- Oniricolage 15 - Solitude - 1 - Et le petit paon -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

 

 

Solitude  - 1

 

 

 

Le train de pensées que je vais essayer de former là

est né avant-hier soir, du fait de micro-évènements.

 

Il est temps que je les relate sinon ils vont s’estomper

et disparaître aussi sûrement qu'un rêve de la nuit.

 

À se demander si les évènements de nos vies

sont si différents que cela de nos rêves.

 

Dans l’immédiateté du temps, il semble que oui.

 

 

 

 

***

 

 

Avant-hier je me suis rendu au bord de la Loire,

dans le coin le plus inaccessible que je connaisse,

là où je rejoins l’île d’Onirikou…..

 

Mais j’ai beaucoup tardé pour quitter ces lieux étranges.

 

Le soleil s'est mis à tourner son rhéostat d’une inquiétante façon,

plongeant dans de sombres nuages.

 

Une sorte de crainte s’est emparée de moi.

 

Je m’étais aventuré avec Pistache dans une zone difficile :

lits de graviers, bancs de sable, îlots de végétation folle.

 

Le tout bien sec, certes,

mais le retour soudain des eaux du fleuve, en cette heure incertaine,

ne me paraissait pas impossible.

 

J’ai ressenti le désir de rejoindre une route « normale » au plus vite,

une zone civilisée, en quelque sorte,

me disant que, lorsque je m’y trouverais, je serai en sûreté !

 

 

Après deux km de trous et de bosses, 

j’ai enfin rejoint la route,

et joui intensément,

sur cette piste impeccable,

et incroyable,

de cet outil magique dont j’ai la chance de disposer :

une auto-mobile ! 



 

Cette région est peu peuplée.

 



Pour rentrer chez moi je ne traverse que deux minuscules villages.

 

Dans le premier, j’ai aperçu un vieil homme.

 

Il roulait doucement sur sa bicyclette.

 

Trajectoire louvoyante.

Aucune hâte ni inquiétude apparente dans sa façon de se  déplacer.

 

Il rejoignait sa petite maison blanche aux volets bleu-lilas.



J’ai imaginé que sa femme l’y attendait,

et avait déjà mis sur la table de cuisine deux couverts.

La soupe aux légumes de son jardin était prête.

 

 

 

Dans le second village, j’ai vu deux jeunes gens.

 

Vingt ans ?

Le jeune homme était appuyé sur une voiture.

La jeune femme, face à lui, lui expliquait quelque chose.



Manifestement ils faisaient un peu passer le temps.

Un moment de détente partagée,

dans la paix du soir.



Un moment où il jouissaient d'être deux.

En attendant peut-être le moment d'unir leurs vies.



 

J’ai alors réalisé que moi, j’étais seul !



 

Pistache me ramenait « chez moi ».



Mais « chez moi », personne n’attendait.



 

Et soudain j’ai repensé à ma voisine

(épisodique : maison secondaire).

 

Elle et son mari, nous les connaissions depuis 30 ans.

 

Or son mari est mort il y a très peu de temps.
Elle m’a présenté un homme avec qui elle vit désormais,

un nouveau veuf.

 

« Nous avons uni nos solitudes »



m’a-t-elle dit.

 

Bien.

 

Mais elle a ajouté :

 

« Et vous,

vous allez vous mettre avec quelqu’un. »

 

Sous entendu

« Bien sûr ».

 

J’ai répondu :

 

« Bien sûr que non !

J’apprécie trop d’être libre ! »

 

Elle :

« Mais on ne peut rester seul ! »

 

« Et pourquoi ? »

lui ai-je demandé.

 

 

Pensant :

 

quoi, faut-il  « prendre » quelqu’un

comme on prendrait un chien,

ou un poisson rouge ?

 

Simplement pour n’être pas seul… ?





 

Tout en remuant ces réflexions

je suis finalement rentré « chez moi »

et me suis fait un gaspacho.

 

Enfin… à ma façon,

Mais je me suis régalé.

