- Sète - 11 - Montagne de la Gardiole - Agave - Bauxite - Éoliennes -

Publié le par kasimir, dit pinson déplumé

 

 

 

Mille excuses pour mon absence

j'ai fait roue libre quelques jours devant un feu dans la cheminée..

 

 

 

feu-novembre-2013-4-.JPG

 

 

 

 

 

 

Je reprends mon reportage dans la région de Sète,

reportage qui va bientôt s'achever.

Aujourd'hui, pouvoir de l'imagination,

 nous montons vers les monts de la Gardiole.


Les pentes sont modestes

mais nous voici en pleine garrigue,

rôtie par le soleil, inondée de chaleur,

et tout est si sec... 

je me demande :

où donc les plantes trouvent-elles l'eau nécessaire à la vie ?

 

 

Ah, voici une agave.

Les agaves ne manquent pas par ici.

Mais celle-ci se fait repérer par sa magnfique hampe florale. 

 

 

2013_0923fabricolageseptembre0035.JPG

 

 

Cette hampe réalise à elle seule un arbre !

C'est une fleur-arbre ! 

 

Elle est, dans sa magnificence,

comme une réponse à mon inquiétude.

Elle semble me dire :

l'eau est là.

Tu crois qu'il te faut une surabondance d'éléments pour vivre.

Mais non.

Peu suffit.

Simplement il faut aller chercher l'eau dans les profondeurs du sol

 et ne pas la gâcher comme tu le fais,

humain comblé et dépensier,

qui dilapide les trésors de la nature.

 

Je touche ses feuilles puissantes, aiguës comme des épées.

 

Cette agave,

dont la famille est très proche de celle des liliacées,

(et donc une sorte d'amaryllis géante)

m'impressionne : 

elle ne fleurit qu'une fois, 

puis elle meurt.


Il lui a fallu plusieurs années de patience

pour préparer cette superbe fleur

qui peut atteindre 8 mètres de haut.. 

 

Elle mérite bien son nom d'agave, 

qui vient d'un mot grec signifiant " admirable". 


Elle, et aussi toutes les plantes "grasses", 

nous donnent une leçon de sagesse qu'il nous faudra méditer.

 

 

***

 

 

Notre guide

a quelque mal pour reconnaître son chemin,

parmi les broussailles et les rochers.

 

 

C'est que nous avons décidé de retrouver ,

dans cette zone sauvage et quasi déserte,

que l'on peut même dire abandonnée,

( nous ne verrons pas un seul être humain

tout au long de la balade ! )

nous avons décidé de retrouver et d'explorer

 une ancienne carrière de bauxite. 

 

Nous sommes là, au dessus de Mèze,

dans le secteur de Loupian-Villeveyrac. 

 

 

      Ah, voici de la terre rouge.

Nous sommes sur la bonne piste.

 

 

 

2013_0923fabricolageseptembre0036.JPG

 

 

 

Un  petit rappel géologique s'impose.

 

La croûte terrestre sur laquelle nous marchons en ce moment

a, en moyenne, 45 km d'épaisseur.

 

Elle est faite essentiellement de deux sortes d'atomes : 

des atomes d'oxygène  : 47 %

et des atomes de silicium : 28 %

Oxygène et silicium sont deux métalloïdes.


L'oxygène étant très réactif, ses atomes vont s'unir au silicium

pour former un oxyde de silicium : Si O2

que l'on appelle la silice, ou si vous préférez, du sable.

 

Les éléments les plus abondants qui viennent ensuite

sont  deux métaux :

l'aluminium : 8 %

et le fer : 5 %.

 

Mais me direz-vous : c'est quoi la bauxite ?

 

Patience, nous y arrivons !  

 

Regardez d'abord la couleur variable de  la terre.

Elle est bien instructive.

 

La bauxite est une roche latéritique.

                                               

 

Qu'est-ce que cela veut dire ?


La latérite est une roche rouge qui se forme

par une altération des roches  sous les climats tropicaux

en milieu continental.

 

Et bien ce fut le cas ici.

 

Voici 500 millions d'années (c'était au Crétacé)

régnait dans cette région un climat tropical. 

Si bien que, sous l'effet conjugué de la chaleur et de l'humidité, 

les deux métaux, l'aluminium et le fer, ont été oxydés,

et qu'ainsi se sont formés deux oxydes :

de l'oxyde d'aluminium : Al2 O3, qui est l'alumine

et de l'oxyde de fer : Fe2 O3.

 

Ces deux oxydes sont donc mélangés. 

