- Sète - 4 - Tout le tour de l'étang de Thau ! -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

 

 

Aujourd'hui, nous allons faire...

tout le tour de l'étang de Thau.

 

 

 

thauuu.jpg

 

 

 

Notre point de départ : le Mont St Clair.

Nous allons partir vers l'ouest , tout le long du Lido.

A gauche (derrière le tronc du pin) la petite plage de Sète

qui se prolonge par celle du Lido.... jusqu'à Agde ! 

 

Que dites-vous de ce petit arc de cercle ? 

 


Lido-1-.JPG

 

 

 

 Une route la longe.

Dans le passé  elle était directement en bordure de cette plage,

et ce devait être bien agréable d'y rouler.

Mais des aménagements ont eu lieu pour, je crois, deux raisons :

l'afflux des touristes l'été,   

les tempêtes venues du sud.

Celles-ci submergeaient souvent la route ,

la recouvrant de sable,

la détruisant parfois. 

 

 

sete-plage-lido-tempete.JPG

 

 

 

Des  barrières de piquets solidement tressés  ont été plantées

sur plusieurs rangées entre la route et la plage

(on dit je crois des ganizettes ... ?)

avec, entre les barrières,

introduction d'une flore adaptée (et pour moi inconnue)

 

 


sete--la-plage-du-Lido-2.JPG

 

 

 

Flore qui comporte ses petits trésors.

Par exemple ces plantes qui semblent être des sédums ...

 

 


sete-lido-barriere-avec-ganizette.JPG

 

 

 

 

Cette barrière n'est pas dérisoire.

Elle devrait jouer le même rôle que les fagots de sarments

qui furent déposés là il y a bien longtemps ... avec succès.

 

 

Evidemment, de la route, on ne voit plus la mer,

mais ce dispositif... canalise la foule des touristes en été !

 

Elle est doublée d'une large piste cyclable, que voici :

 

 

 

sete--la-plage-du-Lido-3.JPG

 

 

 

Hummm, là il était un peu tard

et les touristes vélocypédiques rentrés, depuis longtemps,

dans leurs métropoles !

 

Nous retournant vers notre point de départ, vers l'Est,

nous allons comprendre pourquoi Sète s'appelle ainsi.

 

Regardez le Mont St Clair :

son profil évoque une baleine sortant son dos de la mer.

 

 

 

      sete-vue-du-lido-copie-1.jpg

 

       Toutes mes excuses : la photo est bien sombre !

 

 

 

      En latin, baleine se dit " Cétus "

(pensez à " cétacés ")

et l'on a d'abord appelé la ville bâtie à son pied  " Cette ".

 

Cet orthographe avait quelque inconvénient, paraît-il. 

 

Alors en 1927 le nom est devenu " Sète ". 

 

On retrouve le nom ancien de Cette sur les vieilles cartes postales,

aussi sur quelques spécialités locales.

 

 

 

2013-gentiane-de-Cette.JPG

 

 

 

 

       ***

 

 

 

 

      La foule est partie...

la plage est restée,

immense.

 

 

 

sete--la-plage-du-Lido-4.JPG

 

 

 

 

 

       Couverte, comme toutes les plages, de mille petits trésors.

 

Suffit de les chercher.

 

 

2013-sept-plage-lido-9-.JPG

 


 

Si vous aviez de très bons yeux...

voici ce que vous verriez !

 

 

 

sable-X-250-dnl.jpg

 

 

 

Avec nos yeux ordinaires,

elle réserve tout de même de bien belles découvertes !

 

Jugez plutôt...

 


 

2013_1008fabricolageseptembre0001.JPG

 

 

Pourquoi ces coquillages s'étaient-ils ainsi rassemblés ?

 

En s'approchant, la raison devenait évidente :

 

 

 

2013_1008fabricolageseptembre0002.JPG

 

 

 

Toutes admiraient la nouvelle perle fabricolée par une petite huître.

 

Cette perle devait valoir une fortune !

Je voulus la saisir.

Hélas...une vague déferla

et quand elle se fut retirée, l'huître était vide !

