrement..Je les respecte...


 


Ton dessin est très rigolo, cette chasse m'amuse....


Oui, je retourne vers le soleil de Séville et de sa musique OLLE...


 


Bises au pinson philosophe.


 


L.N.


 

kasimir, dit pinson déplumé 05/12/2012 15:28



ah mais je ne craignais pas que tu me trucides !


je pensais à l'orgueilleuse et facilement criminelle intolérance


de TOUTES les relgions constituées.


Je parle de la caste des dirigeants ecclésiatiques


pas de la gentille et naïve troupe des croyants


Elles sont tellement, ces belles religions,


 imbues des vérités qu'elles sont persuadées de véhiculer,


elles sont tellement méprisantes, et même haineuses, 


pour ceux qui ne veulent pas se faire enrôler sous leurs bannières,


que tout homme réfléchi ne peut que les craindre


et s'en méfier comme de la peste.


Enfin, c'est ma façon de voir !


Je suis sorti de l'emprise hypnotisante de l'église : je n'y remettrai plus les pieds,


même pas le petit bout d'un orteil.


Mais j'aime bien quand un croyant prend la peine de m'expliquer


son mode de fonctionnement :


 ma curiosité y trouve son compte :


j'aime essayer de comprendre comment vivent les autres.


Bises à la voyageuse que tu es.



Aln 05/12/2012 12:33


Aprés le succés mérité (?) du  film "Etre et avoir", certains se sont penchés beaucoup,sur le verbe AVOIR en oubliant l'ETRE...La justice a tranché et je n'ai pas à commenter une décision de
justice.

kasimir, dit pinson déplumé 05/12/2012 13:18



je suis totalement ignorant de ce à quoi tu fais allusion (film, justice...)


Par contre je sais qu'il y a une sorte de poésie  (ou chant ?) sur être et avoir


sur les verbes plus précisément, et c'est un morceau très sympa.


Oublier l' Être ?


Il est sûr que le chemin de l'être est périlleux, non balisé.


L'avoir est plus rassurant, semble solide, sûr,


et c'est pourquoi il est généralement préféré.



annielamarmotte 05/12/2012 12:32


pour ta récré.... un cours de vieux François


j'adore ton dessin ...... 


 


http://lespascals.org/docs/MethodeAncienFrancais.pdf

kasimir, dit pinson déplumé 05/12/2012 13:11



de vieux François ?


oui, je vais voir ça


(tiens, Hollande...?  non, je dis rien !!!!)


 



hélène 05/12/2012 10:10


J'ai eu le mérite de lire ta longue......promenade philosophique ,au petit matin. J'ai tout lu, donc je suis...mais....bien que je préfère la promenade chez Jackie dans l'herbe tendre.


 


Cependant je voudrais te poser une question : Pourquoi des mil'lions d'ETRES"


prient leur Dieu personnel(je ne cite pas tous les noms de Dieux, trop long)????


Je ne doute pas de la passion calme de ta réponse, j'attends tranquillement et je vais à Séville.


 


BaK...L.N.


 

kasimir, dit pinson déplumé 05/12/2012 12:58



Ah oui, tu as eu vraiment du mérite !


C'est vrai : heureusement qu'il y a Jackie


pour déposer sur nos neurones quelques bienfaisantes gouttes de rosée.


Ta question....


Sans doute parce que notre esprit à tous a un besoin vital d'images.


D'images pour se représenter l'invisible.


C'est pour cela que les humains ont inventé le langage.


Les mots désignent l'invisible, l'imaginé.


Alors cette force incompréhensible, ce courant de vie qui nous porte,


nous avons envie de lui donner un nom.


Et chaque peuple lui a donné un nom, ou mille noms.


Selon ton lieu de naissance tu l'appelleras Jéova ou Waconda ou Allah ou Krischna....


Si ça te fait du bien, fais-le.


Si possible, ne pas tuer celui qui se fait d'autres images


ou essaie de s'en passer.  


Bonne balade à Séville


Hollé !



Esclarmonde 05/12/2012 09:55


Cela me fait penser au film sur l'école auvergnate "Etre et avoir" et peu de gens à l'époque s'étaient interroger sur l'importance de ce titre dans une société où l'avoir compte plus que
l'être... Et il y a bien sûr "je pense donc je suis"...


Sinon, tu m'a sans doute appris sans le vouloir le sens du nom "Sisteron" petite ville près de chez moi !