Plus il y a d'oxyde de fer et plus le mélange est rouge.

L'oxyde d'aluminium ( l'alumine ) est, lui, blanchâtre.

 

Pourquoi appelle-t-on cette roche bauxite ?

Parce qu'elle a été découverte pour la première fois,

en 1821, aux Baux de Provence.

 

 

 

BAUX-DE-PROVENCE.jpg

 

 

 

Ensuite on en a trouvé dans les départements voisins : 

le Var, où l'exploitation a commencé en 1860.

Il y a des filons de bauxite dans le Massif de la Sainte Baume,

cher à notre ami Ramon.

On en a trouvé dans l'Ariège.

Et beaucoup dans l'Hérault, en particulier vers Bédarieux.

 

 

 

Cette fois  nous approchons de la carrière

car des falaises apparaissent.

 

 

 

2013_0923fabricolageseptembre0038.JPG

 

 

 

L'exploitation de ces gisements français de bauxite,

qui est donc un minerai d'aluminium,

s'est d'abord beaucoup développée.

Essentiellement dans des carrières à ciel ouvert.

Les galeries souterraines ont été très rares.


Mais d'autres gisements ont ensuite été découverts

un peu partout dans le monde,

surtout en Afrique (Guinée...)

en Amérique latine (Brésil...)

en Australie.


Une concentration de 16 % en alumine étant un seuil minima

pour qu'une exploitation soit possible et rentable.


Peu à peu les mines françaises ont été  abandonnées.

La dernière a été fermée en 1990.

 

 

 

Mais voyez,

nous arrivons maintenant près du centre de la carrière.

 

 

 

2013_0923fabricolageseptembre0040.JPG

 

 

 

 

L'extraction s'est faite jusqu'à la nappe phréatique.

 

Nous descendons jusqu'à elle par un chemin escarpé.

 

 


2013_0923fabricolageseptembre0039.JPG

 

 

 

 

 

 

Un lac étrange s'est formé au fond...

D'un bleu si soutenu qu'il en est inquiétant. 

 

 

 

 

 

 

 

2013_0923fabricolageseptembre0043.JPG

 

 

 

 Nous ne nous sentons pas bien à l'aise.

Comme si nous avions violé, là, les entrailles de la terre.

 

 

 

2013 0923fabricolageseptembre0046

 

 


 

 

 

Nous avons quitté cette zone

encore plus difficilement que pour y parvenir

car, espérant un trajet plus aisé,

 nous avons voulu prendre une petite route au nord.

 


Ce fut le contraire :

cette petite route était barrée en plusieurs  points

et sur toute sa largeur, par des élévations de terre 

afin de la rendre impraticable

et ainsi interdire l'approche de la carrière.

 

Site dangereux ?

Il en faut plus que ça pour nous arrêter,

même sans 4X4 !

 

 

 

      L'exploitation de la bauxite est-elle terminée en France ? 

Pas tout à fait.

 

C'est justement à Villeveyrac que se trouve, en France,

la dernière mine de bauxite.

Une concession de 25 ans ayant été accordée en 2012.

 

Même si la bauxite extraite dans cette mine

ne sera pas utilisée principalement pour la production d'aluminium

mais pour la fabrication de ciments spéciaux.

 

 

      ***

 


Se promener ensuite dans la montagne elle même

fut un vrai plaisir.

 

Une libération !

 



 

 2013_0923fabricolageseptembre0049.JPG

 

 

 

 

Comme ils sont beaux et apaisants ces paysages ! 

Ces arbres sont probablement des chênes verts,

des yeuses, en occitan,

mais je ne connais pas du tout la flore méditerranéenne.

 

 

 

 

 

2013_0923fabricolageseptembre0051.JPG

 

 

 

 

      Plus haut se dressent  des antennes.

 

Relais d'ondes ?

 

 

 

 

2013_0923fabricolageseptembre0050.JPG

 

 

 

 

Plus loin on aperçoit une ribambelle d'éoliennes.

Plusieurs dizaines.

Elles sont un peu au delà de la Gardiole,

plus précisément dans les Monts de la Moure,

lesquels font partie des Causses d'Aumelas.

 

 

 

 

2013_0923fabricolageseptembre0048.JPG

 

 

 

Certains voudraient nous persuader

que ces modernes moulins à vent sont affreux

et défigurent les paysages.


Ce n'est pas du tout mon avis.

J'admire au contraire ces constructions. 

 

Elles se dressent fièrement dans ces zones désolées.

On les voit depuis Sète

et leurs feux brillent dans la nuit comme des étoiles à l'horizon.