 

J'ai cherché, cherché... 

 

 

 

2013-plage-lido-3-.JPG

 

 

 

mais n'ai pas retrouvé la perle.

 

 

 

 

2013-plage-lido-4-.JPG

 

 

Qu'importe.

 

Car la mer était là, pailletée de lumière.


Et le temps passait, passait,

comme l'eau et le sable s'échappent de nos mains....


Et on ne voyait pas passer les heures.

 


 

Oui, la mer, près de nous, demeure ... 

infinie...

mystérieuse... 

 

En se promenant près d'elle,

on côtoie non seulement une immensité spatiale 

mais aussi une immensité de temps.

 

Comme si la première ouvrait sur la seconde.

 

Le temps, celui que l'on compte en heures,

semble alors s'abolir,

pour donner place à une autre durée,

une autre réalité,

qui n'a plus aucune limite,

qui ne peut être fractionnée. 

 

La mer nous emporte au-delà du présent,

hors du temps.

 


sete--la-plage-du-Lido-6-la-plage-.JPG

 

 

 

 

Le temps se dilue dans l'espace,

comme le ciel, à l'horizon,se confond avec la mer,

comme le sel se dissout dans l'onde mouvante.

 

D'où cette impression curieuse

de se sentir transporté dans un monde différent, atemporel.

 

 

***


 

On pourrait dire que cette côte, toute droite, est  sans charme,

si on la compare par exemple à la côte bretonne,

avec ses rochers, ses criques.

 

Son charme est autre...

et d'une grande puissance.

 

Il est invisible, presque immatériel.


Il est fait de silence,

à peine habité par l'écoulement du vent,

par la respiration immense de la mer.

 

Il est parfum léger :

est-ce celui du sel ? de l'iode ? des algues ?

je ne sais.

 

Il enivre comme une drogue.

Il s'empare de toute notre sensibilité

 

 

 


 

***

 

 

 

 

L'extrémité Ouest du Lido, je la connais peu.

Nous y reviendrons à cause... d'un volcan !

 

Cette fois nous allons retourner vers Sète par la rive Nord de l'étang.

 

Plusieurs localités y possèdent de petits ports de plaisance :

 

ici ... Marseillan, ou Mèze, je ne sais plus. 

 

Ports endormis à cette saison.


 


      meze-ou-marseillan-portplaisance.JPG

 

 

 

Mais l'activité essentielle de la rive Nord de l'étang,

c'est la conchylicuture :

élevage des moules et des huîtres.

 

 

Du Mourre Blanc ...

 

 

sete-vu-de-meze-ept-2013.JPG

 

 

 

ou de Mèze ...

 

 


sete-vu-de-bouzigues-sept-2013-.JPG

 

     ( *)

 

l'île de Brassens est toujours visible, inévitabe.


Des pontons avancent vers le large pour faciliter l'accostage des bateaux

en partance vers les installations, ou en revenant.

 

 

 

De Bouzigues, on domine les immenses parcs à huîtres,

dont les tables semblent s'avancer vers l'île de Sète,

plus proche cette fois,

comme une escadrille de Martiens.

 

 


      sete-vu-de-bouz--parcs-a-.JPG

 

 

 

 

      Mais regardez sur la photo que j'ai notée   ( *)


 à l'extrémité  proche du premier rail se trouve une plante.

Je l'ai repérée en plusieurs points de la côte,

en grande abondance au Mourre Blanc.

      C'est une petite cucurbitacée bien facétieuse !

 

Son nom est " Ecballium Elaterium ". 

 

Plante typique du midi, surtout dans l'Hérault,

mais que je connaissais

pour l'avoir découverte au Breuil sur Couze, en Auvergne,

dans le merveilleux jardin d'Ernest Grenier. 

 

ecbalium--fleur-Mourre-Blanc-sep-2013.jpg

 

 

Et évidemment il m'a fait voir les fruits.. ovoïdes, très poilus,


 

ecbalium--fruit-Mourre-Blanc-sep-2013.jpg

 

      qui jaunissent en mûrissant...

et il m'a incité à en cueillir un.  