Je crains que le matérialisme forcené qu'on veut nous imposer n'est pas pour se liberer d'une religiosité qui nous plongerait dans l'obscurantisme, ce serait trop beau et je ne vois pas pourquoi
les "élites" se prendraient la tête pour le bien du peuple, je crains que ce soit pour nous faire oublier l'être qui est en nous... Passe une belle journée Pinson, bises

kasimir, dit pinson déplumé 05/12/2012 12:40



Être et Avoir : quel beau sujet de réflexion...


Sisteron... tiens, pourquoi pas ?


Les "élites" ????


Il n'y a pas d'élite, il y a des gens qui s'interrogent


et cela n'a rien à voir avec la richesse monétaire, le savoir,


 la position sociale, le pouvoir détenu sur les autres.


Pire : si l'on est riche, puissant, on se croit ce qu'on n'est pas, et on oublie sa petitesse.


Le jugement sur la vie devient complètement faussé.


Le "grand" Alexandre dominait le monde (méditerranéen, et oriental jusqu'à l'Inde)


il devait se prendre pour un dieu.


Il est mort d'une diarrhée.


Tu vois le tableau ?


C'est ça, la richesse et le pouvoir : de la merde.


Ne nous laissons pas avoir.


L'avoir passe, l'être demeure.


Excellente semaine, amie.



Aln 05/12/2012 08:51


Tes dessins, sympa!Le deuxième m'a fait rire.Etre , Ester, l'hoStellerie, l' hospital m'intéresse beaucoup.Mais une question toute bête, aujourd'hui.


Dans la plupart des restaurants que je peux fréquenter de temps en temps, les serveurs demandent à la fin du repas:"ça a été ?" Même en écrivant " ça a eSter?"cette formule , employée depuis
quelques temps,  ME SURPREND voire m'agace!!!!


Mais peut-être a -t-elle été soufflée par Jules César quand il est venu voir Vercingétorix !!!


Bonne journée et bizatoi


Nicole

kasimir, dit pinson déplumé 05/12/2012 12:16



Tu pourrais répondre au serveur :


l'été, oui, c'était pas mal, mais c'est fini, on va être à Noël.


Mais tu as raison, ton serveur, c'est peut-être Astérix.


Biz de Kas



Simone 05/12/2012 07:58


merci de cette subtile leçon de philo. Je me régale.Continue Kasimir


Biz

kasimir, dit pinson déplumé 05/12/2012 12:08



Merci de ton appréciation


car... je craignais ton jugement


me disant que j'avais pu dire pas mal de bêtises.


BZ pour toi SMK



Telle 05/12/2012 06:46


il a pensé supposé comme toi écrit comme toi. aucune réponse pour l'instant pourquoi perdre son temps en supposition. si ça fait discuter..l'essentiel est pour moi de ne pas perdre son temps de
s'emplir un max afin de ne pas avoir à regretter de l'avoir perdu.

kasimir, dit pinson déplumé 05/12/2012 12:05



Il y a un temps pour tout


un temps pour réfléchir, supposer, essayer de percer les secrets de l'univers,


se demander ce que l'on fait là, où nous serons demain...


et il y a un temps pour admettre que nous ne pouvons pas répondre à ces questions,


que notre ignorance est radicale et définitive


et alors décider de nous baigner dans la rivière du temps


avec la naïveté des petits poissons.


O K : vivons pleinement l'instant !



Telle 05/12/2012 06:43


l'esprit  disparaît avec mon cerveau et son alchimie..mon énergie se transformera.


je m'en fiche à dire vrai.je ne me pose pas la question..je suis aujourd'hui .la journée commence et j'ai envie d'être pleinement dedans. et toi que fais-tu de ton instant journée? bise..


soit.

kasimir, dit pinson déplumé 05/12/2012 11:57



Ton énergie se transformera, dis-tu.


OK


Mais sais-tu comment et en quoi ?


Sais-tu, petite chenille, ce qu'est un papillon ?


Peux-tu seulement l'imaginer ?


Bien sûr que non !


Tu as donc raison de t'en ficher, et même de ne pas te poser la question,


puisque toi  comme moi sommes bien incapables de lui donner une réponse.


D'accord : ta vie est là, toute entière, aujourd'hui.


Pour moi de même.


Ce que je fais ????


AÏE ! Je me suis levé tard


et je remonte de ma cuisine, où j'ai fait la vaisselle,


et il est déjà 11 h 49 !


J'attends le plombier, car j'ai une fuite dans le vide sanitaire,


qui me force à couper mon compteur.


Mais il ne viendra sans doute pas.


Je vais finir de récolter la consoude avant les gelées


et en faire des guirlandes pour décorer ma salle...


et autres bricolages de ce genre.


Rien de transcendant.


Mais ce sont les palpitations de la vie.


Bise pour toi.