- La Joie - 5 - Le Manque et le Désir -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

 

 

Pourquoi , lorsqu'un couple se forme,

 

la déception suit-elle assez  souvent ?

 

 

Nous étions "amoureux ",

 

nous allions enfin pouvoir réaliser nos rêves érotiques les plus fous.

 

Débarrassés des interdits, des surveillances, des jugements.

 

S'ouvrait devant nous, non pas une lune de miel,

mais un océan de délices....

qui allait durer toujours.

 

Ouette !

 

Oh certes il  y eut bien une période initiale assez exaltante.

 

De découvertes, d'expérimentations,

d'exploration de ce nouveau continent qu'est le corps de l'autre,

et d'apprivoisement de l'indigène habitant ce nouveau monde.

 

Enfin... dans les bons cas.

 

Comme le skieur qui se lance depuis le haut de la piste,

et dévale à toute vitesse la pente abrupte.

 

Tout schuss !

 

Quelle joie intense, violente, incroyable !

 

 

Mais au fil des jours, les actes vont se banaliser.

 

Le plaisir est toujours obtenu.

Mais quid du désir ?

 

Désir du plaisir, bien sûr.

Désir bien facile à satisfaire.

(même si quelques petits problèmes).

 

Joie du plaisir pris, du plaisir donné.

 

Tout cela est bel et bon.

 

Mais voilà, si vous mangez tous les jours du saumon...

 

que va-t-il  se passer ?

 

Vous aurez peut-être envie d'une petite sardine !

 

Le désir va s'affadir.

 

Il va perdre son piquant : l'incertitude, l'attente...

 

Ce processus sera plus ou moins rapide, mais il est inéluctable.

 

Pourquoi ?

 

Parmi les mille raisons possibles, il en est une constante :

 

 

on ne peut désirer ce que l'on possède.

 

On peut en jouir, mais on ne peut pas le désirer.

 

On " l'a " ,  (du verbe AVOIR).

 

 

Cette femme que j'ai si longtemps désirée,

qui me semblait inaccessible,

que j'ai eu tant de mal à "conquérir",

elle est chaque soir dans mon lit !

 

Le confort absolu.

Plus d'inquiétude.

Je la "possède" !

La sécurité.

Quel bonheur !

 

Mais la joie ?
Pour le moins elle se modifie.

Elle perd ses bulles,

comme le champagne dans une bouteille depuis longtemps ouverte.

 

Pardon : je vais essayer d'être bref.

 

La joie, ce n'est pas la possession.

La joie c'est le désir !

 

La satisfaction du désir amène un plaisir.

Et momentanément une éclipse du désir.

Pas grave, il revient vite. 

 

Mais la satisfaction du désir, si elle devient très facile,

si elle se répète très régulièrement,

entraîne l'étiolement du désir.

 

Ajoutez à cela quelques conflits psychologiques...

et vous risquez d'avoir une déconstruction de tout l'édifice.

 

 

D'où cette réflexion sur le manque.

 

Le manque n'est pas ce que l'on croit !

 

Le manque fait naître en moi le désir.

 

Or le désir est pour moi ce que l'avoine est pour le cheval.

 

Le désir stimule en moi la vie.

 

 

D'où cette conclusion paradoxale :

 

je suis riche de mes manques !

 

Ma plus grande richesse, c'est ce que je ne possède pas !

 

Je suis riche de mes désirs, de mes rêves, de mes projets. 

 

Parmi mes rêves, beaucoup sont irréalisables.

Certains autres, je pourrai les réaliser.

 

Mais attention à ne pas les réaliser trop vite !

Les difficultés que je vais peut-être rencontrer,

je ne devrais pas les maudire :

ils protègent mes désirs.  

 

Je songe à une chose : aux cathédrales.

 

Les hommes ont vu les grands arbres

s'élançant à la verticale vers le ciel.

Alors ils ont désiré faire comme eux.

Et ils ont inventé les cathédrales.

 

 

 

                                                      arbres-et-cathedr.jpg

 

 

 

 

 

Pour la gloire de dieu ?

Oh si dieu il y a , il n'a pas besoin de ça.

Pour la gloire de tel ou tel prélat ?

Il se peut, mais c'est raté : on ne se souvient pas d'eux !

 

Reste l'oeuvre d'art.

Magnifique !

 

Ces cathédrales sont une célébration du désir.

Du désir de s'élever vers le ciel.

Le même désir que les arbres !

 

 

 

Qu'en est-il de nos jours ?

dans notre monde "moderne" ?

