Promenades philosophiques - 9 - Agir... ou Non -agir ? - Le psaume 126 -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

 

 

C'est par là que je fus mené,

 

c'est par là que les Cavales très habiles m'ont conduit.

 

 

 

 

 

 

Ici, à nouveau,

Parménide souligne sa passivité dans ce processus.

 

Il l’avait d’emblée décrite :

-         il était poussé par le désir de son âme…..

-         les Cavales l’ont emporté…..

 

Est-il alors totalement passif ?

 

Non pas : il nous a dit aussi ceci,

cette route ne peut s’ouvrir

que pour « l’homme qui réfléchit ».

 

 

De la même façon le vent ne peut faire avancer le voilier

Que si le marin hisse la voile.

 

La force vient du vent.

Mais la décision du marin est indispensable.

 

 

Ou, pour reprendre l’image des cavales,

pour qu’elles puissent l’emporter,

encore faut-il qu’il grimpe sur leur dos.

 

Là se situe la liberté de l’homme,

la liberté de son choix,

et, si l’on veut, sa responsabilité.

 

Une possibilité s’offre à nous    .

Nous pouvons dire oui, ou non.

 

Je ne sais si j’ai, cette fois ( !) été clair….

 

La vie nous pousse

= nous sommes passifs.

Mais nous avons des choix à faire,

des décisions à prendre

= nous sommes actifs.

 

Pour ce qui est de notre activité,

nous aurions plutôt tendance à la surestimer.

Nous imaginons que tout dépend de nous.

Alors que les évènements s'imposent à nous.

Nous nous imaginons choisir notre vie,

alors que toutes nos rencontres sont dues au hasard,

 absolument toutes.

 

Notre liberté

et notre part d’activité

réside dans notre possibilité de choix :

dans le fait de pouvoir dire oui ou non

dans telle ou telle circonstance.

 

C’est à la fois très important

et très limité.

 

Je n’ai pas choisi d’être homme ou femme,

de naître en Europe ou en Asie,

je n’ai pas choisi mes parents,

ni l’état de mes chromosomes…. etc.

 

Comment comprendre,

et  accepter,

cette part de passivité ?

 

 

 

 

 

 

promenades-phi-14-.jpg

 

 

 

 

 

 

Cette question,

d’autres hommes se la sont posées

à la même époque où Parmenide écrivait ce poème.

 

En Orient : Lao Tseu, qui a loué le « non-agir ».

 

Au Moyen-Orient, l’auteur des psaumes juifs.

 

Je vous note un passage du prodigieux psaume 126 :

 

 

 

 

Si le Seigneur ne bâtit la maison

En vain peinent les maçons.

Si le Seigneur ne garde la ville,

En vain la garde veille.

 

 

  

En vain tu avances ton lever,

En vain tu retardes ton coucher,

Mangeant le pain des douleurs,

Quand il comble son bien-aimé qui dort !

 

 

 

 

 

Est à rejeter l’idée que nous pourrions totalement contrôler notre vie.

L’idée que tout dépend de notre activité,

que nous devrions entreprendre la recherche du « divin »,

ou de toute autre chose,

par une sorte de suractivité,

par une volonté inflexible,

par un prodigieux effort de la pensée.

 

Oh non !

Il n'est pas question de cela. 

 

 

Ce n’est pas notre volonté qui construit le monde.

Notre pensée elle-même n’est pas toute puissante.

 

J'adore cette idée : 

 

 

 

il comble son bien-aimé qui dort !

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

promenades-phi-14-.jpg

 

 

 

 

 

Publié dans Philo

Commenter cet article

rejane 27/11/2012 19:22


mais c'est vrai que l'on ne peux pas agir sur tout, pour certaines choses, l'on a beau dire non, ne pas vouloir... l'on ne maitrise pas.... car on n'est pas seul et nos actes peuvent avoir des
conséquences, qui feront que l'autre ne pourra pas être maître de son destin... qu'il souffrira plus ou moins... un choix pas évident...

kasimir, dit pinson déplumé 27/11/2012 20:36



nos actes en effet ne se posent pas dans le vide


ils se décident dans tissu très complexe et serré


alors on fait ce qu'on peut


et ce que l'on croit bien à ce moment là.



