Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

- Au monde des oiseaux : le Bruant Zizi -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

Oui je sais , j'ai à vous parler encore du canari

et de son petit cerveau qui nous a appris de bien belles choses,

de quoi renverser quelques-une de nos déjà anciennes certitudes

qui étaient sur le point de devenir des dogmes.

 

Mais voilà, je ne suis guère en forme ces jours-ci,

plutôt envie de bricoler,

ou comme me l'a dit un de mes petits fils,

à une époque où lui même fabriquait de nouveaux mots,

l'envie me prend, dans ce cas de bas étiage,

l'envie me prend de "fabricoler" quelque chose.

 

Alors j'invente des objets curieux.

Une de mes belles filles les as vu et m'a demandé : à quoi ça sert ?

La question m'a surpris : je n'en ai aucune idée.

Enfin...

bon, passons !

 

L'envie m'a prise également de faire un petit carnet sur les oiseaux.

Et beaucoup d'autres carnets encore, sur divers sujets.

 

Si le bon dieu veut bien ...

j'ai de quoi m'occuper encore quelques siècles.

Ma caisse de retraite va pas être contente,

mais moi si !

 

Bon, pas grand chose d'autre à vous dire de plus aujourd'hui,

mais ça m'ennuyait de ne rien vous dire du tout.

 

Heureusement je viens de recevoir une proposition :

un gentil petit oiseau a manifesté son désir de se présenter lui même.

Alors je lui laisse la parole.

 

 

 

 

                               oiseau-bruant-zizi.jpg

 

 

Qui suis-je ?

 

Je suis un bruant ZIZI.

 

Pourquoi ce nom ?

 

Et bien, écoutez mon chant :

 

zizizizizizi .......zizizizizizi .....zizizizizizi .......

 

certains osent dire que je suis simplement bruyant, d'où mon nom,

 

que je ne fais que des stridulations,

 

des séries de notes aiguës et perçantes, presque métalliques,

 

mais sachez que ce sont des trilles composées de 6 notes, ou plus, 

 

et qu'il s'agit de mon chant d'amour !

 

 

 

Je suis un petit passereau d'environ 20 grammes.

 

On pourrait m'envoyer par la Poste

 

mais je me débrouille très bien tout seul.

 

Je vis dans toute la zone méditerranéenne, où je suis sédentaire.

 

Ce qui ne m'empêche pas de me promener,

 

et de monter au Nord jusque sur les côtes sud de l'Angleterre.

 

 

 

Mon nom latin est adorable : Emberiza Cirlus !!!!!!

 

Les English m'appellent : Cirl Buntling.

 

Allemands, Italiens, Espagnols, je sais pas.

 

 

 

A quoi je ressemble ?

 

Je connais un pinson qui me prend pour un moineau.

 

Il ne doit pas avoir une très bonne vue.

 

C'est vrai que j'ai la taille d'un petit moineau,

 

et un peu le même plumage.

 

Mais j'ai du jaune de ci de là

 

et en particulier des raies jaunes et noires sur la tête.

Et un peu de vert olivâtre sur la poitrine.

 

 

Je suis moins jaune que mon grand cousin, le bruant jaune.

 

Son nom latin est beau aussi : Emberiza Citrinella.

 

 

 

 

Mon bec robuste et légèrement recourbé

 

vous fera comprendre que je suis un granivore.

 

J'adore les semences des graminées.

 

Mais enfin... une petite sauterelle de temps en temps... pourquoi pas ?

 

 

Je suis un peu méfiant avec les hommes.

 

Par contre j'aime la compagnie des autres passereaux,

 

des autres bruants, et même des pinsons !

 

 

 

 

J'aime les grands arbres,

 

mais aussi les vergers, les bosquets, les taillis, les clairières, les jardins,

 

le bord des rivières, les lieux ensoleillés.

 

Dans les régions vallonnées, je préfère les pentes au sud !

 

 

 

Mais pour construire en toute sécurité mon nid d'herbes sèches,

 

il me faut des buissons, des broussailles, des haies..

 

Alors, s'il vous plaît, laisser m'en un peu.

 

 

 

Merci.

 

Au revoir.

 

zizizizizizi .......zizizizizizi .....zizizizizizi .......