 

Il est certes des pauvres, qui manquent de l'essentiel.

 

Mais dans nos sociétés occidentales,

bien des gens aussi ne sont pas dans ce cas.


Or ils semblent dépourvus de joie,

même des jeunes, surtout des jeunes !

 

De quel manque souffrent-ils (bien souvent) ?

 

Quelque chose leur manque en effet :

ils manquent de manque !

 

Ils ont des autos,des télés, des portables,

les jeunes ont des ordis dernier cri,

des ipads et autres gadgets dont j'ignore même le nom,

des super portables, presque des ordinateurs de poche,

ils sont gavés de musique, d'images,

ils sont gavés d'aliments hyper énergétiques,

de vitamines, d'alicaments.

Ils sont vaccinés. Contre tout.

S'ils sont un peu malades, on les abreuvent d'antibiotiques,

d'antalgiques, d'anti-inflammatoires, 

d'anti toux... d'anti tout, quoi.  

 

Sont-ils plus heureux ? Plus joyeux ????

A l'évidence, non.

 

 

  

Et plus on leur donne de trucs, plus ils sont tristes.

 

Le confort même qu'on leur apporte n'y change rien, au contraire.

 

Ils manquent de désirs.

Ils manquent de manques.

 

Bon, ça y est,

j'ai sans doute été encore trop caricatural.

 

Tant pis, vous me corrigerez.

 

Commenter cet article

ALN 11/12/2011 20:38


Je suis riche de mes désirs, de mes rêves, de mes
projets. 


 (Pinson déplumé)


 


Ta note en 5 épisodes me "prenait un peu la tête"....Et puis j'ai lu cette phrase et parmi les phrases de tes 5 notes, je veux la retenir elle et elle seule....Et je vais la graver dans une case
vide de mon cerveau .Bises auvergnates

kasimir, dit pinson déplumé 11/12/2011 21:04



Comment ça ?


tu as encore des cases vides ?


Quel luxe !


imagine que tu habites un palais tellement grand qu'il y aurait encore des pièces où tu ne serais jamais entrée, qui seraient encore à
meubler...


ce serait une merveille !


et bien notre cerveau, c'est ça !



Harmonie 10/12/2011 22:52


Il m'est venu une idée éclair.


Juste une pas deux !!!!


 


Je parle souvent, mais pas que moi, d'une société de consommations.


Donc une société qui répond à mes moindres désirs, c'est presque ça.


 


Ce phénomène est assez récent.


 


Et je me demande si il n'irai pas de paire avec la peur de la mort.


Nous vivons dans le déni de la mort, ce qui entraîne la peur.


 


Nous savons qu'un jour elle viendra mais ni quand, ni comment.


La vie devient de plus en plus fragile et de plus en plus longue en même temps.


On risque aussi d'en passer par la dépendance.


 


Alors tant que l'on peut il faut combler tout les vides !!!!


Et répondre à tous ces désirs !!!


 


Enfin, c'est juste une idée comme cela en passant.

kasimir, dit pinson déplumé 10/12/2011 23:36



C'est une idée très juste


et justement je viens de recevoir un texte de Pascal qui aborde presque ce sujet.


Ce n'est donc pas d'aujourd'hui


j'en parlerai sans doute



erato:0059: 09/12/2011 22:45


Le désir c'est vouloir quelque chose que l' on n'a pas. Mais s'il est possible de satisfaire certains ,  il est tout aussi possible de se  raisonner pour d'autres. C'est un univers sans
fin que de vouloir satisfaire tous les désirs .Pour en retirer en plus aucune satisfaction et passer à côté de joies simples à notre portée. La facilité n'est pas positive.


Tu nous avais promis des poésies , tu te rappelles ?


Douce soirée, bises Pinson

kasimir, dit pinson déplumé 09/12/2011 23:03



ok


demain il y en a une


pour souffler !


bz



lenez o vent 09/12/2011 21:39


désies  égalent manques oui, et


 tant de petites choses qui sont joies


bisous ponson

kasimir, dit pinson déplumé 09/12/2011 23:01



YES !



Jackie 09/12/2011 15:09


Dis Pinson... Si tu nous faisais un poème ou une peinture ???


Bises

kasimir, dit pinson déplumé 09/12/2011 22:41



tu as raison, ça décompresserait un peu l'atmosphère !


il se pourrait que, cet hiver,  je me remette à la peinture


je sens que ça vient !!!!


 



Harmonie 09/12/2011 12:54


Je ne suis pas sure de te suivre sur ton raisonnement !