 

Bon, je m’aperçois que la suite,

à savoir un rêve que j’ai fait dans la nuit qui a suivi,

va donner un article trop long.

 

Alors je vais ne la mettre (la suite) que demain.



Ne sachant comment illustrer ce mot

Je vous montre ma dernière trouvaille.

 

Un  grèbe à queue de paon.

Comme la queue n’est pas bien grande,

il s’appellera : « petit paon ».





zzok-gpp-1-copie-1.JPG

 

 

 

à plus







Publié dans fabricolages

Commenter cet article

annielamarmotte 03/09/2012 08:39


je crois bien que c'est celui que je préfère ce Petit Paon là...... 

kasimir, dit pinson déplumé 03/09/2012 18:53



une marmotte


amoureuse d'un petit paon !



annielamarmotte 03/09/2012 08:35


s'il arrivait quelque chose  et que je sois seule en aucune façon je ne pourrais "refaire ma vie", la continuer certes mais en aucun cas la refaire...... et surtout garder la Liberté qui
m'aurait été rendue

kasimir, dit pinson déplumé 03/09/2012 18:48



comme tu as raison !


bien sûr que non :


on ne "refait" jamais sa vie


penser que cela est possible est une illusion pure


Quant à la "liberté", c'est peut-être à nos âges que l'on commence à comprendre ce que cela signifie, et combien ce bien est précieux.



MymyChacha 01/09/2012 17:57


J'viens de rentrer de mes périgrinations estivales et découvre tes oniricolages tous aussi sympathiques les uns que les autres...


j'attends la suite !


Bisous

kasimir, dit pinson déplumé 01/09/2012 21:00



et tu t'es bien baladée ?


toute bronzée ?


prête our la rentrée ?



eleonor 31/08/2012 23:29


quel drôle de couple: un pinson déplumé et un grébe a queue verte !

kasimir, dit pinson déplumé 01/09/2012 15:43



tu as raison


couple improbable


le pinson n'a rien d'un oiseau aquatique !



nadia-vraie 31/08/2012 15:57


Comme tu réfléchis à tout kasimir.


le principal est que tu te sentes bien à l'intérieur.


Oui,il existe des hommes blonds mais xon les a oubliés dans les histoires et ils doivent en être très heureux...


Bonne journée kasimir et à bientôt.

kasimir, dit pinson déplumé 31/08/2012 18:13



merci Nadia de venir me faire un petit coucou


c'est curieux, mais de savoir que tu vis en Amérique me donne l'impression que tu es... disons, très loin, ou très spéciale, un peu comme une
martienne.


et je suis toujours étonné de pouvoir échanger avec toi des mots de tous les jours.


Je suis vraiment le type du Français qui n'est pratiquement jamais sorti de son hexagone !


bonne journée à toi aussi.



Alexandrine 31/08/2012 10:37


Non, tu m'as mal comprise, je ne parle pas de l'écrit ou du rêve, mais juste de l'interprétation que chacun peut en faire.


En fonction de l'état d'esprit de chacun, un texte ou un rêve voir même peut-être un événement peut prendre diverses significations.


 


La preuve, tu fais prendre à mon com une direction bien différente de celle que je lui donnai !!!!


 


Pour en revenir à ton rêve, cette perte de repère géographique, relationnel voir identitaire peut signifier bien des choses en fonction de l'état d'esprit de chacun : la perte d'un être cher, la
peur d'un changement qui peut déstabiliser, une sensation de solitude, l'envie de solitude, la recherche de quelque chose de perdu......


 


Chacun mettra derrière cette sensation ce que lui même peut vivre ou ressentir.

kasimir, dit pinson déplumé 31/08/2012 17:44



T'aurais-je mal comprise ?


Pourtant tu dis bien qu'à n'importe quel texte, on peut lui faire dire n'importe quoi.


Alors c'est ce que j'ai fait avec ton texte :


je lui ai fait dire ce que j'avais envie de lui faire dire,


selon mon humeur du moment.


ça pose un problème ?