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans oiseaux

Partager cet article

Repost 0

- Le monde arrive dans nos boîtes aux lettres -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

Une boîte aux lettres

 

c'est comme le panier d'osier

 

que le pêcheur plonge dans la mer,

 

comme la batte d'un chercheur d'or

 

qui y fait tournoyer le sable,

 

comme une antenne radar

 

qui ouvre ses oreilles pour écouter l'univers.

 

 

 

J'avais presque perdu l'habitude d'aller vers la mienne. .

 

Maintenant j'attends l'heure de la factrice,

 

je guette sa petite voiture jaune !

 

Et c'est avec émotion que j'ouvre la petite porte verte.

 

 

Parfois... il n'y a rien.

 

 

Parfois, mon coeur bat en retirant l'enveloppe

 

posée là comme une vaisseau spatial sur un cosmodrome,

 

et j'examine le pli, cherchant à deviner.

 

             

 

timbres.jpg

 

 

 

 

Parfois  je découvre tout de suite le nom de l'expéditeur.

 

Parfois  le suspens durera jusqu'à l'ouverture de la cage de papier.

 

 

Et me voici propulsé  loin de mon petit chez moi !

 

Le long du canal du midi.

 

Qui a encore ses platanes, mais pour combien de temps ?

 

 

 

                     canal-midi.jpg

 

 

 

 Ou interrogé par une calligraphie énigmatique

 

 

                                                                 

                                         calligr.jpg

 

                                                                 

 invité  à Arcachon... et soudain s'élève une valse, un concerto..... 

  kiosque.jpg

 

 

 

hissé sur les flancs d'un  volcan...

la preuve :

 

vesuve-3.jpg

 

 

 

 

 

mais parfois, même à l'ouverture...

 

je ne sais d'où vient la missive

 

pas de signature

 

juste un petit coucou... de la montagne

 

où les marguerites contemplent le soleil

 

comme si elles étaient des tournesols....

 

 

 

 

marguerites-2.jpg

 

 

en prévision de la nuit qui va venir

 

je reçois parfois une fée

 

qui me bercera...

 

 

 

lune.jpg

 

 

 

 

et je trouve enfin le fin mot de l'histoire

 

une flêche postale...

 

 

 

                       mk-fleche-postale.jpg

 

 

c'est elle qui m'a amené tous ces trésors

 

mon âme  en tremble encore.

 

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

- écho volcanique et floral - Vésuve et Glaïeul -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

 

D'Hélène j'ai reçu

l'image d'un tableau qu'a peint un de ses amis.

 

 

 

 

Je vous le fait voir car je le trouve remarquable.

 

Les deux personnages pourraient représenter le jour et la nuit

mais j'aime à penser qu'ils évoquent Lydie et Ophélie....

 

 

 

                              volcan-vesuve-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

Hélène me joint un bouquet de glaïeuls, ma foi assez original

et qui ne manque pas de panache.

 

Voyez plutôt:

 

 

 

                                                       glaieuls.jpg

 

 

 

 

 

Dans ma boîte aux lettres attendait un carte postale  du Vésuve en direct,

envoyée par Vulcain en personne

à moins que ce ne soit par... **

 

 

 

 

 

vesuve-emma.jpg

 

 

 

 

 

 

Alors là, j'en ai le souffle coupé.

 

Je ne savais pas que le cratère était demeuré béant. 

 

Mais il y a peut-être eu, des éruptions depuis l'an 79.

 

Voir ainsi cette narine de la Terre, béante, est très impressionnant.

 

Qui serait partant pour une expédition ?

 

Et on descend dans le fond, bien sûr.

 

Ha, il faut quelqu'un qui reste au bord pour tenir la corde... ?????

 

Bon, je me dévouerai !  

 

 

 

Ciao !

 

 

 

 

 

***

 

                         

Publié dans promenades nature

Partager cet article

Repost 0

- Le domaine immense du Rêve - 2 - Le dernier jour de Lydie et d'Ophélie : le 24.08.79 -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

 

 

Lydie et Ophélie.   

 

 

 

 

 

 

 

Qu'elle est donc brève notre vie ! 

 

Pourquoi si vite s'écoule le temps ?

 

 

Qu'il est doux d'avoir des amis.

