- Le salut de la famille perdrix -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

 

 

 

 

Je disais que j’étais sans désirs.

 

Ce n’est pas tout à fait vrai.

Hier, je voulais m’acheter une gomme,

car celle que j’avais tombait en charpie.

 

Je voulais aussi trouver du mascarpone et me faire un tiramisu,

pour me remonter le moral.

Car c’est un dessert qui tire l’ami su… dessus !

 

Je suis donc parti à la ville proche (20 km).

Tout était pour le mieux.

 

Ciel doux,  bleu clair, car chargé d’humidité.

Route facile au milieu des champs

où l’on ne risque pas d’être surpris par des chevreuils :

on les voit venir.

 

J’écoutais JSB : concertos pour pianos (… merci !).

 

A mi parcours, pas une seule voiture croisée.

Pistache ronronnait doucement.

Un instant de perfection, en somme.

 

Et pourtant j’éprouvais une sorte de tristesse.

Comme si quelque chose d’essentiel me manquait.

Mais quoi ?

 

Soudain, au milieu de la route,

à quelques 200 mètres,

un oiseau…

une perdrix peut-être, ou une caille ?

En général l’animal fuit très vite,

mais celle là semblait hésiter, ne se décidait pas à partir.

 

J'ai lancé un appel de phare pour l’inciter à se sauver.

Aucun effet.

 

J'ai alors réalisé qu’elle n’était pas seule !

 

 

 

 

.

 

                            

 

                    perdrix.jpg

 

 

  

 

 

 

 

 

Près d’elle, dispersés sur la route, 4 ou 5 minuscules poussins,

pas plus gros que des noyaux de pêche. 

C’est pourquoi la mère ne bougeait pas :

elle ne pouvait se décider à les quitter.

 

J'ai freiné pour lui laisser le temps de résoudre son problème.

Bien sûr tout cela s'est passé en deux ou trois secondes.

 

Elle réussit à les amener sur le côté gauche de la route.

Ouf !

Je suis passé, sans avoir le temps de voir de quel oiseau il s’agissait précisément.

 

Regardant alors dans le rétroviseur

j'ai vu que la mère oiseau était revenue au milieu de la route :

revenue pour aller chercher 5 ou 6 retardataires

qui ne s’étaient pas encore engagés sur la chaussée.

 

Mon dieu, quelle famille !

 

Et soudain j’ai eu peur :

Il s’en était fallu de bien peu

que je ne décime ce petit groupe d’êtres vivants !

 

 

 

 

 

 

*******

 

 

 

 

Mon insouciance au volant induisait un risque,

celui de blesser d'autres êtres.

 

J'ai alors réalisé combien j'étais égoïste.

Et- combien ma soi disant tristesse

n'était qu'une preuve de cet égoïsme.

 

Je me préoccupe des chevreuils, car je sais (par expérience !)

que si j'en percute un, je puis détruire ma voiture.

 

Mais je ne pense pas à ces petits animaux

qui ne me menacent pas

mais que je puis écraser.

 

En fait je ne pense qu'à moi !

 

La tristesse vient peut-être de ne penser qu'à soi....

 

Puis  j'ai réalisé que mes paroles aussi pouvaient blesser

 

et que mon insouciance,

quand je parlais,ou écrivais,

était tout aussi égoïste

et dangereuse pour les autres.

 

Je parle par exemple pour exprimer "ma" tristesse,

comme si ça allait me soulager,

mais sans me préoccuper des autres :

de l'effet que ça peut avoir sur ceux qui me lisent.

 

Et pour plaisanter,

c'est-à-dire m'amuser....

il m'arrive de dire des mots... qui font mal.

Sans même que je m'en rende compte.

 

 

........................

 

 

Je me suis alors promis

non seulement de rouler moins vite

de penser davantage aux risques que je fais courir à d'autres sur la route,

mais aussi de parler moins, et avec plus de retenue.

 

Et si j'ai fait de la peine à quelqu'un par mes paroles

j'en demande pardon à cette personne.

 

 

 

 

Bon...

 

je n'ai pas trouvé de mascarpone.

Par contre j'ai trouvé une grosse gomme, de 710 grammes.

Dessus était écrit : " for really big mistakes ".

  

Je me suis dis que c'était exactement ce qu'il me fallait.

 

En fait, à l'usage, gommer avec ce gros bloc n'est pas très aisé.

 

Je vais la couper en morceaux plus petits.