Telle 20/11/2012 05:54


déroute.. oui je te l'ai posé sciemment..je te souris..

kasimir, dit pinson déplumé 21/11/2012 15:24



et je suis tombé dans le piège !


mais non, ce n'est pas un piège


c'est une incitation à creuser plus avant


notre langage, par l'usage, se banalise


en fait chaque mot condense toute une histoire de la pensée


et il n'est pas vain de s'en rendre compte



annielamarmotte 19/11/2012 23:50


mais nonnnnnnnnnnnnnn.... c'est comme ça qu"on t'aime!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

kasimir, dit pinson déplumé 21/11/2012 15:15



ouf...


je suis rassuré !



erato:0059: 19/11/2012 21:44


" Le passif" que nous avons acquis fait partie du lot imposé au début de la vie .Je pense que nous pouvons avoir la volonté d'agir sur ces modules en les dirigeant , au mieux, vers des horizons
que nous choisissons. Cela ne peut se faire qu'une fois adulte , l'enfant a une marge de volonté réduite , ce qui est regrettable. Certes , il y a les impondérables qui détournent le navire , il
faut alors , une fois de plus manoeuvrer. Mais nous dépendons d'un univers  avec lequel nous devons nous unir pour avancer. Je ne sais pas si le hasard a une si grande place ?


Belle soirée, bises Pinson

kasimir, dit pinson déplumé 21/11/2012 15:13



Le hasard... vaste question....


Ce que nous appelons hasard est peut-être simplement dû à la multiplicité des causes


que nous sommes bien incapables de toutes répertorier.


Oui, seul l'adulte peut faire ce travail... et encore...


en fait c'est l'oeuvre (jamais terminée) de toute une vie.


bz,  Andrée.



eMmA 19/11/2012 20:58


Chère Danielle, je n'ai pas à t'excuser. Je suis au contraire bien contente que nous ayons les mêmes références (oh combien géniales !)


Bises à tous les deux,


eMmA

kasimir, dit pinson déplumé 20/11/2012 20:29



bises à vous deux aussi


de la part  de pinson



Danielle 19/11/2012 19:00


J'ouvre les commentaires après avoir envoyé le mien, comme d'habitude et je vois qu'eMmA a déjà cité la chanson dont je parle, excuse moi eMmA, c'était bien involontaire de ma part, j'ai
d'ailleurs profité pour écouter cette chanson de Maxime, merci pour ton lien, et en plus ça m'a permis de vérifier les paroles cités dans mes lignes, ça va ma mémoire ne me fait pas trop défaut
(pour le moment). Bisous à tous les deux. Danielle

kasimir, dit pinson déplumé 19/11/2012 21:05



Ah... moi qui n'y connais rien en zique


et encore moins en chanson,


ça va, je suis sauvé !


Merci aussi pour les bisous.


T'en fais aussi.



Danielle 19/11/2012 18:49


Etre entièrement passif, c'est subir sans aucune réaction, être totalement inerte, inconsistant (je ne sais pas si ça se dit dans ce cas là). Même si la vie nous pousse nous ne pouvons pas la
diriger, nous sommes obligés d'être actifs, au moins partiellement. Par contre il est impossible, au contraire, de tout contrôler car la vie nous impose sa loi, ses choix dont nous dépendons
malgré nous et contre lesquels nous ne pouvons pas lutter, ce qu'on pourrait nommer le destin, le hasard. Déjà notre lieu de naissance, notre sexe, un handicap éventuellement, la mort ! Ta
comparaison avec le vent est judicieuse. Il y a des décisions qui nous appartiennent, d'autres non et il faut faire avec, ce sont des faits qui s'imposent et nous n'y pouvons rien. Ca me rappelle
un chanteur que j'aime beaucoup, Maxime Le Forestier qui dit dans une très belle chanson : "On ne choisit pas ses parents, on ne choisit pas sa famille, on ne choisit pas les trottoirs de Manille
pour apprendre à marcher, être né quelque part est toujours un hasard ... etc ..."  Ces paroles me sont revenues en tête à la lecture de ton article, même si je n'en garantis pas la stricte
reproduction. Passe une bonne soirée Pinson, gros bisous du Sud (où j'ai la chance d'être née !). Danielle

kasimir, dit pinson déplumé 19/11/2012 21:03



Dans une première façon de voir,il pourrait être question


d'accepter ce que nous avons reçu de la vie;


mais avec un sentiment de fatalité, d'écrasement,


et, sourdement, de révote,  d'insatisfacion.