Alexandrine 31/08/2012 02:06


Remarque comme à n'importe quel texte en fonction de son état d'esprit

kasimir, dit pinson déplumé 31/08/2012 10:09



Tu as raison d'insister.


Cela va me donner l'occasion de préciser ma pensée.


Certtes on peut dire et écrire n'importe quoi.


C'est notre liberté.


Mais alors ce qu'on a écrit, c'est... n'importe quoi.


Et il y a de fortes chances que ça ne veuille rien dire du tout.


Alors en ce sens là, c'est vrai : on peut interpréter un rêve, ou n'importe quel texte,


de mille façons différentes, en fonction de son état d'esprit.


Ce n'est pas exactement ce que j'essaie de faire.


 



Alexandrine 31/08/2012 02:03


Oui, pinson, la vie et le rêve sont étroitement imbriqué.


Mais on peut interpréter chaque rêve de cent mille façon et leur faire dire n'importe quoi.

kasimir, dit pinson déplumé 31/08/2012 10:03



Réponse à la première affirmation : oui.


Réponse à la seconde : non.



Mari jo 30/08/2012 22:28


Bonsoir pinson déplumé,


Il y a deux sortes de solitude : celle où l'on est vraiment seul et celle que l'on choisit.


Moi j'ai choisit ma Liberté et j'ai vécu plus de 20 ans seule et libre. Libre de rentrer chez moi directement ou pas après le travail, libre de manger ou pas,
libre de passer ma nuit tranquille (j'Adore la nuit) à écouter de la musique, à faire ma calligraphie etc...Libre de tout.


Quand on me draguait, je fuyais le mâle comme la peste. J'ai correspondu avec une personne sur Internet car j'aimais son écriture, ses pensées etc...et lui de
même. Les collègues me disaient en me chahutant « fait gaffe mari jo » et moi je répondais « je ne crains rien, il est bien trop loin ».


Car, je me suis toujours défendue de refaire ma vie. J'aimais trop ma solitude. De plus 'Solitude' est un bien joli mot. Et puis la solitude voulue n'est-elle
pas synonyme de Liberté ?


Et bien le plus loin m'a harponnée, m'a mit l'anneau au doigt et je vis dans le bonheur complet. Sans dispute, sans reproche ni l'un ni l'autre et je ne
regrette rien. Et ni lui, ni moi cherchions quoique se soit.


Si un jour on m'avait dit que j'allais me marier et bien j'aurai bien rigolé et dit à la personne de bien me regarder.


Bon, je dois avouer qu'il y a quand même un petit défaut, c'est que je suis mariée mais je ne veux pas d'alliance au doigt, ni au cou.


Ayant connu beaucoup de gens et gardé le contact avec ces personnes, j'ai mis tout le monde sur le cul lorsque lors d'une conversation téléphonique où je leur
apprenais que j'allais me marier ou que j'étais mariée.


Mais, je ne regrette en aucun cas ces années de solitudes.


Et puis la solitude choisie ne veut pas dire ne voir personne. Moi, j'étais contente de voir les collègues, de parler avec des gens que je connaissais ou pas
quand je les rencontrais dans la rue. Il y a plein de choses à faire...


Il y a aussi quelques petits...(je ne trouve pas le nom) lorsque l'on voit des petits-enfants, des familles réunies etc...mais ça passe.


Je me souviens d'une anecdote ou pendant la saison ; on travaille très dure et beaucoup. Un jour en rentrant je me suis dit 'je boirai bien une bonne
bière'. Une bière de marque, chère mais hum ! Bien bonne. Le lendemain, je m'achète ma bière mais je n'en avais plus envie. Je l'ai rangée. Les jours passent et un jour de repos, je me dis
'tiens je vais me boire ma petite bière'. Je me la mets un peu au frais puis, le moment venu, je me sors ma petite chope préférée et ouvre ma bière. Première gorgée beurk ! Je prends ma
bière, le verre et vide tout dans l'évier.


Sais-tu pourquoi mon brave pinson ? Tout simplement parce qu'il me manquait quelqu'un pour partager cette bonne bière. Je me souviendrai toute ma vie de ce
moment là.