 

 

Je les trouve réellement belles par leurs lignes pures.

Aussi par la simplicité de leur fonctionnement.

 

 

Les regarder me fait le même effet  

que de lire un psaume écrit pas David il y a 3000 ans.

 

 

Ce sont des hommages humains dressés vers les vents.

 

Or, ici, ils soufflent fort et souvent, les vents...

 

Et il ne faudrait pas les utiliser ?

 

Décidément les écolos sont des êtres bizarres. 

 

Si on les écoutait

il ne faudrait ni centrales nucléaires, 

ni barrages...

il ne faudrait pas non plus d'éoliennes .....

 

Quoi alors ?

des centrales à charbon ou à fuel ? 

 

Quand on parle "production d'énergie",

ils répondent : économisons là.

 

Oui, bien sûr, il faut l'économiser.


Mais avant de l'économiser, il faut la produire.

 

Or, pour la produire, ils n'ont rien à proposer.

 

Absolument rien.

 

Ils sont contre tout.

 

A croire que nos " Verts "

bien qu'ils ne soient pas des haricots,

ne sont bons que pour " produire " des discours.

Et aussi pour se chamailler

comme des gamins à la puberté.

 

Je me demande : ont-ils jamais bêché un jardin ?

 

Ils n'ont jamais produit autre chose que du blablabla. 

Sinon quoi ?

Qu'on me le dise.

Merci d'avance, car j'aime apprendre. 

 

 

 

 

 

Pardon de terminer sur cette note polémique

mais j'avais envie de le dire :

 ils me hérissent les plumes.

 

 

 

***

 

 

      Ah... 

j'aurais pu vous en dire plus à propos de la flore 

 

Mais nous n'avons pas vraiment exploré la Gardiole,

qu'on appelle le poumon vert de la région.

 

Nous n'avons exploré (un peu) que son extrémité Ouest,

particulièrement aride.

Une autre fois peut-être, nous pénètrerons le massif forestier,

habité de chevreuils, de sangliers, de renards

 

 

 

      j'aurais pu vous parler d'un centre de Sauvegarde 

que la LPO a ouvert très récemment (en juin 2012)

et qui justement se situe sur la commune de Villeveyrac.

 

Ce centre a reçu 1600 pensionnaires depuis janvier 2013, 

de 120 espèces différentes.

vautours, faucons, aigles,

hiboux, petits ducs (très nombreux), chouettes,...

cigognes, flamants roses, aigrettes,

et de nombreux martinets 

(qui arrivent en mars , venant d'Afrique du Nord)

mais aussi des mammifères : 

renards, blaireaux, écureuils, genettes, chauves-souris...

 

 

J'aurais pu vous en dire plus à propos de la flore.

Mais c'est pour moi un domaine si important

que je me réserve pour une autre fois.

 

 

 

 

***

 

La semaine prochaine je vous parlerai des volcans dans cette zone.

 

 

***

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Publié dans Sète

Commenter cet article

Lodace 17/02/2014 16:43


Bjr,


Je souhaiterai apporter un petit complétement amusant sur la bauxite.


J'ai trouvé dans les registres de l'intendant du Languedoc la vente d'un autorisation d'exploitation d'une mine de bol.


Cette info m'a pas mal surpris, j'ai fini par trouver la solution des semaines après dans le dictionnaire provencal de Mistral.


Il s'agissait en fin de compte du mot occitan BOLI que le scribe de l'époque avait traduit en francitan par BOL et non bauxite. Le fait de connaitre le lieu noté dans la vente m'a permis de
comprendre surtout de quoi il s'agissait.


 


Sinon pour les roches, on trouve rarement de belles géodes de quartz blanc à la Gardiole, j'en ai trouve plusieurs d'ailleurs dont une de plus de 10 kg dans la garrigue proche de l'abbaye de
Gigean et aussi pas mal de fossiles marins silicifiés.


 


Bien à vous


 


Lodace

kasimir, dit pinson déplumé 17/02/2014 19:54



ne connaissant pas l'occitan, je n'aurais pas trouvé !


oui, exploiter une mine de "bol" , c'est un job a priori a... amusant.


Si vous avez trouvé une géode de 10 kg, bravo, c'est une belle pièce


et elle doit faire rêver.


Amicalement.



Mari jo 07/12/2013 22:11


Bonsoir gai pinson siphonné,


Les Agaves me fascinent. Tout simplement par ce que tu
expliques sur cette plante-arbre. Le temps qu’il lui faut pour la fleur et le peu qu’il lui faut pour mourir.