On risque bien, dans cette attitude, d'être malheureux toute sa vie,


et râleur en plus, et plein de revendications.


Le problème est de passer à une autre vision,


et de se réjouir de tout ce que nous avons reçu,


et d'en être émerveillé.


Ce qui apparaît dans ta dernière ligne (ta chance d'être née où tu es née !)


Bonne soirée, Danielle.


Bisous du Nord.



Jackie 19/11/2012 18:47


J'adore moi aussi cette idée..." Il comble sonbien-aimé qui dort  " et heureusement que ce n'est pas notre volonté qui construit le monde et que notre pensée n'est pas toute puissante...


Bises Pinson


Passe une très bonne soirée

kasimir, dit pinson déplumé 19/11/2012 20:55



 


                                        
    


                                        
bonne soirée pour toi aussi



sittelle 19/11/2012 18:16


La semaine est repartie à fond, le petit est remalade, alors je t'enverrai les photos dès que possible, bisous !

kasimir, dit pinson déplumé 19/11/2012 20:52



Grrrrrrr (comme dirait Lylytop !)


et toi alors, tu te reposes quand ?


Par exemple sous une tente ?


Bisous de pinson.


Mais.....



Aln 19/11/2012 16:44


Je lui ferais bien dire à ton personnage sous la tente:"Est-ce un hasard si je suis ici sur le blog de Kas?".Bonne soirée!


Bizzz


Nicole

kasimir, dit pinson déplumé 19/11/2012 20:49



Ah ah... je t'imagine bien dans cette position


sous la tente


quelque part dans un paysage de montagne


en plein "travail" de réflexion !!!!!!


Bonne semaine, Nicole.



Telle 19/11/2012 11:49


le non est un choix bien difficile parfois à imposer.


on est obligé de concevoir pour faire.


moi les menaces du seigneur je m'en contrefiche...


 réflexions juxtaposées de ma part esprit en déroute

kasimir, dit pinson déplumé 19/11/2012 20:47



Oser dire non est en effet ce qui demande le plus de courage.


"Le Seigneur", c'est une façon de personnifier ce quelque chose


que nous ne savons pas vraiment définir.


Avec l'inconvénient d'en faire un croquemitaine


ou un personnage fictif à amadouer.


Par contre ton dernier mot me fait réfléchir.


Être en " déroute "... serait-ce l'opposé d'être sur la route,


la route de notre maturation ?


tu viens de me fournir un beau sujet de réflexion.  



hélène 19/11/2012 09:56


Je ne sais pourquoi, mais ton dessin me fait penser aux vacances, bien allongé sous la tente!!!^ou alors à une cavale qui réfléchit sur les divers chemins proposés. Compliqué tout cela  pour
quelqu'un pas calé en philo...Explications SVP....


 


Bon réveil


LN

kasimir, dit pinson déplumé 19/11/2012 20:37



Mais oui, sous la tente


et c'est une réflexion tout ce qu'il ya de décontracté !


bonne soirée et bonne nuit.



Esclarmonde 19/11/2012 08:22


Je ne sais pas trop quoi dire (sans doute mal réveillée...) mais pour agir, il faut souvent être unis et solidaires avec un maximum de gens, l'isolement ajoute à notre impuissance. Bon lundi,
bises

kasimir, dit pinson déplumé 19/11/2012 20:29



Certainement !


nous ne sommes pas des îles,


nous ne sommes pas des électrons libres


mais tissés dans une étoffe humaine.


Quand je dis "JE", cela sous entend tout ce que je suis


et je suis un noeud de relations.


Ceci, effectivement, n'apparaît pas dans ce poème.


Bonne semaine, amie.



eMmA 19/11/2012 07:40


Kasi, tout cela me rappelle la chanson de Maxime "Né quelque part" :


http://www.deezer.com/fr/search/n%C3%A9%20quelque%20part


Gros bisous et à très bientôt,


eMmA

kasimir, dit pinson déplumé 19/11/2012 20:24



tu es notre référence musicale !


oui eMmA, à bientôt



annielamarmotte 19/11/2012 04:53


en route vers une nouvelle journée sur ces belles paroles....

kasimir, dit pinson déplumé 19/11/2012 20:23



j'espère que tu ne m'en veux pas...


bonne soirée, marmotte amie.