 

Si l'un de vous a besoin d'une gomme

même pour effacer une peine de coeur,

je lui en envoie un bout .

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

Commenter cet article

Esclarmonde 22/06/2012 12:46


Merci beaucoup pour ton beau commentaire ! Pour mon article, je ne comprend pas car j'ai déja six commentaires, le premier est apparu entre 8 et 9 heures ce matin, ce qui veut dire que
normalement il est visible. Belle après-midi

kasimir, dit pinson déplumé 22/06/2012 17:52



Juste avant de "partir à la ville"


je suis retourné sur ton  blog


et là je l'ai vu et lu.


Toi et Viviane, vous allez finir par me convaincre que ces " quat'ares"


sont décidément plus mystérieux que je ne pensais.


Il est vrai que je suis assez rebelle à l'histoire.


Je crois même que je vais les évoquer dans un petit carnet...


mais chut !



cagou 22/06/2012 11:45


trouve moi !plus tot mon livre!!!


"les vilains petits canard " de Boris Cyrulnik


tu aimes humilier les gens!


je suis d'accord avec Danielle,

kasimir, dit pinson déplumé 22/06/2012 17:41



Oh non Cagou !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


Si mes propos ont humilié quelqu'un, j'en suis vraiment navré,


et aussi malheureux que si j'avais écrasé un bébé perdrix !


Et si je l'ai fait, c'est bien involontaire.


Dis moi quelles sont ces phrases qui te font penser cela,


et je les retire aussitôt !  



Esclarmonde 22/06/2012 09:29


Tu n'es pas égoïste Kasimir, seulement en voiture, on est réellement déconnecté du rythme de la nature et au moins as-tu pu épargner cette sympathique famille perdrix. Moi, je me rappelle avoir
écrasé une fois un chien que je n'avais pas réussi à éviter, ça m'a boulerversé ! Passe une jolie journée d'été, bises


Esclarmonde

kasimir, dit pinson déplumé 22/06/2012 11:03



tu es gentille


mais bien sûr que que si je le suis


et nous le sommes tous.


C'est-à-dire que nous apprécions le monde en fonction de nous, et c'est bien normal.


Alors que signifie "n'être pas égoïste" au sens où tu le dis ?


Je pense ceci : c'est prendre conscience que nous ne sommes pas le nombril du monde,


ce que l'on croit assez longtemps,


mais qu'il y a d'autres êtres autour de nous, bêtes ou gens,


et c'est porter notre regard vers eux, penser à eux, nous soucier d'eux.


Alors le "centre du monde" se déplace,


nous ne le ressentons plus en nous, mais au dehors,


dans le regard d'un enfant,


dans le cri de détresse d'un oiseau qui a perdu sa mère.


Quand roulant en voiture tu as soudain rencontré ce chien,


tu as été mise devant ce fait d'une façon soudaine, brutale, et tu en as été bouleversée.


L'égoïsme, c'est notre point de départ.


S'en éloigner, progressivement,


et prendre conscience du monde, et en être ému, c'est une longue évolution,


et c'est en nous, le travail de l'amour.


Bonne journée à toi aussi, Esclarmonde.



telos 22/06/2012 08:32


un petit plaisir en vaut un grand parfois.moi j'ai failli en campagne percuter une voiture..j'allais un peu vite..bahhh.

kasimir, dit pinson déplumé 22/06/2012 10:47



à bien réfléchir


je crois qu'il n'y a pas de petits plaisirs,


et d'autres qui seraient "grands "


ça voudrait dire quoi : "grand" ??????


Il y a par contre des plaisirs dangereux


et celui de la vitesse en est un.


J'ai eu plusieurs "DS"


elles étaient mes déesses, si tu vois ce que je veux dire.


Mais j'ai beaucoup changé.


Je roule aujourd'hui à peu près deux fois moins vite qu'aux temps chauds.


Ai-je moins de plaisir ?


je ne crois pas.


Bonne journée Telos.



annielamarmotte 21/06/2012 22:02


j'ai bien fait de venir tout celà est charmant........

kasimir, dit pinson déplumé 22/06/2012 10:40



C'est une grande joie de voir Marmotte !



cagou 21/06/2012 21:38


et les vilains petits canards ! tu enfais quoi??



kasimir, dit pinson déplumé 22/06/2012 10:39



Je n'ai jamais trouvé que les petits canards étaient vilains


tout le contraire : je les adore, ils sont absolument craquants.


Mais as-tu lu ce que Danielle explique pour leur venir en aide ?