Bon assez raconter mais la solitude est un vaste sujet.


Maintenant que deux êtres ne veulent pas finir leur vie seuls et se mettent ensemble pourquoi pas. Ta voisine m'a l'air heureuse. Mais, je ne me serai pas mise
avec quelqu'un pour combler le vide.


Petit paon est bien joli et jeune. Il a beaucoup de choses à découvrir. J'aime beaucoup les deux petits brins d'herbe qui lui tiennent compagnie. Une bien jolie
photographie.


Je vois que le gaspacho était bon. Sortir des recettes ordinaires, il n'y a rien de meilleur. C'est comme cela que ça s'invente.


Oups ! Que de lignes. Je te souhaite une bonne soirée et bise à toi pinson déplumé et coupe si tu trouves trop long ou inintéressant. Bise.


 


 


 

kasimir, dit pinson déplumé 31/08/2012 09:37



Je ne vais rien couper !


J'aime beaucoup te lire :


tu as un réel talent pour raconter ta vie,


tes impressions, tes émotions, tes joies, tes regrets.....


Je suis sûr que tout le monde te lit avec le plus grand intérêt.


Ta vie est riche d'expériences, et te voilà pleine de sagesse.


Comme Piaf, tu ne regrettes rien, et c'est bien.


Oui chacun juge de sa vie, et la choisit.


Personne n'a le droit de choisir pour un autre


ou de juger un autre.


Bise de pinson pour toi.


Bonne et heureuse journée.



sittelle 30/08/2012 20:38


Un peu de solitude me plairait bien...ton oiseau est très beau, j'aime beaucoup. Bisous du soir, bonne nuit Kasimir

kasimir, dit pinson déplumé 31/08/2012 09:14



un peu de solitude....


je vois ce que tu veux dire.


Je te souhaite de pouvoir y accéder sans trop tarder.


Elle nous est aussi vitale que le sommeil.


Que le silence.


Bisous Sitelle


à bientôt (?)



Esclarmonde 29/08/2012 22:32


En effet, on ne "prend" pas comme une peluche qui comblerait un vide ! Et de toute façon, on le trouve toujours quand on s'y attend le moins ! A bientôt pour connaître ton rêve. Bises

kasimir, dit pinson déplumé 30/08/2012 18:08



parfait !


c'est cela : il est des rencontres qui font tilt


et là, peut-être,  on va se lancer dans telle ou telle aventure.


Car toute relation est une aventure.


Seul le sujet lui même peut juger du bien fondé de son choix.


Bises, amie.



hélène 29/08/2012 18:53


Oui, j'apprécie la liberté de la solitude que je pratique depuis bien longtemps. Il suffit de l'accomoder  à son goût..Choisir ses amis, se lever  et se coucher quand bon vous semble,
faire des repas express, des petits détails qui me semblent indispensables pour ma liberté. Pas de chat, chien, poisson rouge, perruche non plus... Je ne dis pas que parfois, il y a comme un
vide, alors, j'essaie de remonter à la surface et je vais lire mes amis et amies du blog. Beaucoup m'ont soutenue dans des caps difficiles, je m'en souviens... En résumé, le cocon, c'est bon.


 


Bises à un amoureux de sa liberté. Bonne pêche.


L.N.

kasimir, dit pinson déplumé 30/08/2012 18:05



jouissance d'être libre de ses choix .....


c'est à proprement fabuleux, incroyable.


Alors il est bien normal, par moment, de percevoir le vide.


C'est même indispensable.


C'est comme le marin qui fait le point.


Le cocon de nos amitiés...


il est vital.


Simplement il est important qu'il ne devienne pas lui même une prison virtuelle.


Bises à la solitaire du Quercy.



Jackie 29/08/2012 18:49


Pour moi, la solitude n'est pas une question de compagnie. Il m'est arrivé de me trouver bien seulle au milieu de gens avec qui je n'avais rien à partager ... Alors que la solitude au milieu de
la forêt ne me gêne absolument pas au contraire...je me sens en communion avec tous ceux que j'aime...