C'est la blague inévitable !

 

 

ecbalium fruit Bouzigues sep 2013

 

 

      car le fruit explose, littéralement,

en se propulsant, par un effet de réaction, 

 et en projetant partout son contenu mucilagineux.

 

L'effet est saisissant.

Et je n'ai pas hésité à proposer la même chose ...

 

Le nom français de cette plante est  " Ecbalie Elatère"

mais on l'appelle plus souvent : "Cornichon d'âne",

ou "Concombre d'attrape", 

ou encore "Momordique-à-ressort".

En allemand : "Echte-Springgurke"

En italien : "Cocomero--asinino"

En anglais : "Touch-me-not".

 

Attention !

Le contenu de ce cornichon explosif 

est un purgatif très violent !

Si vous en mangez un, vous risquez fort de...

faire comme lui : d'exploser ! 

 

 

      Bon...

le jour s'écoule, il faut rentrer.

 

Ce yacht nous fait rêver.

Rêver d'une croisière aux Antilles.

 

Et ma foi... cette île pourrait être Saint Martin,

ou une des îles Vierges

avec les riches villas en haut de la colline.

 

 

sète et un yatch seot 2013

 

 

Alors je rêve

...

et mon rêve m'emporte...

      et se transforme en tableau.

 

 

sete--etang.jpg

 

 

 

Prochain article sur Sète le 16 octobre.

 

Samedi 12, je vous montre quelques fabricolages. 

 

 

***

 

 

 

 

 

Publié dans Sète

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

annielamarmotte 17/10/2013 16:55


merci pour cet horizon qui me manque au quotidien...

kasimir, dit pinson déplumé 17/10/2013 18:32



moi aussi il me manque :


les arbres me le cachent



sittelle 11/10/2013 20:33


C'est une côte encore sauvage malgré les maisons de toutes sortes, j'avais aimé les eaux, le ciel, les vents et les plantes sauvages; et les arômes, les couleurs et un peu tout !  tout ce
que tu nous offres ici,  merci ! mes petits-enfants ont leur seconde demeure à Mauguio pas loin de là... Bises, bonne soirée Pinson !

kasimir, dit pinson déplumé 11/10/2013 20:59



je suis content de te lire, Sittelle !


et de savoir que tu connais ce pays


je vais voir où est Mauguio pour mieux situer


j'espère que tu vas bien maintenant


et que tu es en forme pour affronter la saison froide et humide


laquelle commence fort ces jours ci


bises de pinson



L@urence 11/10/2013 16:06


et voilà, tu m'as fait me balader au bord de la mer et profiter de cette belle ambiance et sensation que tu as connu.


la plante que tu as connue au Breuil et bien, je ne la connaissais pas. Je ne pense pas en avoir vu par là, dans la nature.


Tu as donc laissé filer ta perle rare ... dommage ! la mer en a voulu autrement !


bisous Kas et bonne fin de journée

kasimir, dit pinson déplumé 11/10/2013 20:11



Et oui, la mer est jalouse de ses plus beaux trésors :


elle les montre et les reprend.





Cette plante, l'ecballie, ne poussait au Breuil que parce qu'un jardinier amoureux la soignait


car elle préfère les chaleurs méditerranéennes


je l'ai cultivée un temps à Varennes, mais j'ai dû n'être pas assez vigilant,


et au bout de quelques anées elle a disparu de mon jardin.


C'est drôle, mais c'est comme la perle de la plage : vue, puis perdue.


Et j'ai toujours une secrète douleur quand j'évoque Ernest Grnier qui enseignait au Breuil.


Je l'ai connu quelques années, puis il est parti lui aussi, dans l'invisible


et je me suis rendu compte trop tard que c'était un homme exceptionnel.


J'ai la nostalgie de tout ce que j'ai perdu : souffrance inévitable  de tous les vivants.


Bisous, Laurence.



Mari jo 10/10/2013 17:55


Bonjour pinson déplumé,


 


Voilà que j’ai fait un beau voyage à Sète. Et
quelle belle découverte avec toutes ces explications. Une belle leçon de géographie.