C'est un engagement énorme, cela demande un dévouement considérable,


et si parfois ça marche, d'autre fois ça ne marche pas


et malgré tous les efforts de la personne qui vient en aide à tel ou tel animal blessé, perdu,


il arrive que ça rate.


Celui qui est venu an aide sort de cette aventure... le coeur blessé lui aussi.


Il arrive même que le petit canard


(qui n'est pas du tout vilain, mais tellement angoissé)


refuse l'aide.


Cela se comprend : il a peur de tout être qui s'approche de lui.


Et si au lieu d'être un petit canrd c'est un oiseau au bec pointu


il arrive même qu'il blesse celui quie essaie de lui venir en aide.


Tu vois, Cagou aider 


(ce qui est le même mot qu'aimer, à une lettre près)


ce n'est pas facile.


Chacun fait ce qu'il peut.


Il arrive que l'on doive renoncer.


Il arrive aussi, parfois, que ça marche


et là c'est une très grande joie : c'est la fête de la vie !



cagou 21/06/2012 21:34


c'est bon pour la cuisine!tu as trouvé!


Lili dit comme moi;que la creme na rien a voir avec le mascarpone!!!!

kasimir, dit pinson déplumé 22/06/2012 10:25



OK


et oui, je ne suis pas un artiste de la table


merci vous toutes : vous me sauvez la vie !!!!!!!!!



Danielle 21/06/2012 20:49


Je reviens lire ton article et les commentaires et je vois que tu n'as pas pu sauver des petits canards orphelins, on parle de canards nouveaux-nés. Alors, si l'occasion venait à se présenter, il
faut tout d'abord prendre une petite caisse, y mettre de la paille pour qu'ils puissent y rentrer la nuit. Cette caisse sera chauffée par une ampoule assez faible et placée un peu haut de façon
qu'ils ne puissent se brûler à son contact. Ca remplace (un peu) la chaleur de la mère absente. Ensuite, première nourriture : des petits escargots que l'on trouve dans tous les jardins, sur les
plantes, dans l'herbe, partout (nous en avons beaucoup sur les fenouils, on les appelle souvent "escargots blancs"). Donc on écrase ces escargots sans les sortir de leur coquille, les canards
s'en chargent eux-mêmes, ensuite salade verte (laitue) hachée ou coupée très finement, pain trempé dans l'eau et bien pressé puis émietté. Voilà, au bout de 3 semaines environ, on peut y aujouter
des granulés pour poussins, du blé aussi. Mettre à leur disposition un grand plat de 5 cm de hauteur environ, rempli d'eau, qui leur servira pour le bain et pour boire. Il est prudent d'y placer
une pierre qui leur facilitera la sortie (un escalier en somme). Voilà, ce n'est pas bien compliqué et ... efficace ! Nous, on leur donnait aussi des anguilles bouillies et "émiettées",
maintenant elles sont rares ... et chères, mais on peut faire sans ce précieux apport. Alors, si tu rencontres des petits canards esseulés, tu peux y aller sans crainte !!! Bisous du soir.
Danielle

kasimir, dit pinson déplumé 21/06/2012 21:02



bon, ça y est, maintenant j'ai le mode d'emploi !


je vais noter tout ce que tu me dis


ce qui leur manquait le plus c'était sans doute la chaleur


et ensuite une alimentation adaptée


bon, je vais surveiller


Merci et bisous Danielle,


et bonne nuit



lylytop 21/06/2012 14:25


je pense pas avec de la crème, car le bon gout de cette crème vient du mascarpone, ne change a rien peut être au niveau des gateau histoire de changer le goût hier j'ai vu au lieu de mettre du
café ils ont mis en miette des sablé ou spéculos, faire une crème caramel avec de la crème et la mettre sur les gateau et ensuite le mascarpone cela m'a donné des idée je crois que je vais
essayer


bises et merci de cet echange culinaire


lyly

kasimir, dit pinson déplumé 21/06/2012 20:59



alors si mon blog devenait un lieu d'échanges culinaires, ça ça serait un comble !


Cet apm, je suis reparti " à la ville "  (car je suis têtu )


et cette fois j'ai trouvé du mascarpone


alors peut-être que demain je vais me lancer


je dirai le résultat !!!!


bonne soirée Lyly.



mima 21/06/2012 09:29


 Kasimir, tu as failli gommer la famille perdrix  ... mais tout est bien qui finit bien !