Comme j’aime ce que te dit cette plante-arbre. Et comme elle
a raison. Je n’allais pas te dire la même chose mais simplement ceci « Elle sait où prendre son eau et ce qu’il lui faut ». Voilà. Sais-tu comment je le sais ? 


Sur le mur de mes escaliers poussent deux petites fougères
nommées Scolopendre. Un été, alors qu’il faisait bien chaud et que j’arrosais ; pour les rafraîchir et leur faire du bien je les ai bien évidemment douchées en leur disant « Hum, que
c’est bon, que ça fait du bien » et moi bête comme je suis-je n’ai pas entendu qu’elles me disaient qu’elles n’en avaient pas besoin et qu’elles voulaient que je les laisse tranquilles. Si
bien qu’au lieu de leur faire du bien, je leur ai fait du mal. Ce n’est qu’en les voyants bien malades que j’ai cessé ma connerie et les ai laissées tranquilles. Elles se sont requinquées toutes
seules comme des grandes. Et depuis, elles sont très heureuse et sont toutes belles. Bien évidemment, je leur ai demandé pardon. L’humidité, elles seules savaient où la prendre.


Eh bien ; voilà un beau cours de géographie. Il est vrai
qu’en regardant ce lac, et pourtant ce n’est qu’une photographie, il a un quelque chose d’étrange.


Que de belles photographies. Les arbres sont magnifiquement
beaux. C’est superbe. Quelle est belle Dame Nature !


Aïe alors ça c’est pour moi, le coup des éoliennes. Je
déteste ces grands trucs qui, ben oui gai pinson siphonné, pour moi, elles défigurent le paysage. Mais je dois dire aussi, que je déteste les barrages tout en sachant qu’ils sont nécessaires
quant aux centrales nucléaires bon il en faut aussi mais cinquante-huit en France n’est-ce pas trop sans compter ce que l’on a en Angleterre et je ne sais plus où. De plus, chaque hiver, nous
achetons l’électricité en Allemagne alors… que penser ?


En tout cas, c’est un très bel article avec de magnifiques
photographies qui m’a appris beaucoup. Merci gai pinson siphonné ; bise et bonne soirée à toi.

kasimir, dit pinson déplumé 08/12/2013 18:04



Que penser ?


Que c'est un problème vraiment complexe.


Bien sûr il ne faudrait pas mettre des éoliennes partout et n'importe où. 


Pas à proximité des maisons ni même trop près des villages.


Mais il y a une multitude d'endroits isolés, des hauteurs souvent désolées, et où le vent souffle avec une très grande fréquence
dans l'année. Pourquoi pas là ?


Cela ferait ici ou là (pas partout) des "centrales de vent " .


Cela constituerait justement une alternative aux centrales atomiques.


Une parmi d'autres.


Mais il faut tout de même produire de l'énergie.


Et la question est : comment ? 


 


Bises, Mari Jo. 



flipperine 28/11/2013 17:30


une belle promenade mais tu décris des sentiers qui ne font peur pour marcher je ne pense pas que j'aurai pu vous accompagner heureusement tu ramènes de belles photos

kasimir, dit pinson déplumé 28/11/2013 18:11



c 'est vrai : il fallait faire attention à l'équilibre et aux chevilles


mais la curiosité était trop forte ! 


Le plus étrange en ce lieu, je le réalise maintenant,


est que dans ce creux de la terre, comme éventrée,
régnait un total silence .....


même plus le frémissement du vent, au moins d'un petit mouvement de l'air,


non, rien ne bougeait


ci ce n'est le miroitement de la lumière.


Presque irréel.


Inquiétant.


Pas la moindre envie de se baigner, malgré la chaleur. 



Danielle 28/11/2013 11:55


Bonjour pinson, je vois qu'Anne parle des couleurs du lac du Salagou, c'est vrai qu'en certains points on peut rapprocher la carrière de bauxite et ce lac, bien entendu tout est relatif ... C'est
exact, nous ne l'avons pas vu. C'est un bel endroit mais tellement touristique (baignades, pêche et beaucoup de planches à voile). Il est profond d'environ 40 à 45 mètres, peut-être légèrement
plus. Si la voile est autorisée, les bateaux à moteur y sont interdits. Il y a quelques jours à peine (une semaine ?) un énorme brochet y a été pêché mesurant plus de 1,30 m (!!!) puis relâché
dans le lac ! C'est à environ une vingtaine de km de Lodève (tu sais... la panne d'essence -lol-) et à peu près à moins de 60 km de Sète. Les couleurs y sont superbes, une palette très riche,
rouge, noir (basalte ?), un bleu assez particulier pour l'eau... la végétation, tout ce vert... Allez, rêve pinson, je suis certaine que tu es déjà dans ces lieux (!). Bonne journée, je
t'embrasse. Danielle

kasimir, dit pinson déplumé 28/11/2013 18:27



Les images que je vois du Salagou laissent supposer la présence de latérite.