 

De les quitter, quel déchirement !

 

 

 

 

 

 

La toute jeune esclave Lydie  s'était sentie, en se levant,

 

 aussi joyeuse qu'une alouette qui va s'envoler dans le vent.

 

 

Car Ophélie, sa riche maîtresse, qui l'aimait comme  son propre enfant

 

l'avait emmenée avec elle , dans sa belle maison des champs

  

 

 

 

  

Dans sa villa de Pompéi

  

où tout était luxe et beauté. 

 

 

 

  

Elles étaient, la veille, arrivées

  

( Depuis Rome c'est un grand voyage !)

  

en ce paradis parfumé,

  

en ce merveilleux paysage,

 

dans la baie de Naples enchantée. 

 

 

 

 

 

 

 

 

vesuve-2-.jpg 

 

 

  

 

 

Le ciel était d'un jour de fête

  

sans le moindre petit nuage.

 

Du Vésuve l'élégante silhouette

 

d'un pur bonheur semblait le gage.

 

 

 

 

 

 

Mais quand son regard se porta

 

sur la montagne familière,

 

une colonne  sombre s'éleva

  

monta, puissante, dans le ciel clair.

 

 

 

 

 

 

 

 

vesuve.jpg

 

 

 

 

 

 

Comme le tronc d'un pin géant

 

qui écarte sa frondaison, 

 

plus haut qu'un cèdre du Liban 

 

du ciel il prit possession.

 

 

 

 

 

Lydie réveilla Ophélie.

 

Elles furent toutes deux fascinées

 

par ce spectacle inouï

 

que le vieux Pline vint admirer.

 

 

 

 

   

 

  paon pompéi-copie-3

 

 

 

 

 

Tout le monde n'a pas le bonheur

 

pour le dernier jour de sa vie

 

de voir une telle splendeur.

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

Publié dans fiction

Partager cet article

Repost 0

- Le domaine immense du Rêve - 1 - La culture des glaïeuls dans l'antiquité -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

 

 

Qu'est-ce qu'un rêve ?

Ce qu'on fait la nuit, quand on dort ?

 

Mais on rêve aussi le jour.

On appelle ça des rêves éveillés.

 

Bien sûr ils ne rencontrent pas,la nuit, les mêmes obstacles.

Et même selon  nos occupations diurnes, nous rêvons plus ou moins facilement.

 

Vous pouvez rêver plus aisément si vous épluchez des carottes

(ne voyez là aucune allusion érotique !!!)

que si vous conduisez votre voiture.

Enfin, c'est préférable !

 

 

Certaines personnes disent ne pas rêver.

Pourquoi ne rêveraient-elles pas ?

La question est ouverte...

Il peut y avoir bien des raisons diverses.

 

Il arrive même que le rêve soit jugé négativement.

Sa condamnation est souvent portée par des normopathes,

des personnes soumis aux diktats de ce qu'ils croient être la raison,

mais qui n'est en fait que le crédo  pseudo-scientifique du moment.

 

 

En fait, la même puissance de rêver est à l'oeuvre en permanence,

et il est vain de vouloir cloisonner la vie de l'esprit.

Il est parfois bien difficile de distinguer un rêve nocturne d'un rêve éveillé.

Il en est qui peuvent être mixtes.

 

 

Je vais vous raconter  un rêve que j'ai fait la nuit dernière

et qui est de ce type : mixte.

 

Je vais d'abord vous raconter dans quelles circonstances je l'ai fait.

Prêts ?

Alors... GO ! mon goéland !

 

 

 

 

 

                            goeland-JO.jpg

 

 

 

 

 

Je fais en ce moment un petit carnet sur le glaïeul.

 

Il me manquait un dernier texte pour le terminer; 

le refermer sur une sorte d'unité, de complétude,

de même qu'un oeuf est un objet complet, auquel on ne saurait rien ajouter,

de même qu'une île est le modèle, imaginée, d'un monde parfait, auto suffisant.

 

Et je voulais un texte poétique.

 

Lors de mes recherches, j'ai appris une chose qui m'a frappé.

 

Les Grecs et les Romains, bien avant notre ère (dite "chrétienne") ,

non seulement connaissaient le glaïeul,

l'estimaient, utilisaient son motif  sur des vêtements,

mais ils le cultivaient pour leurs décorations florales. .