 


Il est vrai que la jeunesse peut paraître tout avoir.


Mais je ne pense pas réellement que pour autant elle manque de manque.


 


Les biens, le matériel auxquels ils peuvent accéder ne fait pas tout.


Ils sont effectivement et les médias les poussent aussi dans cette direction dans le tout posséder, dans le tout dernier cri....


 


Mais ces jeunes manquent aussi de repères.


La structure familiale n'apporte plus cette sécurité de la famille, maman à droite, papa à gauche....


Le taux de chomage de plus en plus croissants, n'inspire à chercher un travail.


Dans le temps le travail avait une valeur, qu'on aime ou non son travail, on était fier d'être un travailleur. Maintenant on ne pense plus qu'à nos retraites et si je gagner au loto, j'arrête de
travailler....


On ne se choque plus des SDf dans la rue, on tourne la tête pour ne pas les voir.


 


L'éduction est devenue plus laxiste avec eux, ils manquent d'interdits, les seuls interdits qu'ils leur restent ou presque sont ceux qu'imposent les lois. D'où augmentation de la délinquance,
banalisation des faits, ça c'est le système judiciaire qui fait que...


Donc manque d'interdits.


 


Et tout cette apport de biens, à quel prix leur donne t'on ?


Au prix de l'amour, c'est devenu presqu'une manière de les aimer.


Je ne suis pas là, je ne te vois pas, mais je t'aime, je te donne !!!!


Non, l'amour ce n'est pas cela.


Nos jeunes manquent aussi d'amour.


 


Et peut être même que le mal être vient de là, tu ne me donnes pas le dernier cri, le top du top donc tu ne m'aimes pas.


 


Et un dernier point que je voulais soulever.


Nos jeunes sont sur-informer, ils pensent tout savoir tout connaître.


Et sur le plan de la sexualité, ils tentent font des expériences multiples et diverses.


Mais on a oublié de leur apprendre l'amour !!!!


 


Bon c'est du condensé tout ça !


Et je suis peut être un peu hors sujet.


Du désir nous voilà rendu sur le mal être des jeunes !!!!

kasimir, dit pinson déplumé 09/12/2011 14:06



Non tu n'es pas hors sujet !


Les repères dont manque la jeunesse,


ce sont des limites


des limites à leurs désirs


et de faire le lien entre le travail et la satisfaction (partielle) de leurs désirs.


Désirer est sain.


C'est le chemin vers la satisfaction des désirs qui est en question.


Un enfant a besoin que ses parents lui dise (parfois)  : NON


et que ce non soit vraiment un non,


avec une explication : on ne peut pas tout te payer


et même si nous pouvons te payer ceci ou cela,


nous n'allons pas le faire parce que nous l'avons décidé ainsi.


Point barre.


Travailles !


Le travail AVAIT de la valeur ,  dis-tu ?????


Et bien il a toujous la même valeur,


que l'on soit directeur d'une grande boîte ou ajusteur,


ou grande diva, ou femme de ménage,


que l'on conduise un air bus ou un bus scolaire, ou une brouette.


La dignité n'est pas dans le prestige de tel ou tel emploi,


il est dans le fait de travailler,


de réaliser  quelque chose qui est utile aux autres : c'est ça un travail.


Tant que cela sera occulté, les jeunes ne trouveront pas leur répères.


Je ne crois pas qu'il faille accuser le système judiciaire


il n'est que le reflet de nos déficiences personnelles.


Et pour ce qui est des enfants jeunes,


ce sont les parents qui doivent leur enseigner la noblesse du travail.


Pas par des discours !


Mais en leur donnant l'exemple.


C'est ma conviction.


Manque d'amour vrai ?


Mais l'amour vrai est aussi dans l'interdit, le "NON",


et l'exemple que l'on donne.


Pas dans les objets.



Marc 09/12/2011 10:53


J'oubliais de dire que j'aime beaucoup le pseudo de "Pinson déplumé"!

kasimir, dit pinson déplumé 09/12/2011 13:35



Merci Marc


ravi de faire ta connaissance


(je ne connaissais pas cette histoire entre Matisse  et Picasso


que tu relates dans ton blog.


Incroyable !)



Marc 09/12/2011 10:53


Très juste, hélas... Le désir, c'est toujours le désir d'un manque, d'une absence... Le bonheur, c'est parvenir à être heureux sans courir sans cesse après de nouveaux désirs...

kasimir, dit pinson déplumé 09/12/2011 13:34



pourquoi hélas ?