Ya-t-il de la bauxite ? Possible, car c'est en somme la même région, mais pas certain.


La bauxite est une latérite qui contient une importante concentration d'alumine


et seule l'analyse chimique peut la déterminer.


puisque la couleur rouge n'est en rapport qu'avec la concentation en oxyde de fer.


Mais il est sûr qu'il y a là du basalte.


Proximité de Lodève : ce lac est en plein dans la zone


que nous évoquerons mercredi prochain,


zone truffée de remontées magmatiques. 





Ce brochet a eu chaud !


Souhaitons lui de vivre encore longtemps dans ce lac génial ! 


Bisous du soir, Danielle. 


 


 


 



telos 28/11/2013 11:54


je préfère la chaleur de ton feu... de cheminée

kasimir, dit pinson déplumé 28/11/2013 18:12



moi aussi


surtout avec quelques châtaignes dans les cendres



anne6329 28/11/2013 10:04


Coucou mon Pinson !!! Voilà un magistral cours de Géologie ! En fait si  tu avais été  professeur tu serais magistral  en effet ... Toutes ces paysages me font penser au site du
lac de Salagou ! J'aime ces paysages rouges qui font ressortir le bleu de l'eau ! Comme toi je ne trouve pas que ces éoliennes détériorent le paysage"  ! Elles m'impressionnent en mouvement
... Quel brassement d'air de leurs longs bras ! Merci pour ce magnifique article et des gros bisous .

kasimir, dit pinson déplumé 28/11/2013 10:42



Les îles m'attirent


mais les lacs (qui sont l'exact contraire des îles !) aussi


et le Salagou, que je ne connais pas encore, j'ai très envie de l'explorer


car en cette région aussi existent des restes de volcanisme...


quelle merveilleuse histoire que la géologie ! 


tiens, tu me donnes envie de faire un tableau de ce lac que je n'ai pas encore vu !


Bisous, Anne.



eMmA 28/11/2013 08:39


Ta promenade montre tout l'intérêt que tu portes à ton environnement jusqu'aux infimes détails. C'est un plaisir que de te suivre.


Ces splendides et incroyables agaves m'ont toujours impressionnée (surtout en Tunisie). Quel mystère ces floraisons uniques.


Tes photos sont de plus en plus belles.


 


La roue libre, c'est bien aussi de temps en temps...


 


A bientôt l'amiKas et joyeuse journée.


eMmA


 

kasimir, dit pinson déplumé 28/11/2013 10:29



nous ne percevons pas notre évolution à court terme


pourtant nous changeons : ça ne devient évident que plus tard


ainsi tes collages ont, mine de rien, changé.


On dirait que tu es en train d'inventer une façon de peindre qui va t'être très personnelle.


Et peut-être que faire roue libre de temps en temps nous permet de prendre des virages.


C'est ça le plaisir de vivre : explorer les possibles.


Bonne semaine, la parisienne !



gazou 27/11/2013 22:09


J'aime bien les éoliennes, je les trouve belles et utiles


Et je connais des écolos qui travaillent la terre et qui aiment les éoliennes


Bonne soirée!

kasimir, dit pinson déplumé 28/11/2013 10:22



alors ce sont des vrais écolos, qui mouillent leurs chemises


pas de ces petits jobards qui ne travaillent qu'avec leur beau stylo à plume d'or


et quand ils ont fini d'écrire leur prose


ne se gênent pas pour monter dans un jet


et aller se faire bronzer le nombril à l'île Maurice.


De ceux là je ne supporte pas le baratin.


Bonne journée, Gazou.



erato 27/11/2013 21:33


Une promenade de découverte qui m'a beaucoup plu. Le lac est magnifique. Très intéressante ton explication sur la bauxite . Je connais bien les Baux de Provence.


C'est merveilleux cette sauvegarde des oiseaux en péril.


Douce soirée, bises Pinson

kasimir, dit pinson déplumé 28/11/2013 10:17



Il est rassurant de penser que des personnes leur viennent en aide


mais en même temps ça nous fait découvrir la dureté de la vie pour tous ces êtres


et c'est une tâche presque infinie de les aider


il faut le faire, à notre mesure.


Bises de pinson


bonne journée Andrée.