Bonne journée pinson

kasimir, dit pinson déplumé 21/06/2012 11:19



Bonne journée, la bretonne


Salue pour moi l'océan, et toutes les mouettes qui volent dans le ciel.


Les mouettes qui jouent dans le vent...me manquent !


Mais je crois qu'elles voleront toujours dans mon coeur.



cagou 21/06/2012 08:16


pour moi ces la gomme entiere !!!!


mais une vraiment enorme!!!!


ahhhh zut....je tes reveillé


te crois que tu pourras; gommé


bisousssssss pour me faire pardonner de bon matin!

kasimir, dit pinson déplumé 21/06/2012 11:16



tu es pardonnée car il n'était pas vraiment très tôt


il était même largement l'heure que je me lève !!!!


Une grosse gomme ?


Aurais-tu tant de choses que ça à gommer ?


Je sens que je vais devoir retourner chez le marchand !


Bisou et bonne journée Cagou.



Mari j o 21/06/2012 00:32


Bonsoir pinson déplumé,


Et bien je dois être moi aussi égoïste car je n'ai jamais perçu de la tristesse en toi. Comme quoi on ne fait jamais assez attention aux autres, même si nous y
sommes attentifs. Mais sans le vouloir nous sommes tous un peu égoïstes et même hypocrites. Je déteste hypocrisie mais la grande et la trop grande car dans la vie nous sommes parfois obligé
d'être hypocrite.


Quant à l'égoïsme, là aussi nous croyons ne pas l'être mais je crois que c'est ancré dans l'être humain dès sa naissance. Nous le sommes tous tous un peu et
pour ceux qui ne le sont qu'un peu (comme moi) et qu'il n'y pense même pas et bien il suffit qu'un pinson vienne siffler pour que l'on s'aperçoive ou que l'on nous rappelle que nous avons une
petite part d’égoïsme en nous. Pour ceux qui cultivent l'égoïsme, n'en parlons pas.


Par-contre, de la tristesse dans ton récit, je la ressens bien. Mais c'est la première fois. Et puis, il suffit d'un petit animal sur notre route pour nous
remettre un peu de baume au cœur et faire envoler cette tristesse ou du moins une partie.


Bon alors toi aussi tu n'as pas trouvé de Mascarpone. Il doit être en rupture car avant-hier en faisant mes courses je n'en ai pas trouvé et je voulais aussi
faire un Tiramisu. Pas grave, j'ai fait de la mousse au chocolat avec des petits biscuits maison.


Un p'tit bout de gomme pour effacer les peines de cœur ; Bien jolie phrase mais il y a bien longtemps que je n'ai plus de peine de cœur. Par-contre un
p'tit bout en souvenir de notre bon pinson, je veux bien. Même s'il est tout petit car il pourra effacer la tristesse qui m'arrive parfois sans crier gare même si c'est un jour emplit de bonheur
par le manque de mon petit-fils décédé à, à peine deux mois ; par le manque de contact de mon petit-fils de 15 ans que ma fille et mon gendre ne veulent pas que l'on se voit car je me refuse
d'être une banque, et la tristesse de savoir ce petit-fils malheureux qui me téléphone en cachette car lui nous aime beaucoup et voudrai venir vers nous. Il se plaît beaucoup chez nous. Cette
tristesse là, si ta gomme peut me l'effacer à jamais j'en veux bien un tout p'tit bout car se serait égoïste de la vouloir entière rien que pour moi sachant que beaucoup de grands -parents
souffrent de ce problème avec leurs enfants concernant leurs petits-enfants.


Bon, et bien je n'ai pas encore eu le temps de continuer l'aventure de Gazelle. Mais je ne l'oublie pas. Je me remémore son voyage jusqu'à ma dernière
lecture.


Bonne soirée et bise à toi pinson déplumé et souhaite que cette tristesse ne dure pas trop longtemps.

kasimir, dit pinson déplumé 21/06/2012 11:09



Oui c'est vrai, Mari Jo, il suffit parfois de rencontrer un tout petit animal pour que la journée s'éclaire, ou plutôt que de la lumière inonde notre
coeur, nous redonne confiance en la vie et en l'amour.


Ce peut être une coccinelle qui monte au bout de notre doigt et s'envole !


Ce peut-être une fourmi en train de se noyer  et que l'on sauve en la faisant grimper le long d'un petit bâton.


Toi, pas de peines de coeur ?