Prendre uequ'un pour n'être pas seul ??? En voilà une drôle d'idée !!!


J'aime beaucoup ton grèbe... il est en parfaite harmonie avec son environnement.


Bonne soirée Pinson

kasimir, dit pinson déplumé 30/08/2012 17:58



exact


c'est un état psychique, pas physique


Il y a un danger de mettre sous ce mot deux sens opposés.


Sainte Thérèse de Lisieux n'étaient pas seule.


pas plus que Savorgnan de Brazza (ortho ????).


La solitude douloureuse, c'est l'impossibilité de communiquer avec l'autre


en tant qu'être psychique.


être collé en permanence à une personne ne garantit pas qu'on "communique" avec elle.


Et c'est un drame très commun, y compris dans les couples en apparence les plus solides.


La réalité psychique ne correspoond pas toujours aux apparences.


"Prendre quelqu'un" pour ne pas être seul, c'est une sorte de réflexe de peur,


comme si on recherchait encore, et à tout prix, le bout perdu de notre cordon ombilical.


Bonne soirée Jackie.


 



erato:0059: 29/08/2012 17:56


C'est vrai que la solitude existe , mais je pense qu'il est de notre pouvoir de l'alléger ou non. Savoir ce que l'on veut , vers quoi on tend et essayer de réaliser notre plus profond désir. Et
pourquoi pas , demander de l'aide , tout simplement. Avoir des projets , est un des remèdes contre la solitude. La peur de ....fait souvent agir et permet de se réaliser.


Tu ne crois pas que ton grèbe va se vexer d'être appelé " petit paon" ?


Belle soirée Papa oiseau avec toute ta couvée! Bisous

kasimir, dit pinson déplumé 30/08/2012 17:41



non non; il ne va pas se vexer :


c'est lui même qui m'a suggéré ce nom,


car il a aperçu d'autres spécimens plus largement dotés que lui


(mais dans ce domaine là aussi il n'y a pas que la taille qui compte !!!!!!!!!!!!! )


(et ne dit-on pas que tout ce qui est petit est joli ?)


Pour ce qui est de la solitude,


je pense que, bien loin d'être une maladie, une anomalie, un état déplorable, 


elle est l'état normal et sain de l'être humain accompli.


je m'explique.


A notre point de départ (la conception, puis la vie intra utérine)


nous vivons dans un état de fusion.


Toute la croissance va consister à sortir de cet état indivis


et à acquérir les capacités nécessaires pour assumer notre état d'être distinct.


Ce travail est long, et ne se termine jamais tout à fait.


Il arrive même souvent qu'il tombe en panne, échoue


et que le sujet abandonne ce projet ontologique, qui est sa raison d'être.


Je me demande même si l'abandon de ce projet n'est pas,


et de très loin, la chose la plus fréquente.


Si tel n'était pas le cas, les plages à la mode ne seraient pas noires de monde,


au point qu'on ne peut plus même trouver de la place pour y étendre une serviette,


alors que la majorité de l'espace d'un pays tel la France, est vide


au point qu'on parle du désert français.


Le "désert", je le trouve ici sans problème, à 150 km de Paris.


L'esprit grégaire chez l'humain est bien la preuve


qu'assumer son individualité n'est pas le souci premier de la majorité de nos contemporains.


Mais attention, solitude ne veut pas dire séparation des autres au niveau psychique.


C'est même tout le contraire.


Pour entrer véritablement en relation avec les autres, encore faut-il s'en être séparé.


Psychiquement, les êtres siamois sont légions.


Bisous, la Dédée !


 



Fan 29/08/2012 17:51


... car je n'ose pas crier "Kasimir" :-) alors Hugo c'est imposé, peut-être parceque j'ai un faible pour Hugues Aufray (82 ans) chanteur et que j'ai croisé ici à la gare de Lausanne, un
jeune homme, à la chevelure aussi volumineux que la tienne...


Belle soirée, Buchfink der Buchfinke...

kasimir, dit pinson déplumé 30/08/2012 17:16



82 ans, Hugues Aufray ?