 

A Rome,

le glaïeul était souvent reproduit sur le "glaive" (gladius)   des "gladiateurs,

le glaïeul s'appelant lui-même "gladiolus" (= petit glaive).

 

Et on a retrouvé des dessins de glaïeuls sur les fresques de Pompéi.

 

J'ai donc imaginé (rêvé ???) l'histoire suivante.

 

Une noble et riche Romaine  entreprend de cultiver des glaïeuls...

dans une région qui....

 

Je me suis donc couché avec ces images en tête,

et au réveil, j'avais un récit.

 

Je vais vous le raconter.... 

enfin....demain !

 

 

 

 

 

 

Publié dans fiction

Partager cet article

Repost 0

- L'espoir.... une phrase de la poétesse Emily Dickinson -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

L'espoir....

 

 

 

L'espoir, dit la poétesse Emily Dickinson....

 

 

 

 

oiseaux-dans-ciel.jpg

 

 

 

L'espoir

 

est cette chose avec des plumes

 

qui est perchée dans l'âme

 

et chante une mélodie sans paroles

 

qui ne s'arrête jamais

 

et qui est le plus doux dans la tempête.

 

 

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

 

Publié dans poèmes

Partager cet article

Repost 0

- Le ciel tout entier est en vous - 4 - Emily Dickinson, vous connaissez ? -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

  

 

 

 

Oui, c'est un interlude

car je n'ai pas encore rédigé la suite ... 

 

Je ne connaissais pas cette étrange femme

qui ne s'est révélée comme une grande poétesse américaine qu'après sa mort.

 

Ses dates : 1830 - 1886.

 

C'est JCA qui la cite dans son exposé

et c'est de cette citation dont je me suis inspiré

pour nommer ce groupe d'articles.

 

Voici cette citation de ED faite par JCA :

 

 

" Le cerveau est plus vaste que le ciel

car mets les côte à côte

et l'un contiendra l'autre aisément

et toi en plus

et il contiendra aussi les autres "

 

 

 

 

 

                         emilie-dickinson.jpg

 

 

 

J'aime beaucoup aussi les commentaires que fait ensuite JCA ,

en la paraphrasant je crois : 

 

 

" Ce monde qui est extérieur et qui vit en nous,

le monde de ceux qui nous entourent

et de ceux qui ont disparu."

 

 

JCA cite encore une romancière (Sirus Vet ??????)

 

 

" Le monde subjectif

est aussi un monde inter subjectif,

le monde de toi et de moi,

et tracer une frontière entre les deux n'est pas facile

parce que les autres font partie de nous".

 

 

 

J'adhère pleinement à cette affirmation.

 

 

Pour compléter ce mini article, je vais ajouter un petit poème d'Emily Dickinson :

 

 

 

" They shut me up  in Prose -

 

As when a little Girl

 

They put me in the Closet -

 

Because they liked me "Still" -

 

 

 

 

Still  ! Could themselves have peeped -

 

And seen my Brain - go round -

 

They might as wise have lodged a Bird

 

For Treason - in the Pound - "

 

 

 

 

Extraordinaire !

Elle dit là tout ce qu'elle pense de son environnement familial,

avec quelle force

et avec quel humour.

 

 

Voici la traduction de ce poème :

 

 

 

 

 " Ils m'ont enfermée dans la Prose -

 

Comme lorsque j'étais une Petite Fille

 

Ils m'enfermaient dans le Placard -

 

Parce qu'ils me voulaient "calme" -

 

 

 

 

Calme  !  S'ils avaient pu jeter un oeil -

 

Et espionner dans mon esprit - le visiter -

 

Ils auraient aussi bien pu enfermer un Oiseau

 

Pour trahison - à la fourrière -  "

 

 

 

Nous retrouvons là le cerveau,

la vie psychique (cachée, sécrète)

et... l'oiseau !

 

Je vous laisse.

 

Bonne journée.

 

 

Publié dans poèmes

Partager cet article

Repost 0

- Le ciel tout entier est en vous - 3 - Les variations dans le chant du canari -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

Le chercheur dont je parle est argentin.