Et bien en voilà deux bien lourdes : ton petit fils, dont la vie a si vite été interrompue


et cet autre petit fils de 15 ans que tu ne peux voir


en effet tu n'es pas toute seule à connaître ces cruelles privations.


Alors, c'est O K pour la gomme, je vais t'en réserver un petit morceau.


Il pourra au moins servir pour tes dessins.


Quand j'en fais un, souvent je fais un trait de crayon, ensuite je le repasse à l'encre, et là j'efface le crayon.


Bisous Mari JO


bonne journée.


 



hélène 20/06/2012 18:16


Jolie anecdote comme tu les racontes...simplement..


Je ne vois pas en quoi tu serais égoïste?  Toi qui partage ton savoir tellement varié que je m'y perds souvent....


 


Tu es une véritable encyclopédie...voudrais-tu rivaliser avec Google???? Je te taquine, car je connais ta pudeur, et je ne peux te dissuader de continuer, comme tu ressens, , nous on s'adapte.


 


J'ai déja 4 gommes...je crois que c'est suffisant pour un bout de temps....


 


 


Je t'embrasse


hélène 


 


 


 

kasimir, dit pinson déplumé 20/06/2012 20:42



 


Oh que tu es bonne avec moi !!!


Il y a probablement un petit malentendu entre nous (entre nous tous, pas toi seulement) quand nous parlons d'égoïsme.


On donne souvent (toujours même) un sens moral à ce mot.


Ce ne serait pas "bien" d'être égoïste, et chacun de se défendre de l'être.


C'est pas beau, c'est vilain, et pour les "croyants", c'est un péché.


Tu parles !


Le croyant qui cherche le pardon pour ses péchés, dans le souhait du salut de son âme. pour qui se fait-il du souci ?


Mais pour lui bien sûr, pour sa petite âme !


Si c'est pas de l'égoïsme ça, c'est quoi ?


Tant qu'on projetera sur ce mot une condamnation "MORALE", on ne pourra pas comprendre de quoi il
retourne.


Si j'ai mal aux dents, et si je remue ciel et terre pour trouver un dentiste, c'est bien une préoccupation , en un sens, égoïste".


La belle affaire.


Oui, j'ai mal, et je cherche comment être soulagé.


Si je souffre moralement parce que ma femme me trompe,


c'est pareil, c'est aussi de l'égoïsme.


Je me préoccupe de cette carie qui vient creuser un trou, où ?


dans la belle idée que j'avais de moi ,


et altérer la belle image (de moi) que je voulais donner aux autres.


Dans la plupart des cas, je suis entouré par mes soucis (égoïstes).


Si j'osais parler de mes "soucis" en tant que blogueur, il en serait probablement de même.


Mais je vais bien m'en garder.


En fait, l'égoïsme est assez comparable à ce qu'est, sur le plan physique, la gravité.


Un caillou laché retombe vers le centre de la terre.


Moi, je retombe toujours vers le centre de mon moi.


ça n'a rien d'horrible : c'est simplement comme ça.


Ce que nous appelons l'Amour (avec un grand A)


c'est justement ce qui va nous éviter de retomber sur notre moi.


C'est cesser de me faire du souci pour mon moi


et s'en faire pour l'autre.


Ce n'est pas une chose acquise.


C'est ce vers quoi nous pouvons essayer d'aller.


Mais ce n'est pas gagné.


Ce n'est jamais gagné :


tant que nous sommes vivants, la pesanteur de notre moi s'exerce.


Il n'y a pas plus de honte à reconnaître cela


qu'à reconnaître que nous ne sommes pas des oiseaux.


Quand j'explique quelque chose que je sais, évidemment je ne suis pas égoïste^,


mais au fond de moi il y a mon petit moi qui se réjouit de la belle image que je vais donner de moi mêm.


L'ego trouve toujours son compte !


Faut le laisser, ce petit : qu'il en profite un peu.


ça lui passera le jour où je vais mourir.


Allez, bisous Hélène.



sittelle 20/06/2012 16:24


Tu ne nous fais jamais de peine, bien au contraire... j'ai vu des petits canetons orphelins l'autre jour, en fil indienne; le temps de faire demi-tour correctement, ils avaient disparu; ils
descendaient de l'étang, je pense, et allaient traverser la nationale... pas revus, j'espère qu'ils vont bien...  bonne fin d'après-midi, bisous

kasimir, dit pinson déplumé 20/06/2012 18:53



J'ai souvent observé des nichées de cols verts


En général 12 petits


entre les accidents et les prédateurs, souvent il en reste 2


parfois plus, mais c'est rare


j'ai souvent essayé de nourrir des petits orphelins


mais j'ai toujours échoué


peut-être que je ne sais pas m'y prendre.


