Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

3 articles avec fiction

- Le domaine immense du Rêve - 2 - Le dernier jour de Lydie et d'Ophélie : le 24.08.79 -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

 

 

Lydie et Ophélie.   

 

 

 

 

 

 

 

Qu'elle est donc brève notre vie ! 

 

Pourquoi si vite s'écoule le temps ?

 

 

Qu'il est doux d'avoir des amis.

 

De les quitter, quel déchirement !

 

 

 

 

 

 

La toute jeune esclave Lydie  s'était sentie, en se levant,

 

 aussi joyeuse qu'une alouette qui va s'envoler dans le vent.

 

 

Car Ophélie, sa riche maîtresse, qui l'aimait comme  son propre enfant

 

l'avait emmenée avec elle , dans sa belle maison des champs

  

 

 

 

  

Dans sa villa de Pompéi

  

où tout était luxe et beauté. 

 

 

 

  

Elles étaient, la veille, arrivées

  

( Depuis Rome c'est un grand voyage !)

  

en ce paradis parfumé,

  

en ce merveilleux paysage,

 

dans la baie de Naples enchantée. 

 

 

 

 

 

 

 

 

vesuve-2-.jpg 

 

 

  

 

 

Le ciel était d'un jour de fête

  

sans le moindre petit nuage.

 

Du Vésuve l'élégante silhouette

 

d'un pur bonheur semblait le gage.

 

 

 

 

 

 

Mais quand son regard se porta

 

sur la montagne familière,

 

une colonne  sombre s'éleva

  

monta, puissante, dans le ciel clair.

 

 

 

 

 

 

 

 

vesuve.jpg

 

 

 

 

 

 

Comme le tronc d'un pin géant

 

qui écarte sa frondaison, 

 

plus haut qu'un cèdre du Liban 

 

du ciel il prit possession.

 

 

 

 

 

Lydie réveilla Ophélie.

 

Elles furent toutes deux fascinées

 

par ce spectacle inouï

 

que le vieux Pline vint admirer.

 

 

 

 

   

 

  paon pompéi-copie-3

 

 

 

 

 

Tout le monde n'a pas le bonheur

 

pour le dernier jour de sa vie

 

de voir une telle splendeur.

 

 

 

 

***

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

Publié dans fiction

Partager cet article

Repost 0

- Le domaine immense du Rêve - 1 - La culture des glaïeuls dans l'antiquité -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

 

 

Qu'est-ce qu'un rêve ?

Ce qu'on fait la nuit, quand on dort ?

 

Mais on rêve aussi le jour.

On appelle ça des rêves éveillés.

 

Bien sûr ils ne rencontrent pas,la nuit, les mêmes obstacles.

Et même selon  nos occupations diurnes, nous rêvons plus ou moins facilement.

 

Vous pouvez rêver plus aisément si vous épluchez des carottes

(ne voyez là aucune allusion érotique !!!)

que si vous conduisez votre voiture.

Enfin, c'est préférable !

 

 

Certaines personnes disent ne pas rêver.

Pourquoi ne rêveraient-elles pas ?

La question est ouverte...

Il peut y avoir bien des raisons diverses.

 

Il arrive même que le rêve soit jugé négativement.

Sa condamnation est souvent portée par des normopathes,

des personnes soumis aux diktats de ce qu'ils croient être la raison,

mais qui n'est en fait que le crédo  pseudo-scientifique du moment.

 

 

En fait, la même puissance de rêver est à l'oeuvre en permanence,

et il est vain de vouloir cloisonner la vie de l'esprit.

Il est parfois bien difficile de distinguer un rêve nocturne d'un rêve éveillé.

Il en est qui peuvent être mixtes.

 

 

Je vais vous raconter  un rêve que j'ai fait la nuit dernière

et qui est de ce type : mixte.

 

Je vais d'abord vous raconter dans quelles circonstances je l'ai fait.

Prêts ?

Alors... GO ! mon goéland !

 

 

 

 

 

                            goeland-JO.jpg

 

 

 

 

 

Je fais en ce moment un petit carnet sur le glaïeul.