La photographie de la vague qui arrive est ma
préférée mais toutes celles de la mer sont fantastiques et me font rêver. J’aime tellement l’eau.


 


Pas grave pour la petite perle ; elle est
repartie vers une autre aventure. La flore est très jolie. Aurons-nous d’autres photographies d’elle ?


 


Tes illustrations me plaisent
beaucoup.  De très belles photographies. Merci pour ce beau partage. C’est très
agréable. Un bonheur ton blog. P’tite bise en remerciement.


Je te souhaite une bonne fin de journée et bise à toi pinson
déplumé.

kasimir, dit pinson déplumé 10/10/2013 19:02



Oui, mais mes photos de plantes fleuries sont assez rares :


la chaleur et la sècherresse les rendaient assez peu  nombreuses


je parle des plantes sauvages.


Le printemps doit être une période plus fleurie.


La vague...je suppose que tu parles de la petite qui se contente de mouiller les chevilles.


Car si la mer remue trop, mieux vaut , prudemment, s'écarter ! 


Bises de pinson pour toi


et bonne fin de semaine, Mari Jo.



ANILOU 10/10/2013 17:52


Mais oui, tu racontes bien, je retrouve tout mais ton ressenti est bien plus poétique que le mien. Mon esprit a bien vagabondé grâce à toi. Bonne fin de semaine et gros bisous

kasimir, dit pinson déplumé 10/10/2013 18:54



Content de te lire, Anilou !


Je parlerai bientôt de cette fameuse plage que nous avons (presque !) visitée ensemble


et qui m'a laissé un souvenir si fort.


Tout a l'heure, j'ai revu, au pied d'un arbre, les blocs de lave expansée


en provenance de cette plage : je passe devant eux presque chaque jour.


Quel formidable témoignage du violent passé géoologique du coin.


Merci à NONO. 


Gros bisous pour vous deux.



Danielle 10/10/2013 17:27


Je ne voulais pas finir cette journée sans refaire cette jolie balade, j'aime ta façon de décrire la mer : infinie, mystérieuse, pailletée de lumière et cette notion de temps qui s'échappe et
disparait ... ton article est plein de poésie mais tellement vrai ! Gros bisous pinson, bonne soirée. Danielle

kasimir, dit pinson déplumé 10/10/2013 18:35



J'ai bien aimé, sur ces photos, le miroitement rosé de l'eau,


visible même sur le sable mouillé de la plage.


Est-ce dû à la descente du soleil sur l'horizon ?


Pourquoi la mer nous fait-elle cet effet  ? ( de modifier notre perception du temps) 


Peut-être parce que, si elle est bien une horloge...


elle est conçue pour compter les millénaires,


alors que nous... nous comptons les secondes.


Bisous du soir, Danielle..



hélène 10/10/2013 16:59


Rectification; je ne peins pas la mer à 7h du mat...mais j'ai revu tes photos de Sète, satisfaite...je me suis recouchée et réveillée à 10 h, heure raisonnable il me semble  pour une qui
se couche  à 1 h le matin.ou plus...


Je su^ppose que tu as séjourné dans ton auditorium en toute quiétude???


Bonne apm


 


L.N.


..

kasimir, dit pinson déplumé 10/10/2013 18:25



 Ah... c'était la mer sur mon blog : je n'avais pas accroché !


Dormir 9h à nos âges, c'est honnête


à 240 ans, nous aurons même le droit de dormir 24  heures par jour


et j'espère que personne n'y trouvera à redire.


Oui, je rentre juste de ma promenade musicale.


Bach, c'est le top : l'Himalaya de la zique !


Bonne soirée, LN.



fan 10/10/2013 14:24


... merci pour ton article tes photos de plages, elles me rapellent un peut à celle de Piemanson en Camargue. Et là, suis en train de préparer une petite valise pour le voyage sur ton à yacht à
Thaïti, en fin si tu me prend avec vous... :-)


Ici, pluie, pluie et pluie, alros juste ein Regenkuss!

kasimir, dit pinson déplumé 10/10/2013 14:30



Oui oui, je te prends ...