Bin il est vieux...


Mais s'il est au frais, il va peut-être se conserver.


Ma chevelure ?


Comment sais-tu qu'elle est volumineuse ?


Ou lumineuse.


oui, vu sa couleur, en plein soleil, elle doit l'être un peu !


Je vais faire attention maintenant pour voir si le vent d'est ne m'apporte pas des échos venus de Suisse.


Avec 24 h de retard, je te souhaite aussi une bonne soirée, Fan de Lausanne !



gazou 29/08/2012 16:39


Moi aussi j'ai hâte de connaître ton rêve


Et je trouve curieux que l'on puisse "se mettre" avec quelqu'un uniquement pour ne pas être seul et je comprends bien ta réaction, je crois


souhaitons lui quand même de vivre une vie harmonieuse avec son nouveau compagnon

kasimir, dit pinson déplumé 29/08/2012 21:14



oui bien sûr


le bonheur de chacun, chacun en est juge


et il faut souhaiter le meilleur possible pour chacun.


Mais le  "prendre quelqu'un" pour ne pas être seul, existe bien,


et c'est même très fréquent.


Ma belle mère disait : "Chacun voit midi à sa fenêtre"


j'aimais bien ce proverbe


et j'aimais bien ma belle-mère.



Josiane 29/08/2012 16:03


Trop mimi ce "petit paon" Bah perso je me sens très bien comme je suis et j'apprécie ma liberté de plus  mes animaux sont une excellente compagnie!!!

kasimir, dit pinson déplumé 29/08/2012 21:09



Effectivement les animaux sont une présence ... efficace


et même trop !!!


J'en ai eu beaucoup ici , et de toutes sortes, pendant une dizaine d'années.


Mais je ne pouvais plus m'absenter, même un seul jour


La charge était excessive pour ma femme de s'occuper de tout ce monde.


Alors elle allait passer quelques jours à Paris de temps en temps (ce qu'elle aimait beaucoup) mais moi je restais là.


Jusqu'au jour ou je me suis décidé à me séparer d'eux tous, à l'exception de mes deux brebis (qui tondent l'herbe du matin jusqu'au soir chaque jour de la
semaine), et de mes abeilles.


Moutons et abeilles vivant dans une parfaite autarcie.


En fait, Josiane, chacun établit sa vie, et l'équilibre, comme il l'entend


et c'est bien ainsi.


 



fan 29/08/2012 15:34


... j'adore les couleurs de ce petit paon, et contre la solitude...? Je hurle "Hugo" par la fenêtre, mais personne répond ... :-) mais pas de poisson rouge chez moi!


Bisous de ta fan de Lausanne


 


 


 

kasimir, dit pinson déplumé 29/08/2012 17:07



Hugo ????


tu dois faire référence à ... une histoire qui m'échappe


tu sais : ma culture littéraire est très proche du zéro.


Faut que tu m'expliques !!!!!


Pas de poisson rouge chez toi


mais tu as des martinets : veinarde !


Bisous à mon artiste lausannienne !



telos 29/08/2012 15:22


oui être seule c'est être libre . parfois un manque de tendresse ou la douceur d'un regard me fait penser que je suis un peu prisonnière de ma liberté..


je la vis bien..très bien même.. sans recherche.je croise les autres sans les mettre dans mon cocon.


 

kasimir, dit pinson déplumé 29/08/2012 17:03



La liberté à un prix


élevé.


Un tout jeune arbre a besoin (parfois) d'un tuteur.


Mais imagine-t-on un chêne adulte qui aurait encore besoin d'un tuteur ?


Même les pieds de guimauve s'en passent.


Ce qui n'empêche les arbres voisins de mêler leurs chants, dans la joie du vent.


C'est ce que nous faisons sur les blogs.


Fuyons les cocons qui enferment.