 

Il me manquait un dernier texte pour le terminer; 

le refermer sur une sorte d'unité, de complétude,

de même qu'un oeuf est un objet complet, auquel on ne saurait rien ajouter,

de même qu'une île est le modèle, imaginée, d'un monde parfait, auto suffisant.

 

Et je voulais un texte poétique.

 

Lors de mes recherches, j'ai appris une chose qui m'a frappé.

 

Les Grecs et les Romains, bien avant notre ère (dite "chrétienne") ,

non seulement connaissaient le glaïeul,

l'estimaient, utilisaient son motif  sur des vêtements,

mais ils le cultivaient pour leurs décorations florales. .

 

A Rome,

le glaïeul était souvent reproduit sur le "glaive" (gladius)   des "gladiateurs,

le glaïeul s'appelant lui-même "gladiolus" (= petit glaive).

 

Et on a retrouvé des dessins de glaïeuls sur les fresques de Pompéi.

 

J'ai donc imaginé (rêvé ???) l'histoire suivante.

 

Une noble et riche Romaine  entreprend de cultiver des glaïeuls...

dans une région qui....

 

Je me suis donc couché avec ces images en tête,

et au réveil, j'avais un récit.

 

Je vais vous le raconter.... 

enfin....demain !

 

 

 

 

 

 

Publié dans fiction

Partager cet article

Repost 0

- Le ciel tout entier est en vous - 1 - Cent milliards de neurones -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

      Le ciel.....

 

Limitons nous (aujourd'hui !) à notre galaxie

au si joli nom : la Voie Lactée !

Le nombre des étoiles qu'elle contient ?

Estimation basse : 1OO milliards.

Estimation haute : 300 milliards. 

 

      Notre cerveau.....

 

Même nombre de neurones que d'étoiles dans la Voie Lactée ! !

Contentons-nous de l'estimation basse : 100 milliards.

Cent milliards de neurones à la naissance.

 

Neuf mois étaient bien nécessaires pour réaliser une telle oeuvre !

Imaginez que, durant les quatre premiers mois de la vie de l'embryon,

il se formait 500.000 neurones par minute.....

 

Voyons un peu comment est fait un neurone. 

 

 

 


 

                         neurone-2.jpg

 

 

On est tenté de dire : c'est une cellule ordinaire. 

Elle a un noyau. nous en reparlerons : il pose un problème. 

Le corps de la cellule a des prolongements... Bras... ?  Jambes ...?

Ils sont de deux types. 


Un des prolongements est unique : c'est l'axone. 

Il est très long (pour une cellule microscopique ) :

de un millimètre à... plus d'un mètre !

Ce sont les axones qui se réunissent pour former les nerfs.

 

Les autres prolongements sont les dendrites.

Courts, très ramifiés. 

Ils sont très nombreux : environ 7000 pour chaque neurone.

Ils se terminent par des "boutons synaptiques". 

 

Ces prolongements, qui conduisent l'influx nerveux,

vont entrer en contact avec les autres neurones

pour constituer avec eux une organisation solidaire.

Les jonctions sont les synapses. 

 

 

Ceci veut dire que le dialogue prévaut dans le monde des neurones. 

Et la multitude des relations.

L'intelligence, la réflexion, la mystérieuse pensée en sont les fruits.  

 

Mais pourquoi je vous raconte tout ça ? 

Pour soulever une question. 

 

Que va devenir ce neurone ?

 

Quand on observe son noyau,

on voit qu'il est "bloqué" au stade d'interphase. 

Ce qui veut dire qu'il ne peut plus se diviser. 

 

Or dans le courant de notre vie, des neurones vont mourir.

Ils ne seront pas remplacés. 

Le nombre de nos neurones va progressivement diminuer.

Lentement, nous l'espérons.

Parfois massivement (exemple : maladie d'Alzheimer).

 

Pas de renouvellement.

D'où cette comparaison avec une falaise,

qui peu à peu se réduit sous les assauts de la mer.

 

La question que je veux poser est la suivante :

est-ce bien vrai ? 

 

Je reprendrai cette question. 

 

 

 

 

 



 

 

Publié dans fiction

Partager cet article

Repost 0