Tu seras notre figure de proue !


Merci pour le Regenkuss.


Je t'adresse un Sonkuss  ! 



hélène 10/10/2013 07:54


Un petit bonjour en passant...car je me suis levée à l'aube......7 heures, dur dur.... mais la mer est si belle à contempler!


 


BàK


LN

kasimir, dit pinson déplumé 10/10/2013 14:26



à 7 heures ????


mais il fait encore nuit, maintenant, à 7 heures


peindrais-tu la mer au clair de lune ?


byzdekass.



telos 10/10/2013 06:52


parfois, je regrette de ne pas t'avoir rencontré mais ce n'est pas une demande, je suis repartie dans mon isolement..tu dois un être quelqu'un d'exception ;bonne journée.

kasimir, dit pinson déplumé 10/10/2013 14:23



cela veut-il dire que tu commences ton hibernation ?


oh... c'est bien un peu tôt


dansons encore un peu... sur l'air des feuilles mortes



nadia-vraie 10/10/2013 05:15


Bonjour kasimir,


 


J'ai bien aimé lire ton article et tu as de très belles photos.


je ne connais pas ces villages mais j'ai passé pas trop loin de cet endroit.


Bon jeudi et à bientôt.

kasimir, dit pinson déplumé 10/10/2013 14:20



tu es une grande voyageuse !


à bientôt Nadia.



lenez o vent 10/10/2013 02:52


pour ce voyage,   tu es un guide merveilleux


une autre perle as-tu trouvé


Merci


bisous Pinson

kasimir, dit pinson déplumé 10/10/2013 14:19



il y en avait trop !


je les ai laissées sur place


n'ai emporté que quelques coquilles :


elles me serviront de GPS !


Bisous de pinson.



erato 09/10/2013 22:13


Un joli reportage intéressant et poétique. Une promenade des plus agréables. Merci Pinson


Douce soirée, bisous

kasimir, dit pinson déplumé 10/10/2013 14:15



ravi de la partager avec toi


bisous, Andrée



Ramon 09/10/2013 17:52


Magnifique voyage!


Et "ecballium elaterium" est une plante étonnante!


Je n'en avais jamais entendu parler.


Ah oui, dès que tu retrouves la perle, dis-le nous!

kasimir, dit pinson déplumé 10/10/2013 14:12



dès que je la retrouve, je la vends


je serai riche


j'achète un yacht


et je vous emmène à Tahiti !



Florentin 09/10/2013 17:42


Ce qui s'appelle une riche promenade ! J'ai aussi aimé tes réflexions sur l'infini de l'espace et surtout du temps. J'y songe parfois, me demandant comment je peux m'inscrire dans tout ça ...

kasimir, dit pinson déplumé 09/10/2013 20:47



Bof...


ne fais surtout aucun effort pour t'inscrire dans tout ça :


c'est la nature qui nous y inscrit d'une façon tout à fait souveraine


avec une force invincible,


comme celle de la mer qui soulève les bateaux.


Le tout est de la laisser nous porter, et nous emporter.


Les efforts que nous pourrions faire ne pourraient que bloquer nos émotions. 


Dans ton langage de croyant, il me semble que l'on pourrait dire :


nous laisser porter dans les mains de dieu.


Pour moi, c'est pareil.


Seulement une différence de vocabulaire.