Bisous l'oiseau bleu.



fan 20/06/2012 14:07


... ouf, tu m'as fait rire, oui, je veux bien un morceau de ta gomme, non c'est n'est pas un gros chagrin, mais toute même...! Merci pour cet article, il me rechauffe le coeur!


Belle journée, Kasimir, je t'embrasse

kasimir, dit pinson déplumé 20/06/2012 18:48



pas un gros, mais tout de même.....


alors je vais proportionner la taille du morceau de gomme !


Je t'embrasse, l'artiste.



Sounick 20/06/2012 13:28


Une scène de vie quoi ! Un court métrage en mots !!! Mais non tu n'es pas égoïstr Kasimir ! oh que non ! Je reviendrai voir l'image (elle ne s'affiche pas pour l'instant) mais bravo pour cette
description pleine de charme ! J'aime bien ... c'est simple et mon cerveau ressent l'état d'esprit du narrateur ! Bisous mon Pinson

Pour ce qui est 20/06/2012 18:40



oh que si !!!!!


je pense même que c'est le fond de l'être vivant :


il défend son moi.


Même les arbres, même les brins d'herbe.


Ce qui devrait être le propre de l'être humain c'est....


d'abord de prendre conscience de ce fait


et dans un deuxième temps de passer à une autre étape


qui serait de reconnaître en l'autre un prolongement de lui même.


C'est sans doute ce glissement de "moi" à l'autre qui mérite d'être appelé l'amour.


Le désir sexuel n'étant, 99,9 fois sur 100, que la manifestation d'un désir égoïste.


Lui aussi, ce désir, a besoin d'être humanisé, mais ça c'est une autre histoire.


Pour ce qui est de l'évènement lui même, je me dis que ce doit être impossible de capturer  ces images là : il faudrait être prêt à chaque seconde de
mettre la caméra en route


Et je me demande comment font les photographes animaliers.


ça sera ta prochaine vidéo ????


bisous, Sounick



Éric G. Delfosse 20/06/2012 13:02


Coucou, suis de retour (au milieu d'une période où je me fais discret).


Non, merci, une gomme, j'en ai (et même quelques-unes)...


Mais je veux bien un peu de tirami-sù... Sais pas, moi... En remplaçant le fromage par de la crème à 40%MG, par exemple ?


Bon soleil !

kasimir, dit pinson déplumé 20/06/2012 18:26



Attention


ce n'est pas de la gomme à mâcher !


Pour le T, si on met de la crème


ce ne sera pas l'ami carême !



mamiekeke :0026: 20/06/2012 12:03


 


Cela s' appelle des gifs ha ha ha , c' est tout , quand aux superlatifs


je ne vois pas de quoi tu parles ? moi abusez du langage français ha ha ha


non non pas du tout que nenie ha ha ha ..


 


Je t' embrasse mon Kasimirnounet à très bientôt .


Renée (mamiekéké).



kasimir, dit pinson déplumé 20/06/2012 18:23



des gifs ????


à ne pas confondre avec des gifles je suppose


ni des pifs


ni des bif  (teks)


ni le cif  (ammoniacal)


ni le kif, qui se fume à Tanger


ni les tifs (que j'ai trop longs)


ni les vifs qu'utilisent les pêcheurs.


et le mot de la nif


c'est que c'est vraiment pas dif


t'as le bisou de ton Kasimirnounet !