 



Danielle 27/11/2013 20:51


Je lis tes réponses aux commentaires et je vois qu'Hélène a eu des problèmes avec des lettres à recopier pour te laisser un commentaire. Je voudrais lui dire qu'à chaque comm que je lui laissais,
on me demandait aussi de recopier toute une série de lettres et de chiffres pour valider ce message. J'ai eu recommencé 5 fois, parfois 6 sans résultat car ces lettres sont pratiquement
illisibles et le commentaire m'était refusé presque systématiquement. J'ai abandonné mes tentatives... c'était trop compliqué ! Pour le Centre de Sauvegarde, c'est vrai que nous avons été les
premiers à faire ces soins dans notre ville et aux alentours, remise en forme et reproduction si les oiseaux ne pouvaient être relâchés, nous relachions les poussins à l'envol : grands-ducs,
chouettes effraie, aigrettes etc... mais nous faisions ça à une "dimension familiale" si l'on peut dire car c'était dans notre jardin relativement grand dont mon mari m'avait généreusement
octroyé... 8 m2 pour planter quelques fleurs (!!!). Remarque on y accueillait plus de 300 pensionnaires...Maintenant le Centre dispose de 7000 m2 et de moyens considérables : infirmerie, salles
d'isolement, immenses volières de rééducation,  etc... nous n'y sommes pas pour grand chose, une petite pierre de l'édifice, disons que la naissance de ce projet a démarré de notre action
pendant plus de 30 ans mais sa concrétisation, c'est grâce à l'action inlassable de P., c'est lui qui l'a porté à bout de bras jusqu'à sa réalisation. Pas de neige aujourd'hui malgré les annonces
de la météo, beau soleil ce matin, temps gris après-midi... et froid. Gros bisou pinson. Danielle

kasimir, dit pinson déplumé 28/11/2013 10:08



c'est vrai : ces lettres sont souvent illisibles


et il paraît que c'est fait pour...curieux exercice.


 


300 animaux dans votre jardin ?


ça paraît incroyable


déjà quand j'avais, ici, tous mes animaux, dont une quarantaine de poules naines (je ne connaissais pas leur nombre exact car
elles couchaient dans las arbres,parfois très haut)


je trouvais qu'il y en avait partout  !


Tout ce petit monde me manque


mais quel travail ! 


Pas de neige ? ici pas plus.


Bonne journée, gros bisous pour toi.



aln03 27/11/2013 20:47


Il faut être heureux d'avoir à recopier des lettres  ( CAPTCHAS ).C'est juste qu'on n'est pas un robot si on y arrive .Je crois que tous les hébergeurs de blogs emploient ce systéme pour
tenter d'éviter les pubs intempestifs .


Pas marrant à taper c'est vrai .


Mais ne ris pas .Il y a quelques temps j'ai du en taper un chez toi parce que j'avais écrit bredin ou débredinoir .Enfin supposé que c'était pour ça .Il m'est arrivé la même aventure chez LN.On
tape 3 fois et la quatrième est la bonne .


C'était ma promenade au pays des Captchas vers Vic La Gardiole .


Bravo à Danielle et à son mari pour ce travail de sauvegarde .

kasimir, dit pinson déplumé 28/11/2013 09:58



ah tu penses que ces demandes sont faites quand apparaissent dans ce que nous écrivons des mots qui semblent suspects
?


bien possible


il va falloir faire des tests !


ça fait un bout de temps que je n'en ai pas vu


je dois trop surveiller mon langage 


Bonne journée , ALN


BZZZ



Florentin 27/11/2013 20:47


On ne nous dit pas tout ! Je croyais tout bêtement marcher sur du sable et je marchais sur du SI O2 ! C'est vrai que ça fait plus sérieux ! De même que je préfère prendre mon bain dans du H2O
plutôt que dans la trop commune flotte dont la mer est composée.  Faut ce qu'il faut, s'pas ? Bravo en tout cas pour ton papier ! Mais, où vas-tu donc trouver tout ça ? A plus. Florentin.

kasimir, dit pinson déplumé 28/11/2013 09:53



mais si : tu marches bien sur du sable, ou de l'argile, ou de la craie


ou un mélange pulvérisé de ces 3 choses, ce qui forme la "terre" de nos champs


mais toutes ces choses sont faites d'un nombre relativement petit d'éléments


et c'est  admirable


de même qu'il est admirable qu'avec 26 lettres seulement nous puissions écrire un nombre infini de textes.