 

Il travaille maintenant dans l'Unversité Rockfeller à New York.

  

Il s'est intéressé particulièrement aux variations du chant du canari.

 

Ces variations sont de plusieurs ordres.

 

 

Rappelons d'abord comment se constitue ce chant.

 

Le jeune canari doit d'abord apprendre à chanter.

Pour cela il commence par imiter  un ou deux tuteurs adultes.

 

Très maladroitement au début.

 

Puis il finit par maîtriser le chant et à le reproduire très fidèlement.

 

C'est alors qu'il va le modifier, introduire des improvisations,

en somme inventer une nouvelle façon de chanter.

 

Ces variations individuelles vont créer un chant singulier,

qui va devenir de plus en plus stable : il se "cristallise".

 

Pour une oreille non avertie, il est semblable à un autre chant.

Il est pourtant, en partie, très différent, et à nul autre pareil.

 

Ainsi (et ceci n'est pas valable seulement pour les canaris)

va émerger, dans chaque population d'oiseaux,

toute une gamme de variations, de nouveautés.

 

Si l'une de ces variations est perçue par les jeunes

comme particulièrement attirante,

elle sera adoptée par la nouvelle génération.

 

Ce qui va conduire à la formation de ce que Darwin a appelé :

des "dialectes provinciaux".

 

Il s'agit là d'une transmission culturelle des chants de séduction.

 

 

 

 

                        pinsons-2-copie-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais notre chercheur va observer une autre variation,

et celle observation là va lui ouvrir des perspectives extraordinaires....

 

 

à suivre !!!!

 

(Je précise que ma source de renseignements

est l'excellente émission sur France inter  de J C Ameisen,

"sur les épaules de Darwin")

,

 

Publié dans monde animal

Partager cet article

Repost 0

- Le coeur de l'oiseleur : conte -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

 

  

Ces jours-ci sont pour moi , en ce mois de juillet 2012,

un anniversaire très particulier.



Je vais republier, sans rien modifier,

le conte que j'avais déjà mis  voici 2 années,

juste avant de descendre en Auvergne

 pour une raison très particulière.

 Je vais donc laisser  aussi les mots explicatifs (surlignés de bleu).





Voici donc maintenant ce que j'ai publié le 14 juillet 2010.

 

 

 

 

 

 

 

Ce conte nous a été dit par Fabienne Thiérry

voici dèjà de nombreuses années.

Mais je l'entends encore dans toute sa fraîcheur.

Il est peut être inédit

 

Je veux dire ici toute ma reconnaissance à Fabienne,

qui nous a si patiemment appris à conter.

 

 

 

Ce que je vais vous raconter s'est passé dans une grande ville.

Plus précisément dans le marché aux oiseaux de cette ville.

 Qui était aussi un marché au fleurs.

 

Un lieu tout à fait étonnant !

Où la magie des couleurs s'unissait à la symphonie des parfums

et à la douceur inventive des gazouillis, trilles, roucoulades.....

 

Un homme se promenait là....

un peu au hasard, sans rien chercher.

 

Un marchand avait placé une cage devant sa boutique.

Dans la cage était un oiseau chanteur.

 

Le promeneur s'est arrêté.

Il n'avait jamais entendu un si beau chant.

 

Il est entré dans le magasin pour demander le prix de l'oiseau.

Mas l'oiseleur lui a dit qu'il n'était pas à vendre.

A aucun prix.

 

 

             conte-oiseleur-1.jpg

 

 

L'homme, déçu, a quitté le marché.

Mais le chant de l'oiseau le poursuivait.

Il n'arrivait plus à penser à autre chose.

 

Il  était tombé sous le charme.  

 

Le lendemain il est revenu.

L'oiseau chantait encore.

Mais l'oiseleur n'avait pas changé d'avis.

 

Alors l'homme a essayé d'oublier ce chant.

Pour tromper sa déception, pour se donner des émotions,

il s'est mis à parier sur les courses de chevaux.

La chance lui a souri !

Il a gagné très vite une énorme somme d'argent.

Une somme bien supérieure à sa minuscule fortune.

 

Dès qu'il a eu cet argent en main,

il a couru vers le marché aux oiseaux   !

Ah, cette boutique !

Il aurait pu la retrouver les yeux fermés.