Danielle 20/06/2012 11:15


Ton article ce matin déclenhe en moi deux réactions. La première c'est lorsque tu dis que la tristesse vient peut-etre de ne penser qu'à soi, que c'est de l'égoïsme. Là je ne suis pas d'accord,
au contraire. La tristesse peut être déclenchée par tant de sentiments différents mais elle n'est pas le fait de ne penser qu'à soi, non ! Elle peut provenir de tant de choses, d'un manque, d'une
blessure, d'un vide, d'une absence, de mots qui ont fait mal dits ou reçus. Mais je crois qu'il faut en parler, l'exprimer, ne pas la garder en soi car elle ne peut alors que s'amplifier et
ronger de l'intérieur ... Quant à la maman perdrix et ses petits, quels souvenirs. Un jour nous promenions dans la garrigue, parmi les chênes kermès quand j'ai aperçu un oiseau minuscule, de la
grosseur d'une noix qui poussait de faibles cris et qui avait un morceau de coquille collé à l'aile : une perdrix rouge qui venait de naitre. Autour, aucun oiseau. Je l'ai prise dans ma main et
elle s'est aussitôt endormie. Nous avons cherché en vain le nid, rien pas de perdrix adulte ni d'autres oeufs ! Bien entendu nous l'avons ramenée à la maison, un de plus à élever (lol). Nous
avons réussi à la sauver en maintenant une température élevée pendant plus de 15 jours. Mais, résultat, elle était toujours derrière moi, elle me prenait pour sa mère et nous avons fait un bout
de chemin ensemble (quelques mois). A table elle était sur mes genoux, devant la télé elle se blotissait dans mon cou ou se glissait dans mon décolleté (!). On s'aimait beaucoup. Elle voletait
dans notre petit jardin mais un jour elle a volé jusqu'au faîte du toit et a disparu. Malgré nos recherches nous ne l'avons pas retrouvée, l'étang se trouvant juste contre notre clotûre, je
suppose qu'elle est tombée du toit dans l'eau. Quelle peine ! Ca c'était juste pour l'anecdote ! Pour en revenir à ton article, parler moins ? pas nécessaire je pense car ça prouve que tu es
humain, plus de retenue ? Je pense que parfois tu te retiens trop justement car tu fais preuve d'énormément de patience envers certaines expressions blessantes, alors je crois qu'on ne peut pas
tout accepter non plus ! Sinon cela devient de la soumission en quelque sorte, personnellement je continuerai à m'exprimer selon mon ressenti, je ne sais pas faire autrement ... Par contre, si ta
gomme sert à effacer les peines, alors j'en veux bien un morceau !!!!!!!! Bisous et bonne journée pinson. Danielle

kasimir, dit pinson déplumé 20/06/2012 18:07



Tu as peut-être raison.


C'est un sujet difficile, et il faudrait prendre beaucoup de temps


pour peser le pour et le contre.


Mais pour défendre mon point de vue, je dirai que si on se fait du souci pour les autres, ce n'est pas de la tritesse que l'on ressent, mais de la
souffrance, de l'angoisse partagée, ce qui n'est pas du tout pareil.


C'est en somme le négatif de la joie que l'on éprouve quand on voit que ceux que l'on aime sont heureux, qu'il leur arrive de bonnes choses.


Regarde d'ailleurs dans ce que tu dis... tu me donnes un peu raison !


Je reprends tes mots :


Elle (la tristesse) peut provenir ... d'un manque,


d'une blessure, d'un vide, d'une absence,


de mots qui ont fait mal dits ou reçus.


Je comprends bien quelle vient là en référence à quelqu'un


(l'autre qui m'a blessé, qui ne me donne pas ce que j'attends,


par exemple les marques d'affection que j'espère,


qui n'est pas là quand je souhaiterais sa présence,


qui m'a dit des mots qui font mal,


et qui peut-être est carrément absent (le vide).


Soit , c'est en rapport avec un autre.


Mais qui souffre ?


Moi !!!!!


C'est de MA souffrance dont je me préoccupe !


Pardonne moi de dire ce qui suit :


quand meurt un être aimé, celui qui reste a un immense chagrin.


Mais passé un certain temps qui correspond au choc immense que représente ce départ, celui qui reste n'a
pas vraiment lieu de plaindre celui qui est parti.


Durant sa malaldie, certes il a souffert, il a été profondément angoissé,


mais là, maintenant, il ne l'est plus.


On le dit d'ailleurs : il ne souffre plus.


Alors nos plaintes ne sont plus justifiées par rapport à lui.


Celui qui souffre de l'absence, ce n'est pas lui, c'est nous,


c'est moi, l'endeuillé. .


Notre souci alors, notre souffrance, c'est nous !


Et la profonde tristesse est bien en rapport avec nous .


C'est bien de nous dont nous nous occupons.


Cela n'a plus rien d'altruiste.


Je sais, voir les choses ainsi, c'est brutal.


et tellement contraire à notre vision habituelle.


Le manque, c'est moi qui l'éprouve, pas celui qui est parti.


Pardonne-moi, j'ai été trop long.


D'autant que tu dis d'autres choses.


Ton récit concernant la petite perdrix est passionnant.


Quel dommage que tu n'ais pas de blog !


Tu devrais écrire cette histoire


et tu dois en avoir tellement d'autres.