Ajoute aux atomes déjà cités un peu de calcium, de carbone, d'hydrogène et d'azote


et quelques autres


et voilà l'essentiel de notre corps


Moi, ça me fait rêver ! 


Bon bain... dans le mystère de la matière ! 



aln03 27/11/2013 20:27


"Patience et longueur de temps


Font plus que force ni que rage "


Le Lion et le rat (  La Fontaine )


http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/jean_de_la_fontaine/le_lion_et_le_rat.html

kasimir, dit pinson déplumé 28/11/2013 09:43



ah merci !


tu es le secours de ma mémoire ! 


bizzzes



hélène 27/11/2013 16:40


L'ordi a fini son caprice, je peux à nouveau  écrire. Les couleurs sont en effet les premières que je remarque dans le texte d'un blog, elles m'accrochent souvent plusque les paroles...que
je lis sagement malgré tout.


Alors, l'alerte est finie...mais hélas "je pars ai quart de tour"!!Il faudra réviser le mot patience L.N.


Bises merci pour ta patience à mon égard.

kasimir, dit pinson déplumé 27/11/2013 18:02



En te lisant, ça me fait penser à une fable de La Fontaine


où il parle de patience


mais je ne me souviens plus laquelle


qui nous la retrouvera ?


mais c'est vrai, mieux vaut attendre un peu, et voir


wait and see


ou comme disait l'autre : il faut donner le temps au temps.


Bises de K



hélène 27/11/2013 12:27


Mon com ayant disparu...ke recommence.


Quelle beauté insouspçonnable dans ces alentours de SETE. C'est une véritable  contrée sauvage, mais si belle. Les couleurs s'accordent, j'aime l'élégance de l'agave qui semble dominer tout
le paysage. Et les pins  animant la terre ocre, une symphonie de couleurs. Je termineraipar les éoliennes que j'ai toujours admirées pour leur grâce, leur élégance. Merci de ce parcours.


BàK


Hélène

kasimir, dit pinson déplumé 27/11/2013 15:33



Tu n'as pas de chance décidément avec tes commentaires ! 


Tu m'as demandé si c'était moi qui exigeais de recopier des lettres


pour que le commentaire puisse être accepté. 


Mais non, ce n'est pas moi !


Il arrive que de telles choses soient demandées, mais je n'y suis pour rien !


Et c'est vrai que lire ces lettres (ou chiffres) n'est pas aisé. 


Mais tu vois, cette fois tu as réussi ! 


 


Oui, cette région est un pays des couleurs  vives : bleu, rouge, vert foncé...


et ce n'est pas pour rien que tous les peintres utilisent l'ocre jaune


et la terre de Sienne brûlée : c'est de la chaleur solaire en tube


et ces couleurs viennent tout droit des pays de soleil. 


 


Bonne apm , peintre qui aime le jeu des couleurs.


Bises de pinson.



Danielle 27/11/2013 10:47


Bonjour Pinson, quand j'irai marcher dans la carrière, je ne verrai plus le sol de la même façon : oxygène et silicium, deux sortes d'atomes, aluminium et fer... pourvu que je me souvienne. Là,
en ce moment, je me souviens surtout de la chaleur accablante, de cette terre rouge sous nos pas, de cette descente vers l'eau d'une couleur si particulière, ce bleu étrange intense et
lumineux, cette solitude, le silence. Et la remontée pas très facile, puis le trajet de retour. Il fallait franchir ces barrages. J'ai bien cru que nous allions nous retrouver perchés en
équilibre sur ces buttes de terre. Mais tu as raison, il en faut plus que ça pour nous arrêter... soulagés toutefois en atteignant la terre ferme (!), disons ce chemin à peu près praticable.
J'aime bien ton coup de bec concernant les éoliennes ! Il me fait sourire ! Et ce Centre de Sauvegarde de la Faune sauvage, quel acharnement, une obstination et une persévérance sans répit... des
années de "lutte" et enfin la concrétisation du rêve ! Un très bel article, bravo pinson. Je t'embrasse et te souhaite une douce journée. Danielle

kasimir, dit pinson déplumé 27/11/2013 15:20



Et oui, Daniel, notre sol lui même, les "rochers", les plages, la terre végétale, 


tout cela est fait d'atomes.


Une matière aussi banale (en apparence!) que l'argile est en fait un " silicate d'alumine" plus ou moins hydraté, ce qui veut dire
 que l'argile résulte d'une triple union, d'abord de l'oxygène avec le l'aluminium, puis de cet oxyde d'aluminium avec du silicium. 