Danielle 29/08/2012 14:36


Ce grèbe est vraiment très joli, j'aime beaucoup sa tête qui ressemble à celle du canard colvert, peut être la couleur, mais il est mignon tout plein. Tu sais, parfois on vit à deux et on se sent
encore plus seul qu'un solitaire comme toi. Unir deux solitudes à un certain âge, c'est moins facile que ce qu'on peut l'imaginer car on a ses habitudes et parfois il est très difficile de
s'adapter à celles de l'autre, d'harmoniser deux façons de vivre où chacun s'est habitué à "sa" façon. Quand on est jeune, on unit nos vies et on se crée des habitudes ensemble, tandis qu'à un
âge avancé ce n'est pas évident du tout, surtout si c'est pour faire en permanence la comparaison avec la vie qu'on a connue "avant". Je ne pense pas que ces unions puissent durer bien
longtemps, bien sûr il y a une présence, mais prendre de nouvelles habitudes c'est autre chose. Renoncer à sa liberté simplement "pour n'être pas seul" comme tu dis ??? Le jeu en vaut-il la
chandelle ? Je n'exprime que mon propre ressenti  et je te souhaite une bonne fin de journée. Bisous pinson. Danielle

kasimir, dit pinson déplumé 29/08/2012 16:58



oui, j'ai pensé au col vert


qui est vraiment un bijou à plumes.


Vivre "à deux"......


Pour rompre la solitude, croit-on.


Mais comme tu le remarques, elle peut fort bien se réinviter d'elle même.


C'est donc que le problème est plus complexe que ce que l'on imagine.


Une conception simpliste voudrait que :


un, c'est la solitude


deux, la solitude a disparu.


Mais notre "relation" à l'autre, ce n'est pas une question de mathématique.


Ni de présence matérielle.


Ni de dispositions juridiques.


Alors oui : quand on est jeune, on se lance sans réfléchir dans l'aventure


et on est persuadé que l'on va vivre le grand amour et nager dans  le bonheur.


Ouette !


Donc ta remarque est tout à fait juste.


Quand on a déjà vécu, on y regarde à deux fois.


Pourquoi certains décident pourtant de reprendre un compagnon de vie ?


A chacun de voir.


Pour moi, le choix est clair : c'est non.


Quel est cependant le "contenu" de cette solitude ?


C'est un autre problème.


Pour l'instant, dans quelques minutes,


je file à la Loire me pêcher une petite friture de gardons !


Bisous Danielle.


Bonne fin de journée pour toi aussi.



Anne6329 29/08/2012 14:06


Il est bien joli cet oiseau ... toujours le regard attendrissant ! Pour ce que t'a dit ta voisine ? Je dirais "mieux vaut être seul que mal accompagné" ... Je crois qu'il est difficile d'être
seul mais encore plus d'être accompagné dans un mauvais choix ! On ne prend pas un homme ou une femme comme un animal de compagnie ! Mieux vaut prendre un animal car jamais il ne déçoit ! J'ai
hâte de connaître ton rêve et j'espère que tu l'as mis noir sur blanc pour ne pas l'avoir oublié ! Lorsqu'un rêve me réveille il est bien rare que je m'en souvienne au réveil suivant ! Faudrait
mon petit carnet et crayon à portée de main et encore faudrait-il que je puisse me relire et là c'est pas gagné ! Je devrais me mettre à la calligraphie ... j'y pense ... j'y pense ! Bisous Kas
et @ presto

kasimir, dit pinson déplumé 29/08/2012 16:43



Oui : tout est difficile.


Il est difficile d'être.


Quelque soit notre situation de vie.


Surtout si l'on veut tout maîtriser.


Comme la vie d'une marguerite serait difficile si elle voulait gouverner le vent.


Or nous avons tellement de mal à accepter ce qui nous arrive chaque jour


que nous organisons une sorte de révolte quasi permanente qui nous épuise.


En vain : nous ne contrôlons pas le monde.


J'ai effectivement noté mon rêve :


c'est la seule façon de s'en souvenir, de l'inscrire dans notre mémoire :


il faut d'abord l'inscrire sur du papier


et assez clairement, car sinon, les images même s'effacent, et ça c'est très curieux.


A bientôt, Anne.