Danielle 09/10/2013 17:02


Je viens de relire avec beaucoup de plaisir ton article, il est magnifique ! A gauche (derrière le Pin) la petite plage (humm tout est relatif) est celle de la Corniche mais la plage qui s'étire
sur plus de 12 km est celle de Sète, il faut ajouter quelques petites plages abritées dans des criques rocheuses du Môle à la Corniche où parfois, par gros mistral ... (je souris), Sète est
 la plus longue plage de la Méditerranée française et la plus belle parait-il avec son sable si fin, un peu doré disent les spécialistes. Des ganivelles ont été installées pour aider à
reconstituer le cordon dunaire, elles sont en bois de châtaignier et évitent au sable d'être dispersé en cas de vent violent ou de tempêtes, très rares mais redoutables, elles permettent aussi le
développement d'une flore variée qui fixe l'ensemble sur le site (ganivelles, sable et végétation). Oui, dans un passé récent (trois ans à peine environ) la route bordait la plage simplement
séparée par de petites dunes basses, une merveille ! J'aime les petits trésors découverts et le rassemblement des coquillages "à la pinson". Dans tous ceux qui sont présentés, il faut savoir
qu'il est impossible d'en trouver d'identiques, c'est très curieux cette palette de teintes différentes. Comme tu as raison, il n'y a pas de notion d'heure mais d'immensité hors du temps ! Tu
t'es fait un plaisir de me faire ramasser les fruits de l'Ecballium qui explosent (c'est vraiment le mot) au moindre frôlement des doigts. Tu dis que l'effet est saisissant, oui on peut dire ça
!!! Quelle émotion, je la ressens encore en regardant tes photos ! Et ce tableau qui termine ton article, il me touche infiniment !!! Un beau reportage ... Je t'embrasse Pinson,  bonne fin
de journée. Danielle

kasimir, dit pinson déplumé 09/10/2013 20:41



Cela peut paraître étonnant, mais ces piquets  


(de châtaigner, donc : bois presque imputrescible,


et qui doit le devenir encore plus une fois imprégné de sel)


solidement assemblés par un fort fil de fer galvanisé (?)


doivent offrir la meilleure des résistances possible à la mer,


bien plus qu'un mur de ciment qui serait détruit en moins de deux.


Souhaitons que ce soit efficace.


Evidemment c'est moins poétique que des dunes basses, et une route en bord de plage.


Mais c'était devenu impossible du fait de la fréquentation...


J'avais connu ce genre de rivages sauvages vers Palavas, mais c'était vers 1955-1960,


et j'avais trouvé, émerveillé, des lys des sables dans ces petites dunes...


Les photos...


oui, c'est vrai : elles ont le pouvoir de faire revenir non seulement des souvenirs,


mais aussi les émotions qui allaient avec. 


Bonne fin de journée pour toi aussi, Danielle.


Ici, petite pluie... et les premiers champignons : je me régale ! 


Bisous de pinson.



anne6329 09/10/2013 16:30


Bravo pour ce reportage photos à l'appui ! J'aime cette façon que tu as de nous raconter comme un enfant émmerveillé ! J'attends la suite sur le volcan car j'ai remarqué en effet le long d'une
plage à cap d'agde des tas de roches volcanques J'avais une photo,  les vagues déferlantes dessus ! Bisous Kas

kasimir, dit pinson déplumé 09/10/2013 19:14



Oui oui, j'en parlerai


j'ai trouvé ce site extraordinairement intéresssant


le seul site de volcanisme marin en France (selon ce que je sais !)


(en France métropolitaine)


Bisous, à bientôt sur cette plage.



Esclarmonde 09/10/2013 14:24


Un régal, cette promenade en ta compagnie et j'ai bien aimé l'image de l'escadrille de martiens ! Je connais cette plante, le cornichon d'âne, elle pousse en abondance dans les Bouches du Rhône
où je vivais petite mais je me souviens qu'elle me faisait peur et je ne voulais surtout pas y toucher ! A bientôt, bises

kasimir, dit pinson déplumé 09/10/2013 19:08



Je comprends qu'elle pouvait te faire peur.


C'est un peu comme un piège disposé par la nature.


Je suppose que les animaux doivent vite savoir éviter de la toucher.


Mais que c'est amusant de la faire découvrir à quelqu'un qui ne la connait pas ! 


Bises pour toi.



hélène 09/10/2013 11:10


J'ai beaucoup aimé ta note...ses photos, le récit de la balade, car je l'ai faite si souvent, mais il y avait l'ancienne route et les nombreux touristes qui donnaient des frayeurs  à la
cycliste  que j'étais.