Mais tu connais d'autres silicates, sans le savoir : 


ainsi le talc, qui est un silicate de magnésium


et aussi l'amiante, qui est un silicate de calcium et de magnésium. 


Il y aurait beucoup à dire sur ces substances si intéressantes


si précieuses aussi


mais dont il ne faut pas faire n'importe quoi.


Quant à ce centre de sauvegarde, je n'ai pas osé dire que vous êtes un peu à son origine


et qu'avant même qu'ouvre ce centre, vous étiez  très fortement engagés dans  la prise en charge de tous les animaux en
détresse de la région. 


Vous avez fait, toi et ton mari, pendant de nombreuses années, un travail formidable, presque incroyable
même. 


Ce centre est un peu votre oeuvre.


Il y aurait tant à dire sur ce sujet...


Bonne journée à toi aussi : attention, chez vous , il va neiger, la météo l'a dit !


Je t'embrasse Danielle. 



fan 27/11/2013 10:24


... bonjour Buchfink der Buchfinke, ton article est aussi "admirable" que cette fleur d'agave, les Baux de Provence fin septembre quand il y a moins de touristes. Ce lac de couleur
si mystérieux, cette couleur tu l'as d'ailleurs utilisé dans un de tes tableaux avec les bouleaux. C'était un regal de faire cette promenade ce matin car ici il fait très froid malgré
le soleil.


Merci et belle journée


Je t'embrasse

kasimir, dit pinson déplumé 27/11/2013 14:51



Oh, s'il fait très froid, alors ferme bien ta fenêtre


pour ne laisser entrer que le soleil !


Mercredi prochain, nous allons parler volcans :


cela va nous réchauffer.


Le t'embrasse FAN. 



Esclarmonde 27/11/2013 08:45


Bonjour Kas, bien contente de te retrouver et d'avoir l'heureuse surprise de voir que tu fais encore des articles sur Sète et ses environs ce qui veut bien dire qu'il y a beaucoup de choses à
dire sur cette ville. Je me souviens encore du canal royal et surtout des bateaux, d'authentiques bateaux, certains ports provençaux n'abritant plus que des yachts et des voiliers de
plaisance.... Les "écolos" aussi me portent parfois sur le système... En tout merci pour la promenade matinale en Terre d'Oc (au fait, ce sont bien des chênes verts sur les photos) bises

kasimir, dit pinson déplumé 27/11/2013 14:48



Merci de me confirmer le nom de ces arbres


je suis un novice relativement à la flore méridionale


elle me déroute car la plupart des plantes sont carrément absentes plus au nord


et les familles que je connais sont représentées ici par des espèces tout à fait différentes


Ainsi ce chêne vert est tellement différent du chêne pédonculé qui pousse ici


que je dois tout apprendre.


Pas facile quand on n'habite pas dans la région. 


Bonne saison douce, pour toi, provençale.


Bises de K.



aln03 27/11/2013 08:22


La cheminée réchauffe et ce feu est bien joli.Tu as fait une sacrée expédition .La Gardiole , je connaîs .Mais je ne suis jamais allée à l'ancienne mine de bauxite.Joli reportage et explications
intéressantes , comme d'hab'


Moi aussi , j'aime bien les éoliennes .Je les trouve même jolies et bien sûr utiles. On peut aussi les photographier sans autorisation spéciale .


Bonne journée Pinson aux plumes hérissées.


Bises

kasimir, dit pinson déplumé 27/11/2013 14:39



Cette mine, je crois que je serais incapable de la retrouver ! 


Ha... je vois pourquoi tu souliges qu'une autorisation n'est pas nécessaire pour les photographier, ces éoliennes
!


Oui, ce jour là, nous avions fait une autre exploration


avec un incident imprévu


mais tu vois ça nous laisse un souvenir :


nous avons joué aux espions industriels


et nous en sommes sortis.... ouf ! 


Bonne semaine, buveuse d'eaux.


Bises de K.



Danielle 27/11/2013 00:59


Ah pinson, tu me fais sourire avant d'aller sous la couette, quel souvenir cette carrière de bauxite, avec ses mystères et sa beauté assez remarquable, et cette chaleur !!! Mais j'en
parlerai demain, non tout à l'heure. Bonne nuit et gros bisous. Danielle

kasimir, dit pinson déplumé 27/11/2013 14:32



Oui, c'est curieux...


incontestablement elle est belle


mais en même temps il y a cette impression curieuse d'une cicatrice,


qu'une sorte de cataclysme s'est produit en ce lieu.


Une effraction ?


Un vol ? 


Heureusement la nature a repris ses droits.


à demain Danielle, gros bisous.