 


Pour ce qui est de la parole, plus je te lis, ou plus je réfléchis,


plus je me dis qu'à la fois elle est terriblement puissante,


et à la fois qu'elle est terriblement dangereuse.


Ce n'est pas une raison pour se taire, évidemment.


Seulement de faire attention à ce qu'on dit.


Bonne soirée Danielle.


Bisous.



Bernadette Buff 20/06/2012 10:38


J'aime bien votre article, il réchauffe le coeur.

kasimir, dit pinson déplumé 20/06/2012 12:32



ah merci !


c'est vrai que cet incident m'a... remis en question


et en même temps remis en selle :


obligé à être plus présent à ma vie, je veux dire plus présent au monde,


plus attentif à ce monde merveilleux qui est autour de nous,


et infiniment plus vaste que nous.


Ma "tristesse" était due à ce que je vivais (pensais, sentais)


 comme se j'étais le centre du monde.


Et là, soudain, le centre du monde était hors de moi !


Quel soulagement, et quel émerveillement !


Et quelle responsabilité.


Le monde n'était plus fait pour me servir.


Mais l'inverse.


N'est-ce pas déjà une chance extraordinaire que j'y soit admis ?



gazou 20/06/2012 09:50


Mais c'est une gomme magique, elle efface même les peines de coeur...elle efface toutes nos erreurs..Vite, s'il te plaît, un petit bout...Nous voilà sauvés

kasimir, dit pinson déplumé 20/06/2012 12:18



oui oui !


elle est très douce


et elle est verte (écolo ... ).


Elle était énorme


j'ai d'abord cru que c'était de la pâte d'amandes


mais la vendeuse m'a dit : non non, c'est de la gomme !


enfin un remède miracle !


 



erato:0059: 20/06/2012 09:43


Nous sommes tous plus ou moins égoistes ...... Le principal est d'en être conscient et d'essayer , sincèrement d'y remédier. Mais il ne faut pas non plus, s'habiller en noir de tous les maux
.


Les moments vides inconsistants existent pour tout le monde . C'est pour cela que le hasard( tu l'appelleras comme tu veux) t'a envoyé la caille et ses petits ....... et tu as fait ce qu'il
fallait ! Et tu as été heureux . 


C'est bien de parler ...... On partage les moments heureux comme les tristes ..... Nous sommes là pour écouter .


Tes résolutions sont sages ........Tu devrais les écrire pour t'en rappeler!!!


Je veux bien un tout petit bout de ta gomme !!


 


J'aime beaucoup ton aquarelle ..... Peux-tu me peindre mes oursons ?


Je te souhaite une belle journée colorée et riante.


Bisous Pinson

kasimir, dit pinson déplumé 20/06/2012 12:14



O K ...


OK ....


je vais les écrire sur mon mur


(mes murs sont toujours en plâtre, alrs j'écris dessus quand je veux me rappeler quelque chose : c'est très pratique !)


Peindre tes oursons, mais ils sont adorables,


et je ne suis pas sûr que la maman ours me laisserait faire, elle n'a pas l'air commode.


Mais où as-tu photographié ces petites bêtes ?


ne me dis pas que tu as été au Tibet !


ok pour la gomme !


Bisous de pinson.



lylytop 20/06/2012 09:16


un tiramisu j'adore et quand je le fait tout le monde l'adore


bises


lyly

kasimir, dit pinson déplumé 20/06/2012 11:51



et tu mets de la crème dedans ?


je me suis demandé si j'allais faire ça pour remplacer le mascarpone


mais ce n'est peut-être pas une bonne idée


bises de pinson



mamiekeke :0026: 20/06/2012 09:04





 


Mais c' est gentil tout plein cette petite histoire et finalement tu n' as bléssé personne , c' est là le principal , de plus ton charmant dessin illustre fort bien ta jolie histoire
.


 


Bravo mon Kasimir adoré , tu te surpasse et j' aime ça .


 


Gros bisous marseillais (sous une ondée fort orageuse )


ton peit lookum marseillais .


Renée (mamiekéké).


 






kasimir, dit pinson déplumé 20/06/2012 11:43



oh, lookoum marseillais, tu es vraiment la reine des images qui bougent (je ne sais comment ça s'appelle) et aussi des superlatifs : dis-moi, tous les
marseillais sont comme toi ? et bien ce doit être une ville où on ne risque pas de s'ennuyer. Merci pourt toutes tes gentilles paroles et je te fais un gros bisou.