C'est peut-être ce qui fait tourner le monde


l'attraction universelle


pas une raison pour sauter de la falaise du haut de laquelle nous contemplons un beau coucher de soleiL


Les herbes à nos pieds sont admirables aussi.



mima 09/12/2011 10:44


Bonjour Kasimir,


J'aime bien les cathédrales en tant qu'oeuvres d'art, elles sont un peu comme des livres de pierre...mais les cathédrales sylvestres m'enchantent  car elles sont vivantes !


bizzz pinson

kasimir, dit pinson déplumé 09/12/2011 10:50



et dans ces cathédrales sylvestres


tu sais si bien nous guider !


Je te soupçonne de posséder un palais secret dans la forêt de Brocéliande.



stratovarius 09/12/2011 09:53


bonjour kasimir'ton sujet est passionnant mais il y a trop de chose a dire.on ne peut pas repondre en 1 seul commentaire.il nous faudrai faire un debat qui dure une journee pour y arriver.une
chose est sure'de nos jours 6 couples sur 10 divorcent ce n'est pas pour rien'est ce le manque de desir ou de plaisir je n'en sais rien du tout.mais ce que je sais c'est que maintenant il est
beaucoup plus facile d'aller voir allieur si c'est meillieur.je ne suis pourtant pas si vieux tu vois j'ai 45 ans mais nous dans notre temps si on ne s'entendais plus avec notre compagne il
fallait sortir dehors'faire les magasins 'aller a la sortie des colleges aller dans les parcs etc' etc pour en trouver une autre;;;;;.maintenant tu n'as meme plus a sortir de chez toi 't'allume
ton pc'et hop tu tchatte et l'affaire est dans le sac' ou pas cela depends.pour moi internet c'est un moyen pour ne plus s'emmerder avec ton compagnon ou ta compagne' internet c'est un brise
couple ou si il ne le brise pas il l'acheve jusqu'au bout. mais il y a tellement d'autres choses a dire que je ferai un autre commentaire plus tard.passe une bonne journee kasimir .

kasimir, dit pinson déplumé 09/12/2011 10:17



internet, un brise couple ?


Oh sûrement pas !


ce n'est qu'un nouveau moyen de communication


on en fait ce qu'on en veut


l'important c'est d'essayer de comprendre le comment du pourquoi.


Bonne journée.



hélène 09/12/2011 08:25


Oui, dans notre temps de plaisirs faciles, parmi les jeunes et les plus âgés...on désire toujours plus..le dernier objet, parfois inutile, vous le voulez, tout de suite.Calmons-nous, pas facile
surtout pour les jeunes tant sollicités.


Mais il y a l'art et la musique, sources de joies authentiques, un élan de joie, de sérénité saisit notre coeur , quand dans une cathédrale élancée , aux colonnes pures, à la haute voûte,
j'entends résonner une cantate de BACH, j'atteinds une plénitude...


Ne cherchons pas trop loin...chacun peut trouver sa propre joie dans ce qui l'entoure.


Point final..........


Amicalement


hélène


PS : la cathédrale a l'air très rustique, de quel siècle?????


 

kasimir, dit pinson déplumé 09/12/2011 10:41



elle est dans un style très ancien en effet


celui des termitières


il ne serait guère facile d'y faire entrer un orchestre pour y jouer du Bach


hier soir ma belle fille , qui chante dans une chorale depuis plusieurs années, chantait le Gloria de Vivaldi à Paris, à la
Madeleine.


Ce devait-être un grand moment.


Je me souviens d'avoir été à la grand messe (il y a longtemps !) dans l'église de Méru, un village de l'Oise.


A la fin de la messe,l'organiste a joué la toccata et fugue de JSB


je m'en souviens encore, comme si c'était aujourd'hui.


Je crois que ce jour là, il m'a emporté au paradis !



telos 09/12/2011 07:46


comparer les femmes a des poissons.. tu y vas fort.. d'associations d'idées en associations d'idées.. es-tu parti de la morue????


 moi je ne désire plus rien. et, oui!!!


 je prends ce qui est là sous mes pieds la nature et ma paix..only!


mon vieux chat près de moi me sourit, je le caresse..ma vie ainsi n'a plus de bruit

kasimir, dit pinson déplumé 09/12/2011 10:27



Oui je sais, j'ai pris des risques


j'aime vivre dangereusement


mais je n'ai pas pensé à la morue, pas plus qu'aux  pyrannas !


Aurais-tu atteint le sommet de la sagesse ?


alors bravo


bonne journée à toi et à ton vieux chat