Mais par dessus tout, il y avait la mer que j'aimais contempler, surtout au soleil couchant. C-est là, dans ce demi-jout qu'on se sent ailleurs, envahi par l'immensité...Le regard allant toujours
plus loin vers d'invisibles rivages. Ry puis le bruit feutré , incessant des vagues, doux à l'oreille. Stop...je deviens poète...et je voudrais te dire que ta carte si détaillée est utile pour se
repérerr...et que je n'aimerais pas goûter...au fruit ovale..que tu nous offres...


Par contre la fleur, je la cueillerais volontiers...


 


Merci pour la balade de mes souvenirs, j'attends les fabricolages..MARINS ? sans doute.


 


BàK


L.N.

kasimir, dit pinson déplumé 09/10/2013 19:01



Ce doit être pire maintenant :


il doit être très dangereux de faire du vélo sur ces routes, au moins l'été.


Heureusement il y a une très large piste cyclable.


Encore que tout cela soit un peu... artificiel, trop droit, trop "fonctionnel"..


Rien ne vaut un petit chemin sauvage, perdu dans la nature


et à l'occasion longeant une plage isolée.


Il y a encore des coins de ce genre, mais chut : ne les divulgons pas !


J'aime bien ton expression " bruit feutré des vagues "


c'est exactement ça


une sorte de "basse continue"  (?) qui a un effet calmant, et hypnotisant.


La fleur de l'ecbalie ?


Bof... petite, d'un jaune pâle, avec des veines verdâtres, non, pas terrible.


Je parlerai peut-être de quelques fleurs plus... attrayantes.


Bizes de K



aln03 09/10/2013 09:42


J'aime ton reportage .J'adore tous les coins où tu es passé , même' si je connaîs un peu mieux l'Ouest .J'ai une amie d'enfance qui a eu , pendant 20 ans, une mini-résidence secondaire au coeur
de Sète et ainsi , j'ai pu visiter le coin.Cette région est attachante et je comprends que tu t'y plaises beaucoup.Je ne connaissais pas le "cornichon d'âne".


Ta carte dessinée , je l'adore.


Un Pinson, plumes au vent , chercheur de perles  , pas courant dans ce coin


Bravo pour le tableau


Bizatoi et aux Cétois ou Cettois !


Nicole

kasimir, dit pinson déplumé 09/10/2013 18:49



Tiens oui, c'est vrai, je n'ai pas vu un seul pinson sur les plages....


Tu ne connais pas le cornichon d'âne ?


Chouette... 


on pourra, à l'occasion, te faire la blague de... t'en faire cueillir des bien mûrs !


Bises pour toi, Auvergnate pur jus.



Simone 09/10/2013 08:51


Cette balade à Cette a été fort agréable et tu es un bon guide touristique et plus. On sent que tu aimes beaucoup cette région.


Merci Mr K et bonne journée


Bise

kasimir, dit pinson déplumé 09/10/2013 18:44



Tu en serais un excellent aussi pour ta propre région, j'en suis persuadé ! 


Et tu aurais tant à racconter.


C'est bien ce que tu fais sur ton blog.


Bises, Simone.



telos 09/10/2013 07:10


tu as de très belles photos dans cette série.pas un lieu qui m'attire mais tu en fais un reportage de qualité

kasimir, dit pinson déplumé 09/10/2013 18:41



quelques-unes sont belles, pas toutes...


ce lieu... il est en fort contraste avec le mien !


les lieux qui m'attirent ?


Les lieux où la nature est encore préservée, se montre dans sa force.



Danielle 09/10/2013 00:39


Superbe, tes photos sont très belles, je reviens demain... non plus tard dans la journée pour commenter ce bel article ! Bonne nuit et gros bisous pinson. Danielle

kasimir, dit pinson déplumé 09/10/2013 18:37



alors bon mercredi


mais... je te réponds alors qu'il se termine !


bisous, Danlelle.



flipperine 09/10/2013 00:35


magnifique cette promenade et la mer un enchantement

kasimir, dit pinson déplumé 09/10/2013 18:35



merci Flipperine


oui, la mer est une magicienne, une ensorcelleuse,


elle déploie sur nous ses " enchantements ".