 

Au dehors, dans sa cage, l'oiseau était toujours là.

Et il chantait, il chantait.....

 

 

               conte-oiseleur-2.jpg

 

L'homme, devenu riche, a appelé le marchand.

Et il a étalé devant lui toute sa fortune.

Mais l'oiseleur lui a dit :

N'insistez pas, reprenez votre or,

cet oiseau n'est pas à vendre.

 

 

 

L'homme est reparti.

Mais il est resté sur le marché.

Il a regardé tous les oiseaux.

Il en a vu un qui ressemblait à celui qu'il convoitait.

On aurait dit le même en vérité.

A la différence qu'il ne chantait pas.

Il l'a tout de même acheté.

 

Et le soir, à la faveur du crépuscule,

entre chien et loup,

il a enlevé l'oiseau chanteur

et l'a remplacé par l'autre.

 

Et tous les jours suivants

il est resté chez lui

passant son temps à écouter l'oiseau

dont le chant merveilleux emplissait sa maison.

 

Il ne jouait plus aux courses.

Il n'allait plus au café rejoindre ses amis.

Dés sa sortie du travail, il rentrait chez lui au plus vite.

Le chant de l'oiseau remplissait toute sa vie.

 

Puis un jour

il a pensé à ce marchand

qui ne voulait pas se séparer de son oiseau,

même pour une fortune.

Il a imaginé sa tristesse.

Et soudain il a eu honte de son geste !

 

Le lendemain...

il est retourné au marché

pour dire à l'oiseleur qu'il lui avais pris l'oiseau,

mais que, s'il le désirait, il pourrait le lui rendre.

 

Devant la boutique, dans la cage,

il y avait toujours l'oiseau substitué,

l'oiseau silencieux.

 

Quand l'homme, ému, est entré,

l'oiseleur l'a reconnu

et ne lui a pas laissé le temps de parler.

Il a dit aussitôt :

 

Je vous reconnais !

Vous venez encore pour l'oiseau qui est dehors.

Je vous en supplie, n'insistez pas.

Cet oiseau m'est plus précieux que jamais.

Je ne le laisserai pour rien au monde.

Il est comme mon coeur.

 

Fgurez-vous que le jour où ma femme est morte,

il s'est arrêté de chanter.

 

 

 

 

 

               conte-oiseleur-3-.jpg

 

 

 

Mes amis, je vais m'arrêter de chanter quelques jours;

Demain je vais descendre en Auvergne

avec dans ma voiture l'urne contenant les cendres de ma Lulu.

Ce sera son dernier voyage avec moi.

Le lendemain nous déposerons cette urne près de celle contenant les cendres de sa soeur, dans leur village natal.

  

Je vous remercie toutes et tous de vos si touchants témoignages,

qui m'ont fait tant de bien.

 

Merci, merci.

A bientôt.

 

 

j'écrivais ces lignes il y a deux ans, je le précise.

 

 

 

 

 

 

Publié dans conte

Partager cet article

Repost 0

- Le ciel tout entier est en vous - 2 - Le canari - Un chant bien mystérieux -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

 

Depuis plus de 40 années, un passionné a étudié le chant des oiseaux.

 

En 1981, il fit une première communication (aux Etats-Unis).

 

Elle concernait les canaris. 

 

 

 

 

 

                        canari-copie-1.jpg

 

 

 

Et plus précisément le chant de séduction produit par les mâles.

 

Il est très riche.

Il comporte entre 20 et 40 syllabes différentes.

 

Comme s'il était un langage.

 

Mais un langage qui nous est inconnu.

Et même pas reconnu (par nous) comme un langage.

 

Pour nous, un langage, c'est forcément composé de mots.

Nous n'arrivons pas à imaginer qu'une pensée puisse  exister en dehors des mots.

 

Limitation extraordinaire de notre imagination !

 

Pour nous le chant des oiseaux n'est qu'un agréable gazouillis.

 

Pour les oiseaux eux-mêmes, n'est-il pas capable d'exprimer les émotions,

les désirs, les peurs, la joie ?

Comment le savoir ?

 

 

Mais les recherches dont je parle ont établi d'autres faits.

 

Je vais bientôt vous en parler.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans monde animal

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>